SERDU 1 PTITEMon fils, qui était très actif, ne veut plus rien faire. Il n'a pourtant que le choix (nous pouvons lui offrir beaucoup de choses et il est doué), mais c'est justement ça le problème : quand je lui dis « Décide-toi ! », il me répond : « Pourquoi est-ce qu'il faut toujours choisir ? ». Et il ajoute : « Pourquoi faut-il toujours réfléchir ? » J'aimerais comprendre ce qui lui arrive.

 

Mai 68 est passé par là... Souvenez-vous : nos sociétés ont voulu être de plus en plus ouvertes, faire davantage de place à l'individu, offrir une grande liberté de choix. Chacun est invité à devenir le sujet de son existence. Au nom de cette liberté, nous sommes tous des « petites fabriques de soi », ce qui implique que nous soyons des créateurs de sens. C'est un bien, mais il y a un prix à payer : entrer dans un travail identitaire qui ne laisse pas de répit.

Ce n'est pas un hasard si le mot « identité » a explosé autour des années 1960. Auparavant, la société dictait son système de valeur, conférait le sens de votre vie selon la catégorie à laquelle vous apparteniez. Chacun savait qui il était, et s'il l'oubliait, les autres se chargeaient de le lui rappeler. Quand on est ceci, quand on vient de là, voilà ce qu'on peut espérer devenir. 

Notre identité est complexe, mouvante, insaisissable

sERDU 2 355Les choses ne vont plus de soi, dans tous les domaines de l'existence, il faut faire des choix ; notre identité n'est pas fixée à jamais, nous ne le voulons pas d'ailleurs : nous valorisons les capacités de changement, de reconversion. Du coup, notre identité est complexe, mouvante, insaisissable. Je suis constamment face à des petites hypothèses de moi. Tel jour, je sens que je dois être très organisé, discipliné, imprégné par la valeur de l'effort, car une tâche s'impose à moi. Tel autre, mon modèle est celui de l'hédonisme, car je refuse de sacrifier mes rêves et je veux profiter du temps présent. Les jeunes le répètent à l'envie : « Carpe diem ».

Pour que cette vie soit supportable, il faut qu'elle ait du sens. Ce ne sera pas, généralement « LE » sens de ma vie, mais au moins des choses qui font sens, qui font signe. Beaucoup de jeunes remettent à plus tard la découverte et la décision de ce sens « unique » de leur vie.

Certains jeunes ont envie de renoncer

Il ne suffit pas de trouver des actions qui donnent du sens, il faut encore y croire, et tout le temps relancer la machine, car chacun sait que s'il n'a pas réussi, il ne doit s'en prendre qu'à lui-même. On comprend que certains aient envie de renoncer et cherchent à se construire un univers intimiste, limité : la maison de campagne et le cercle d'amis autour d'un vin de pays.

Mais toujours resurgit la question : Qui suis-je, quel est le sens de ma vie ? Heureusement, ce qui donne du sens à la vie, ce sont les rencontres, l'amitié. Avec d'autres et surtout quelqu'un d'autre, il est possible de se projeter dans le futur. C'est sans doute une des raisons pour lesquelles les jeunes, et même des enfants, se lancent à corps perdu dans des aventures amoureuses. En espérant qu'un jour il y aura la rencontre décisive avec Quelqu'un d'unique.

Jean-François Meurs
Salésien de Don Bosco,

Centre spirituel de Farnières
5 decembre 2013

 

sERDU 3 355

Pour aller plus loin

  • Retrouvez la série "Questions d'éducation" dans laquelle sera classé cet article à la prochaine mise à jour

 

 

 


Mot du jour

Sibérie, au temps du goulag. Il y avait près du camp un bosquet plein d’oiseaux. De nombreux rossignols. Un jour, les autorités ont ordonné de raser tous les arbres. Les gardes s’étaient aperçus qu’au printemps, dès que les chants reprenaient, le nombre d’évasions augmentait. Le chant des oiseaux était un appel de la liberté, les prisonniers se sentaient pousser des ailes. Sous Khrouchtchev, on a fermé le camp. Les arbres ont repoussé, les oiseaux sont revenus. Pour les habitants restés là, prisonniers des solitudes enneigées, les rossignols invitent à vivre.

La pédagogie préventive de Don Bosco commence par reboiser l’âme humaine afin d’attirer les rossignols. Alors, par leurs chants, les jeunes goûtent à la liberté des citoyens du monde et des fils de Dieu.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Le train de la mémoire retour d'Auschwitz
Antoine, aumônerie d'Amboise.
Voir l'article

Sœur Pilar, Salésienne de Don Bosco témoingne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Maud Fontenoy, marraine du 30è anniversaire de
l'association Diamond
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Les challenges sur internet sont-ils dangereux ?

      ice bucket challenge 001 Depuis de nombreux mois, les challenges ont pris une ampleur importante sur internet, sur les réseaux sociaux. On peut en trouver de tous types, du divertissant, à l’émouvant, en passant par le vulgaire ou le dangereux. Mais en quoi consiste un challenge ?

      Lire la suite

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite

    • « Apprends-moi la nature » en camp ou en classe

      apprends moi la nature 002 Jouer avec la nature est un chemin vers une pédagogie positive et bienveillante. L’objectif principal est de favoriser des moments de partage entre adultes et jeunes enfants autour de la découverte de la nature. L’idée est de percevoir la nature comme médiateur de jeux, de relations, de découvertes entre l’enfant et ses pairs. Les exemples sont nombreux : camp avec les scouts, classe verte ou classe d’intégration, comme à Farnières.

      Lire la suite

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite