dessin3 355"Notre fils de quinze ans ne veut plus aller en colonie, il fait le projet de partir en vacances en camping avec deux copains. Cela nous paraît jeune." Réponse de J-F Meurs, directeur du centre de Farnières, sdb. Votre fils veut se lancer dans une nouvelle expérience : c'est plutôt bon signe ! Signe que vous lui avez donné assez d'autonomie pour qu'il ose le faire. Signe qu'il se sent assez sûr de lui-même pour se passer – au moins momentanément, et sans doute à certaines conditions - de la protection familiale. Qu'il y ait des inquiétudes chez vous, c'est plutôt normal, et vous pouvez les lui exprimer, car il y a toujours des risques.

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais c'est exactement ce dont les adolescents ont besoin : prendre des risques, affronter l'inconnu, mesurer leur débrouillardise, tester leur capacité de rencontrer des gens. C'est le temps pour lui de rechercher son indépendance et de bâtir sa propre vie sociale.

Dans une dynamique éducationnelle

En fait, vous êtes les mieux placés pour savoirs'il en est capable et donc pour décider en connaissance de cause :vous connaissez son degré de maturité, sa réactivité, sa façon de faire face et de prendre ses responsabilités. Dans quelle mesure lui faites-vous confiance? À cet âge, il a certainement déjà profité de "sorties", vous pouvez connaître son attitude face à l'alcool, sa capacité de gérer un budget, sa naïveté ou sa prudence à l'égard des inconnus, s'il fait exprès de marcher sur les peaux de banane ou s'il les évite.


En effet, il faut aborder cela dans une dynamique éducationnelle : l'histoire de son autonomie ne commence pas le jour où il vous fait cette demande, il y a tout ce qui a été vécu en amont. S'il est déjà allé en colonie, ou s'il fait du scoutisme, vous les aurez déjà préparé à vivre loin de vous. Comment organise-t-il son temps libre et ses loisirs ? À la campagne, les enfants de 10-12 ans ont la possibilité de jouer à faire du camping au fond du jardin, de passer une nuit avec un copain, ils ont une idée de ce que c'est. A-t-il déjà pris le train, le bus tout seul ? Vous l'avez peut-être encouragé à faire la cuisine de temps en temps ? Comment gère-t-il son argent, son compte en banque ?


dessin1 248Connaissez-vous ses copains ?

 

Si vous êtes accueillants, si votre maison est ouverte, il y a des chances pour que ses copains soient déjà passés chezvous, et vous savez si vous pouvez leur accorder votre confiance.

 

Vous préparez l'aventure avec eux, ce sera une façon de les accompagner et d'être présents avec eux quand ils seront loin. C'est l'occasion de dialogues familiaux enrichissants. Vous les initierez aux papiers d'assurance et au fonctionnement de leur carte de mutuelle. Vous conviendrez qu'il y aura régulièrement un appel téléphonique – pas tous les jours !

 

Vous voudrez sans doute savoir où ils vont, obtenir éventuellement une adresse. Pour ce qui est de boucler leur sac, c'est à eux de le faire, vous ne pouvez pas tout leur mâcher. Qu'il mange mal pendant unedizaine de jours, ce n'est pas grave.


Enfin, question la plus délicate : la sexualité. Il est important d'en parler avec votre enfant.

 

Dites-vous bien qu'après avoir goûté à la liberté, il est probable qu'il rentrera heureux de retrouver sa famille, un bon repas et un peu de confort, et de savourer encore unpeu l'insouciance de son enfance.

 

Jean-François MEURS
Jean-François Meurs, salésien de Don Bosco,

animateur auprès des jeunes

au Centre Spirituel de Farnières en Belgique.
4 juillet 2013


Mot du jour

La beauté est cette promesse posée là depuis toujours, au plus profond de notre être. « Tard, je t’ai aimée, beauté si ancienne. Tu étais au-dedans de moi-même et moi je te cherchais au-dehors. » St Augustin.

La beauté nous étonne, nous traverse, parce qu’elle révèle notre qualité d’être en perpétuel devenir. Beauté de la nature, selon les saisons. Beauté humaine des visages, du petit enfant jusqu’au vieillard radieux !

« La mission d’éduquer : quelle beauté ! » Ste Marie-Carmen Sallès. Beauté de voir le jeune grandir et s’épanouir dans la vie !

Beauté spirituelle, la vraie beauté ne se fige pas. Elle a des espaces nouveaux, harmonieux, par-delà les côtés difficiles de nos existences. « Si une action pouvait avoir cent visages. Il la faut regarder en celui qui est le plus beau. » St François de Sales.

Restons sur ce regard positif, salésien, de voir toujours le meilleur en chacun de nous !

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Étrenne 2018 du supérieur mondial des Salésiens
de Don Bosco : Cultivons l'art d'écouter et
d'accompagner (thème 2018 - © ANS)

Henri Marescaux témoigne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Sœur Pilar, Salésienne de Don Bosco témoigne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

Aurelie Monkam Noubissi