serdumesse1« Mes enfants ne veulent plus aller à la messe. Que faire ? » Cette question revient souvent : nous aimerions tellement que nos enfants s’y rendent sans discuter ! Mais le fait même de la poser en révèle la délicatesse : elle concerne l’adulte autant que le jeune. Notre réponse n’en sera que plus mesurée.  (DBA N°952)

La liberté, lieu de la rencontre de Dieu
Remarquons d’abord que nous naviguons entre deux pièges mortels : la résignation indifférente et l’autoritarisme. Il ne s’agit pas de ne rien faire, mais pas davantage de forcer : la liberté ne supporte pas les solutions toutes faites. Car tel est le mot-clé de notre réflexion : “liberté”, haut lieu de la pensée humaine et pour nous, chrétiens, lieu de la rencontre de Dieu. Voyons donc comment la liberté chemine entre ces deux pièges.
Pour cela, revenons à tel jeune qui ne veut pas ou plus aller à la messe. Nous devrions, paradoxalement, nous réjouir : le voici donc désormais capable de liberté ! Avouons que ce n’est pas notre réaction la plus spontanée. Pourtant, son choix est vital car il concerne ce qui est le plus intime et le plus fragile en l’humain : la relation à Dieu. Or toute la tradition judéo-chrétienne insiste : le Dieu auquel nous croyons est un Dieu souverainement libre. Il nous veut à son image : libres. Détruire ce choix, c’est détruire quelqu’un.

serdumesse2Une liberté encore en devenir
Il est vrai cependant qu’être libre est une tâche. Dieu lui-même éduque chacun de nous à la liberté, et cela prend toute une vie. Alors nous pouvons faire de même pour nos jeunes : seul un adulte libre peut éduquer à la liberté. Ainsi apprenons-nous peu à peu à devenir libres par rapport à nos envies, à poser des choix clairs et réfléchis et… à résister à notre envie d’envoyer à tout prix nos enfants à la messe !
Mais on pourrait objecter : refuser d’aller à la messe est-il vraiment un choix libre ? N’est-ce pas plutôt la réaction irréfléchie d’un adolescent contre son tuteur ou contre une pratique religieuse qui ne lui parle pas ? Si Dieu est un Dieu de liberté, notre adolescent devrait courir à la messe pour y goûter ! Oui, mais la liberté ne peut pas être dictée de l’extérieur. Elle ne peut se choisir que par le jeune lui-même, nul ne peut le faire à sa place. Ce n’est bien sûr pas sans risque. Il y a un moment, pour le bien même du jeune, où il nous faut nous retirer de ses choix et lui permettre de les poser lui-même. Que nous reste-t-il alors à « faire » ?

« Que faire ? »
Mais au fait, faut-il « faire » quelque chose ? Certaines actions relèvent parfois du dressage, au détriment de la liberté. Inversement, un parcours catéchétique réussi se mesure justement… à la capacité d’un sujet à refuser d’aller à la messe ! Que Dieu nous veuille libres se voit justement au fait que nous pouvons librement Le refuser. Finalement, faire que les jeunes aillent à la messe ne serait-il pas une façon de nous rassurer sur la réussite de notre catéchèse ? Ne plus aller à la messe ne regarde en fait que Dieu et le jeune ! Qui sommes-nous pour nous en désoler ?
Alors, à défaut que nous fassions quelque chose, ne nous revient-il pas plutôt d’être ? C’est notre liberté, et notre amour de la messe par goût de la liberté, qui feront office de témoignage. Et c’est une manière de parler à nos jeunes qui portera peut-être le plus de fruits. S’il est vrai que Dieu rend libre, et que la liberté surprend toujours, alors nous pourrions accepter nous-mêmes de nous laisser surprendre pas nos jeunes. Nous pourrions même apprendre de leur bouche quelque chose de Dieu ! Les considérer ainsi, leur parler en respectant leur part de mystère, peut montrer que nous les considérons comme libres de la liberté même de Dieu. N’est-ce pas, finalement, la meilleure catéchèse que nous pouvons leur offrir ?
Nous pourrions la résumer ainsi : les inviter délicatement à rendre compte de leurs choix ; les questionner sur ces choix avec détermination et exigence, mais sans leur faire la morale ni les prendre pour des enfants. Alors nous leur donnerions le goût des choses de Dieu. Et plus ils auront le goût des choses de Dieu, plus ils auront envie d’aller à la messe. Cette façon de faire n’est pas étrangère à celle de Dieu, comme l’enseigne si bien François de Sales. C’est cette délicatesse pour les âmes qui faisait passer Don Bosco pour un fou à une époque où la répression était de règle en éducation : le Système Préventif apparaît alors comme un magnifique modèle (parmi d’autres) de l’éducation à la liberté.

Olivier ROBIN

Olivier Robin est salésien de Don Bosco…
Vous voulez réagir ? Vous vous posez des questions en terme d’éducation ? Merci de nous laisser un message au 09.79.94.38.37
(coût de l’appel suivant votre opérateur)




Mot du jour

Sibérie, au temps du goulag. Il y avait près du camp un bosquet plein d’oiseaux. De nombreux rossignols. Un jour, les autorités ont ordonné de raser tous les arbres. Les gardes s’étaient aperçus qu’au printemps, dès que les chants reprenaient, le nombre d’évasions augmentait. Le chant des oiseaux était un appel de la liberté, les prisonniers se sentaient pousser des ailes. Sous Khrouchtchev, on a fermé le camp. Les arbres ont repoussé, les oiseaux sont revenus. Pour les habitants restés là, prisonniers des solitudes enneigées, les rossignols invitent à vivre.

La pédagogie préventive de Don Bosco commence par reboiser l’âme humaine afin d’attirer les rossignols. Alors, par leurs chants, les jeunes goûtent à la liberté des citoyens du monde et des fils de Dieu.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Le train de la mémoire retour d'Auschwitz
Antoine, aumônerie d'Amboise.
Voir l'article

Sœur Pilar, Salésienne de Don Bosco témoingne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Maud Fontenoy, marraine du 30è anniversaire de
l'association Diamond
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Les challenges sur internet sont-ils dangereux ?

      ice bucket challenge 001 Depuis de nombreux mois, les challenges ont pris une ampleur importante sur internet, sur les réseaux sociaux. On peut en trouver de tous types, du divertissant, à l’émouvant, en passant par le vulgaire ou le dangereux. Mais en quoi consiste un challenge ?

      Lire la suite

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite

    • « Apprends-moi la nature » en camp ou en classe

      apprends moi la nature 002 Jouer avec la nature est un chemin vers une pédagogie positive et bienveillante. L’objectif principal est de favoriser des moments de partage entre adultes et jeunes enfants autour de la découverte de la nature. L’idée est de percevoir la nature comme médiateur de jeux, de relations, de découvertes entre l’enfant et ses pairs. Les exemples sont nombreux : camp avec les scouts, classe verte ou classe d’intégration, comme à Farnières.

      Lire la suite

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite