Wittenheim Academy solidarite couvLes dernières représentations de la « Don Bosco Academy » à Marseille, dans l'Ouest et en Alsace, ont permis une entraide exceptionnelle entre les jeunes des différents établissements. Une solidarité qui, en plus de dépasser la sphère régionale, illustre parfaitement les vertus fédératrices de la comédie musicale.

 

Au sortir de la dernière représentation à Wittenheim, Tristan de Groulard, auteur et metteur en scène de la « Don Bosco Academy », ne cache pas sa satisfaction : non seulement les jeunes ont été à la hauteur de l'événement, mais ils ont su faire bloc alors que, de prime abord, rien ne les rassemblait. « Les chefs d'établissement ont été les premiers surpris de l'entente naturelle et spontanée entre les élèves, confie-t-il, alors qu'ils viennent parfois de milieux et de formations très différents ». Un exemple, parmi d'autres : la belle complicité entre les jeunes de Landser (lycée général) et de Wittenheim (lycée technique et professionnel).

 Wittenheim Academy Elora Landser Elora, élève en Terminale à Landser, a joué Soeur Claire dans l'Ouest et à Mulhouse

« Sans langue de bois, c'est une expérience vraiment intéressante, affirme Elora, 18 ans, élève en Terminale à Landser. Simplement parce que, quand on arrive, on ne connaît personne et, quand on repart : on est une famille ». Un témoignage d'autant plus fort qu'Elora a vécu la tournée de l'Ouest avant de s'associer à la troupe alsacienne...

 

Un « transfert » judicieux !

« J'ai fait la tournée dans l'Ouest pour dépanner, parce que la jeune qui jouait Sœur Claire s'est désistée au dernier moment, explique-t-elle. C'était vraiment intense, mais on s'est tous défoncés ! Il y avait sept représentations au total : autant dire qu'on n'a pas beaucoup dormi ! »

 

« On se retrouvait avec ce désistement à 24h de la Première, abonde Tristan. Du coup, pour ne pas déstabiliser la troupe en recrutant une jeune qui ne connaissait pas le script et n'avait pas participé à la semaine de répétitions, j'ai fait venir Elora, qui connaissait les chorégraphies, les chants et le texte de Sœur Claire. Et le fait est qu'elle a boosté la troupe par son enthousiasme et son implication. »

 

« On n'a pas hésité une seconde ! »

Une coopération interrégionale qui a fonctionné pour un autre rôle, et non des moindres : celui de Don Buono, personnage central du spectacle. En Alsace, Tristan confie le rôle à Antoine. Pour l'aider à bien tenir son rôle, il fait appel à Lucas, 13 ans, élève à Marseille-Sévigné, qui avait interprété Don Buono pour les représentations au parc Chanot.

 

« Tristan a contacté ma mère pour demander que ma sœur Marie (16 ans) et moi jouions le rôle de coaches en Alsace, raconte Lucas. On a accepté tout de suite, parce que l'aventure de la "Don Bosco Academy" avait tellement été exceptionnelle qu'on n'a pas hésité une seconde ! »

 Wittenheim Academy Lucas Marie Lucas et Marie Rizzo, 13 et 16 ans, élèves à Sévigné, ont déjà quelques tournées à leur actif, en tant que comédiens et coaches !

Pour coacher Antoine, Lucas sèche des cours et embarque dans l'aventure alsacienne. Il rencontre Antoine et l'entente se tisse, spontanément. « Tristan m'avait dit qu'il avait beaucoup de mal à apprendre les textes et qu'il y avait un risque qu'il craque. Mais moi, j'ai vu qu'il connaissait bien son texte, ce qui traduisait bien sa motivation. Son problème, analyse-t-il, c'est qu'il lisait trop : il ne le vivait pas ».

 

Pour Lucas, si Tristan a justement fait appel à lui, c'est qu'il fait du théâtre comme il est « dans la vraie vie : je rigole, je suis moi-même... J'improvise beaucoup, je vis le truc ! Pour moi, c'est ça qui fait la différence ! »

 

« Ce que je lui ai dit, c'est qu'il pouvait y arriver, simplement parce que moi je suis dyslexique, et que j'y suis arrivé ! Je lui ai dit aussi qu'il allait adorer ce rôle, et que si Tristan lui avait donné, c'est qu'il avait confiance en lui. Enfin, que j'étais là et qu'il pouvait craquer : j'étais là pour l'aider et le soutenir ».

 

Prêts à reprendre du service

Au final, Antoine assure le show, et n'oublie pas de remercier son coach personnel. « Il a vachement apprécié mon aide, confie Lucas. A la dernière représentation, il m'a dit que c'était grâce à moi s'il avait réussi : je lui ai redonné confiance ».

 

Aujourd'hui, Lucas est retourné à Marseille, et a pu rattraper les cours grâce à ses camarades. Il a gardé contact avec Antoine, avec qui ils s'échangent des messages. Si ses performances théâtrales n'ont pas laissé insensible son papa et l'ensemble de son entourage, il poursuit toujours le rêve d'être cuisinier : « le théâtre, c'est plus un plaisir, avoue-t-il ». Mais, reconnaît-il, si Tristan lui redemandait de coacher : « j'accepterais volontiers ! »

 

Le 2 mai prochain, il sera avec Marie, sa sœur, dans la troupe qui interprètera la « Don Bosco Academy » devant 600 jeunes religieuses et religieux, réunis par la CORREF.

 

 

Rémi Favresse

23 avril 2015

 

 

 

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd'hui....


Mot du jour

A Rome, les Salésiens de Don Bosco ont en charge les Catacombes Saint Calixte. On peut y voir une copie, en marbre, du chef d’œuvre du sculpteur italien Stefano Maderno : le martyr de Ste Cécile. Au début du 3e siècle, la jeune Cécile, mariée à Valérien, fut, à la suite de celui-ci, condamnée à mort et décapitée, pour avoir refusé d’adorer les dieux romains. Comment cette jeune femme est-elle devenue la patronne des musiciens ? La légende autour de sa vie raconte que « pendant qu’on la martyrisait, Cécile chantait à Dieu dans son cœur ». Qu’importe qu’elle ait chanté ou non, depuis le XVe siècle, nombre de peintres ont représenté la sainte avec un instrument, très souvent un orgue portatif ; et plusieurs musiciens, comme Gounod (messe solennelle de Ste Cécile) ou Chausson (Légende de Ste Cécile), l’ont honorée de leurs compositions. De nos jours encore, nombreuses sont les Harmonies qui portent son nom et font leur fête en l’honneur de la sainte.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Le train de la mémoire retour d'Auschwitz
Antoine, aumônerie d'Amboise.
Voir l'article

Sœur Pilar, Salésienne de Don Bosco témoingne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Maud Fontenoy, marraine du 30è anniversaire de
l'association Diamond
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Les challenges sur internet sont-ils dangereux ?

      ice bucket challenge 001 Depuis de nombreux mois, les challenges ont pris une ampleur importante sur internet, sur les réseaux sociaux. On peut en trouver de tous types, du divertissant, à l’émouvant, en passant par le vulgaire ou le dangereux. Mais en quoi consiste un challenge ?

      Lire la suite

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite

    • « Apprends-moi la nature » en camp ou en classe

      apprends moi la nature 002 Jouer avec la nature est un chemin vers une pédagogie positive et bienveillante. L’objectif principal est de favoriser des moments de partage entre adultes et jeunes enfants autour de la découverte de la nature. L’idée est de percevoir la nature comme médiateur de jeux, de relations, de découvertes entre l’enfant et ses pairs. Les exemples sont nombreux : camp avec les scouts, classe verte ou classe d’intégration, comme à Farnières.

      Lire la suite

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite