Serdu-1 355x248Réponse de Roger Burggraeve, sdb. "Pour le moment, j'investis beaucoup avec mon copain. Je sais que cela ne durera pas, mais ça nous fait du bien..." Que penser de cette position ? Cette attitude est partagée par beaucoup de jeunes qui se lancent dans l'aventure des expériences sexuelles. Pourquoi ? Qu'est ce que cela leur apporte ?

 

Juste une relation intime intense

Les jeunes vivent leurs relations naissantes comme des relations d'exploration. Ils n'excluent pas un engagement possible, mais ce n'est pas leur affaire, ils ne se sentent pas capables de s'engager. Ils font preuve de réalisme : la stabilité affective qui peut garantir leur liberté de choix n'est pas encore acquise. Et donc, on continue de vivre chez papa et maman, mais on réserve le week-end pour une relation intime intense, qui n'est que cela : une expérience relationnelle affective.

 

"Enfin, j'existe aux yeux de quelqu'un"

Chacun y gagne quelque chose, une meilleure estime de soi : comme la rose du Petit Prince, j'existe comme quelqu'un d'unique, élu entre tous. J'existe aussi aux yeux du groupe : les jeunes aiment que les copains les voient ensemble, et si cela suscite de la jalousie, c'est encore mieux !

 

Une priorité : se sentir bien

 
Cette relation n'est pas vécue comme un processus d'apprentissage pour l'avenir : c'est un événement intense qui doit, dans le présent réaliser toute sa force et toute sa valeur. Carpe diem ! Il n'y a qu'une seule règle : se sentir bien. Une prioité : ça doit être cool. Il est vrai qu'implicitement, les grandes règles morales doivent être respectées : pas de violence, pas de mensonge, pas d'exploitation, et en plus, éviter le Sida et les grossesses.

 

D'autre part, il y a un contrat implicite, la relation doit être symétrique et réciproque : j'attends de toi des satisfactions, et tu es en droit d'en attendre autant de ma part. Si ce "bon ressenti" disparaît, la relation cesse, elle n'a plus de raison. Le seul avenir envisageable est de pouvoir répéter ce sentiment, et au mieux de l'intensifier. Mais, souvent, ces expériences ne sont pas envisagées comme la source d'un projet de vie, la construction d'une histoire : c'est trop risqué.


L'adulte a une parole à dire
 
Il reste que vous, en tant qu'adultes, vous avez une parole à dire sur leur expérience et les convictions qu'ils se sont forgés. Car vivre des essais et des échecs successifs, cela détruit justement ce qu'on croyait construire : dévalorisation de soi, "je ne suis pas capable d'accrocher quelqu'un pour toujours, ni d'aimer pour toujours". Et puis, on finit par s'ennuyer ensemble car, au fond, on n'a rien à se raconter, le passé ne compte pas, ni l'avenir.


Il n'y a pas que l'amour !

 

Il faut encourager les jeunes à développer le monde enrichissant de la camaraderie et de l'amitié où l'on apprend plus librement que dans les relations intimes à manier ses propres sentiments et ceux des autres. L'école ne peut zapper ce rôle de socialisation.

 

Toutes les formes de relations sont importantes...

Les jeunes le disent : "Une des meilleures choses qui me soit arrivée est de faire partie d'un mouvement de jeunesse". Il faut de ces lieux où l'on construit une culture de la relation.

Intervention de Roger BURGGRAEVE,

Salésien de Don Bosco

conseillé des évêques flamands

en matière de morale et de bioéthique

enseignant à l'Institut de catéchèse Lumen Vitae de Bruxelles

14 février 2013




 


 



Mot du jour

Ce qui est merveilleux avec Dieu, c'est que nous n'avons rien à prouver pour qu'il nous aime. 

Dans notre monde, nous avons toujours à mériter l'amour, à gagner la confiance, à prouver nos mérites. Dieu nous aime parce qu'il est Amour et nous sommes aimables à ses yeux parce que son regard est étincelle d'amour !

Quand j'ai mis au monde mon enfant, je l'ai regardé et je l'aimais comme ça, sans qu'il n’ait rien à faire, rien à dire, rien à prouver. Mon cœur débordait d'amour et de joie !

Sûrement, ce jour-là, j'étais très proche du cœur de Dieu !

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Lucie
Voir l'article

Campobosco 2017
le diaporama
Voir l'article

« On va tout faire pour »
par les élèves de Lyon-Pressin
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

https://vimeo.com/221142294
  • International

    • Label salésien : Rebattre les cartes de la nutrition

      lappel nutrition tchad 004 Depuis trente ans, l’association Appel Durance œuvre pour lutter contre la malnutrition des enfants au Tchad, en partenariat avec les villageois. Cette association utilise la méthodologie des « Nutricartes » qui obtient de très bons résultats. Don Bosco Aujourd’hui a voulu en savoir plus et a interviewé sa présidente, Anne Vincent.

      Lire la suite

    • Salvador - Terre des Jeunes : une association pour les jeunes de la rue

      terre des jeunes 000 En 2011, dans le cadre de ses études en sociologie sur les enfants des rues, Simon-Pierre Escudero part au Salvador pour un travail recherche. À ce moment là, plus aucune institution ne travaille directement auprès de ces enfants. Depuis, il a fondé une association et il travaille dans les “quartiers chauds” avec Victoria, salésienne coopératrice, salvadorienne.

      Lire la suite

    • Congo : Comment soutenir l’emploi ?

      rdc via don bosco 001 La République Démocratique du Congo est le premier pays partenaire de VIA Don Bosco. Aujourd’hui, les relations avec le Congo sont toujours privilégiées. L’ONG soutient l’emploi des jeunes qui sortent des écoles de formation professionnelle du réseau Don Bosco.Logo video80

      Lire la suite

    • En Croatie, cicatrices de la guerre et espoirs salésiens

      don bosco croatie 004 Les Salésiens sont en Croatie depuis 1914. Le pays a connu de grands bouleversements depuis le début du siècle avec la dictature de Tito puis la guerre d’indépendance. Le témoignage du père Goran Antunovic, 32 ans, Salésien à Rijeka, donne un aperçu de la situation actuelle des religieux et de l’Eglise du pays.

      Lire la suite

  • Société

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite

    • Amine : du Ghana à l’Allemagne et retour…

      Amine Après cinq années de voyage – où il a connu la peur et l’angoisse – Amine, 23 ans, originaire du Ghana, a réussi à gagner Stuttgart en Allemagne. Mais sa demande de régularisation n’a pu aboutir. Il y a quelques semaines, Amine a été reconduit au Ghana. Durant son passage en Europe, des salésiens de Don Bosco l’ont accueilli et accompagné. L’interview a été réalisé, alors qu’Amine se trouvait en Allemagne.

      Lire la suite

    • Les jeunes migrants deviennent acteurs avec Welcome Jeunes

      JRS Welcome Jeunes au Campobosco 001 L'idée phare du programme Welcome Jeunes est de permettre aux réfugiés de sortir du statut de bénéficiaire dans lesquels ils sont souvent placés et de devenir des acteurs. Interview de Lucile, responsable du programme, que nous avons rencontrée au Campobosco l’an dernier.

      Lire la suite