962_1017Mon enfant ne veut plus manger avec nous à la maison ; il me parle mal ; il prend la maison pour un hôtel-restaurant, que faire ?

Pour un jeune, l'adolescence constitue toujours une période jamais très facile à vivre. Il lui semble être un peu assis entre deux chaises. Il n'est plus un enfant, et n'hésite pas à le faire bruyamment savoir aux membres de son entourage qui voudraient l'ignorer. Mais il sait aussi combien le chemin qui le mène à la vie adulte est semé d'embûches.  (DBA N° 962)

 

 

À la table du repas familial, il ne se sent en phase ni avec ses jeunes frères et sœurs, dont les préoccupations lui paraissent enfantines, ni avec ses parents dont il veut se différencier. Alors, il préfère fuir avec les copains. Eux, au moins, ils le comprennent, puisqu'ils vivent les mêmes transformations que lui. On sait l'importance pour l'adolescent de cette appartenance au groupe des « pairs ».

De telles attitudes sont un peu déconcertantes pour les parents, car elles compliquent singulièrement l'organisation de la vie familiale. Mais ce qui me paraît important, c'est de ne pas les interpréter aussitôt dans le registre de l'attaque, en veillant à ne pas sombrer à son tour dans un versant agressif. Car de telles attitudes traduisent beaucoup plus le mal-être de l'adolescent qu'une volonté de faire de la peine à ceux qu'il aime.

« Mon ado prend la maison pour un hôtel-restaurant » dites-vous. Je ne crois pas que cela corresponde à la réalité, même s'il en donne parfois l'impression. Toutes les enquêtes montrent que l'adolescent est très attaché à sa famille, qu'il ne souhaiterait quitter sous aucun prétexte, tant elle constitue pour lui un lieu de sécurisation en cette période de doutes qu'il traverse.

962_1018Alors, comment réagir ? Il faut, bien sûr, montrer à son ado que l'appartenance à la famille nécessite la participation de chacun, et le repas constitue un moment de rencontre privilégié. Mais il peut être intéressant de négocier avec lui que lorsqu'il est exceptionnellement en activité au moment du repas familial, il puisse se faire à manger après et lui permettre également de temps en temps de manger avec ses ami(e)s, tant ce partage est important pour lui. Si votre ado se sent reconnu dans la légitimité de ses demandes particulières, il acceptera d'autant mieux, les autres jours, les contraintes familiales.

Et s'il vous parle mal ? Il faut, bien sûr, le reprendre sur son langage, car l'exigence de respect s'impose à tous. Mais, là encore, n'interprétez pas trop vite ses propos comme une attaque vis-à-vis de votre personne, mais plutôt comme une tentative maladroite de vouloir prendre un peu de distance, afin de vous faire comprendre qu'il ne peut plus être ce petit enfant qui dit oui à tout. Il convient donc de le reprendre, non pas en devenant agressif à votre tour, mais de manière ferme et douce.

Il vous faut faire preuve de fermeté à l'égard des propos tenus et des actes posés, afin de bien signifier les limites à ne pas franchir. Ce serait, en effet, un mauvais service à lui rendre que de lui laisser croire qu'il peut prendre le pouvoir dans la maison.

Mais sachez aussi manifester de la douceur à l'égard de sa personne, afin de lui montrer que vous ne cessez de l'aimer malgré la maladresse de ses attitudes.

Fermeté et douceur, telle est, je crois, la recette salésienne pour l'accompagnement des adolescents.

Jean Marie PETITCLERC


Lourdes 2019

congres lourdes 2019 salesien don bosco

Toutes les informations sur le pèlerinage Lourdes 2019...

Mot du jour

52 paroles s1 e7

À entendre nos jeunes interviewés, la famille est au cœur de tous les apprentissages. Parfois contradictoires. Apprendre « à faire confiance aux gens », « à ne faire confiance qu’à soi-même. », « à toujours me méfier », « à ne jamais dépendre de quelqu’un.

Au-delà de ces divergences, il y a un socle commun de valeurs. Les parents, ce sont eux qui apprennent la vie résume simplement Tiphaine. L’apprentissage du respect revient souvent associé à celui des valeurs. «Mes parents m’ont tout appris… Ils ont fait ce que je suis, la femme que je suis » souligne Anaïs. « Ils m’ont appris à être heureux, à être quelqu’un de bien » (Nicolas).

Question : L’apprentissage semble aller de soi au sein de la famille mais prenons-nous assez le temps de réfléchir à ce compagnonnage primordial ?

Voir le 7è épisode : Qu’as-tu appris de tes parents ?

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite