SERDU 1 PTITEMon fils, qui était très actif, ne veut plus rien faire. Il n'a pourtant que le choix (nous pouvons lui offrir beaucoup de choses et il est doué), mais c'est justement ça le problème : quand je lui dis « Décide-toi ! », il me répond : « Pourquoi est-ce qu'il faut toujours choisir ? ». Et il ajoute : « Pourquoi faut-il toujours réfléchir ? » J'aimerais comprendre ce qui lui arrive.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mai 68 est passé par là... Souvenez-vous : nos sociétés ont voulu être de plus en plus ouvertes, faire davantage de place à l'individu, offrir une grande liberté de choix. Chacun est invité à devenir le sujet de son existence. Au nom de cette liberté, nous sommes tous des « petites fabriques de soi », ce qui implique que nous soyons des créateurs de sens. C'est un bien, mais il y a un prix à payer : entrer dans un travail identitaire qui ne laisse pas de répit.

 

Ce n'est pas un hasard si le mot « identité » a explosé autour des années 1960. Auparavant, la société dictait son système de valeur, conférait le sens de votre vie selon la catégorie à laquelle vous apparteniez. Chacun savait qui il était, et s'il l'oubliait, les autres se chargeaient de le lui rappeler. Quand on est ceci, quand on vient de là, voilà ce qu'on peut espérer devenir.

 

Notre identité est complexe, mouvante, insaisissable

 

sERDU 2 355Les choses ne vont plus de soi, dans tous les domaines de l'existence, il faut faire des choix ; notre identité n'est pas fixée à jamais, nous ne le voulons pas d'ailleurs : nous valorisons les capacités de changement, de reconversion. Du coup, notre identité est complexe, mouvante, insaisissable. Je suis constamment face à des petites hypothèses de moi. Tel jour, je sens que je dois être très organisé, discipliné, imprégné par la valeur de l'effort, car une tâche s'impose à moi. Tel autre, mon modèle est celui de l'hédonisme, car je refuse de sacrifier mes rêves et je veux profiter du temps présent. Les jeunes le répètent à l'envie : « Carpe diem ».


Pour que cette vie soit supportable, il faut qu'elle ait du sens. Ce ne sera pas, généralement « LE » sens de ma vie, mais au moins des choses qui font sens, qui font signe. Beaucoup de jeunes remettent à plus tard la découverte et la décision de ce sens « unique » de leur vie.

 

Certains jeunes ont envie de renoncer

 

Il ne suffit pas de trouver des actions qui donnent du sens, il faut encore y croire, et tout le temps relancer la machine, car chacun sait que s'il n'a pas réussi, il ne doit s'en prendre qu'à lui-même. On comprend que certains aient envie de renoncer et cherchent à se construire un univers intimiste, limité : la maison de campagne et le cercle d'amis autour d'un vin de pays.

 

Mais toujours resurgit la question : Qui suis-je, quel est le sens de ma vie ? Heureusement, ce qui donne du sens à la vie, ce sont les rencontres, l'amitié. Avec d'autres et surtout quelqu'un d'autre, il est possible de se projeter dans le futur. C'est sans doute une des raisons pour lesquelles les jeunes, et même des enfants, se lancent à corps perdu dans des aventures amoureuses. En espérant qu'un jour il y aura la rencontre décisive avec Quelqu'un d'unique.

 


Jean-François Meurs

Salésien de Don Bosco,

Centre spirituel de Farnières

5 decembre 2013

 

 

sERDU 3 355

Pour aller plus loin

  • Retrouvez la série "Questions d'éducation" dans laquelle sera classé cet article à la prochaine mise à jour

 

 

 


Mot du jour

Cette petite phrase retrouvée au dos d’une image dans une bible paraît tout à fait d’actualité ! Au milieu de toutes ces catastrophes naturelles, de ces attentats, ne pas tomber dans le pessimisme mais ouvrir les yeux et s’émerveiller de tout ce qui est beau et va si bien, quelle source de paix ! « Aujourd’hui » : maintenant, émerveillons-nous d’un sourire échangé, d’un automobiliste qui nous cède le passage, d’un rayon de soleil… On avait posé la question suivante à des jeunes : quelle est selon vous la plus belle merveille du monde ? Les uns ont dit : « Le Mont Saint Michel », ou « Les Pyramides » etc… et le dernier a dit ceci : « Pour moi, la plus belle merveille du monde, c’est que je peux voir, entendre, marcher, et surtout être aimé et aimer ! »

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Lucie
Voir l'article

Campobosco 2017
le diaporama
Voir l'article

« On va tout faire pour »
par les élèves de Lyon-Pressin
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

https://vimeo.com/221142294
  • International

    • Label salésien : Rebattre les cartes de la nutrition

      lappel nutrition tchad 004 Depuis trente ans, l’association Appel Durance œuvre pour lutter contre la malnutrition des enfants au Tchad, en partenariat avec les villageois. Cette association utilise la méthodologie des « Nutricartes » qui obtient de très bons résultats. Don Bosco Aujourd’hui a voulu en savoir plus et a interviewé sa présidente, Anne Vincent.

      Lire la suite

    • Salvador - Terre des Jeunes : une association pour les jeunes de la rue

      terre des jeunes 000 En 2011, dans le cadre de ses études en sociologie sur les enfants des rues, Simon-Pierre Escudero part au Salvador pour un travail recherche. À ce moment là, plus aucune institution ne travaille directement auprès de ces enfants. Depuis, il a fondé une association et il travaille dans les “quartiers chauds” avec Victoria, salésienne coopératrice, salvadorienne.

      Lire la suite

    • Congo : Comment soutenir l’emploi ?

      rdc via don bosco 001 La République Démocratique du Congo est le premier pays partenaire de VIA Don Bosco. Aujourd’hui, les relations avec le Congo sont toujours privilégiées. L’ONG soutient l’emploi des jeunes qui sortent des écoles de formation professionnelle du réseau Don Bosco.Logo video80

      Lire la suite

    • En Croatie, cicatrices de la guerre et espoirs salésiens

      don bosco croatie 004 Les Salésiens sont en Croatie depuis 1914. Le pays a connu de grands bouleversements depuis le début du siècle avec la dictature de Tito puis la guerre d’indépendance. Le témoignage du père Goran Antunovic, 32 ans, Salésien à Rijeka, donne un aperçu de la situation actuelle des religieux et de l’Eglise du pays.

      Lire la suite

  • Société

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite

    • Amine : du Ghana à l’Allemagne et retour…

      Amine Après cinq années de voyage – où il a connu la peur et l’angoisse – Amine, 23 ans, originaire du Ghana, a réussi à gagner Stuttgart en Allemagne. Mais sa demande de régularisation n’a pu aboutir. Il y a quelques semaines, Amine a été reconduit au Ghana. Durant son passage en Europe, des salésiens de Don Bosco l’ont accueilli et accompagné. L’interview a été réalisé, alors qu’Amine se trouvait en Allemagne.

      Lire la suite

    • Les jeunes migrants deviennent acteurs avec Welcome Jeunes

      JRS Welcome Jeunes au Campobosco 001 L'idée phare du programme Welcome Jeunes est de permettre aux réfugiés de sortir du statut de bénéficiaire dans lesquels ils sont souvent placés et de devenir des acteurs. Interview de Lucile, responsable du programme, que nous avons rencontrée au Campobosco l’an dernier.

      Lire la suite