Serdu 355Réponse de Gérard Schaffhauser, directeur du lycée professionnel Don Bosco à Wittenheim. Dés le 2nd trimestre, la question d'orientation se pose. La formation professionnelle n'est pas souvent bien perçue par les parents et leurs enfants. «Faut-il s'en inquiéter ?» Voici, cher parent, ce que vous allez vivre et penser. Ecoutez bien !

 

Nous sommes en rendez-vous avec le professeur principal de 3ème. D'entrée de jeu, le niveau scolaire fragile est évoqué, notes à l'appui, les remarques ne sont pas négatives. « Mais vous savez, ce n'est pas lui rendre service que de forcer votre jeune à tenter une seconde générale. Laissez-lui le temps d'accueillir le déclic ! La préparation d'un Bac professionnel en 3 ans comme son homologue le Bac Général, va lui permettre d'accéder au métier de son choix » Vient le choix du lycée en fonction de l'orientation souhaitée.

 

 

 

serdu2 355Peu à peu, au fil des mois, nos projets se transforment en projet personnel pour notre jeune. Une période d'immersion en 1ère Pro, plusieurs visites et passages aux Portes Ouvertes nous amènent à nous ranger du côté de l'avis de Mme le Professeur principal soutenue par l'ensemble de ses collègues.

 

Le choix de l'établissement se précise, l'inscription se concrétise. Les vacances nous permettent d'oublier un peu tous ces soucis.

Ce n'est pas comme avant... mais c'était avant

Fin août, la circulaire de rentrée nous donne les détails de l'accueil échelonné pour permettre une bonne rentrée, en douceur pour prendre connaissance. Et dès la 2ème semaine, une sortie de rentrée ! À peine rentrés, voilà qu'ils sortent !

 

Si on se penche sur cet emploi du temps, on découvre des matières aux appellations bizarres mais notre jeune prétend que les cours ne ressemblent pas à ceux du collège, qu'ils sont variés et qu'enfin on sent qu'ils servent à quelque chose. Je le raisonne en lui parlant du socle commun de connaissances, du livret personnel de compétences, de l'évaluation par compétences du collège. Mais ce qu'il y a de plus surprenant, c'est que le matin se passe dans une relative harmonie : plus de mal au ventre, plus de paroles désobligeantes. Le soir, on se retrouve et très souvent nous avons droit à un résumé des activités générales et professionnelles de la journée, le tout agrémenté de quelques notes plutôt bonnes.

L'avenir est ouvert. Il n'y a pas une voie unique

La recherche du 1er lieu de stage se fait avec l'aide des enseignants : certains sont impliqués dans l'accompagnement personnalisé, d'autres engagent des projets plutôt réalistes. D'ailleurs, 22 semaines seront consacrées à la formation en milieu professionnel au cours des trois années scolaires ! On se rapproche de la réalité. Certains camarades ont été guidés vers un CAP* et, là aussi, la possibilité de rejoindre la 1ère Bac Pro 3 ans existe au sein du réseau d'établissements « Lycée Professionnel Sud Alsace ». Il nous est de même confirmé qu'un Bac Pro obtenu avec mention Bien se doit d'être accueilli en BTS* et que certains d'entre eux, les plus motivés, se dirigent ensuite vers une Licence Professionnelle ou alors goûtent à l'apprentissage ou au contrat de professionnalisation. Mais d'ici là, on en reparlera !

Gérard Schaffhauser

directeur du Lycée Professionnel de Wittenheim
6 juin 2013

 

 

 

 

 

Pour aller plus loin

Gérard Schaffhauser a synthétisé des propos recueillis auprès de plusieurs familles lors de la FESTA, journée d'accueil des parents des nouveaux élèves du Lycée Professionnel de Wittenheim www.donboscowit.eu.

CAP : certificat d'aptitude professionnelle

BTS : Brevet de Technicien Supérieur


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Mot du jour

J'aime quand ma petite fille me dit : « tu es contente, Mamita ? » Elle me regarde avec un sourire en coin qui attend ma reconnaissance et il y a tant d'espoir dans ce sourire. Quel bonheur simple de la serrer contre moi et de lui dire : « Oui, je suis contente de toi, de ce que tu es,... mon cœur est comblé ! »

Le sentiment de contentement est source de vraie joie. Etre content de ma journée écoulée, de mon travail, de mes rencontres, de ma vie,... cela donne un sentiment de satisfaction, d'être bien avec les autres, d'être bien avec le monde.

On peut toujours trouver un manque, un point sombre dans nos vies. S'entraîner à regarder ce qui est plutôt que ce qui n'est pas, à percevoir le petit rayon de lumière dans le ciel menaçant, ... cela peut vraiment tout changer.

La source de la joie, le bonheur c'est d'avoir un cœur qui se contente de ce qu’il a.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Lucie
Voir l'article

Campobosco 2017
le diaporama
Voir l'article

« On va tout faire pour »
par les élèves de Lyon-Pressin
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

https://vimeo.com/221142294
  • International

    • Label salésien : Rebattre les cartes de la nutrition

      lappel nutrition tchad 004 Depuis trente ans, l’association Appel Durance œuvre pour lutter contre la malnutrition des enfants au Tchad, en partenariat avec les villageois. Cette association utilise la méthodologie des « Nutricartes » qui obtient de très bons résultats. Don Bosco Aujourd’hui a voulu en savoir plus et a interviewé sa présidente, Anne Vincent.

      Lire la suite

    • Salvador - Terre des Jeunes : une association pour les jeunes de la rue

      terre des jeunes 000 En 2011, dans le cadre de ses études en sociologie sur les enfants des rues, Simon-Pierre Escudero part au Salvador pour un travail recherche. À ce moment là, plus aucune institution ne travaille directement auprès de ces enfants. Depuis, il a fondé une association et il travaille dans les “quartiers chauds” avec Victoria, salésienne coopératrice, salvadorienne.

      Lire la suite

    • Congo : Comment soutenir l’emploi ?

      rdc via don bosco 001 La République Démocratique du Congo est le premier pays partenaire de VIA Don Bosco. Aujourd’hui, les relations avec le Congo sont toujours privilégiées. L’ONG soutient l’emploi des jeunes qui sortent des écoles de formation professionnelle du réseau Don Bosco.Logo video80

      Lire la suite

    • En Croatie, cicatrices de la guerre et espoirs salésiens

      don bosco croatie 004 Les Salésiens sont en Croatie depuis 1914. Le pays a connu de grands bouleversements depuis le début du siècle avec la dictature de Tito puis la guerre d’indépendance. Le témoignage du père Goran Antunovic, 32 ans, Salésien à Rijeka, donne un aperçu de la situation actuelle des religieux et de l’Eglise du pays.

      Lire la suite

  • Société

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite

    • Amine : du Ghana à l’Allemagne et retour…

      Amine Après cinq années de voyage – où il a connu la peur et l’angoisse – Amine, 23 ans, originaire du Ghana, a réussi à gagner Stuttgart en Allemagne. Mais sa demande de régularisation n’a pu aboutir. Il y a quelques semaines, Amine a été reconduit au Ghana. Durant son passage en Europe, des salésiens de Don Bosco l’ont accueilli et accompagné. L’interview a été réalisé, alors qu’Amine se trouvait en Allemagne.

      Lire la suite

    • Les jeunes migrants deviennent acteurs avec Welcome Jeunes

      JRS Welcome Jeunes au Campobosco 001 L'idée phare du programme Welcome Jeunes est de permettre aux réfugiés de sortir du statut de bénéficiaire dans lesquels ils sont souvent placés et de devenir des acteurs. Interview de Lucile, responsable du programme, que nous avons rencontrée au Campobosco l’an dernier.

      Lire la suite