dba961-12aFaut-il envoyer mon fils à l’internat ?

Oubliez vos idées préconçues sur l’internat ! Il a évolué avec son époque. Loin de l’austérité des pensionnats d’antan ; loin aussi de la « prison dorée » comme certains le pensent encore.

Vivre en internat, c’est d’abord bénéficier du soutien scolaire mis en place et accepter d’envisager sa scolarité comme une priorité ; c’est aussi choisir de grandir humainement avec et par les autres au travers d’activités parascolaires riches et variées, dans un climat de confiance avec l’adulte ; comme dans une seconde maison… (DBA 961)

Les jeunes viennent à l’internat pour construire leur parcours de vie mais aussi parfois pour se reconstruire.

dba961-12bQue faire face à ces jeunes et/ou leurs parents qui arrivent blessés par les échecs scolaires, fragilisés parfois par une dynamique familiale complexe, déstructurés et déboussolés aussi par la multiplicité des valeurs et des modèles présents dans leur vie, ou tout simplement en difficulté dans l’apprentissage du « vivre ensemble » ? Croire que seuls les parents démissionnaires confient leur enfant à l’internat est une erreur ! Mais il est vrai que beaucoup cherchent un renfort, car ils se sentent dépassés par l’évolution de leur enfant ou débordés pour des raisons qu’il ne nous appartient pas de juger. D’autres encore sont très pris par leur travail.

Que peut faire l’internat face à cette réalité ? Il a un rôle social préventif important, à mi-chemin entre la famille et l’institution. Il gère au mieux le soutien scolaire, les difficultés d’apprentissages, le manque de motivation scolaire, l’absence de sens de l’école parfois… Il se propose d’éduquer au « vivre ensemble » des jeunes de moins en moins habitués à la frustration, au partage, à la négociation ; des jeunes venant d’horizons parfois très divers, et cela, indépendamment du coût de la pension. Il tente également de gérer les crises, les disputes, les angoisses, les questions, les peurs et les doutes de ces hommes en construction. Il accompagne aussi les plus fragilisés, ceux-là même qui nous font sentir les limites de la bonne volonté. Il le fait… avec ses moyens humains et financiers parfois très réduits !

dba961-12c

 

L’internat crée les conditions pour que la pédagogie de Don Bosco puisse se vivre pleinement : aider les jeunes - particulièrement ceux fragilisés par la vie - à cheminer à la conquête de leur propre autonomie grâce à la présence parmi eux d’adultes proches, qui établissent une relation de confiance dans le dialogue, l’écoute et le respect mutuel. Les éducateurs étant les garants d’un cadre de vie structuré qui préserve les jeunes d’éventuelles expériences négatives. Tout cela demande du temps et on en dispose à l’internat !

Faire un passage à l’internat, c’est bénéficier d’un apprentissage réel de la vie en société. Régulièrement, et parfois indépendamment des résultats scolaires, cette maturation du jeune dans cette microsociété qui exige l’authenticité est constatée par l’entourage de l’élève-interne.

C’est pour cette simple raison que nos internats doivent continuer. Ils contribuent à ce que nos jeunes deviennent des citoyens. Et nous en avons un urgent besoin.

Quentin WILLEMS


Quentin Willems est directeur de l’Internat Don Bosco de Remouchamps, au cœur de la région Ourthe-Amblève, à côté de Liège.


Lourdes 2019

congres lourdes 2019 salesien don bosco

Toutes les informations sur le pèlerinage Lourdes 2019...

Mot du jour

52 paroles s1 e11

On pourrait reformuler ainsi la question : « Qui détestes-tu le plus ? » On a le plaisir de constater que beaucoup rejettent « détester » comme trop fort ou loin de leurs sentiments. Quand ce verbe s’applique, c’est à ceux qui ont souffert de la maltraitance ou de la trahison d’un de leur proche.

Nos interviewés n’aiment pas les racistes, les homophobes, ceux qui manquent d’ouverture d’esprit, les radins, les moqueurs mais surtout les prétentieux et les gens trop sûr d’eux. La liste n‘est pas exhaustive. Pourtant certains essaient de comprendre cette inimitié. Pour Maxime « Quelqu’un, il a forcément quelque chose de bon et du coup, si on cherche bien, on ne peut pas détester quelqu’un. »

Question : Avons-nous le souci d’aller au-delà de nos détestations ?

Voir le 11è épisode : Qu’est-ce que tu détestes le plus ?

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite