Dessin Serdu
J’avoue ne pas être très rassuré par l’année scolaire qui s’ouvre. Mon fils entre en sixième : changement d’établissement, changement de ville, changement de façon de travailler. Il quitte le cocon rassurant de l’école primaire. Comment bien l’accompagner ? J’ai peur qu’il sente que je suis stressé. (DBA n°954)




Ah, la peur des parents le jour de l’entrée en sixième… La scène est, je vous l’assure, archi classique ­ : voici arrivé le jour de la rentrée pour Julien (appelons-le Julien), l’aîné de la famille. Papa et maman l’accompagnent pour le retrait des livres la découverte de la classe, la rencontre avec le professeur principal. Ils en profitent pour scruter la liste des élèves de la classe, tenter d’y repérer des noms familiers, mais aussi pour regarder l’emploi du temps. Que de changements…
Souvent, souvent, l’inquiétude monte chez la maman ; cela se voit vite, d’ailleurs. Et souvent, souvent, c’est l’enfant qui va la rassurer : « Quand je suis venu visiter le collège, l’an dernier, j’ai demandé à être avec Ludovic, mon meilleur ami. Eh bien regarde, maman, ils y ont fait attention ».
L’attention, l’accueil, la confiance. Voilà bien trois mots qui vont rythmer ces premières journées. Et même l’ensemble de l’année de sixième. Cette année-là est d’abord, en collège, l’année de l’accueil. C’est pour cette raison, qu’en ce premier jour, les professeurs principaux, et moi, responsable de niveau, sommes à l’écoute pour répondre aux questions des parents, à toutes les questions.
Oui, les enfants se rangent à un endroit bien précis dans la cour à la sonnerie et le professeur vient les chercher. Oui, moi, en tant que responsable des sixièmes, je suis là, dans la cour (cette cour à laquelle saint Jean Bosco attachait tant d’importance) et dans les couloirs pour aider les élèves un peu plus lents, un peu perdus.
Dessin SerduPour les enfants, la journée de visite, de découverte, effectuée quelques mois auparavant (souvent en mai) a été très riche, les a rassurés. Mais elle ne constitue pas une fin en soi­ : confiance, dialogue et écoute seront très importants en début d’année scolaire, pour un bon démarrage. Mais ces trois piliers de notre travail le seront tout au long de l’année scolaire. Pour bien grandir tous ensemble. Fidèle, finalement, à ce que saint Jean Bosco nous a légué : « sans affection, pas de confiance » et « sans confiance, pas d’éducation. » Une pédagogie mise en œuvre en équipe avec les professeurs, la direction, les responsables de la vie scolaire. Toute la "maison" (le mot n’est pas neutre).
Jean-Marie Petitclerc explique souvent qu’une œuvre salésienne « veut être un lieu sécurisant, où chaque jeune se sente accueilli "comme il est" et écouté­ ; un lieu d'investissement où il sera rejoint dans ses pôles d’intérêt et où il sera constamment encouragé par des adultes attentifs à sa progression­ ; un lieu de réussite, où l'on s’appuiera sur ses savoir-faire et où l’on respectera ses rythmes d’acquisition et d'apprentissage ». Bref, que la pédagogie salésienne est une pédagogie de la réussite. Car c'est en permettant au jeune de mémoriser ses réussites antérieures qu’on lui donne les moyens d’affronter des difficultés supplémentaires. « On ne soulignera jamais assez combien l'accoutumance à l’échec est génératrice de perte de confiance en soi-même », dit souvent le père Petitclerc.
Encore faut-il que ce souci de l’accueil, du dialogue, de l’écoute et de la confiance, soit bien visible. Que l’enfant soit bien accueilli, mais qu’en plus il se sente, lui comme sa famille, bien accueilli. C’est pour cette raison que la visite du mois de mai, la première journée de septembre, mais aussi d’autres rendez-vous rythment l’année. Et sont clairement expliqués aux parents. Objectif­ : que toute la famille soit rassurée pour une bonne année.
Anne Dennequin




Anne Dennequin, ancienne élève de Don Bosco et maman de deux garçons, est depuis huit ans, responsable des classes de sixième au collège Immaculée Conception, à Bailleul (Nord), établissement où elle a elle-même effectué sa scolarité. Le collège compte sept cent quarante élèves et est sous tutelle salésienne.

Mot du jour

J'aime quand ma petite fille me dit : « tu es contente, Mamita ? » Elle me regarde avec un sourire en coin qui attend ma reconnaissance et il y a tant d'espoir dans ce sourire. Quel bonheur simple de la serrer contre moi et de lui dire : « Oui, je suis contente de toi, de ce que tu es,... mon cœur est comblé ! »

Le sentiment de contentement est source de vraie joie. Etre content de ma journée écoulée, de mon travail, de mes rencontres, de ma vie,... cela donne un sentiment de satisfaction, d'être bien avec les autres, d'être bien avec le monde.

On peut toujours trouver un manque, un point sombre dans nos vies. S'entraîner à regarder ce qui est plutôt que ce qui n'est pas, à percevoir le petit rayon de lumière dans le ciel menaçant, ... cela peut vraiment tout changer.

La source de la joie, le bonheur c'est d'avoir un cœur qui se contente de ce qu’il a.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Lucie
Voir l'article

Campobosco 2017
le diaporama
Voir l'article

« On va tout faire pour »
par les élèves de Lyon-Pressin
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

https://vimeo.com/221142294
  • International

    • Label salésien : Rebattre les cartes de la nutrition

      lappel nutrition tchad 004 Depuis trente ans, l’association Appel Durance œuvre pour lutter contre la malnutrition des enfants au Tchad, en partenariat avec les villageois. Cette association utilise la méthodologie des « Nutricartes » qui obtient de très bons résultats. Don Bosco Aujourd’hui a voulu en savoir plus et a interviewé sa présidente, Anne Vincent.

      Lire la suite

    • Salvador - Terre des Jeunes : une association pour les jeunes de la rue

      terre des jeunes 000 En 2011, dans le cadre de ses études en sociologie sur les enfants des rues, Simon-Pierre Escudero part au Salvador pour un travail recherche. À ce moment là, plus aucune institution ne travaille directement auprès de ces enfants. Depuis, il a fondé une association et il travaille dans les “quartiers chauds” avec Victoria, salésienne coopératrice, salvadorienne.

      Lire la suite

    • Congo : Comment soutenir l’emploi ?

      rdc via don bosco 001 La République Démocratique du Congo est le premier pays partenaire de VIA Don Bosco. Aujourd’hui, les relations avec le Congo sont toujours privilégiées. L’ONG soutient l’emploi des jeunes qui sortent des écoles de formation professionnelle du réseau Don Bosco.Logo video80

      Lire la suite

    • En Croatie, cicatrices de la guerre et espoirs salésiens

      don bosco croatie 004 Les Salésiens sont en Croatie depuis 1914. Le pays a connu de grands bouleversements depuis le début du siècle avec la dictature de Tito puis la guerre d’indépendance. Le témoignage du père Goran Antunovic, 32 ans, Salésien à Rijeka, donne un aperçu de la situation actuelle des religieux et de l’Eglise du pays.

      Lire la suite

  • Société

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite

    • Amine : du Ghana à l’Allemagne et retour…

      Amine Après cinq années de voyage – où il a connu la peur et l’angoisse – Amine, 23 ans, originaire du Ghana, a réussi à gagner Stuttgart en Allemagne. Mais sa demande de régularisation n’a pu aboutir. Il y a quelques semaines, Amine a été reconduit au Ghana. Durant son passage en Europe, des salésiens de Don Bosco l’ont accueilli et accompagné. L’interview a été réalisé, alors qu’Amine se trouvait en Allemagne.

      Lire la suite

    • Les jeunes migrants deviennent acteurs avec Welcome Jeunes

      JRS Welcome Jeunes au Campobosco 001 L'idée phare du programme Welcome Jeunes est de permettre aux réfugiés de sortir du statut de bénéficiaire dans lesquels ils sont souvent placés et de devenir des acteurs. Interview de Lucile, responsable du programme, que nous avons rencontrée au Campobosco l’an dernier.

      Lire la suite