Hyppolite UPS Colloque DonBosco Premier des trois rendez-vous académiques prévus cette année, le colloque « Don Bosco et l'Eglise », organisé le jeudi 5 février, a rassemblé près de 120 personnes dans le Grand Auditorium du Collège des Bernardins. Si le réseau salésien était bien représenté, grâce à la présence de nombreux chefs d'établissement, un certain nombre de curieux a pu apprécier la qualité des propos tenus au cours de la table-ronde.

 

A la sortie de l'auditorium, un invité s'interroge : « N'aurait-il pas été plus judicieux de dire "Don Bosco, les jeunes et l'Eglise" ? » « Parler de Don Bosco, c'est forcément parler des jeunes ! » rétorque son voisin. C'est, en effet, pour eux, les jeunes, que le natif des Becchi bâtit la première des maisons salésiennes, puis fonda sa congrégation. Pour eux, aussi, qu'il donna sa vie, confiant : « Dans les choses qui regardent le bien de la jeunesse, je me lance en avant jusqu'à la témérité ! »

 

L'Eglise et la génération Y

Colloque Bernardins Dufour Salesiens p. Hyppolite, p. Petitclerc, Mgr Dufour, sr. NadiaEt l'Eglise d'aujourd'hui, que fait-elle pour cette « génération Y » que décrit Clémence Houdaille, journaliste au service Religion de La Croix, partenaire de l'événement ? Répond-elle aux aspirations, à la demande et aux attentes de ces jeunes, « qui n'attendent pas de l'Eglise qu'elle valide leurs choix, mais qui attendent quand même qu'elle donne des repères et dise quelque chose » ?

 

Au fil des interventions, le constat apparaît que Don Bosco reste un exemple à suivre, malgré la distance entre son époque et la nôtre. Plus qu'un exemple, une « inspiration », pour Monseigneur Dufour, Evêque d'Aix-en-Provence, lié à Don Bosco et à Dominique Savio depuis sa prime enfance : « [Don Bosco] avait une espèce de sixième sens qui lui permettait de comprendre intuitivement le sens humain et spirituel, ce qui l'encourageait à agir subito ». Le Père M.E. Hyppolite, professeur à l'UPS, préfère la métaphore du football : « Si dans ce corps aux membres variés qu'est l'Eglise du Christ, il faut que certains soient à la défense, Don Bosco, lui, est un attaquant. »

 

« Ce prêtre ne parle pas pour nous »

200 ans après sa naissance, l'Eglise a, pourtant, encore du chemin à parcourir pour reconquérir les jeunes et parler leur langage. « 79% des jeunes Français considèrent que les Chrétiens et l'Eglise ne savent pas bien communiquer ni s'adresser aux jeunes générations », énonce Clémence Houdaille. Une sentence qui fait écho à l'anecdote racontée par Mgr Dufour : celle d'un Don Bosco allant à la rencontre de garçons dormant pendant la messe. Interrogés par lui, ceux-ci répondent : « On ne comprend rien ! Ce prêtre ne parle pas pour nous... »

 

A ce constat, l'Evêque d'Aix-en-Provence en ajoute un autre : celui de « familles blessées ». Et d'appeler : « C'est à vous, la famille salésienne, de relever le défi de toutes ces questions que vous nous posez ! Nous avons, aujourd'hui, besoin d'oratoires pour les familles et les jeunes ».

 

S'il devait y avoir une conclusion à ce colloque, elle serait celle-ci : de l'audace, de l'ingéniosité ! Voilà ce dont l'Eglise a le plus besoin aujourd'hui. En cela, le modèle de Don Bosco reste d'une incroyable actualité : lui n'hésita pas à se faire professeur, chef d'établissement, chef d'atelier, auteur de pièce de théâtre... alors qu'il n'avait aucune vocation à être tout cela. A Charles Péguy le mot de la fin, cité par Mgr Dufour : « Il a fallu des Saints et des Saintes de toutes sortes. Maintenant, il en faudrait une sorte de plus. »

 

 

Rémi Favresse
12 février 2015

 

Colloque Bernardins Audience Petitclerc Dufour Eveque Colloque Bernardins  

 


Lourdes 2019

congres lourdes 2019 salesien don bosco

Toutes les informations sur le pèlerinage Lourdes 2019...

Mot du jour

52 paroles s1 e11

On pourrait reformuler ainsi la question : « Qui détestes-tu le plus ? » On a le plaisir de constater que beaucoup rejettent « détester » comme trop fort ou loin de leurs sentiments. Quand ce verbe s’applique, c’est à ceux qui ont souffert de la maltraitance ou de la trahison d’un de leur proche.

Nos interviewés n’aiment pas les racistes, les homophobes, ceux qui manquent d’ouverture d’esprit, les radins, les moqueurs mais surtout les prétentieux et les gens trop sûr d’eux. La liste n‘est pas exhaustive. Pourtant certains essaient de comprendre cette inimitié. Pour Maxime « Quelqu’un, il a forcément quelque chose de bon et du coup, si on cherche bien, on ne peut pas détester quelqu’un. »

Question : Avons-nous le souci d’aller au-delà de nos détestations ?

Voir le 11è épisode : Qu’est-ce que tu détestes le plus ?

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite