DBA 979 1 355La question se pose un jour ou l'autre dans les familles, ce n'est pas neuf. Comment accueillir la demande de son adolescent ? Trop de réticence, et le dialogue établi patiemment au fil de longues années risque d'être abimé. Tout accepter d'emblée ressemble à une démission des responsabilités de parent.

 

 

 

La relation amoureuse à 14-15 ans, n'est évidemment pas la même qu'à 17-18 ans, où, en principe, la maturité affective est plus grande. Il faut adapter l'accompagnement de son enfant en fonction de sa situation et trouver un nouvel équilibre dans la relation. C'est le moment de lui dire qu'il a grandi, que l'on reconnait sa relation affective forte avec un garçon ou une fille, et que c'est le moment de grandir en responsabilité vis-à-vis des autres. Il est important que l'enfant sente dans l'échange d'avantage une confiance qu'une crainte.

 

Une question !  Qu'est-ce qu'aimer ?

DBA 979 2 248Le parent doit aussi bien laisser le jeune agir que lui suggérer des interrogations qu'il devrait se poser sur sa relation. Par exemple, préciser ce que l'on appelle ouverture et fermeture dans une relation à deux. La richesse d'une amitié ou d'un amour, c'est de pouvoir l'ouvrir à d'autres. On peut vivre sa relation comme dans une bulle : dans ce cas, on se ferme à la vie, qui est bien plus riche que le seul couple. On passe à côté des joies de la vie de famille ou de la solidarité d'un groupe qui apporte de l'équilibre. S'aimer, c'est réaliser des actions ensemble, se donner des objectifs à partager : aller au cinéma à deux c'est bien, mais inviter des amis pour une soirée jeux c'est mieux. Et en expliquer les raisons...


Aborder ces sujets avec son enfant, c'est courir le risque de passer pour un vieux qui ne comprend rien ! Ce risque diminue si vous n'avez pas attendu son adolescence pour aborder ces sujets sensibles. Prenez patience, ayez confiance dans vos convictions ou vos intuitions. Maintenez la relation, et attendez le moment de remettre le sujet sur la table sous une autre forme, et pourquoi pas en abordant la situation du cousin avec sa copine ! ...

 

Exprimer sa confiance, même si...

Il est important que l'adolescent se sente toujours en relation de confiance avec sa famille... C'est elle qui sera sa bouée de secours si un jour la relation actuelle vient à se briser. Peut-être faudra-t-il alors accueillir le chagrin d'amour tel que le jeune le vit, l'écouter pleurer son histoire (sans insister sur le fait qu'on l'avait averti) ? Il faudra sans doute l'aider à relativiser et passer le mauvais cap, sans jugement.

 

DBA 979 3 248Le parent doit éviter toute intrusion dans la relation amoureuse de son enfant, c'est son jardin secret, il ne partagera que ce qu'il en voudra. Pourtant en tant que parent il convient d'accompagner son enfant avec empathie, même si la situation est quelquefois difficile à vivre pour toute la famille, notamment pour les frères et les sœurs.

 

Si vous encouragez la relation, vous pousserez votre enfant vers une relation « amoureuse » qui peut ne pas être la bonne, et vous mettrez votre ado en difficulté relationnelle. Et dans le cas où vous vous opposez à cette relation, notamment avec un jeune que vous n'appréciez pas particulièrement, votre enfant risque de s'éloigner de vous et vous ne verrez rien de son évolution. Tout se passera en dehors de la relation de confiance qui doit exister entre vous et lui. Les exemples difficiles à vivre ne manquent pas, comme des jeunes garçons ou filles de 14-15 ans qui deviennent parents sans le vouloir, car les parents n'étaient pas informés de l'avancée de relation qu'ils entretenaient... Cela n'arrive pas qu'aux autres !

 

 

Nous ? Des vieux ringards ?

Alors se pose la question de ce que j'accepte sous mon toit. La tradition de l'institution Eglise est quelquefois mal adaptée aux jeunes d'aujourd'hui. Dans certaines familles, la convention porte vers le « jamais avant le mariage » ! Soyons réalistes, aujourd'hui les jeunes peuvent être amenés à vivre une première relation sexuelle dans un lieu mal adapté : il n'y aura aucune garantie que la relation amoureuse soit intelligente et construite !

 

Pour autant dois-je tout autoriser sous mon toit ? Certainement pas ! Chaque famille suivant son histoire établira les règles qu'elle entend faire appliquer en gardant à l'esprit que le ou la jeune que l'on accueille sous son toit possède une autre histoire, une autre famille, une autre façon de faire. Le dialogue devra être clair avec les deux jeunes ensemble pour construire une relation durable entre les parents et le « couple d'amoureux ». Ne pas hésiter à expliciter et reconnaitre les différences entre les familles, sans jugement de valeur. Faire comprendre aux jeunes qu'ils devront, plus tard, à leur tour, créer eux-mêmes leurs propres règles s'ils veulent vivre ensemble. Pour l'heure vous souhaitez que leur attitude soit celle-ci ou celle-là... Soyez exigeant mais restez ouvert à la négociation...

 

DBA 979 5 ok 248Alors... on dort où ?

Dites clairement ce qui est acceptable pour votre famille, compte tenu des frères et sœurs, et peut-être de ceux qui vous accueillent pendant ces vacances, par exemple les grands parents. Posez les règles. C'est un constat que l'adolescent aura peut-être du mal à vivre, mais il est capable de comprendre vos raisons qui ne sont pas les siennes. Patience ! ... C'est le moment d'exprimer vos convictions sur la relation affective et sexuelle entre un homme et une femme. En réalité, il est toujours préférable de prévenir et d'aborder « les questions qui fâchent » avant que la situation ne s'impose... Cela se passe autour d'un repas, d'un verre ou d'un café plutôt que devant une espèce de tribunal...

 

Il n'y a pas de réponse simple à la question, mais on peut mettre un peu de raison dans le moteur de l'affection. D'un côté, nous favorisons l'autonomie de nos enfants, d'un autre côté, nous avons parfois le devoir de les protéger contre eux-mêmes. L'équilibre est à trouver à chaque fois, et d'un enfant à l'autre, ce ne sera pas pareil.

 

 

 

Jean François Meurs, sdb

 

à partir des témoignages de
Denis et Bénédicte Lefevre
salésiens coopérateurs, Poitiers


Mot du jour

« Pour ne pas se faire bouffer, il faut savoir garder une distance. » Langage de dompteur utilisé parfois par les enseignants ou les éducateurs. Toute la question est de savoir quelle est la juste distance. Trop loin, on peut paraître distant, inaccessible, difficilement abordable. Trop proche, on peut paraître jouer au copain ou au démagogue. Pour l’éducateur salésien, la présence sait se faire assez proche. Il ne faut pas craindre d’aller là où sont les jeunes, quitte à parfois « se faire jeter ». Il faut connaître ce qu’ils aiment et se plaire en leur compagnie. Il n’y a pas de « juste distance » définie une fois pour toutes. Le discernement de l’éducateur saura évaluer différemment, en fonction de la situation de chaque jeune. Une proximité amicale pourra être appréciée et bénéfique pour l’un, alors qu’elle sera vécue par un autre comme une agression, en référence à une mauvaise expérience affective. L’art de l’éducateur comprend aussi celui de savoir trouver sa place par rapport à un jeune.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Pierre Favre, ancien chanteur des Garçons Bouchers
devenu bénévole au Secours Catholique
Voir l'article

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Paul
Voir l'article

« On va tout faire pour »
par les élèves de Lyon-Pressin
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • International

    • Label salésien : Rebattre les cartes de la nutrition

      lappel nutrition tchad 004 Depuis trente ans, l’association Appel Durance œuvre pour lutter contre la malnutrition des enfants au Tchad, en partenariat avec les villageois. Cette association utilise la méthodologie des « Nutricartes » qui obtient de très bons résultats. Don Bosco Aujourd’hui a voulu en savoir plus et a interviewé sa présidente, Anne Vincent.

      Lire la suite

    • Salvador - Terre des Jeunes : une association pour les jeunes de la rue

      terre des jeunes 000 En 2011, dans le cadre de ses études en sociologie sur les enfants des rues, Simon-Pierre Escudero part au Salvador pour un travail recherche. À ce moment là, plus aucune institution ne travaille directement auprès de ces enfants. Depuis, il a fondé une association et il travaille dans les “quartiers chauds” avec Victoria, salésienne coopératrice, salvadorienne.

      Lire la suite

    • Congo : Comment soutenir l’emploi ?

      rdc via don bosco 001 La République Démocratique du Congo est le premier pays partenaire de VIA Don Bosco. Aujourd’hui, les relations avec le Congo sont toujours privilégiées. L’ONG soutient l’emploi des jeunes qui sortent des écoles de formation professionnelle du réseau Don Bosco.Logo video80

      Lire la suite

    • En Croatie, cicatrices de la guerre et espoirs salésiens

      don bosco croatie 004 Les Salésiens sont en Croatie depuis 1914. Le pays a connu de grands bouleversements depuis le début du siècle avec la dictature de Tito puis la guerre d’indépendance. Le témoignage du père Goran Antunovic, 32 ans, Salésien à Rijeka, donne un aperçu de la situation actuelle des religieux et de l’Eglise du pays.

      Lire la suite

  • Société

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite

    • « Apprends-moi la nature » en camp ou en classe

      apprends moi la nature 002 Jouer avec la nature est un chemin vers une pédagogie positive et bienveillante. L’objectif principal est de favoriser des moments de partage entre adultes et jeunes enfants autour de la découverte de la nature. L’idée est de percevoir la nature comme médiateur de jeux, de relations, de découvertes entre l’enfant et ses pairs. Les exemples sont nombreux : camp avec les scouts, classe verte ou classe d’intégration, comme à Farnières.

      Lire la suite

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite