Serdu 355Réponse de Gérard Schaffhauser, directeur du lycée professionnel Don Bosco à Wittenheim. Dés le 2nd trimestre, la question d'orientation se pose. La formation professionnelle n'est pas souvent bien perçue par les parents et leurs enfants. «Faut-il s'en inquiéter ?» Voici, cher parent, ce que vous allez vivre et penser. Ecoutez bien !

 

Nous sommes en rendez-vous avec le professeur principal de 3ème. D'entrée de jeu, le niveau scolaire fragile est évoqué, notes à l'appui, les remarques ne sont pas négatives. « Mais vous savez, ce n'est pas lui rendre service que de forcer votre jeune à tenter une seconde générale. Laissez-lui le temps d'accueillir le déclic ! La préparation d'un Bac professionnel en 3 ans comme son homologue le Bac Général, va lui permettre d'accéder au métier de son choix » Vient le choix du lycée en fonction de l'orientation souhaitée.

 

 

 

serdu2 355Peu à peu, au fil des mois, nos projets se transforment en projet personnel pour notre jeune. Une période d'immersion en 1ère Pro, plusieurs visites et passages aux Portes Ouvertes nous amènent à nous ranger du côté de l'avis de Mme le Professeur principal soutenue par l'ensemble de ses collègues.

 

Le choix de l'établissement se précise, l'inscription se concrétise. Les vacances nous permettent d'oublier un peu tous ces soucis.

Ce n'est pas comme avant... mais c'était avant

Fin août, la circulaire de rentrée nous donne les détails de l'accueil échelonné pour permettre une bonne rentrée, en douceur pour prendre connaissance. Et dès la 2ème semaine, une sortie de rentrée ! À peine rentrés, voilà qu'ils sortent !

 

Si on se penche sur cet emploi du temps, on découvre des matières aux appellations bizarres mais notre jeune prétend que les cours ne ressemblent pas à ceux du collège, qu'ils sont variés et qu'enfin on sent qu'ils servent à quelque chose. Je le raisonne en lui parlant du socle commun de connaissances, du livret personnel de compétences, de l'évaluation par compétences du collège. Mais ce qu'il y a de plus surprenant, c'est que le matin se passe dans une relative harmonie : plus de mal au ventre, plus de paroles désobligeantes. Le soir, on se retrouve et très souvent nous avons droit à un résumé des activités générales et professionnelles de la journée, le tout agrémenté de quelques notes plutôt bonnes.

L'avenir est ouvert. Il n'y a pas une voie unique

La recherche du 1er lieu de stage se fait avec l'aide des enseignants : certains sont impliqués dans l'accompagnement personnalisé, d'autres engagent des projets plutôt réalistes. D'ailleurs, 22 semaines seront consacrées à la formation en milieu professionnel au cours des trois années scolaires ! On se rapproche de la réalité. Certains camarades ont été guidés vers un CAP* et, là aussi, la possibilité de rejoindre la 1ère Bac Pro 3 ans existe au sein du réseau d'établissements « Lycée Professionnel Sud Alsace ». Il nous est de même confirmé qu'un Bac Pro obtenu avec mention Bien se doit d'être accueilli en BTS* et que certains d'entre eux, les plus motivés, se dirigent ensuite vers une Licence Professionnelle ou alors goûtent à l'apprentissage ou au contrat de professionnalisation. Mais d'ici là, on en reparlera !

Gérard Schaffhauser

directeur du Lycée Professionnel de Wittenheim
6 juin 2013

 

 

 

 

 

Pour aller plus loin

Gérard Schaffhauser a synthétisé des propos recueillis auprès de plusieurs familles lors de la FESTA, journée d'accueil des parents des nouveaux élèves du Lycée Professionnel de Wittenheim www.donboscowit.eu.

CAP : certificat d'aptitude professionnelle

BTS : Brevet de Technicien Supérieur


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Lourdes 2019

congres lourdes 2019 salesien don bosco

Toutes les informations sur le pèlerinage Lourdes 2019...

Mot du jour

52 paroles s1 e12

Ce témoignage n’appelle pas de commentaire mais du respect, respect pour un témoignage courageux qui ne s’apitoie pas malgré les difficultés bien réelles de s’accepter et d’être accepté. William nous donne une belle leçon de tolérance.

« On est tous pareil, on a des différences physiques, ethniques, religieuses… on est tous pareil… ». Sans contradiction William nous dit encore : « On est tous différents et c’est comme ça, il nous faut faire avec… si on est sur terre, c’est pour faire quelque chose, on n’est pas là par hasard… on est entre frères et sœurs, on devrait s’accepter que l’on soit d’une religion, d’une sexualité différente, d’une ethnie différente… Ce serait bien que tout le monde célèbre nos ressemblances plutôt que de regarder nos différences. »

Question : Où en suis-je de mon acceptation de moi-même et de la différence des autres ?

Voir le 12è épisode : S’accepter ?

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite