serdu1Beaucoup de parents sont inquiets du temps que passent leurs enfants devant leurs jeux vidéo. Est-ce qu’il peut y avoir confusion entre le réel et le virtuel, est-ce qu’on peut devenir vraiment accro ? (DBA n°958)

 

 

 

Jusqu’à un certain point, nous ne sommes pas mécontents que nos enfants puissent se distraire avec des jeux vidéo. Le soir, bon nombre d’entre eux sont seuls à la maison après l’école et s’occupent de cette manière. Dans bien des familles, il y a des écrans de télé ou d’ordinateur dans les chambres. L’ennui, c’est quand cette activité devient de plus en plus envahissante.

Les jeux vidéo (sur console ou sur ordinateur) posent à mon avis deux questions, celle de leur contenu et celle du temps qui leur est consacré.

serdu2En ce qui concerne leur contenu, certains jeux sont tout-à-fait intéressants et même éducatifs. Beaucoup d’autres sont carrément plus contestables quant aux traces qu’ils peuvent laisser. Quand on passe son après-midi à tirer au bazooka sur tout ce qui bouge, certes, ça peut être un bon défouloir pour ceux qui ont du mal à exprimer leur agressivité, mais ça pose sérieusement problème sur la banalisation de la violence, s’il n’y a pas un adulte derrière pour poser des paroles sur ces images.

Les jeux portent tous l’indication de l’âge minimum recommandé. Mais certains vendeurs de magasins de vidéo s’étonnent du fait que des parents achètent des jeux qui ne correspondent pas du tout à l’âge de leurs enfants, sous la pression de ces chers petits.

En fait, souvent nous regardons les choses d’un peu loin. Peut-être, pour commencer, devrions-nous nous pencher un peu plus sur les écrans ou proposer de faire une partie de temps en temps pour voir de quoi il s’agit et donner notre avis. Nos enfants seraient peut-être très contents de partager ce moment !


La seconde question concerne plus précisément le fait d’être accro. Ce n’est pas une problématique spécifique aux enfants. Dans mon cabinet, j’entends souvent des jeunes femmes se plaindre du fait que leur ami, ou conjoint, passe des heures à jouer sur son ordinateur et leur adresse à peine la parole.

serdu3L’addiction aux jeux vidéo et le repli sur soi qui est son corollaire peuvent être le symptôme de multiples malaises. Un besoin de régresser, de couper les ponts avec le monde réel pour se réfugier dans un monde imaginaire plus satisfaisant. Les causes peuvent être multiples : problèmes relationnels, difficultés familiales, échec scolaire, manque de confiance en soi, incapacité à exprimer de l’agressivité, etc...  Malaises qui peuvent advenir dans l’enfance, mais surtout caractéristiques de l’adolescence.

Passer plusieurs heures par jour à jouer sur un ordinateur ou une console n’est pas en soi dramatique. Cela devient inquiétant si l’on constate que le jeune se coupe progressivement de la réalité, de ses amis, de ses activités. Il peut s’agir alors d’un autre problème, plus vaste, dont l’addiction aux jeux vidéo n’est que la partie visible de l’iceberg, celui des troubles liés à l’adolescence. Et là, il faut essayer d’entamer un dialogue avec l’aide de quelqu’un d’extérieur, si c’est possible.

Dans les cas moins inquiétants, essayons de définir des limites (seulement quand tu auras fini tes devoirs, seulement tant de temps par jour, pas ce jeu-là tu es trop jeune, etc...) et de nous accrocher au bastingage pour les tenir fermement. Encore une fois, il semble que l’enjeu soit essentiellement celui de notre autorité et des limites que nous avons à poser.

C’est vrai que c’est drôlement fatigant d’être parents !

Julie Saint Bris


Julie Saint Bris est psychologue et psychanalyste. Elle intervient au Valdocco d’Argenteuil, dans la relecture d’équipe et l’accompagnement des jeunes.

 


Mot du jour

J'aime quand ma petite fille me dit : « tu es contente, Mamita ? » Elle me regarde avec un sourire en coin qui attend ma reconnaissance et il y a tant d'espoir dans ce sourire. Quel bonheur simple de la serrer contre moi et de lui dire : « Oui, je suis contente de toi, de ce que tu es,... mon cœur est comblé ! »

Le sentiment de contentement est source de vraie joie. Etre content de ma journée écoulée, de mon travail, de mes rencontres, de ma vie,... cela donne un sentiment de satisfaction, d'être bien avec les autres, d'être bien avec le monde.

On peut toujours trouver un manque, un point sombre dans nos vies. S'entraîner à regarder ce qui est plutôt que ce qui n'est pas, à percevoir le petit rayon de lumière dans le ciel menaçant, ... cela peut vraiment tout changer.

La source de la joie, le bonheur c'est d'avoir un cœur qui se contente de ce qu’il a.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Lucie
Voir l'article

Campobosco 2017
le diaporama
Voir l'article

« On va tout faire pour »
par les élèves de Lyon-Pressin
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

https://vimeo.com/221142294
  • International

    • Label salésien : Rebattre les cartes de la nutrition

      lappel nutrition tchad 004 Depuis trente ans, l’association Appel Durance œuvre pour lutter contre la malnutrition des enfants au Tchad, en partenariat avec les villageois. Cette association utilise la méthodologie des « Nutricartes » qui obtient de très bons résultats. Don Bosco Aujourd’hui a voulu en savoir plus et a interviewé sa présidente, Anne Vincent.

      Lire la suite

    • Salvador - Terre des Jeunes : une association pour les jeunes de la rue

      terre des jeunes 000 En 2011, dans le cadre de ses études en sociologie sur les enfants des rues, Simon-Pierre Escudero part au Salvador pour un travail recherche. À ce moment là, plus aucune institution ne travaille directement auprès de ces enfants. Depuis, il a fondé une association et il travaille dans les “quartiers chauds” avec Victoria, salésienne coopératrice, salvadorienne.

      Lire la suite

    • Congo : Comment soutenir l’emploi ?

      rdc via don bosco 001 La République Démocratique du Congo est le premier pays partenaire de VIA Don Bosco. Aujourd’hui, les relations avec le Congo sont toujours privilégiées. L’ONG soutient l’emploi des jeunes qui sortent des écoles de formation professionnelle du réseau Don Bosco.Logo video80

      Lire la suite

    • En Croatie, cicatrices de la guerre et espoirs salésiens

      don bosco croatie 004 Les Salésiens sont en Croatie depuis 1914. Le pays a connu de grands bouleversements depuis le début du siècle avec la dictature de Tito puis la guerre d’indépendance. Le témoignage du père Goran Antunovic, 32 ans, Salésien à Rijeka, donne un aperçu de la situation actuelle des religieux et de l’Eglise du pays.

      Lire la suite

  • Société

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite

    • Amine : du Ghana à l’Allemagne et retour…

      Amine Après cinq années de voyage – où il a connu la peur et l’angoisse – Amine, 23 ans, originaire du Ghana, a réussi à gagner Stuttgart en Allemagne. Mais sa demande de régularisation n’a pu aboutir. Il y a quelques semaines, Amine a été reconduit au Ghana. Durant son passage en Europe, des salésiens de Don Bosco l’ont accueilli et accompagné. L’interview a été réalisé, alors qu’Amine se trouvait en Allemagne.

      Lire la suite

    • Les jeunes migrants deviennent acteurs avec Welcome Jeunes

      JRS Welcome Jeunes au Campobosco 001 L'idée phare du programme Welcome Jeunes est de permettre aux réfugiés de sortir du statut de bénéficiaire dans lesquels ils sont souvent placés et de devenir des acteurs. Interview de Lucile, responsable du programme, que nous avons rencontrée au Campobosco l’an dernier.

      Lire la suite