Wittenheim Academy solidarite couvLes dernières représentations de la « Don Bosco Academy » à Marseille, dans l'Ouest et en Alsace, ont permis une entraide exceptionnelle entre les jeunes des différents établissements. Une solidarité qui, en plus de dépasser la sphère régionale, illustre parfaitement les vertus fédératrices de la comédie musicale.

 

Au sortir de la dernière représentation à Wittenheim, Tristan de Groulard, auteur et metteur en scène de la « Don Bosco Academy », ne cache pas sa satisfaction : non seulement les jeunes ont été à la hauteur de l'événement, mais ils ont su faire bloc alors que, de prime abord, rien ne les rassemblait. « Les chefs d'établissement ont été les premiers surpris de l'entente naturelle et spontanée entre les élèves, confie-t-il, alors qu'ils viennent parfois de milieux et de formations très différents ». Un exemple, parmi d'autres : la belle complicité entre les jeunes de Landser (lycée général) et de Wittenheim (lycée technique et professionnel).

 Wittenheim Academy Elora Landser Elora, élève en Terminale à Landser, a joué Soeur Claire dans l'Ouest et à Mulhouse

« Sans langue de bois, c'est une expérience vraiment intéressante, affirme Elora, 18 ans, élève en Terminale à Landser. Simplement parce que, quand on arrive, on ne connaît personne et, quand on repart : on est une famille ». Un témoignage d'autant plus fort qu'Elora a vécu la tournée de l'Ouest avant de s'associer à la troupe alsacienne...

 

Un « transfert » judicieux !

« J'ai fait la tournée dans l'Ouest pour dépanner, parce que la jeune qui jouait Sœur Claire s'est désistée au dernier moment, explique-t-elle. C'était vraiment intense, mais on s'est tous défoncés ! Il y avait sept représentations au total : autant dire qu'on n'a pas beaucoup dormi ! »

 

« On se retrouvait avec ce désistement à 24h de la Première, abonde Tristan. Du coup, pour ne pas déstabiliser la troupe en recrutant une jeune qui ne connaissait pas le script et n'avait pas participé à la semaine de répétitions, j'ai fait venir Elora, qui connaissait les chorégraphies, les chants et le texte de Sœur Claire. Et le fait est qu'elle a boosté la troupe par son enthousiasme et son implication. »

 

« On n'a pas hésité une seconde ! »

Une coopération interrégionale qui a fonctionné pour un autre rôle, et non des moindres : celui de Don Buono, personnage central du spectacle. En Alsace, Tristan confie le rôle à Antoine. Pour l'aider à bien tenir son rôle, il fait appel à Lucas, 13 ans, élève à Marseille-Sévigné, qui avait interprété Don Buono pour les représentations au parc Chanot.

 

« Tristan a contacté ma mère pour demander que ma sœur Marie (16 ans) et moi jouions le rôle de coaches en Alsace, raconte Lucas. On a accepté tout de suite, parce que l'aventure de la "Don Bosco Academy" avait tellement été exceptionnelle qu'on n'a pas hésité une seconde ! »

 Wittenheim Academy Lucas Marie Lucas et Marie Rizzo, 13 et 16 ans, élèves à Sévigné, ont déjà quelques tournées à leur actif, en tant que comédiens et coaches !

Pour coacher Antoine, Lucas sèche des cours et embarque dans l'aventure alsacienne. Il rencontre Antoine et l'entente se tisse, spontanément. « Tristan m'avait dit qu'il avait beaucoup de mal à apprendre les textes et qu'il y avait un risque qu'il craque. Mais moi, j'ai vu qu'il connaissait bien son texte, ce qui traduisait bien sa motivation. Son problème, analyse-t-il, c'est qu'il lisait trop : il ne le vivait pas ».

 

Pour Lucas, si Tristan a justement fait appel à lui, c'est qu'il fait du théâtre comme il est « dans la vraie vie : je rigole, je suis moi-même... J'improvise beaucoup, je vis le truc ! Pour moi, c'est ça qui fait la différence ! »

 

« Ce que je lui ai dit, c'est qu'il pouvait y arriver, simplement parce que moi je suis dyslexique, et que j'y suis arrivé ! Je lui ai dit aussi qu'il allait adorer ce rôle, et que si Tristan lui avait donné, c'est qu'il avait confiance en lui. Enfin, que j'étais là et qu'il pouvait craquer : j'étais là pour l'aider et le soutenir ».

 

Prêts à reprendre du service

Au final, Antoine assure le show, et n'oublie pas de remercier son coach personnel. « Il a vachement apprécié mon aide, confie Lucas. A la dernière représentation, il m'a dit que c'était grâce à moi s'il avait réussi : je lui ai redonné confiance ».

 

Aujourd'hui, Lucas est retourné à Marseille, et a pu rattraper les cours grâce à ses camarades. Il a gardé contact avec Antoine, avec qui ils s'échangent des messages. Si ses performances théâtrales n'ont pas laissé insensible son papa et l'ensemble de son entourage, il poursuit toujours le rêve d'être cuisinier : « le théâtre, c'est plus un plaisir, avoue-t-il ». Mais, reconnaît-il, si Tristan lui redemandait de coacher : « j'accepterais volontiers ! »

 

Le 2 mai prochain, il sera avec Marie, sa sœur, dans la troupe qui interprètera la « Don Bosco Academy » devant 600 jeunes religieuses et religieux, réunis par la CORREF.

 

 

Rémi Favresse

23 avril 2015

 

 

 

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd'hui....


Lourdes 2019

congres lourdes 2019 salesien don bosco

Toutes les informations sur le pèlerinage Lourdes 2019...

Mot du jour

52 paroles s1 e11

On pourrait reformuler ainsi la question : « Qui détestes-tu le plus ? » On a le plaisir de constater que beaucoup rejettent « détester » comme trop fort ou loin de leurs sentiments. Quand ce verbe s’applique, c’est à ceux qui ont souffert de la maltraitance ou de la trahison d’un de leur proche.

Nos interviewés n’aiment pas les racistes, les homophobes, ceux qui manquent d’ouverture d’esprit, les radins, les moqueurs mais surtout les prétentieux et les gens trop sûr d’eux. La liste n‘est pas exhaustive. Pourtant certains essaient de comprendre cette inimitié. Pour Maxime « Quelqu’un, il a forcément quelque chose de bon et du coup, si on cherche bien, on ne peut pas détester quelqu’un. »

Question : Avons-nous le souci d’aller au-delà de nos détestations ?

Voir le 11è épisode : Qu’est-ce que tu détestes le plus ?

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite