966_1010« Mon enfant réclame de l’argent de poche. Il me trouve radine »

Quand leurs enfants leur lancent : « Vous êtes radins ! Mes copains reçoivent bien plus ! », de nombreux parents ne savent comment réagir. Il s’agit d’abord de ne pas se laisser berner par cet argument des copains qui ont soi-disant bien plus d’argent de poche : les parents qui vérifient se découvrent souvent… très généreux !  (DBA 966) 

 

Devant un gadget, un vêtement…, l’adolescent le plus mûr, le plus raisonnable est tenté comme tout le monde ; discuter avec lui va l’aider dans ses décisions et choix.
L’école de nos enfants a ouvert un snack qui offre tous les jours des sandwichs, des frites, des cornets de pâtes, ce qui, avec la boisson, revient à plus ou moins 5 €. Cher, mais très tentant ! En famille, on en a parlé : ce n’est pas normal - ni diététique - de s’offrir un repas de midi pareil chaque jour. D’autre part, c’est important pour notre fille de treize ans d’être un peu ‘comme ses copines’! On lui a donc permis de manger au snack une fois par semaine. Reconnaissante et convaincue par ce raisonnement, notre fille a osé en parler à ses amies qui se sont dit, elles aussi, que leur argent de poche y passerait tout de suite si elles allaient chaque jour au snack, et ont donc décidé de n’y manger que le jeudi. Pour elles, comme pour nous parents, il s’agit d’un compromis éducatif !

966_1011Comme cette jeune qui réclamait plus d’argent de poche pour économiser et s’acheter des vêtements Abercrombie ou Superdry. Son père l’a fait réfléchir : « Si vraiment tu en rêves, je ne te dirai peut-être pas non, mais réfléchis : un tee-shirt Superdry coûte plus ou moins 80 € ! Avec cette somme, tu peux t’en acheter combien, de ravissants tee-shirts d’une autre marque ? ! » Père et fille ont surfé sur internet, et l’adolescente a reconnu qu’en fait, il s’agissait de vêtements qui n’ont rien d’extraordinaire ; elle était prête à en acheter un, uniquement parce que tous ses copains ne jurent que par cette marque !
Un garçon de quinze ans désirait des chaussures de marque. Ses parents ont promis de les lui offrir si son prochain bulletin leur donnait satisfaction. Quand leur fils revenait à la charge, ils lui disaient : « On te l’a promis. Si tu respectes notre contrat, tu les auras ! » N’est-ce pas plus éducatif que de satisfaire les désirs des jeunes sur le champ : « tout ce qu’ils veulent, tout de suite » ? Au moins ce garçon en aura « rêvé » de ses chaussures ! Il les appréciera et il en prendra soin !
De nombreux jeunes à qui on ne refuse rien, sont en état de crise. Ils ne peuvent accepter d’attendre, et il arrive aussi que certains « tombent » facilement dans le « racket » ou le vol : ce qu’on ne peut pas s’offrir, on l’obtient par n’importe quel autre moyen.
Les parents devraient apprendre à leurs jeunes à tenir un « cahier de comptes », et ainsi noter leurs dépenses et leurs économies. Quel adulte n’a pas expérimenté que s’il n’a pas dressé une liste de courses avant d’entrer dans une grande surface, il est tenté de faire des dépenses inutiles ? Je suis convaincue que les jeunes doivent être éduqués, formés, accompagnés dans le domaine de la gestion de l’argent comme dans tous les domaines !

 

N’ayons pas peur de dialoguer et de dire « non » lorsque cela est nécessaire. En tant que parents, on croit parfois être aimés et respectés de nos enfants en satisfaisant toutes leurs demandes. Non !.. Les enfants respecteront l’adulte qui fait ce qu’il dit, qui a des valeurs et des convictions, celui en qui ils sentent une stabilité et une réflexion juste… plus que celui qui se fait « carpette » devant eux par peur de leur déplaire.
Les faire réfléchir, cela les prépare à la vie où tout ne tombe pas du ciel. Dialoguer est un travail de tous les jours, un combat même, mais c’est la règle d’or de l’éducation.

Anna Di Vito

Anna Di Vito est éducatrice à l’internat Don Bosco de Ganshoren (Bruxelles).

 

 


Mot du jour

Je suis au le bord de la piscine
Au fond de mon jardin clos.
Elle me fait l’effet d’une bassine
Dans mes platebandes embrouillées.
J’ai presque peur de me mouiller les pieds.

Qu’ai-je donc envie de protéger ?
A moins que ce soit mon cœur en arthrose
Qui m’empêche de me tremper ?

Les bouées ?
J’ai passé l’âge,
Trop petites
On ne peut pas toujours s’esquiver
Il faut y aller !

Oui que l’eau de ta présence
Me saisisse
M’inonde
Me rentre par tous les pores de la peau
Plus fort que mes taches,
Ta puissance !
Plus pure que ma soif
Ta confiance !
Merci !

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Pierre Favre, ancien chanteur des Garçons Bouchers
devenu bénévole au Secours Catholique
Voir l'article

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Paul
Voir l'article

« On va tout faire pour »
par les élèves de Lyon-Pressin
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • International

    • Label salésien : Rebattre les cartes de la nutrition

      lappel nutrition tchad 004 Depuis trente ans, l’association Appel Durance œuvre pour lutter contre la malnutrition des enfants au Tchad, en partenariat avec les villageois. Cette association utilise la méthodologie des « Nutricartes » qui obtient de très bons résultats. Don Bosco Aujourd’hui a voulu en savoir plus et a interviewé sa présidente, Anne Vincent.

      Lire la suite

    • Salvador - Terre des Jeunes : une association pour les jeunes de la rue

      terre des jeunes 000 En 2011, dans le cadre de ses études en sociologie sur les enfants des rues, Simon-Pierre Escudero part au Salvador pour un travail recherche. À ce moment là, plus aucune institution ne travaille directement auprès de ces enfants. Depuis, il a fondé une association et il travaille dans les “quartiers chauds” avec Victoria, salésienne coopératrice, salvadorienne.

      Lire la suite

    • Congo : Comment soutenir l’emploi ?

      rdc via don bosco 001 La République Démocratique du Congo est le premier pays partenaire de VIA Don Bosco. Aujourd’hui, les relations avec le Congo sont toujours privilégiées. L’ONG soutient l’emploi des jeunes qui sortent des écoles de formation professionnelle du réseau Don Bosco.Logo video80

      Lire la suite

    • En Croatie, cicatrices de la guerre et espoirs salésiens

      don bosco croatie 004 Les Salésiens sont en Croatie depuis 1914. Le pays a connu de grands bouleversements depuis le début du siècle avec la dictature de Tito puis la guerre d’indépendance. Le témoignage du père Goran Antunovic, 32 ans, Salésien à Rijeka, donne un aperçu de la situation actuelle des religieux et de l’Eglise du pays.

      Lire la suite

  • Société

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite

    • « Apprends-moi la nature » en camp ou en classe

      apprends moi la nature 002 Jouer avec la nature est un chemin vers une pédagogie positive et bienveillante. L’objectif principal est de favoriser des moments de partage entre adultes et jeunes enfants autour de la découverte de la nature. L’idée est de percevoir la nature comme médiateur de jeux, de relations, de découvertes entre l’enfant et ses pairs. Les exemples sont nombreux : camp avec les scouts, classe verte ou classe d’intégration, comme à Farnières.

      Lire la suite

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite