Expo Salesiens Liege Gathot IDBLLe vendredi 30 janvier à Liège, la Belgique francophone s'est à son tour lancée dans l'année du bicentenaire, à l'occasion du vernissage de l'exposition sur la pédagogie salésienne. Une soirée réussie, à la hauteur du travail fourni par les élèves-photographes des instituts Saint-Luc, et des efforts consentis par les équipes de l'Institut Don Bosco Liège (IDBL).

 

Dans le foyer, réaménagé pour l'occasion en galerie d'art, une journaliste interroge les élèves participants, qui tentent de repérer leurs clichés parmi la centaine qui constitue l'expo. Alors, qu'est-ce que cela fait ? « Voir que l'on est exposés, et que beaucoup de gens regardent, ça fait plaisir », avoue l'un d'eux. « Ca fait vraiment plaisir de voir notre travail reconnu », renchérit sa voisine.

 

Car, malgré la neige et le froid, les "amies et amis de Don Bosco" (dixit Isabelle Gathot, coordinatrice du projet et directrice de l'IDBL), se sont déplacés en nombre. Et, à voir les mines réjouies, l'étonnement et le ravissement qui pointent souvent dans les regards et les mimiques, ils ne le regrettent pas.

 

Vernissage Salesiens Liege Jeunes Exposition

« Donnez à vos photos une intensité qui se passera de mots ! »

« La commande était simple, explique Isabelle Gathot à la foule rassemblée : "dans nos écoles, les mots 'Accueil', 'Bienveillance' et 'Joie' sont des maîtres-mots ! Alors, allez-y, chers photographes : traquez ces moments dans nos maisons ! Non seulement traquez-les, mais capturez-les avec vos appareils, et donnez à vos photos une intensité qui se passera de mots !" »

 

Le résultat est sans appel. Les photos exhibent des visages tantôt concentrés, tantôt captivés par l'objectif ; des corps, tantôt en mouvement, tantôt figés dans l'éternité, tels ceux de ces trois filles qui font le poirier sur un mur de briques. Le public y trouve ce qu'il cherche : une esthétique, des sourires, une belle illustration des trois « maîtres-mots », des lieux à reconnaître...

  

ISL Salesiens Liege Vernissage Jeunes Les jeunes de l'Institut Saint-Luc de Liège

« Ca a changé complètement la vision que j'avais de mes photos »

Les élèves de Saint-Luc sont à présent rassemblés autour d'une table et commentent l'exposition, tout à leur joie d'avoir été accueillis, avec bienveillance, partout où ils sont allés. Humblement, ils accueillent les félicitations que tout le monde leur donne. Pour chacun, le projet a été riche, tant humainement que professionnellement. « Ca m'a appris à aller vers les gens, confie l'un d'eux. Ca a changé complètement la vision que j'avais de mes photos. Depuis, mon style a beaucoup évolué ».

 

L'exposition restera visible à Liège jusqu'au 7 février, tous les jours de 10h à 18h. Puis, elle s'en ira vers Remouchamps, Bruxelles, Huy, Verviers et Tournai (voir les dates).

 

La soirée tire à sa fin. Bientôt : les projecteurs s'éteindront sur les visages capturés. En guise de conclusion à son discours, Isabelle Gathot aura tenu à préciser : « Tous les modèles présents sur ces photos, enfants et adultes, sont encore bien présents dans l'une de nos écoles. Ce sont ces jeunes et ces adultes qui, aujourd'hui, dans le quotidien de leur vie, dans les classes, les cours de récré et les ateliers, poursuivent le rêve de Don Bosco ».

 

 

Rémi Favresse

12 février 2015

A lire aussi sur 2015.don-bosco.net...

 


Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite

    • Question d'éducation : Etre gentil, pas facile à vivre ?

      Gentilesse Serdu 1 Apprendre la gentillesse à ses enfants, n’est-ce pas les envoyer comme des agneaux au milieu des loups ? La méchanceté est bien présente dans notre monde compétitif et dur où tous les coups semblent recommandables. Faut-il alors leur appendre le calcul, la recherche de son intérêt « bien compris » ? La réponse estnclaire : inutile d’en rajouter !

      Lire la suite

    • Quelle présence dans la cour virtuelle des réseaux sociaux ?

      cour viturelle et reseaux sociaux Les relations sociales se font sur la toile autant que sur le béton de la cour. Alors, allons sur les réseaux sociaux ! Mais jusqu’où ? Faut-il encourager la présence des adultes sur les réseaux ? Pourquoi faire ? Quelle présence assurer ? Est-ce une bonne - ou fausse - bonne idée ?

      Lire la suite