serdu1Beaucoup de parents sont inquiets du temps que passent leurs enfants devant leurs jeux vidéo. Est-ce qu’il peut y avoir confusion entre le réel et le virtuel, est-ce qu’on peut devenir vraiment accro ? (DBA n°958)

 

 

 

Jusqu’à un certain point, nous ne sommes pas mécontents que nos enfants puissent se distraire avec des jeux vidéo. Le soir, bon nombre d’entre eux sont seuls à la maison après l’école et s’occupent de cette manière. Dans bien des familles, il y a des écrans de télé ou d’ordinateur dans les chambres. L’ennui, c’est quand cette activité devient de plus en plus envahissante.

Les jeux vidéo (sur console ou sur ordinateur) posent à mon avis deux questions, celle de leur contenu et celle du temps qui leur est consacré.

serdu2En ce qui concerne leur contenu, certains jeux sont tout-à-fait intéressants et même éducatifs. Beaucoup d’autres sont carrément plus contestables quant aux traces qu’ils peuvent laisser. Quand on passe son après-midi à tirer au bazooka sur tout ce qui bouge, certes, ça peut être un bon défouloir pour ceux qui ont du mal à exprimer leur agressivité, mais ça pose sérieusement problème sur la banalisation de la violence, s’il n’y a pas un adulte derrière pour poser des paroles sur ces images.

Les jeux portent tous l’indication de l’âge minimum recommandé. Mais certains vendeurs de magasins de vidéo s’étonnent du fait que des parents achètent des jeux qui ne correspondent pas du tout à l’âge de leurs enfants, sous la pression de ces chers petits.

En fait, souvent nous regardons les choses d’un peu loin. Peut-être, pour commencer, devrions-nous nous pencher un peu plus sur les écrans ou proposer de faire une partie de temps en temps pour voir de quoi il s’agit et donner notre avis. Nos enfants seraient peut-être très contents de partager ce moment !


La seconde question concerne plus précisément le fait d’être accro. Ce n’est pas une problématique spécifique aux enfants. Dans mon cabinet, j’entends souvent des jeunes femmes se plaindre du fait que leur ami, ou conjoint, passe des heures à jouer sur son ordinateur et leur adresse à peine la parole.

serdu3L’addiction aux jeux vidéo et le repli sur soi qui est son corollaire peuvent être le symptôme de multiples malaises. Un besoin de régresser, de couper les ponts avec le monde réel pour se réfugier dans un monde imaginaire plus satisfaisant. Les causes peuvent être multiples : problèmes relationnels, difficultés familiales, échec scolaire, manque de confiance en soi, incapacité à exprimer de l’agressivité, etc...  Malaises qui peuvent advenir dans l’enfance, mais surtout caractéristiques de l’adolescence.

Passer plusieurs heures par jour à jouer sur un ordinateur ou une console n’est pas en soi dramatique. Cela devient inquiétant si l’on constate que le jeune se coupe progressivement de la réalité, de ses amis, de ses activités. Il peut s’agir alors d’un autre problème, plus vaste, dont l’addiction aux jeux vidéo n’est que la partie visible de l’iceberg, celui des troubles liés à l’adolescence. Et là, il faut essayer d’entamer un dialogue avec l’aide de quelqu’un d’extérieur, si c’est possible.

Dans les cas moins inquiétants, essayons de définir des limites (seulement quand tu auras fini tes devoirs, seulement tant de temps par jour, pas ce jeu-là tu es trop jeune, etc...) et de nous accrocher au bastingage pour les tenir fermement. Encore une fois, il semble que l’enjeu soit essentiellement celui de notre autorité et des limites que nous avons à poser.

C’est vrai que c’est drôlement fatigant d’être parents !

Julie Saint Bris


Julie Saint Bris est psychologue et psychanalyste. Elle intervient au Valdocco d’Argenteuil, dans la relecture d’équipe et l’accompagnement des jeunes.

 


Mot du jour

En ces jours de rentrée, je rêve que les jeunes soient différents de l’année passée : « ah s’ils pouvaient courir pour rejoindre les cours,... pour rejoindre mon cours !!! » … Et je ne me lasse pas de leur exprimer : « arrêter de traîner les pieds ! » … J’oublie que le jeune rêve aussi que je sois différent de l’année passée : « ah si les adultes pouvaient prendre le temps de traverser la cour ». Très attaché à l’importance pour l’adulte de s’approcher des jeunes, de participer à leurs conversations, de s’intéresser à leurs passions, d’écouter leurs interrogations, Don Bosco lui-même a pleuré amèrement en constatant que ses éducateurs avaient tout simplement zappé cette posture éducative essentielle. Oser un bonjour. Tendre une main. Lâcher un sourire. Accueillir une question. Proposer un dialogue. Prendre le temps de traverser la cour de récré, ce lieu qui n’a pour seule frontière que le Ciel … et le cœur du jeune… Tout à l’heure, quand mon collègue m’invitera à me réfugier derrière un café dans la salle des profs, je lui répondrai simplement : « j’peux pas, j’ai cour ! ».

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

6e Congrès de l’éducation salésienne
Ce qu'en disent les participants
Voir l'article

Défi citoyenneté :
lancement du label
Voir l'article

« Ils nous ont bluffés ! » Concours de
plaidoirie à l’Institut Lemonnier
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Maisons Don Bosco

    • Camp d’été chez les Roms grace à ESPERE

      espere Lille don bosco 01 En 2010, Danièle Sciacaluga, Salésienne Coopératrice, visite les familles roms d’un camp de Lille. Pour faire face aux besoins éducatifs, en 2014, elle crée avec un prêtre salésien une association E.S.P.E.R.E. (Espoir Salésiens Pour les Enfants Roms d’Europe) pour promouvoir l’éducation des enfants en s’inspirant de la pédagogie de Don Bosco. Cet été 2018, l’aventure se poursuit. Ce fut le 5è camp. Une vraie collaboration se réalise l’été grâce au réseau DBAS.

      Lire la suite

    • « Va à la pompe ! » L’éducation selon Don Bosco

      education don bosco 03 Lorsque des éducateurs se plaignaient auprès de Don Bosco de ne pas être écoutés par les jeunes et de ne pas savoir comment les prendre, Don Bosco disait : « Va à la pompe ». Il y avait, dans la cour du Valdocco, une fontaine autour de laquelle il y avait toujours un attroupement de jeunes qui se bousculaient pour boire ou pour ramollir la pagnote trop dure du petit déjeuner. C’est là que l’éducateur, en se mêlant à la file, pouvait entendre les conversations, connaître les centres d’intérêt des garçons, leurs préoccupations du moment. L’éducateur était ainsi en prise directe sur leur culture et pouvait sentir l’atmosphère générale. Don Bosco suggérait aussi à l’éducateur d’être moins dur, moins rigide, de « ramollir » son quotidien.

      Lire la suite

    • Le Festiclip est cette année un festival européen sensible au monde des laissés pour compte

      fasticlip 2018 04 La treizième édition du FestiClip, festival de vidéoclips réalisé par et pour des jeunes de 15 à 20 ans, s’est déroulé au Centre Jean Bosco le 2 juin. Participaient cette année, outre bien sûr la Belgique et la France, l’Espagne, le Portugal et l’Allemagne. Les films étonnent par leur qualité et leur thématique. Aujourd’hui, c’est la manière de traiter les laissés pour compte qui interroge les jeunes. Logo video80

      Lire la suite

    • Festifoot 2018 : la coupe du monde version salésienne

      festifoot 2018 caen 07 La coupe du monde de foot en version salésienne ? Comment ça, vous ne connaissez pas ? Festifoot ! Mais si, c’est ce rassemblement de 60 jeunes venus de toute la France pour partager un week-end exceptionnel, plein de partage, de fair-play, et de sport ! Avec la participation de huit équipes, soit 55 jeunes de 15 ans environ, le Festifoot du mois de juin n’a jamais connu un tel succès.

      Lire la suite

    • Quatre jours de formation approfondie pour les élèves les plus engagés

      formation eleves engages 01 Voyage à Biville : c’est une initiative des quatre établissements scolaires de l'Ouest au début des vacances de Pâques.  Une quarantaine d'élèves des établissements de l'Ouest. Elèves en difficulté ou non. Il s'agit de quelques jeunes parmi les plus engagés dans la vie de l'établissement. Le projet est une formation approfondie pour les élèves les plus engagés à l’image de ce que faisait Don Bosco.

      Lire la suite

    • Les premières Assises de Don Bosco Action Sociale

      don bosco action sociale assises 01 Les 24 et 25 mai 2018, le réseau Don Bosco Action Sociale a organisé ses premières assises à l’Institut Don Bosco de Gradignan (Gironde). Celles-ci ont regroupé plus de 100 dirigeants des 65 établissements et services d’action sociale du réseau : présidents, administrateurs, directeurs, cadres de direction. Ces participants ont pu ainsi prendre conscience de la force et du dynamisme de ce réseau.Logo video80

      Lire la suite

  • Famille Salésienne

    • Week-end MSJ : c’est la rentrée !

      MSJ TRACT SEPT2018 Les 28-30 septembre c’est le premier rendez-vous du Mouvement Salésien des Jeunes de la rentrée ! Week-end de partage et de relecture d’expériences un peu particulier. Ils vivent un temps pour les jeunes organisés par les jeunes.

      Lire la suite

    • Camp jeunes : un séjour en « road trip » en Israël-Palestine

      pelerinage israel don bosco 01 Il y a deux ans, des jeunes de la paroisse d’Argenteuil, confiée aux salésiens de Don Bosco, voulaient partir en « road trip » en Israël pour retrouver l’origine du christianisme… Un projet un peu fou pour des jeunes adultes étudiants ou au tout début de leur vie active ! Ils demandent à la province si un salésien peut les accompagner spirituellement. Eté 2018, ce projet se réalise !

      Lire la suite

    • Campobosco : ils ont bien dé-collé !

      Campobosco 2018 02 Du 26 au 30 Août, plus de 250 jeunes, issus de notre réseau ou d’ailleurs, et une soixantaine d’adultes de la famille salésienne se sont retrouvés au Colle Don Bosco pour vivre la 14ème édition du Campobosco, sur le thème « Prêt à de-colle(r) ». Quatre jours, du dimanche 26 août au jeudi 30 août 2018, pour vivre un R.A.P. (Réflexions, Activités, Prières). 5 journées bien remplies pour recharger les batteries avant la rentrée scolaire !

      Lire la suite

    • A 29 ans, Tantely s’engage définitivement chez les Salésiens

      Don Bosco Madagascar voeux 05 Les liens entre les provinces salésiennes de Madagascar et de France-Belgique sont profonds et nourris. Plusieurs jeunes frères sont venus en France ces dernières années, dans le cadre de leurs études. Parmi eux, Tantely Randrianantenaina, 29 ans, arrivé en France d’abord à Ressins en 2015, puis à Lyon pour suivre des études de théologie à l’université catholique. Tantely était notamment accompagnateur auprès du MSJ Rhône-Alpes. Il a prononcé ses vœux définitifs le 2 septembre à Madagascar. Lionel Touron a fait partie de la délégation française, emmenée par le père provincial. Il témoigne.

      Lire la suite

    • Le MSJ, membre de Don Bosco Youth-Net : une ouverture sur le monde

      msj don bosco youth net 02 Depuis mars 2018, le Mouvement Salésien des Jeunes (MSJ) fait partie du réseau Don Bosco Youth-Net (DBYN). Convaincue de la pertinence de goûter à l’animation salésienne au sein d’autres réalités européennes, Anne-Florence Perras, présidente du MSJ, nous en donne les raisons et opportunités.

      Lire la suite

    • Don Bosco et l’abbé Rosmini

      Antonio Rosmini et Don Bosco Don Bosco a vécu entouré de saints et d’hommes de grande qualité. Parmi eux l’abbé Rosmini, brillant intellectuel de son siècle, et curieusement peu connu hors d’Italie. Don Bosco et lui se rejoignaient dans le but assigné à l’éducation : le salut des âmes, par la morale et la religion catholique.

      Lire la suite