962_1017Mon enfant ne veut plus manger avec nous à la maison ; il me parle mal ; il prend la maison pour un hôtel-restaurant, que faire ?

Pour un jeune, l'adolescence constitue toujours une période jamais très facile à vivre. Il lui semble être un peu assis entre deux chaises. Il n'est plus un enfant, et n'hésite pas à le faire bruyamment savoir aux membres de son entourage qui voudraient l'ignorer. Mais il sait aussi combien le chemin qui le mène à la vie adulte est semé d'embûches.  (DBA N° 962)

 

 

À la table du repas familial, il ne se sent en phase ni avec ses jeunes frères et sœurs, dont les préoccupations lui paraissent enfantines, ni avec ses parents dont il veut se différencier. Alors, il préfère fuir avec les copains. Eux, au moins, ils le comprennent, puisqu'ils vivent les mêmes transformations que lui. On sait l'importance pour l'adolescent de cette appartenance au groupe des « pairs ».

De telles attitudes sont un peu déconcertantes pour les parents, car elles compliquent singulièrement l'organisation de la vie familiale. Mais ce qui me paraît important, c'est de ne pas les interpréter aussitôt dans le registre de l'attaque, en veillant à ne pas sombrer à son tour dans un versant agressif. Car de telles attitudes traduisent beaucoup plus le mal-être de l'adolescent qu'une volonté de faire de la peine à ceux qu'il aime.

« Mon ado prend la maison pour un hôtel-restaurant » dites-vous. Je ne crois pas que cela corresponde à la réalité, même s'il en donne parfois l'impression. Toutes les enquêtes montrent que l'adolescent est très attaché à sa famille, qu'il ne souhaiterait quitter sous aucun prétexte, tant elle constitue pour lui un lieu de sécurisation en cette période de doutes qu'il traverse.

962_1018Alors, comment réagir ? Il faut, bien sûr, montrer à son ado que l'appartenance à la famille nécessite la participation de chacun, et le repas constitue un moment de rencontre privilégié. Mais il peut être intéressant de négocier avec lui que lorsqu'il est exceptionnellement en activité au moment du repas familial, il puisse se faire à manger après et lui permettre également de temps en temps de manger avec ses ami(e)s, tant ce partage est important pour lui. Si votre ado se sent reconnu dans la légitimité de ses demandes particulières, il acceptera d'autant mieux, les autres jours, les contraintes familiales.

Et s'il vous parle mal ? Il faut, bien sûr, le reprendre sur son langage, car l'exigence de respect s'impose à tous. Mais, là encore, n'interprétez pas trop vite ses propos comme une attaque vis-à-vis de votre personne, mais plutôt comme une tentative maladroite de vouloir prendre un peu de distance, afin de vous faire comprendre qu'il ne peut plus être ce petit enfant qui dit oui à tout. Il convient donc de le reprendre, non pas en devenant agressif à votre tour, mais de manière ferme et douce.

Il vous faut faire preuve de fermeté à l'égard des propos tenus et des actes posés, afin de bien signifier les limites à ne pas franchir. Ce serait, en effet, un mauvais service à lui rendre que de lui laisser croire qu'il peut prendre le pouvoir dans la maison.

Mais sachez aussi manifester de la douceur à l'égard de sa personne, afin de lui montrer que vous ne cessez de l'aimer malgré la maladresse de ses attitudes.

Fermeté et douceur, telle est, je crois, la recette salésienne pour l'accompagnement des adolescents.

Jean Marie PETITCLERC


Mot du jour

L’engagement humanitaire est un souci pour l’homme qui conduit à en prendre soin partout où il souffre. C’est une conscience récente qui amène certains à donner de leur temps pour rendre service dans des situations d’urgence ou durables de faim, de maladie, de guerre. Don Bosco déjà avait su engager ses jeunes dans la lutte contre le choléra lorsque ce fléau avait touché la ville de Turin en juillet 1854. Disposés à vivre cette solidarité, une cinquantaine de jeunes acceptent d’aller porter secours aux malades dans les maisons et les hôpitaux. Aujourd’hui, le volontariat international permet à tous les jeunes qui le souhaitent de vivre cette solidarité. Toute éducation, pour être complète, doit ouvrir à cette dimension du service. La générosité existe, à condition de savoir l’encourager et la solliciter.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Maman et femme de Philippe, handicapé, Martha
Kayser avait ému au " Week-end Don Bosco 2016 "
Voir l'article

« On va tout faire pour »
par les élèves de Lyon-Pressin
Voir l'article

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Margot et Margot
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

https://vimeo.com/221142294
  • International

    • Label salésien : Rebattre les cartes de la nutrition

      lappel nutrition tchad 004 Depuis trente ans, l’association Appel Durance œuvre pour lutter contre la malnutrition des enfants au Tchad, en partenariat avec les villageois. Cette association utilise la méthodologie des « Nutricartes » qui obtient de très bons résultats. Don Bosco Aujourd’hui a voulu en savoir plus et a interviewé sa présidente, Anne Vincent.

      Lire la suite

    • Salvador - Terre des Jeunes : une association pour les jeunes de la rue

      terre des jeunes 000 En 2011, dans le cadre de ses études en sociologie sur les enfants des rues, Simon-Pierre Escudero part au Salvador pour un travail recherche. À ce moment là, plus aucune institution ne travaille directement auprès de ces enfants. Depuis, il a fondé une association et il travaille dans les “quartiers chauds” avec Victoria, salésienne coopératrice, salvadorienne.

      Lire la suite

    • Congo : Comment soutenir l’emploi ?

      rdc via don bosco 001 La République Démocratique du Congo est le premier pays partenaire de VIA Don Bosco. Aujourd’hui, les relations avec le Congo sont toujours privilégiées. L’ONG soutient l’emploi des jeunes qui sortent des écoles de formation professionnelle du réseau Don Bosco.Logo video80

      Lire la suite

    • En Croatie, cicatrices de la guerre et espoirs salésiens

      don bosco croatie 004 Les Salésiens sont en Croatie depuis 1914. Le pays a connu de grands bouleversements depuis le début du siècle avec la dictature de Tito puis la guerre d’indépendance. Le témoignage du père Goran Antunovic, 32 ans, Salésien à Rijeka, donne un aperçu de la situation actuelle des religieux et de l’Eglise du pays.

      Lire la suite

  • Société

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite

    • Amine : du Ghana à l’Allemagne et retour…

      Amine Après cinq années de voyage – où il a connu la peur et l’angoisse – Amine, 23 ans, originaire du Ghana, a réussi à gagner Stuttgart en Allemagne. Mais sa demande de régularisation n’a pu aboutir. Il y a quelques semaines, Amine a été reconduit au Ghana. Durant son passage en Europe, des salésiens de Don Bosco l’ont accueilli et accompagné. L’interview a été réalisé, alors qu’Amine se trouvait en Allemagne.

      Lire la suite

    • Les jeunes migrants deviennent acteurs avec Welcome Jeunes

      JRS Welcome Jeunes au Campobosco 001 L'idée phare du programme Welcome Jeunes est de permettre aux réfugiés de sortir du statut de bénéficiaire dans lesquels ils sont souvent placés et de devenir des acteurs. Interview de Lucile, responsable du programme, que nous avons rencontrée au Campobosco l’an dernier.

      Lire la suite