reussir dans la vie 003Parents et enseignants souhaitent la réussite de leurs enfants ou de leurs élèves, réussite aux examens bien sûr, mais aussi réussite sociale. Mais l'expression même « réussir dans la vie » est problématique pour les chrétiens. Le Père Paul Ripaud, salésien et membre de la communauté éducative du Lycée Etienne Gauthier de Ressins, pose le problème et évoque la position originale de Don Bosco.

 

Article en lien

À lire sur Don Bosco Aujourd'hui : Réussir sa vie…, réussir dans la vie : les lycéens de Ressins ont la parole

« Réussir sa vie… Qu’est-ce que cela veut dire pour moi ? » Les réponses des jeunes futurs agriculteurs sont pleines de bon sens et de lucidité.

A la lecture de certains textes bibliques, on est tenté de se dire que « réussir dans la vie » ne sert pas à grand-chose. L’essentiel, ce qui donne du prix et du sens à la vie, c’est de « réussir sa vie », d’accomplir pleinement ce pour quoi nous sommes faits ; et pour nous, chrétiens, de répondre à ce que le Seigneur attend de nous, en suivant notre vocation personnelle. C’est de cette façon que nous parviendrons à notre épanouissement plénier qui débouche en vie éternelle. Réussir sa vie, c’est bien cela !

« Réussir dans la vie ! » C'est important !

Cependant, avec Don Bosco et sa pédagogie particulière, je voudrais redonner de la valeur au « réussir dans la vie ». Lorsqu’il rencontre le jeune Garelli, Jean Bosco commence par l’interroger sur son origine, sur sa famille, sur son métier… Se trouvant devant ce garçon orphelin, pauvre, illettré, il poursuit son questionnement jusqu’à trouver quelque chose de positif : « Sais-tu siffler ? ». Bien sûr qu’il sait siffler, c’est au moins une chose qu’il réussit à faire. C’est le point de départ d’un chemin d’éducation possible. C’est le point de départ d’une relation de confiance, d’une relation éducative. Bien plus, c’est le point de départ de toute l’œuvre salésienne présente actuellement sur les cinq continents.


reussir dans la vie 002

 

La pédagogie de la réussite est primordiale chez Don Bosco

Oui, la pédagogie de la réussite est primordiale chez Don Bosco. En effet, réussir quelque chose, pour un jeune surtout, constitue un excellent ressort pour le travail et donne envie de réussir à nouveau. Réussir conduit à croire en ses possibilités, donne confiance en soi, valorise la personne aux yeux des autres et procure une certaine reconnaissance sociale ; ce peut être un facteur d’intégration.

En éducation, la composante « réussite » a donc une grande importance, aussi est-il important de « réussir dans la vie ». Mais cela devient perversion, lorsqu’on prend le moyen pour la fin. Réussir pour réussir, réussir pour la gloire, réussir pour le pouvoir, réussir par orgueil, tout cela n’est que du vent dirait l’Ecclésiaste.

Réussir dans la vie en vue de réussir sa vie, voilà ce à quoi nous sommes invités.

reussir dans la vie 001


 

Père Paul Ripaud,
Salésien de Don Bosco,
au lycée Etienne Gauthier de Ressins.

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd'hui....


Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite

    • Question d'éducation : Etre gentil, pas facile à vivre ?

      Gentilesse Serdu 1 Apprendre la gentillesse à ses enfants, n’est-ce pas les envoyer comme des agneaux au milieu des loups ? La méchanceté est bien présente dans notre monde compétitif et dur où tous les coups semblent recommandables. Faut-il alors leur appendre le calcul, la recherche de son intérêt « bien compris » ? La réponse estnclaire : inutile d’en rajouter !

      Lire la suite

    • Quelle présence dans la cour virtuelle des réseaux sociaux ?

      cour viturelle et reseaux sociaux Les relations sociales se font sur la toile autant que sur le béton de la cour. Alors, allons sur les réseaux sociaux ! Mais jusqu’où ? Faut-il encourager la présence des adultes sur les réseaux ? Pourquoi faire ? Quelle présence assurer ? Est-ce une bonne - ou fausse - bonne idée ?

      Lire la suite