Quest d education Etudie 1 355okLes parents sont souvent démunis quand vient l’heure des devoirs et des leçons. La table de la cuisine, de la salle à manger ou, dans le meilleur des cas, le bureau de la chambre, se transforme en champ de bataille où les adultes ne sont pas forcément dans le camp de celui qui doit prouver son efficacité. Réponse de Alain Thiébaut, directeur de l'établissement La Salésienne, à Veyrier, en Suisse.

 

 

Nous évoquons souvent la fatigue de l’enfant sans mettre assez l’accent sur celle des parents. Sont-ils prêts à affronter la dure réalité des devoirs après une journée bien remplie ! À chacun d’imaginer la façon de se détendre ; une douche, une activité sportive, une promenade, etc. Le corps ayant souvent été le parent pauvre des activités liées au travail, reprend alors sa place dans l’espace chronobiologique des grands et des petits.

Ce constat étant exprimé, vient l’heure où il faut se mettre en projet d’accompagner l’enfant dans ses devoirs en précisant le balisage de la séance : qui fait quoi, quand et comment ?

 

Mettre l'accent sur la relecture des consignes

Il est clair que ce ne sont pas les parents qui vont exécuter le travail scolaire. Ils vont veiller à ce que leur petit écolier soit dans de bonnes conditions : lumière, ambiance sereine et silencieuse, température, posture et surtout… un petit mot d’encouragement dans la relecture des consignes.
On laisse enfin l’étudiant seul en lui donnant rendez-vous dans un temps raisonnable. Lorsque son travail semble terminé, on essaie de prendre l’attitude d’un scientifique qui doit faire des recherches par tâtonnement expérimental. L’erreur n’est plus alors une tare mais un outil sur lequel on pourra s’appuyer pour progresser dans d’autres tentatives de réussite.
Quest d educ Etudie 2 355

 

Optimiser le temps d'apprentissage

Le décor étant planté, on peut s’attarder sur les outils qui aideront le jeune à optimiser l’efficacité de sa démarche d’apprentissage. Antoine de la Garanderie et bien d’autres chercheurs en pédagogie, ont développé, sous la notion de « gestion mentale », les gestes d’apprentissage. Ils sont classés en trois catégories : les gestes d’attention, de réflexion et de mémorisation.

 

  • Pour développer le geste d’attention, on commence à demander à l’enfant ce qu’il sait de sa leçon ou ce qu’il sait faire dans ses devoirs. En exprimant ses savoir-faire le jeune prend confiance en sa démarche et se sent valorisé. De plus, on prend le soin de mettre de côté tout ce qui est acquis. Ainsi, on allège la quantité de travail qui reste à faire.
  • Le geste de réflexion aborde, entre autres, la façon d’apprendre. Par exemple, si l’enfant est auditif, il gagnera à épeler les mots dont il doit apprendre l’orthographe.
  • Pour la mémorisation des leçons, le jeune va s’imaginer en train de restituer son savoir ou jouer au rôle du maître qui fait réciter ses élèves.

 

 

Celui qui apprend ses leçons et fait ses devoirs doit être acteur. Il doit mémoriser, rédiger, résoudre des problèmes mais aussi apprendre à apprendre. La méthode est aussi essentielle que le contenu.


En reprenant les notions de confiance et de douceur, nous donnons à notre accompagnement des devoirs une teinte Salésienne.

 



Alain Thiebaut

Chef d'établissement de l'école "La Salésienne" à Veyrier en Suisse

20 novembre 2014

 

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd'hui...


Mot du jour

2018, une Année aux multiples défis… dont un nous interpelle plus fortement : le défi de l’éducation. Une société qui n’a pas comme premier souci l’éducation des jeunes est une société qui va à sa perte.

Ecoutons Don Bosco parler aux jeunes ! Il nous ouvre des portes... Parfois nous parlons beaucoup de Don Bosco, mais ne vaudrait-il pas mieux parler un peu moins de lui et parler beaucoup plus comme lui ?

Regardons Laura Vicuňa, jeune argentine, élève des Sœurs Salésiennes, que nous fêtons aujourd’hui comme Bienheureuse. Sa vie toute simple, donnée par amour, est le fruit de l’éducation reçue.

Avec les jeunes d’aujourd’hui que certains sociologues qualifient de « sans père, ni maître », essayons d’entrer dans un dialogue du cœur à cœur qui ouvre un chemin de confiance et d’amitié, qui propose une formation intégrale et un chemin de joie et d’intériorité spirituelle.
L’éducation n’est-elle pas avant tout « une affaire de cœur » ?

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Étrenne 2018 du supérieur mondial des Salésiens
de Don Bosco : Cultivons l'art d'écouter et
d'accompagner (thème 2018 - © ANS)

Henri Marescaux témoigne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Sœur Pilar, Salésienne de Don Bosco témoigne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

Aurelie Monkam Noubissi
  • Société

    • Jean-Marie Petitclerc : « certains jeunes vivent mal Noël »

      rue de NoëlBientôt Noël, les rues et les maisons s’illuminent ! Il est temps de réfléchir à la fête, avec amis, famille, belle-famille… L’effervescence est au rendez-vous ! Pourtant, c’est l’une des périodes les plus difficiles pour les jeunes en institution. Voici le témoignage de Jean-Marie Petitclerc, qui durant 30 ans a dirigé des institutions sociales salésiennes.

      Lire la suite

    • Culture des jeunes : le rêve de devenir Youtubeurs

      YouTubeurs L’univers de Youtube est d’une grande richesse (musique, films…), mais les jeunes sont passionnés par ce que l’on appelle les youtubeurs. Vous connaissez ?

      Lire la suite

    • Les challenges sur internet sont-ils dangereux ?

      ice bucket challenge 001 Depuis de nombreux mois, les challenges ont pris une ampleur importante sur internet, sur les réseaux sociaux. On peut en trouver de tous types, du divertissant, à l’émouvant, en passant par le vulgaire ou le dangereux. Mais en quoi consiste un challenge ?

      Lire la suite

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite