Don Bosco Academy Paris-001-La Première de la comédie musicale au Palais des Glaces de Paris a été un véritable succès. Retour sur cette soirée magique, qui a ouvert les festivités autour du bicentenaire de la naissance de Don Bosco et donné le « la » pour les mois à venir.

 

 

 

C'est l'histoire d'un pari audacieux, fou même, qui s'achève un soir d'octobre sur un standing ovation. Quelle conclusion plus belle pour tous les jeunes participants ? Ils étaient 70 sur scène : 50 ados et 20 élèves en école primaire. Pour les premiers, deux petites semaines à peine, pour se former au chant, au théâtre et à la danse. Pour les seconds, trois jours, même pas, pour caler leur intervention sur scène, autour des chansons « Être leur soleil », « Don Bosco Academy » et « L'amorevolezza », thème final entêtant mais ô combien plus énergisant que toutes ces boissons infectes ! 

 

La performance est d'autant plus admirable que, ce 27 octobre, c'était la première fois que les jeunes jouaient la comédie musicale en intégralité ! La Générale de 18h, ouverte exceptionnellement au public (300 personnes), a permis à l'équipe de Comédie Musicamp de faire les derniers réglages. Du coup, à 20h, les jeunes étaient fin prêts pour séduire les 500 spectateurs (la représentation s'est jouée à guichets fermés). Mission accomplie ! 

 

 

 

Comme des « grands » !

Lorsque Tristan de Groulard, auteur et metteur en scène, est entré sur scène, il a pu constater que le public était « à point ». Parents d'élèves, représentants de la famille salésienne, éducateurs et enseignants, jeunes venus de toute la France et de Belgique, journalistes, curieux et amateurs de soirées peu communes : tous avaient répondu à l'appel. Ils n'ont pas été déçus. Sur scène, les jeunes ont joué comme des « grands », au point que certains en soient restés confondus à la sortie du spectacle. Pas des professionnels, vraiment ?

 

A voir les comédiens en herbe se prendre dans les bras à la fin du spectacle, l'on se dit que les spectateurs ne sont pas les seuls à avoir été surpris par la qualité de la prestation. Les jeunes ont tout donné et prouvé que, face aux défis, ils savaient être à la hauteur des espoirs placés en eux.

 

Ce lundi 27 octobre constituait tout à la fois l'épilogue d'une aventure humaine extraordinaire et le prologue d'une année riche en émotions. Le bicentenaire est à présent officiellement ouvert, et la « Don Bosco Academy » sera son fil rouge, puisqu'à présent, les jeunes de France et de Belgique attendent impatiemment de rejoindre la locomotive. Prochain arrêt : Chambéry, le 13 décembre !

 

06 novembre 2014
Remi Favresse,
Don Bosco Aujourd'hui
Chargé de communication bicentenaire

 

Don Bosco Academy Paris-002-A quelques heures du lever de rideau, Tristan (re)mobilise la troupe.Don Bosco Academy Paris-003-Une prestation remarquable par les jeunes artistes !

 

Don Bosco Academy Paris-000Photo finish, sur un dernier « Amorevolezza ». 1h30 de spectacle…haut en couleurs

 

 

 

 

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd'hui....

 

 


Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite

    • Question d'éducation : Etre gentil, pas facile à vivre ?

      Gentilesse Serdu 1 Apprendre la gentillesse à ses enfants, n’est-ce pas les envoyer comme des agneaux au milieu des loups ? La méchanceté est bien présente dans notre monde compétitif et dur où tous les coups semblent recommandables. Faut-il alors leur appendre le calcul, la recherche de son intérêt « bien compris » ? La réponse estnclaire : inutile d’en rajouter !

      Lire la suite

    • Quelle présence dans la cour virtuelle des réseaux sociaux ?

      cour viturelle et reseaux sociaux Les relations sociales se font sur la toile autant que sur le béton de la cour. Alors, allons sur les réseaux sociaux ! Mais jusqu’où ? Faut-il encourager la présence des adultes sur les réseaux ? Pourquoi faire ? Quelle présence assurer ? Est-ce une bonne - ou fausse - bonne idée ?

      Lire la suite