FestiClip CJB Wittenheim Creativite Une Il n'était à la base qu'un pari à l'issue incertaine : c'est aujourd'hui un événement majeur du calendrier salésien – et même au-delà ! Pour son 10e anniversaire, le FestiClip, festival « par les jeunes, pour les jeunes », a mis les petits plats dans les grands, sans abandonner la recette qui a fait le succès des précédentes éditions : une sélection de qualité, un jury et un public consciencieux dans leurs choix... et de la bonne humeur. Beaucoup de bonne humeur !

 

Il est minuit passée quand le jury revient dans l'auditorium du Centre Jean Bosco. La délibération est terminée. Dans l'attente anxieuse qui précède la proclamation, les jeunes y vont de leur pronostic. Certains d'entre eux sont des habitués. Pour d'autres, par contre, c'est une grande première.

 

Parmi les établissements en lice cette année, des fidèles de la première heure – Feurs, Marseille, Lyon, Pouillé – et des petits nouveaux, comme les lycées Marmoutier de Tours et Saint-Vincent/Saint-Bernard de Châtillon-sur-Seine. Nouveauté 2015 : la sélection intègre également des courts-métrages étrangers. Dans la salle, trois délégations représentent les provinces du Portugal, de l'Espagne et de l'Irlande. Un signe fort, qui souligne bien la notoriété d'un festival considéré comme une référence à l'échelle continentale !

 

FestiClip CJB Participants Jury Ensemble

Respect et bienveillance

18h. Jacques Rey, organisateur de l'événement depuis sa création, prend la parole. Le FestiClip, rappelle-t-il, était « un pari dont on était loin d'être sûr de la réussite ». Dix ans plus tard, force est de constater que l'événement est un succès, en témoigne « la qualité des films, qui n'a cessé de progresser, année après année ». Né de deux certitudes, celle que les jeunes ont du talent et celle que l'outil multimédia est un moyen d'expression plébiscité par les jeunes générations, le FestiClip reste fidèle à son image de marque : celle d'un « festival par les jeunes, pour les jeunes, où ceux-ci peuvent s'exprimer et partager leurs préoccupations ».

 

Cette année, les thèmes de la drogue et de la calomnie prédominent, mais sont traités sous différents angles. De fait, le festival donne toujours la liberté aux participants de choisir le thème de leurs films, pour favoriser le débat et permettre la réflexion. La force du festival : accueillir chaque production avec respect et bienveillance, loin des sifflets et des broncas cannois.

 

FestiClip CJB Clown Spectacle

Clown et bougies

« J'ai la joie et l'honneur d'ouvrir officiellement la 10e édition du FestiClip ». Daniel Federspiel, Provincial des Salésiens et Président du jury, lance la soirée. Les quatre premiers films sont projetés, puis quatre autres, après une démonstration de danses par Océane et Melvin, venus tout exprès du lycée Sainte-Marie de Bailleul.

 

Il est 22h quand Charlie Chaplin investit la scène pour un show de 20 minutes. Sous le chapeau melon : le Père Vincent Grodziski, Vicaire provincial, dont on connaissait encore peu les talents de clown. Quatre personnes du public participent allègrement à son spectacle-surprise, pour le plus grand bonheur de l'assistance, hilare et conquise. Quand les applaudissements se tarissent enfin, la chanson « Happy Birthday » retentit : c'est l'heure d'aller souffler les dix bougies du festival... et de reprendre des forces avant le bouquet final !

 

Trois récompenses pour des habitués

FestiClip CJB Prix Jury Feurs Pour la 2e année consécutive, le lycée du Puits de l'Aune remporte le Prix du Jury !

Les quatre derniers films viennent d'être projetés. Océane régale l'assistance par une démo de flamenco. Il est temps de connaître les résultats de cette 10e édition. Le premier prix décerné, celui de la Créativité, revient au lycée Don Bosco de Wittenheim, pour l'originalité de son court-métrage « Bas les masques ». Puis vient le Prix du Public, remis à l'institut Lemonnier de Caen pour « Le sens de la vie selon Jordan ». L'établissement est un habitué de ce prix : il l'avait déjà obtenu l'an passé pour « Un Bonnet au Panier ».

 

Puis vient le lauréat : le lycée du Puits de l'Aune (lui-aussi déjà récompensé du même prix en 2014, pour « On l'a bu »), pour le clip « Rumeurs », qui traite avec justesse des dégâts de la calomnie par le biais des réseaux sociaux. « Nous soulignons le caractère percutant du message », commente le jury, bluffé par un film qui souligne avec force « la banalité de la cruauté » dans notre société. La soirée s'achève avec le Mot du Soir, offert sous forme de chanson par Théo Mertens. Les clips seront bientôt tous visibles sur le site du FestiClip : www.donboscomedia.com.

 

Epilogue

1h30 du matin. Raphaël Janiec, adjoint en pastorale à Don Bosco Marseille, est alpagué par l'un de ses jeunes. « Raphaël ! Raphaël ! J'ai réfléchi à un scénario pour notre film l'année prochaine »...

 

...La suite est (encore) à inventer.

 

 

Une journée placée sous le signe du cinéma !

10e anniversaire oblige, les organisateurs du FestiClip ont voulu "prolonger" la soirée en permettant aux personnes présentes de participer, durant la journée du samedi, à des ateliers de techniques cinématographiques. Une opportunité d'échanger notamment sur les difficultés rencontrées durant les différentes étapes de la production, et d'apprendre à mieux maîtriser la prise de vue et la prise de son. 

 

Pendant que certains perfectionnaient leur pratique cinématographique, d'autres ont profité du temps libre pour aller visiter le Musée Miniature et Cinéma, dont les premiers étages offrent un panorama extrêmement clair des différentes étapes de la production d'un blockbuster américain. L'occasion, aussi, d'en savoir davantage sur les différentes techniques d'effets spéciaux, et de découvrir une grande collection de décors et de costumes familiers. On trouve notamment le masque ayant servi à Madame Doubtfire, quelques Gremlins disséminés, la reine Alien et le masque de Maximus, le héros de Gladiator ! Frissons garantis !

Rémi Favresse

4 juin 2015

 

 

Festiclip 2015 - Prix du Jury : "Rumeur" par les lycéens du Puits de l'Aune (Feurs - 42)

 

 

Festiclip 2015 - Prix du public : "Le sens de la vie selon Jordan" par les lycéens de l'Institut Lemonnier (Caen - 14)

 

 

Festiclip 2015 - Prix de la créativité : "Bas Les Masques" par les lycéens de Don Bosco Wittenheim (67)


Mot du jour

Et Dieu dit : « Voici le signe de l'alliance que j'établis entre moi et vous et tous les êtres vivants qui sont avec vous pour les générations à venir. Je place mon arc dans la nuée pour qu'il soit le signe de l'alliance entre moi et la terre. »

Je regarde l'arc-en-ciel et j'imagine ces rayons de lumière qui traversent les gouttes d'eau des nuages et libèrent leur couleur !

Je prends conscience du don de Dieu qui traverse les tempêtes de nos vies et transforme en lumière la grisaille qui nous emprisonne.

La lumière de Dieu est un fuseau qui sans cesse jaillit de son cœur d'amour et qui se répand sur nous.

Entrer dans son alliance, c'est ouvrir une brèche pour que cet arc lumineux vienne transformer nos vies ! Notre cœur chante alors, joyeux, comme les oiseaux pépient lorsque l'orage est enfin passé.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Lucie
Voir l'article

Campobosco 2017
le diaporama
Voir l'article

« On va tout faire pour »
par les élèves de Lyon-Pressin
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

https://vimeo.com/221142294
  • International

    • Label salésien : Rebattre les cartes de la nutrition

      lappel nutrition tchad 004 Depuis trente ans, l’association Appel Durance œuvre pour lutter contre la malnutrition des enfants au Tchad, en partenariat avec les villageois. Cette association utilise la méthodologie des « Nutricartes » qui obtient de très bons résultats. Don Bosco Aujourd’hui a voulu en savoir plus et a interviewé sa présidente, Anne Vincent.

      Lire la suite

    • Salvador - Terre des Jeunes : une association pour les jeunes de la rue

      terre des jeunes 000 En 2011, dans le cadre de ses études en sociologie sur les enfants des rues, Simon-Pierre Escudero part au Salvador pour un travail recherche. À ce moment là, plus aucune institution ne travaille directement auprès de ces enfants. Depuis, il a fondé une association et il travaille dans les “quartiers chauds” avec Victoria, salésienne coopératrice, salvadorienne.

      Lire la suite

    • Congo : Comment soutenir l’emploi ?

      rdc via don bosco 001 La République Démocratique du Congo est le premier pays partenaire de VIA Don Bosco. Aujourd’hui, les relations avec le Congo sont toujours privilégiées. L’ONG soutient l’emploi des jeunes qui sortent des écoles de formation professionnelle du réseau Don Bosco.Logo video80

      Lire la suite

    • En Croatie, cicatrices de la guerre et espoirs salésiens

      don bosco croatie 004 Les Salésiens sont en Croatie depuis 1914. Le pays a connu de grands bouleversements depuis le début du siècle avec la dictature de Tito puis la guerre d’indépendance. Le témoignage du père Goran Antunovic, 32 ans, Salésien à Rijeka, donne un aperçu de la situation actuelle des religieux et de l’Eglise du pays.

      Lire la suite

  • Société

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite

    • Amine : du Ghana à l’Allemagne et retour…

      Amine Après cinq années de voyage – où il a connu la peur et l’angoisse – Amine, 23 ans, originaire du Ghana, a réussi à gagner Stuttgart en Allemagne. Mais sa demande de régularisation n’a pu aboutir. Il y a quelques semaines, Amine a été reconduit au Ghana. Durant son passage en Europe, des salésiens de Don Bosco l’ont accueilli et accompagné. L’interview a été réalisé, alors qu’Amine se trouvait en Allemagne.

      Lire la suite

    • Les jeunes migrants deviennent acteurs avec Welcome Jeunes

      JRS Welcome Jeunes au Campobosco 001 L'idée phare du programme Welcome Jeunes est de permettre aux réfugiés de sortir du statut de bénéficiaire dans lesquels ils sont souvent placés et de devenir des acteurs. Interview de Lucile, responsable du programme, que nous avons rencontrée au Campobosco l’an dernier.

      Lire la suite