internat pouille fabrique a souvenirs 001 Au Campus de Pouillé, 76 % des lycéens sont internes, soit près de 400 jeunes. Chaque soir de la semaine, la vie s’organise entre travail scolaire, entraide, détente et repos. 14 éducatrices et éducateurs veillent sur les jeunes. Quelques internes témoignent maintenant de leur quotidien.

Nolan Ouvrard, terminale : « Je garde des souvenirs inoubliables que je souhaite à tous de vivre »

Lorsque je me suis installé un lundi 2 septembre 2014 à l’internat de Pouillé, beaucoup d’appréhension me submergeait. C’est alors que j’ai découvert la vie en collectivité et en autonomie. Aujourd’hui mon seul regret n’est plus que de devoir quitter l’internat.

Entre moment de travail et de détente, les trois années d’internat resteront des souvenirs inoubliables que je souhaite à tous de vivre.

Alexandre Davy, terminale : « L’internat développe l’esprit de cohésion »

Les trois années d’internat m’ont apporté de l’autonomie. Elles m’ont appris l’entraide avec mes camarades de classe et aussi avec les STAV (section agriculture). L’internat développe l’esprit de cohésion.

Elles m’ont aussi permis de m’ouvrir aux autres, de renforcer les liens avec mes amis. De mes trois années d’internat, je retiens la convivialité, une bonne ambiance et de bons moments passés entre amis.

Mathilde MALECOT, terminale : « Cette année à l’internat restera à jamais gravée »

Depuis mon arrivée à Pouillé, je suis interne sur le campus. La première année, nous étions 6 dans la chambre. Je ne vous raconte pas les soirées inoubliables que nous avons vécues ! Passage en première validé. Je poursuis avec deux colocataires. Ma vie à l’internat : soirées rires, boulot et prises de têtes sont au rendez-vous… mais cela fait partie du jeu.

Dernière étape, la terminale. Cette fois, c’est toute seule, avec un lit, une armoire, une fenêtre, un lavabo et un bureau que je me retrouve. Ce n’est pas une prison non plus, car durant ces trois années, des liens d’amitié sont nés. Des amitiés qui je l’espère résisteront au temps et à la distance.

internat pouille fabrique a souvenirs 003

Cette vie à l’internat se termine cette année, mais elle restera à jamais gravée.

Antoine Gallard, seconde : « Il faut que je me prenne en main »

Au début de l’année, je ne connaissais pas tout le monde, j’étais discret et j’essayais d’apprendre à connaître les autres internes de mon hébergement. Aujourd’hui, je connais tout le monde.

Au début de l’année, il faut prendre le rythme. Il m’a fallu quelques semaines pour m’adapter aux horaires, aux règles. Je faisais très attention pour arriver toujours en avance. Aujourd’hui, je me suis habitué à tout cela et tout se passe très bien. Je fais des sorties, je participe à des animations…

En semaine, il faut que je me débrouille seul car je n’ai plus mes parents qui sont derrière moi. Il faut que je me prenne en main.

J’apprécie les temps d’étude le soir, qui m’obligent à travailler. J’aime aussi le fait d’être toujours avec mes copains. Il y a de vrais liens qui se créent. Même si supporter 24h/24h certaines personnes peut être difficile, l’ambiance générale est très bonne et conviviale.

internat pouille fabrique a souvenirs 002
(Antoine au centre de la photo)

La soirée « Don Bosco » c’était super. Vivement la prochaine. Je ne savais pas à quoi m’attendre. J’ai trouvé super que les profs, les éducateurs, les copains fassent des sketchs et présentent leurs talents. Tout se passe dans la bonne humeur.

Philippe Devanne
Educateur Référent de l’Internat
Campus de Pouillé

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd'hui....


Lourdes 2019

congres lourdes 2019 salesien don bosco

Toutes les informations sur le pèlerinage Lourdes 2019...

Mot du jour

52 paroles s2 e3

L’épreuve la plus difficile souvent citée est le harcèlement. Héloïse l’a particulièrement subi. « Tout le monde qui te regarde de haut en bas sur les réseaux sociaux, comme une pourriture, comme un déchet… Il faut respecter chaque personne au monde. » Et puis, il y a le racisme sous toutes ses formes.

Inès nous dit avoir reçu des paroles blessantes concernant ses origines. Elle s’interroge : « On se dit parfois qu’on n’est pas intégrée alors que si, peut-être que non. On ne sait pas très bien en fait. » Le métissage de Mélissa entraîne, pour elle aussi ,des réflexions sur les avantages et les inconvénient de sa situation qui la laisse sans voix. « Je ne sais pas que dire à part être outrée. »

Question : Face à ces paroles qui détruisent quelles paroles constructives sommes-nous capables d’opposer ?

Voir le 2 épisode de la saison 2 : Le poids des mots ?

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite