serdu1Beaucoup de parents sont inquiets du temps que passent leurs enfants devant leurs jeux vidéo. Est-ce qu’il peut y avoir confusion entre le réel et le virtuel, est-ce qu’on peut devenir vraiment accro ? (DBA n°958)

 

 

 

Jusqu’à un certain point, nous ne sommes pas mécontents que nos enfants puissent se distraire avec des jeux vidéo. Le soir, bon nombre d’entre eux sont seuls à la maison après l’école et s’occupent de cette manière. Dans bien des familles, il y a des écrans de télé ou d’ordinateur dans les chambres. L’ennui, c’est quand cette activité devient de plus en plus envahissante.

Les jeux vidéo (sur console ou sur ordinateur) posent à mon avis deux questions, celle de leur contenu et celle du temps qui leur est consacré.

serdu2En ce qui concerne leur contenu, certains jeux sont tout-à-fait intéressants et même éducatifs. Beaucoup d’autres sont carrément plus contestables quant aux traces qu’ils peuvent laisser. Quand on passe son après-midi à tirer au bazooka sur tout ce qui bouge, certes, ça peut être un bon défouloir pour ceux qui ont du mal à exprimer leur agressivité, mais ça pose sérieusement problème sur la banalisation de la violence, s’il n’y a pas un adulte derrière pour poser des paroles sur ces images.

Les jeux portent tous l’indication de l’âge minimum recommandé. Mais certains vendeurs de magasins de vidéo s’étonnent du fait que des parents achètent des jeux qui ne correspondent pas du tout à l’âge de leurs enfants, sous la pression de ces chers petits.

En fait, souvent nous regardons les choses d’un peu loin. Peut-être, pour commencer, devrions-nous nous pencher un peu plus sur les écrans ou proposer de faire une partie de temps en temps pour voir de quoi il s’agit et donner notre avis. Nos enfants seraient peut-être très contents de partager ce moment !


La seconde question concerne plus précisément le fait d’être accro. Ce n’est pas une problématique spécifique aux enfants. Dans mon cabinet, j’entends souvent des jeunes femmes se plaindre du fait que leur ami, ou conjoint, passe des heures à jouer sur son ordinateur et leur adresse à peine la parole.

serdu3L’addiction aux jeux vidéo et le repli sur soi qui est son corollaire peuvent être le symptôme de multiples malaises. Un besoin de régresser, de couper les ponts avec le monde réel pour se réfugier dans un monde imaginaire plus satisfaisant. Les causes peuvent être multiples : problèmes relationnels, difficultés familiales, échec scolaire, manque de confiance en soi, incapacité à exprimer de l’agressivité, etc...  Malaises qui peuvent advenir dans l’enfance, mais surtout caractéristiques de l’adolescence.

Passer plusieurs heures par jour à jouer sur un ordinateur ou une console n’est pas en soi dramatique. Cela devient inquiétant si l’on constate que le jeune se coupe progressivement de la réalité, de ses amis, de ses activités. Il peut s’agir alors d’un autre problème, plus vaste, dont l’addiction aux jeux vidéo n’est que la partie visible de l’iceberg, celui des troubles liés à l’adolescence. Et là, il faut essayer d’entamer un dialogue avec l’aide de quelqu’un d’extérieur, si c’est possible.

Dans les cas moins inquiétants, essayons de définir des limites (seulement quand tu auras fini tes devoirs, seulement tant de temps par jour, pas ce jeu-là tu es trop jeune, etc...) et de nous accrocher au bastingage pour les tenir fermement. Encore une fois, il semble que l’enjeu soit essentiellement celui de notre autorité et des limites que nous avons à poser.

C’est vrai que c’est drôlement fatigant d’être parents !

Julie Saint Bris


Julie Saint Bris est psychologue et psychanalyste. Elle intervient au Valdocco d’Argenteuil, dans la relecture d’équipe et l’accompagnement des jeunes.

 


Lourdes 2019

congres lourdes 2019 salesien don bosco

Toutes les informations sur le pèlerinage Lourdes 2019...

Mot du jour

52 paroles s1 e8

Indispensable, pas indispensable une ou un meilleur ami ? Pas forcément, mais reste qu’elle ou il est souvent là. Ce lien s’enracine fréquemment dans la petite enfance. Nos jeunes interviewés en attendent du soutien, de la bienveillance.

Pour William avec un meilleur ami on se doit de conjuguer les verbes « rigoler » et « épauler ». Tara résume bien le sentiment de beaucoup : «… quelqu’un qui essayera de faire en sorte que je prenne toujours un bon chemin… qui m’aidera à avancer dans ma réflexion… avec qui je peux débattre… qui pourra m’accompagner dans les difficultés de la vie… qui sera toujours là. »

Question : Que sont nos amis devenus… ?

Voir le 8è épisode : Un meilleur ami ?

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite