Fils ment Une OKptePeur d'être sanctionné, de décevoir, de ne plus être aimé, de ne pas obtenir la promotion attendue ou le cadeau souhaité... de nombreux jeunes préfèrent mentir. Comment l'adulte peut-il se positionner face au mensonge d'un jeune ? Réponse de Luc Hepoelh, salésien de Don Bosco, éducateur spécialisé. Pour les jeunes, comme pour l'adulte, il est bien plus facile au premier regard de voiler la réalité par une petite infraction à la vérité, plutôt que d'assumer l'acte posé. Mais le mensonge entraine le mensonge.

 

 

La manière d'accompagner le jeune qui s'enferme dans ce mode de fonctionnement varie en fonction des peurs qui l'habitent et des émotions qu'il génère envers celui à qui il ne veut pas exprimer la vérité.

Un stratagème pour se cacher

Se pose alors la question du « pourquoi » : pour quelle raison utilise-t-il ce stratagème ? C'est dans l'approche compréhensive des motivations, des raisons qui l'ont mobilisé que l'adulte concerné pourra au mieux ajuster son accompagnement. Il est évident que toutes ces situations sont uniques et les stratégies multiples.


Nous savons bien, et lui aussi, qu'à un moment la vérité apparaîtra. Il est souvent constaté que lors du mensonge ne compte que le moment présent ; on fit abstraction des conséquences qu'entraînera le mensonge. Reste bien la peur immédiate de la sanction ou de la déception.

 

Fils ment choco 355Comprendre ce qui a motivé le mensonge par une écoute bienveillante

Dans ma pratique éducative, j'essaie le plus possible de ne pas porter de jugement (tu m'as déçu, je ne peux plus te faire confiance), ni de réduire le jeune à l'acte qu'il a posé (tu es un menteur), mais de comprendre ce qui a motivé son acte. Lorsque je dis comprendre, je ne donne pas mon adhésion au comportement, mais je vise à être suffisamment à l'écoute pour accueillir ses raisons : peur de la sanction, peut-être aussi de moi ?


Cette première phase d'écoute bienveillante, permet souvent d'aborder les conséquences du mensonge : perte de confiance, suspicion, rupture de relation, éloignement, incompréhension.

 

Il s'agit de remobiliser le jeune dans la relation qu'il tentait de fuir

Dans une seconde phase, élaborer avec le jeune un espace de réparation de « reliance » de ce qui a été abîmé dans cet acte. Très souvent ce lieu de parole permet au jeune de prendre conscience des enjeux d'une relation construite et des raisons qui l'ont entraîné à la biaiser. Il est régulier d'entendre le jeune proposer alors une sanction-réparation qui le remobilise dans la relation à laquelle il tentait justement d'échapper, de fuir.

 

Il est important de comprendre ce que nous ressentons, nous, adulte

La troisième phase demeure le temps de la relecture personnelle pour l'adulte afin de chercher à comprendre ce que « mon fils me ment » crée en moi comme sentiment. Est-ce de la colère, de la tristesse, de la peur ? Faire ce travail sur moi permettra de mieux me comprendre, de comprendre ce que je ressens, de voir ce que je souhaite comme évolution dans l'intervention que j'aurai avec lui et de chercher les mots pour lui transmettre correctement mes sentiments, mes inquiétudes.

 

Il est important de comprendre ce que nous ressentons pour ne pas nous laisser submerger par nos sentiments et avoir une réaction inappropriée. Laissons la possibilité à notre enfant de parler en vérité. De l'amener à la compréhension des conséquences du mensonge afin qu'il puisse lui-même trouver la manière de rétablir le lien rompu. Cette proposition d'accompagnement vise à aider l'adolescent à grandir vers la maturité adulte.

 

Luc Herpoel
salésien de Don Bosco,
éducateur spécialisé
chef de service
au Valdocco de Lyon.

30 janvier 2014

 

 

 

 


Mot du jour

Lorsque Jean Bosco découvre la misère des jeunes, son premier objectif n’est pas de trouver une église ou de construire une école mais d’avoir un terrain pour jouer !

Aux éducateurs, il conseille : « Donnez ample liberté de sauter, de courir, de crier à cœur joie ». Et Marie-Dominique écrit aux sœurs de St-Cyr-sur-mer: « Dites bien aux filles que je veux qu’elles soient joyeuses, qu’elles sautent, qu’elles rient, qu’elles chantent… ! »

La cour de récréation est pour nos fondateurs, le cœur de tout acte éducatif, le centre de toutes les rencontres, de la détente, du petit mot de l’éducateur à l’oreille du jeune, du jeu collectif où chacun est vraiment lui-même, sans artifice, ni crainte ; où les aînés prennent en charge les plus petits et les timides ; où les adultes jouent avec les jeunes ; où l’on découvre ensemble les règles du vivre ensemble…

Tant et si bien qu’on dira : « Don Bosco parmi les jeunes, c’est Don Bosco dans la cour de récréation. »

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Étrenne 2018 du supérieur mondial des Salésiens
de Don Bosco : Cultivons l'art d'écouter et
d'accompagner (thème 2018 - © ANS)

Henri Marescaux témoigne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Sœur Pilar, Salésienne de Don Bosco témoigne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

Aurelie Monkam Noubissi
  • Société

    • Jean-Marie Petitclerc : « certains jeunes vivent mal Noël »

      rue de NoëlBientôt Noël, les rues et les maisons s’illuminent ! Il est temps de réfléchir à la fête, avec amis, famille, belle-famille… L’effervescence est au rendez-vous ! Pourtant, c’est l’une des périodes les plus difficiles pour les jeunes en institution. Voici le témoignage de Jean-Marie Petitclerc, qui durant 30 ans a dirigé des institutions sociales salésiennes.

      Lire la suite

    • Culture des jeunes : le rêve de devenir Youtubeurs

      YouTubeurs L’univers de Youtube est d’une grande richesse (musique, films…), mais les jeunes sont passionnés par ce que l’on appelle les youtubeurs. Vous connaissez ?

      Lire la suite

    • Les challenges sur internet sont-ils dangereux ?

      ice bucket challenge 001 Depuis de nombreux mois, les challenges ont pris une ampleur importante sur internet, sur les réseaux sociaux. On peut en trouver de tous types, du divertissant, à l’émouvant, en passant par le vulgaire ou le dangereux. Mais en quoi consiste un challenge ?

      Lire la suite

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite