Serdu-1 355x248Réponse de Roger Burggraeve, sdb. "Pour le moment, j'investis beaucoup avec mon copain. Je sais que cela ne durera pas, mais ça nous fait du bien..." Que penser de cette position ? Cette attitude est partagée par beaucoup de jeunes qui se lancent dans l'aventure des expériences sexuelles. Pourquoi ? Qu'est ce que cela leur apporte ?

 

Juste une relation intime intense

Les jeunes vivent leurs relations naissantes comme des relations d'exploration. Ils n'excluent pas un engagement possible, mais ce n'est pas leur affaire, ils ne se sentent pas capables de s'engager. Ils font preuve de réalisme : la stabilité affective qui peut garantir leur liberté de choix n'est pas encore acquise. Et donc, on continue de vivre chez papa et maman, mais on réserve le week-end pour une relation intime intense, qui n'est que cela : une expérience relationnelle affective.

 

"Enfin, j'existe aux yeux de quelqu'un"

Chacun y gagne quelque chose, une meilleure estime de soi : comme la rose du Petit Prince, j'existe comme quelqu'un d'unique, élu entre tous. J'existe aussi aux yeux du groupe : les jeunes aiment que les copains les voient ensemble, et si cela suscite de la jalousie, c'est encore mieux !

 

Une priorité : se sentir bien

 
Cette relation n'est pas vécue comme un processus d'apprentissage pour l'avenir : c'est un événement intense qui doit, dans le présent réaliser toute sa force et toute sa valeur. Carpe diem ! Il n'y a qu'une seule règle : se sentir bien. Une prioité : ça doit être cool. Il est vrai qu'implicitement, les grandes règles morales doivent être respectées : pas de violence, pas de mensonge, pas d'exploitation, et en plus, éviter le Sida et les grossesses.

 

D'autre part, il y a un contrat implicite, la relation doit être symétrique et réciproque : j'attends de toi des satisfactions, et tu es en droit d'en attendre autant de ma part. Si ce "bon ressenti" disparaît, la relation cesse, elle n'a plus de raison. Le seul avenir envisageable est de pouvoir répéter ce sentiment, et au mieux de l'intensifier. Mais, souvent, ces expériences ne sont pas envisagées comme la source d'un projet de vie, la construction d'une histoire : c'est trop risqué.


L'adulte a une parole à dire
 
Il reste que vous, en tant qu'adultes, vous avez une parole à dire sur leur expérience et les convictions qu'ils se sont forgés. Car vivre des essais et des échecs successifs, cela détruit justement ce qu'on croyait construire : dévalorisation de soi, "je ne suis pas capable d'accrocher quelqu'un pour toujours, ni d'aimer pour toujours". Et puis, on finit par s'ennuyer ensemble car, au fond, on n'a rien à se raconter, le passé ne compte pas, ni l'avenir.


Il n'y a pas que l'amour !

 

Il faut encourager les jeunes à développer le monde enrichissant de la camaraderie et de l'amitié où l'on apprend plus librement que dans les relations intimes à manier ses propres sentiments et ceux des autres. L'école ne peut zapper ce rôle de socialisation.

 

Toutes les formes de relations sont importantes...

Les jeunes le disent : "Une des meilleures choses qui me soit arrivée est de faire partie d'un mouvement de jeunesse". Il faut de ces lieux où l'on construit une culture de la relation.

Intervention de Roger BURGGRAEVE,

Salésien de Don Bosco

conseillé des évêques flamands

en matière de morale et de bioéthique

enseignant à l'Institut de catéchèse Lumen Vitae de Bruxelles

14 février 2013




 


 



Mot du jour

Dans la communication entre les êtres humains, la voix joue un rôle très particulier. Voix d’hommes, voix de femmes, voix d’enfants, chacune a sa tessiture et son timbre reconnaissable entre mille. Certains ont une voix chaude, vibrante, alors que d’autres ont une voix blanche, voire froide. Entre ces extrêmes, quantité de nuances… La voix est aussi un vecteur de la personnalité de celui qui parle ou qui chante, ce qui joue sur l’écoute de l’auditeur, son adhésion ou son opposition aux propos. Ce n’est pas pour rien que les chanteurs travaillent leur voix, leur façon d’émettre les sons ; ce n’est pas pour rien que les acteurs travaillent leur élocution ; ce n’est pas pour rien que les hommes politiques prennent des cours pour rendre plus convaincant leurs discours !

Qu’elle soit parlée ou chantée, la voix est un des organes essentiels de la communication entre les humains, mais aussi de la communication avec le Seigneur : « Seigneur, entends ma voix qui te supplie ». (Ps. 85)

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Le train de la mémoire retour d'Auschwitz
Antoine, aumônerie d'Amboise.
Voir l'article

Sœur Pilar, Salésienne de Don Bosco témoingne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Maud Fontenoy, marraine du 30è anniversaire de
l'association Diamond
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Les challenges sur internet sont-ils dangereux ?

      ice bucket challenge 001 Depuis de nombreux mois, les challenges ont pris une ampleur importante sur internet, sur les réseaux sociaux. On peut en trouver de tous types, du divertissant, à l’émouvant, en passant par le vulgaire ou le dangereux. Mais en quoi consiste un challenge ?

      Lire la suite

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite

    • « Apprends-moi la nature » en camp ou en classe

      apprends moi la nature 002 Jouer avec la nature est un chemin vers une pédagogie positive et bienveillante. L’objectif principal est de favoriser des moments de partage entre adultes et jeunes enfants autour de la découverte de la nature. L’idée est de percevoir la nature comme médiateur de jeux, de relations, de découvertes entre l’enfant et ses pairs. Les exemples sont nombreux : camp avec les scouts, classe verte ou classe d’intégration, comme à Farnières.

      Lire la suite

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite