Colloque Valdocco Mutuelle Cardo Le vendredi 5 juin dernier s'est tenu, à la Mutuelle Saint-Christophe, le deuxième colloque organisé par la famille salésienne à l'occasion du bicentenaire. Accueillis par une introduction remarquée du Provincial Daniel Federspiel, les sept intervenants à la table-ronde ont chacun réagi à la question de la « relation éducative » chère à Don Bosco et aux salésiens.

 

Le carton d'invitation annonçait pour thème « Don Bosco et la Société ». De fait, les débats se sont très vite orientés vers les questions de la relation éducative et de la prévention de la délinquance. Et c'est au Père Daniel Federspiel (ic action playvidéo) qu'est revenue la lourde tâche d'initier la discussion. Dans une allocution remarquée, parce que remarquable, le Provincial a insisté sur ce qui, à ses yeux, constitue le « plus fondamental de tous les sens : le toucher » : « Quand tu regardes, quand tu écoutes, quand tu parles, quand tu sens, la relation est toujours univoque : elle va seulement dans un sens, elle n'implique pas de relation. Mais quand je touche, cela implique une relation : je ne peux pas toucher quelqu'un sans qu'il ne s'en rende pas compte ! C'est pourquoi il faut une très grande délicatesse de notre part, et beaucoup de respect. Il faut aussi que l'autre se laisse toucher. Or, Don Bosco a su toucher les jeunes de son temps, et comment ? Par la confiance et une extrême bienveillance. » Les débats étaient lancés...

 

ic action playVidéos : voir les extraits des interventions...

 

Vers une réhabilitation de l'affectif dans la relation éducatif ?

Colloque Valdocco Mutuelle Intervenants

Fondateur des Valdocco de France (Argenteuil, Lyon, Nice, Lille) avec la passion qui le caractérise, le Père Jean-Marie Petitclerc (ic action playvidéo) a ouvert la table-ronde en retraçant les grandes lignes de la pédagogie salésienne depuis Don Bosco jusqu'à nos jours. « Aujourd'hui, comme hier, conclue-t-il, les défis sont toujours nombreux : celui de la violence, celui de l'autorité, celui du vivre ensemble. Dans ce contexte, le rôle de l'adulte est de réguler l'agressivité, d'inspirer la confiance, d'être crédible et de favoriser la fraternité. Don Bosco a su faire cela et s'entourer de nombreux disciples pour l'aider. »

 

François Le Clère, (ic action playvidéo) Directeur général des Valdocco, évoque, quant à lui, la nécessité de « pratiquer le chemin des 3A dans la relation éducative : "Approche, Alliance, Accompagnement". Pour ce faire, le jeune directeur invite à relever trois défis : « le lien entre l'adulte et le jeune, l'esprit de famille et la capacité à se laisser "entamer" et "toucher" par le jeune. »

 

De l'importance du climat de confiance dans les quartiers

Ancien Député-maire de Chanteloup-les-Vignes, Pierre Cardo (ic action playvidéo) a pris le temps de rappeler le contexte de violences préalable à la création (avec Jean-Marie Petitclerc) des Messagers, dépêchés pour limiter les actes de malveillance et rétablir un bon climat dans la cité. « Aujourd'hui, dit-il, on a toujours besoin d'éducateurs de proximité. La violence ne se règle pas par la violence, mais par le dialogue, en créant un climat de confiance. »

 Colloque Valdocco Mutuelle Audience

De son côté, Christine Rossignol, (ic action playvidéo) Directrice du Pôle Scolarité et prévention du décrochage scolaire à la Fondation d'Auteuil, s'est indignée des situations de décrochage dans un contexte où l'école est ouverte à tous. « L'école va mal, diagnostique-t-elle, mais le plus important reste peut-être ce qui se joue en-dehors de l'école, à la maison, en famille et dans les associations qui s'occupent du soutien scolaire. Pour elle, le « besoin d'alternatives est encore grand. »

 

Après que le Père Emmanuel Besnard (ic action playvidéo) ait évoqué la question de la sanction dans la pédagogie salésienne (« Il faut savoir être inventif, car la sanction doit transmettre des repères et permettre au jeune qui a commis une faute de restaurer ses capacités à réussir et faire appel à la sagesse et à la patience. »), M. Amédée Lathoud, ancien Directeur de l'administration pénitentiaire, a rappelé ce qui était essentiel en matière d'éducation : « Une forte capacité d'innovation et de création ». Surtout, Amendé Lathoud (ic action playvidéo) a défendu une éducation sur le terrain du jeune : « Ce n'est pas en déportant les jeunes qu'on pouvait les sauver du temps de Don Bosco. Aujourd'hui non plus. C'est donc dans les quartiers que doit se faire le travail éducatif. C'est pour cela que le système préventif, imaginé par Don Bosco, est précieux, car il allie le sens de la fête, de la joie et du beau. C'est fédérateur et libérateur ! »

 

« Voilà, conclue-t-il, ce qui caractérise les salésiens et tous ceux qui travaillent avec eux : et ça marche toujours aujourd'hui, près de 150 ans après la mort de Don Bosco, au plus grand bénéfice de la jeunesse ! »

 

 

Père Job Inisan, sdb

18 juin 2015

 

Extraits des interventions des conférenciers...

 

Père Daniel Federspiel, provincial

Père Jean-Marie Petitclerc

ic go up remonter en haut de l'article)

François Le Clère, directeur du Valdocco

Pierre Cardo, ancien Député-maire de Chanteloup-les-Vignes

 ic go up remonter en haut de l'article)

Christine Rossignol, prévention du décrochage scolaire

Père Emmanuel Besnard, Valdocco Nice

 

Amendé Lathoud, avocat général honoraire

 

 

 


Mot du jour

Lorsque Jean Bosco découvre la misère des jeunes, son premier objectif n’est pas de trouver une église ou de construire une école mais d’avoir un terrain pour jouer !

Aux éducateurs, il conseille : « Donnez ample liberté de sauter, de courir, de crier à cœur joie ». Et Marie-Dominique écrit aux sœurs de St-Cyr-sur-mer: « Dites bien aux filles que je veux qu’elles soient joyeuses, qu’elles sautent, qu’elles rient, qu’elles chantent… ! »

La cour de récréation est pour nos fondateurs, le cœur de tout acte éducatif, le centre de toutes les rencontres, de la détente, du petit mot de l’éducateur à l’oreille du jeune, du jeu collectif où chacun est vraiment lui-même, sans artifice, ni crainte ; où les aînés prennent en charge les plus petits et les timides ; où les adultes jouent avec les jeunes ; où l’on découvre ensemble les règles du vivre ensemble…

Tant et si bien qu’on dira : « Don Bosco parmi les jeunes, c’est Don Bosco dans la cour de récréation. »

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Étrenne 2018 du supérieur mondial des Salésiens
de Don Bosco : Cultivons l'art d'écouter et
d'accompagner (thème 2018 - © ANS)

Henri Marescaux témoigne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Sœur Pilar, Salésienne de Don Bosco témoigne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

Aurelie Monkam Noubissi
  • Société

    • Jean-Marie Petitclerc : « certains jeunes vivent mal Noël »

      rue de NoëlBientôt Noël, les rues et les maisons s’illuminent ! Il est temps de réfléchir à la fête, avec amis, famille, belle-famille… L’effervescence est au rendez-vous ! Pourtant, c’est l’une des périodes les plus difficiles pour les jeunes en institution. Voici le témoignage de Jean-Marie Petitclerc, qui durant 30 ans a dirigé des institutions sociales salésiennes.

      Lire la suite

    • Culture des jeunes : le rêve de devenir Youtubeurs

      YouTubeurs L’univers de Youtube est d’une grande richesse (musique, films…), mais les jeunes sont passionnés par ce que l’on appelle les youtubeurs. Vous connaissez ?

      Lire la suite

    • Les challenges sur internet sont-ils dangereux ?

      ice bucket challenge 001 Depuis de nombreux mois, les challenges ont pris une ampleur importante sur internet, sur les réseaux sociaux. On peut en trouver de tous types, du divertissant, à l’émouvant, en passant par le vulgaire ou le dangereux. Mais en quoi consiste un challenge ?

      Lire la suite

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite