Hyppolite UPS Colloque DonBosco Premier des trois rendez-vous académiques prévus cette année, le colloque « Don Bosco et l'Eglise », organisé le jeudi 5 février, a rassemblé près de 120 personnes dans le Grand Auditorium du Collège des Bernardins. Si le réseau salésien était bien représenté, grâce à la présence de nombreux chefs d'établissement, un certain nombre de curieux a pu apprécier la qualité des propos tenus au cours de la table-ronde.

 

A la sortie de l'auditorium, un invité s'interroge : « N'aurait-il pas été plus judicieux de dire "Don Bosco, les jeunes et l'Eglise" ? » « Parler de Don Bosco, c'est forcément parler des jeunes ! » rétorque son voisin. C'est, en effet, pour eux, les jeunes, que le natif des Becchi bâtit la première des maisons salésiennes, puis fonda sa congrégation. Pour eux, aussi, qu'il donna sa vie, confiant : « Dans les choses qui regardent le bien de la jeunesse, je me lance en avant jusqu'à la témérité ! »

 

L'Eglise et la génération Y

Colloque Bernardins Dufour Salesiens p. Hyppolite, p. Petitclerc, Mgr Dufour, sr. NadiaEt l'Eglise d'aujourd'hui, que fait-elle pour cette « génération Y » que décrit Clémence Houdaille, journaliste au service Religion de La Croix, partenaire de l'événement ? Répond-elle aux aspirations, à la demande et aux attentes de ces jeunes, « qui n'attendent pas de l'Eglise qu'elle valide leurs choix, mais qui attendent quand même qu'elle donne des repères et dise quelque chose » ?

 

Au fil des interventions, le constat apparaît que Don Bosco reste un exemple à suivre, malgré la distance entre son époque et la nôtre. Plus qu'un exemple, une « inspiration », pour Monseigneur Dufour, Evêque d'Aix-en-Provence, lié à Don Bosco et à Dominique Savio depuis sa prime enfance : « [Don Bosco] avait une espèce de sixième sens qui lui permettait de comprendre intuitivement le sens humain et spirituel, ce qui l'encourageait à agir subito ». Le Père M.E. Hyppolite, professeur à l'UPS, préfère la métaphore du football : « Si dans ce corps aux membres variés qu'est l'Eglise du Christ, il faut que certains soient à la défense, Don Bosco, lui, est un attaquant. »

 

« Ce prêtre ne parle pas pour nous »

200 ans après sa naissance, l'Eglise a, pourtant, encore du chemin à parcourir pour reconquérir les jeunes et parler leur langage. « 79% des jeunes Français considèrent que les Chrétiens et l'Eglise ne savent pas bien communiquer ni s'adresser aux jeunes générations », énonce Clémence Houdaille. Une sentence qui fait écho à l'anecdote racontée par Mgr Dufour : celle d'un Don Bosco allant à la rencontre de garçons dormant pendant la messe. Interrogés par lui, ceux-ci répondent : « On ne comprend rien ! Ce prêtre ne parle pas pour nous... »

 

A ce constat, l'Evêque d'Aix-en-Provence en ajoute un autre : celui de « familles blessées ». Et d'appeler : « C'est à vous, la famille salésienne, de relever le défi de toutes ces questions que vous nous posez ! Nous avons, aujourd'hui, besoin d'oratoires pour les familles et les jeunes ».

 

S'il devait y avoir une conclusion à ce colloque, elle serait celle-ci : de l'audace, de l'ingéniosité ! Voilà ce dont l'Eglise a le plus besoin aujourd'hui. En cela, le modèle de Don Bosco reste d'une incroyable actualité : lui n'hésita pas à se faire professeur, chef d'établissement, chef d'atelier, auteur de pièce de théâtre... alors qu'il n'avait aucune vocation à être tout cela. A Charles Péguy le mot de la fin, cité par Mgr Dufour : « Il a fallu des Saints et des Saintes de toutes sortes. Maintenant, il en faudrait une sorte de plus. »

 

 

Rémi Favresse
12 février 2015

 

Colloque Bernardins Audience Petitclerc Dufour Eveque Colloque Bernardins  

 


Lourdes 2019

congres lourdes 2019 salesien don bosco

Toutes les informations sur le pèlerinage Lourdes 2019...

Mot du jour

52 paroles s2 e8

Le rire est le propre de l’homme. On pourrait parodier en disant qu’il est le propre des jeunes. En fait, pour eux, ce sont les petits riens, voire les bêtises, qui prêtent à rire. Et, bien sûr, la plus part du temps, ce sont des moments vécus en bande.

Par tempérament ou pour cacher sa timidité les jeunes aiment rire. Pour Hugo « Ça redonne de l’énergie, c’est comme du sucre. » Ils ne font pas allusion à de grands comiques que l’on peut entendre sur les médias mais, c’est bien dans des moments passés entre eux que se partagent d’abord les rires. Et, pour en souligner l’importance, Hugo de conclure. « Une semaine sans rigoler, je suis pas bien. »

Question : Veillons-nous à ce que le rire soit un moment important de partage dans nos familles ?

Voir le 8è épisode de la saison 2 : Qu’est-ce qui te fait rire ?

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Ils nous parlent de l’Europe

      don bosco minimes europe En novembre dernier, 60 élèves, en 3è à l'école Notre-Dame-des-Minimes à Lyon, sont partis dans l’Est de la France pour un voyage scolaire d’une semaine intitulé : « Voyage de mémoire. De la guerre à la paix ». Ils ont découvert les lieux des deux guerres mondiales ainsi que le parlement européen de Strasbourg. Mathis, Thomas et Mathis nous parlent de leurs visions de l’Europe.

      Lire la suite

    • Construire l’Europe aux yeux des jeunes

      MSJ jeunes vote europe 01 Ils n’étaient pas encore nés lorsque la Communauté Economique Européenne a été créée en 1957. Ils ont entre 20 et 30 ans. Pablo est espagnol, Antonija croate, Anne-Florence française. Engagés dans le Mouvement Salésien des Jeunes au sein de leur pays et au niveau de l’Europe, ils nous partagent leur vision de l’Europe et ce que le « vieux continent » apporte à leur pays.

      Lire la suite

    • Les citoyens ont besoin de l’Europe

      citoyens europe don bosco 2019 02 Bogna Suda est polonaise. Elle travaille au Parlement européen depuis plus de 15 ans. Elle est conseillère dans un groupe politique et dirige une équipe de 9 personnes. Elle explique le travail du Parlement et relève les défis à venir.

      Lire la suite

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite