DBA AUMONERIE« Ma fille voudrait aller à l’aumônerie, mais elle a peur du regard des autres ». Réponse de Sœur Anne Orcel, salésienne de Don Bosco à Lille. Vouloir rejoindre un groupe repéré comme chrétien, ça n’est pas très tendance dans le monde des ados. Comment, pour cette jeune fille, faire le choix d’aller à l’aumônerie, si c’est au prix de moqueries, s’il faut y perdre une certaine image de soi ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les parents doivent-ils encourager leur fille à devenir une sorte de martyre de la foi et insister pour qu’elle y aille ? Ou, au contraire, lui éviter cette difficulté : « Tu iras plus tard » ? Ou doivent-ils la protéger : « Tu n’as qu’à dire que tu écoutes de la musique, à l’aumônerie ! »

 

 Pourquoi tu vas à l'aumônerie ? 

 

Généralement, lorsqu’on demande à un jeune pourquoi il va à l’aumônerie il répond : « Pour l’ambiance », « on peut jouer au foot ! », « pour me retrouver avec les copains » « on nous écoute, on peut parler de nos problèmes ». La référence à Dieu vient souvent bien après, voire pas du tout ! - ce qui contrarie bien des équipes d’animation d’ailleurs ! - Aidons toutefois les jeunes à s’appuyer sur ces aspects que bien des ados aimeraient avoir l’occasion de trouver dans leur vie. Si cette jeune peut dire à ses copines : « A l’aumônerie, on nous écoute, on parle de nous et il y a une super-ambiance ! », elle fera sans doute des curieuses, qui iront peut-être même jusqu’à risquer de passer la tête par la porte de l’aumônerie.


L'aumonerie, on te raconte que des histoires !DBA AUMONERIE 2B 248

 

Oui mais, bien sûr, les allusions redoutées ne tardent pas à tomber : « Tu vas prier le petit Jésus ? »… « Ce qu’on te raconte sur Dieu, c’est que des histoires ! », et plusieurs se mettent à chanter bêtement : « Alléluia ! », en pleine cour de récréation, bien sûr ! Et notre jeune n’a pas de mots. Souvent, nous déplorons que les jeunes ne sachent pas rendre compte de leur foi ou de la religion chrétienne.

 

Mais pour nous, adultes, est-ce si simple ? Ne nous en inquiétons pas trop vite et considérons que la chose n’est pas facile : rendre compte de notre foi, c’est en effet dire Quelqu’un, dire notre relation personnelle à Quelqu’un qui, en plus, se révèle peu à peu. C’est aussi le dire en fidélité à la foi de l’Église. Et pour cette jeune, devant un auditoire prêt à toutes les moqueries, il ne faut pas avoir l’air d’une illuminée, dans une société qui cultive elle-même une image négative de l’Église. Osons reconnaître que ça fait beaucoup ! Oui, mais alors, que faire ? Capituler et renoncer à l’aumônerie ? Se taire et courber le dos ?

 

 


DBA AUMONERIE 3B 248

Au fait. Vous savez quoi de Jésus ?

 

Apprenons d’abord, nous, adultes, à ne pas laisser nos jeunes seuls avec cette difficulté (parlez en avec les animateurs) : cette maman doit échanger avec sa fille, essayer de lui expliquer les raisons du regard négatif des autres, mais surtout, dans un dialogue simple, et qui pourra prendre du temps, l’aider à mettre des mots sur sa foi, des mots qui ne soient pas plaqués d’un autre langage, mais, qui soient enracinés dans sa vie de jeune. Elle découvrira alors, dans sa vie d’ado, qu’elle aime partager la présence de Celui qui « fait » que, peut-être, au-delà de l’ambiance à l’aumônerie, elle aime y venir.


Enfin, aidons les jeunes à prendre alors la parole : « Et si tu leur demandais, à tes copains : « Au fait, vous savez quoi de Jésus ? »… Les copains risquent d’être à court de réponse. Alors, à notre jeune de dire, forte de ce qu’elle aura partagé avec ses parents ou avec les animateurs, que c’est facile de rigoler de ce qu’on ne sait pas… et qu’elle aussi, ne sait pas trop, mais que, à l’aumônerie, tout simplement, avec les autres, elle cherche !

 


Sœur Anne ORCEL

26 septembre 2013

Animatrice en pastorale
de l'enseignement privé et public

 


Mot du jour

L’engagement humanitaire est un souci pour l’homme qui conduit à en prendre soin partout où il souffre. C’est une conscience récente qui amène certains à donner de leur temps pour rendre service dans des situations d’urgence ou durables de faim, de maladie, de guerre. Don Bosco déjà avait su engager ses jeunes dans la lutte contre le choléra lorsque ce fléau avait touché la ville de Turin en juillet 1854. Disposés à vivre cette solidarité, une cinquantaine de jeunes acceptent d’aller porter secours aux malades dans les maisons et les hôpitaux. Aujourd’hui, le volontariat international permet à tous les jeunes qui le souhaitent de vivre cette solidarité. Toute éducation, pour être complète, doit ouvrir à cette dimension du service. La générosité existe, à condition de savoir l’encourager et la solliciter.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Maman et femme de Philippe, handicapé, Martha
Kayser avait ému au " Week-end Don Bosco 2016 "
Voir l'article

« On va tout faire pour »
par les élèves de Lyon-Pressin
Voir l'article

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Margot et Margot
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

https://vimeo.com/221142294
  • International

    • Label salésien : Rebattre les cartes de la nutrition

      lappel nutrition tchad 004 Depuis trente ans, l’association Appel Durance œuvre pour lutter contre la malnutrition des enfants au Tchad, en partenariat avec les villageois. Cette association utilise la méthodologie des « Nutricartes » qui obtient de très bons résultats. Don Bosco Aujourd’hui a voulu en savoir plus et a interviewé sa présidente, Anne Vincent.

      Lire la suite

    • Salvador - Terre des Jeunes : une association pour les jeunes de la rue

      terre des jeunes 000 En 2011, dans le cadre de ses études en sociologie sur les enfants des rues, Simon-Pierre Escudero part au Salvador pour un travail recherche. À ce moment là, plus aucune institution ne travaille directement auprès de ces enfants. Depuis, il a fondé une association et il travaille dans les “quartiers chauds” avec Victoria, salésienne coopératrice, salvadorienne.

      Lire la suite

    • Congo : Comment soutenir l’emploi ?

      rdc via don bosco 001 La République Démocratique du Congo est le premier pays partenaire de VIA Don Bosco. Aujourd’hui, les relations avec le Congo sont toujours privilégiées. L’ONG soutient l’emploi des jeunes qui sortent des écoles de formation professionnelle du réseau Don Bosco.Logo video80

      Lire la suite

    • En Croatie, cicatrices de la guerre et espoirs salésiens

      don bosco croatie 004 Les Salésiens sont en Croatie depuis 1914. Le pays a connu de grands bouleversements depuis le début du siècle avec la dictature de Tito puis la guerre d’indépendance. Le témoignage du père Goran Antunovic, 32 ans, Salésien à Rijeka, donne un aperçu de la situation actuelle des religieux et de l’Eglise du pays.

      Lire la suite

  • Société

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite

    • Amine : du Ghana à l’Allemagne et retour…

      Amine Après cinq années de voyage – où il a connu la peur et l’angoisse – Amine, 23 ans, originaire du Ghana, a réussi à gagner Stuttgart en Allemagne. Mais sa demande de régularisation n’a pu aboutir. Il y a quelques semaines, Amine a été reconduit au Ghana. Durant son passage en Europe, des salésiens de Don Bosco l’ont accueilli et accompagné. L’interview a été réalisé, alors qu’Amine se trouvait en Allemagne.

      Lire la suite

    • Les jeunes migrants deviennent acteurs avec Welcome Jeunes

      JRS Welcome Jeunes au Campobosco 001 L'idée phare du programme Welcome Jeunes est de permettre aux réfugiés de sortir du statut de bénéficiaire dans lesquels ils sont souvent placés et de devenir des acteurs. Interview de Lucile, responsable du programme, que nous avons rencontrée au Campobosco l’an dernier.

      Lire la suite