Wittenheim Academy solidarite couvLes dernières représentations de la « Don Bosco Academy » à Marseille, dans l'Ouest et en Alsace, ont permis une entraide exceptionnelle entre les jeunes des différents établissements. Une solidarité qui, en plus de dépasser la sphère régionale, illustre parfaitement les vertus fédératrices de la comédie musicale.

 

Au sortir de la dernière représentation à Wittenheim, Tristan de Groulard, auteur et metteur en scène de la « Don Bosco Academy », ne cache pas sa satisfaction : non seulement les jeunes ont été à la hauteur de l'événement, mais ils ont su faire bloc alors que, de prime abord, rien ne les rassemblait. « Les chefs d'établissement ont été les premiers surpris de l'entente naturelle et spontanée entre les élèves, confie-t-il, alors qu'ils viennent parfois de milieux et de formations très différents ». Un exemple, parmi d'autres : la belle complicité entre les jeunes de Landser (lycée général) et de Wittenheim (lycée technique et professionnel).

 Wittenheim Academy Elora Landser Elora, élève en Terminale à Landser, a joué Soeur Claire dans l'Ouest et à Mulhouse

« Sans langue de bois, c'est une expérience vraiment intéressante, affirme Elora, 18 ans, élève en Terminale à Landser. Simplement parce que, quand on arrive, on ne connaît personne et, quand on repart : on est une famille ». Un témoignage d'autant plus fort qu'Elora a vécu la tournée de l'Ouest avant de s'associer à la troupe alsacienne...

 

Un « transfert » judicieux !

« J'ai fait la tournée dans l'Ouest pour dépanner, parce que la jeune qui jouait Sœur Claire s'est désistée au dernier moment, explique-t-elle. C'était vraiment intense, mais on s'est tous défoncés ! Il y avait sept représentations au total : autant dire qu'on n'a pas beaucoup dormi ! »

 

« On se retrouvait avec ce désistement à 24h de la Première, abonde Tristan. Du coup, pour ne pas déstabiliser la troupe en recrutant une jeune qui ne connaissait pas le script et n'avait pas participé à la semaine de répétitions, j'ai fait venir Elora, qui connaissait les chorégraphies, les chants et le texte de Sœur Claire. Et le fait est qu'elle a boosté la troupe par son enthousiasme et son implication. »

 

« On n'a pas hésité une seconde ! »

Une coopération interrégionale qui a fonctionné pour un autre rôle, et non des moindres : celui de Don Buono, personnage central du spectacle. En Alsace, Tristan confie le rôle à Antoine. Pour l'aider à bien tenir son rôle, il fait appel à Lucas, 13 ans, élève à Marseille-Sévigné, qui avait interprété Don Buono pour les représentations au parc Chanot.

 

« Tristan a contacté ma mère pour demander que ma sœur Marie (16 ans) et moi jouions le rôle de coaches en Alsace, raconte Lucas. On a accepté tout de suite, parce que l'aventure de la "Don Bosco Academy" avait tellement été exceptionnelle qu'on n'a pas hésité une seconde ! »

 Wittenheim Academy Lucas Marie Lucas et Marie Rizzo, 13 et 16 ans, élèves à Sévigné, ont déjà quelques tournées à leur actif, en tant que comédiens et coaches !

Pour coacher Antoine, Lucas sèche des cours et embarque dans l'aventure alsacienne. Il rencontre Antoine et l'entente se tisse, spontanément. « Tristan m'avait dit qu'il avait beaucoup de mal à apprendre les textes et qu'il y avait un risque qu'il craque. Mais moi, j'ai vu qu'il connaissait bien son texte, ce qui traduisait bien sa motivation. Son problème, analyse-t-il, c'est qu'il lisait trop : il ne le vivait pas ».

 

Pour Lucas, si Tristan a justement fait appel à lui, c'est qu'il fait du théâtre comme il est « dans la vraie vie : je rigole, je suis moi-même... J'improvise beaucoup, je vis le truc ! Pour moi, c'est ça qui fait la différence ! »

 

« Ce que je lui ai dit, c'est qu'il pouvait y arriver, simplement parce que moi je suis dyslexique, et que j'y suis arrivé ! Je lui ai dit aussi qu'il allait adorer ce rôle, et que si Tristan lui avait donné, c'est qu'il avait confiance en lui. Enfin, que j'étais là et qu'il pouvait craquer : j'étais là pour l'aider et le soutenir ».

 

Prêts à reprendre du service

Au final, Antoine assure le show, et n'oublie pas de remercier son coach personnel. « Il a vachement apprécié mon aide, confie Lucas. A la dernière représentation, il m'a dit que c'était grâce à moi s'il avait réussi : je lui ai redonné confiance ».

 

Aujourd'hui, Lucas est retourné à Marseille, et a pu rattraper les cours grâce à ses camarades. Il a gardé contact avec Antoine, avec qui ils s'échangent des messages. Si ses performances théâtrales n'ont pas laissé insensible son papa et l'ensemble de son entourage, il poursuit toujours le rêve d'être cuisinier : « le théâtre, c'est plus un plaisir, avoue-t-il ». Mais, reconnaît-il, si Tristan lui redemandait de coacher : « j'accepterais volontiers ! »

 

Le 2 mai prochain, il sera avec Marie, sa sœur, dans la troupe qui interprètera la « Don Bosco Academy » devant 600 jeunes religieuses et religieux, réunis par la CORREF.

 

 

Rémi Favresse

23 avril 2015

 

 

 

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd'hui....


Lourdes 2019

congres lourdes 2019 salesien don bosco

Toutes les informations sur le pèlerinage Lourdes 2019...

Mot du jour

52 paroles s2 e8

Le rire est le propre de l’homme. On pourrait parodier en disant qu’il est le propre des jeunes. En fait, pour eux, ce sont les petits riens, voire les bêtises, qui prêtent à rire. Et, bien sûr, la plus part du temps, ce sont des moments vécus en bande.

Par tempérament ou pour cacher sa timidité les jeunes aiment rire. Pour Hugo « Ça redonne de l’énergie, c’est comme du sucre. » Ils ne font pas allusion à de grands comiques que l’on peut entendre sur les médias mais, c’est bien dans des moments passés entre eux que se partagent d’abord les rires. Et, pour en souligner l’importance, Hugo de conclure. « Une semaine sans rigoler, je suis pas bien. »

Question : Veillons-nous à ce que le rire soit un moment important de partage dans nos familles ?

Voir le 8è épisode de la saison 2 : Qu’est-ce qui te fait rire ?

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Ils nous parlent de l’Europe

      don bosco minimes europe En novembre dernier, 60 élèves, en 3è à l'école Notre-Dame-des-Minimes à Lyon, sont partis dans l’Est de la France pour un voyage scolaire d’une semaine intitulé : « Voyage de mémoire. De la guerre à la paix ». Ils ont découvert les lieux des deux guerres mondiales ainsi que le parlement européen de Strasbourg. Mathis, Thomas et Mathis nous parlent de leurs visions de l’Europe.

      Lire la suite

    • Construire l’Europe aux yeux des jeunes

      MSJ jeunes vote europe 01 Ils n’étaient pas encore nés lorsque la Communauté Economique Européenne a été créée en 1957. Ils ont entre 20 et 30 ans. Pablo est espagnol, Antonija croate, Anne-Florence française. Engagés dans le Mouvement Salésien des Jeunes au sein de leur pays et au niveau de l’Europe, ils nous partagent leur vision de l’Europe et ce que le « vieux continent » apporte à leur pays.

      Lire la suite

    • Les citoyens ont besoin de l’Europe

      citoyens europe don bosco 2019 02 Bogna Suda est polonaise. Elle travaille au Parlement européen depuis plus de 15 ans. Elle est conseillère dans un groupe politique et dirige une équipe de 9 personnes. Elle explique le travail du Parlement et relève les défis à venir.

      Lire la suite

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite