Catherine-Foucher-Scout-355A l'initiative de Catherine Faucher responsable du département pédagogie, les Scouts et Guides de France ont lancé un « observatoire éducatif »sur les questions concernant la jeunesse. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DBA : Comment est né ce projet ?
Catherine Faucher : Notre mouvement a toujours eu le réflexe d'observer le monde des jeunes pour mieux répondre aux attentes et aux défis de notre société. L'idée est venue d'avoir quelque chose de permanent, qu'on a appelé « observatoire éducatif », parce que son rôle est d'observer les jeunes de six à vingt et un ans dans notre société. De là sortiront des données pouvant inspirer des con seils pour aider les éducateurs.

 

DBA : Depuis quand existe-t-il ?
C.F. : En fin 2010, j'ai voulu créer un groupe de travail qui mélange des responsables pédagogiques de chez nous et différents spécialistes scientifiques touchant la psychopédagogie, la sociologie, la philosophie, la pastorale, et des journalistes. Il y a Gwenaëlle Boulet, du journal pour ados « Phosphore », la sociologue Brigitte Bleuzen, le P. Christian Salenson qui dirige l'Institut des Sciences et des Religions de Marseille, Christiane Durand, la responsable de l'observatoire national de pédagogie de l'Enseignement  Catholique, et quel ques autres.

 

DBA : Qu'avez-vous produit actuellement ?
Catherine-Foucher-Scout-18-25-355C.F. : Notre groupe s'est retrouvé trois fois en 2011 et cinq fois cette année. On a fait deux choix. En premier lieu, nous étions interpellés par le phénomène des « indignés », tout ce qui concerne le rapport à l'engagement citoyen, à la politique, à la manière de s'engager aujourd'hui chez les 18-25 ans. Une interpellation d'une page est sortie pour la rentrée, à chacun maintenant de s'en saisir. Pour le second choix, nous avons été touchés par la manière dont les ados, plutôt années « collège », pa-lent entre eux, se traitent, entre garçons et filles, entre filles, entre garçons, tout ce qui a rapport à leur identité sexuée. Le vocabulaire paraît violent, agressif à des adultes, et même à des chefs qui n'ont que sept à huit ans de plus que leurs jeunes. Est-ce que cela signifie quel que chose ou pas dans la construction de leur identité sexuée ? On veut récupérer un corpus d'expressions et partir vraiment de ce qu'ils disent. On a profité du Jamboree qui a eu lieu fin juillet 2012 : une dizaine d'observateurs se sont promenés, ont pris des notes, etc. Ils étaient aidés par un questionnaire précis. Ils devaient noter non seulement le vocabulaire, mais aussi le langage du corps et les réactions de l'entourage. On a également interrogé des chefs et des cheftaines. En suite, au cours du premier trimestre et jusqu'à Noël, on a répertorié ces expressions des ados. On va travailler dans les collèges, les réunions, les quartiers, les aumôneries, plein de lieux différents. En même temps, on va essayer d'analyser le vocabulaire recueilli, et du coup, on pourra dégager des repères pédagogiques à donner aux chefs et cheftaines pour la construction de l'identité sexuée des jeunes.

 

DBA : Quel est le lien avec les colloques réalisés depuis le début de l'année ?
C.F. : Ils sont antérieurs à l'observatoire, en lien avec les cent ans du guidisme. L'ensemble des quatre colloques aborde le thème : « Qu'est-ce qu'être femme, ou fille, ou garçon, dans une Alliance ? » Celui de mars 2012 privilégiait l'entrée éducative ; celui d'Angers se situait sous l'angle historique : l'histoire de la femme, ses droits, et une table ronde avec quatre générations de femmes. Celui de septembre, à Lille, avait une entrée sociale : « La femme aujour d'hui dans la société française ». Il y a des ghettos, l'éducation, la santé, qu'est-ce que cela signifie ? Le dernier, en mars 2013, concernera l'alliance homme-femme. Notre obser vatoire est arrivé après que les choses soient lancées. Ce n'est pas lui qui fait le lien entre ces différentes choses, mais il est appelé à le devenir.

 

DBA : Avez-vous déjà des échos sur le terrain ?
C.F. : On trouve des échos des colloques sur un blog à partir du site www.sgdf.fr. Finalement, on s'aperçoit que c'est une vraie question, les stéréotypes demeurent. Il y a donc quelque chose à faire. La mi xité chez nous croît depuis vingt ans. Quels sont ses ef fets ? Les maîtrises sont mix tes ; comment vivent-elles cela, et quel modèle donnent-elles à voir ? L'observatoire et d'autres lieux fourniront des éléments plus éducatifs et pédagogiques, mais on n'est pas encore à cette phase-là.  La fusion entre les Scouts et
les Guides de France a eu lieu en 2004. Il est temps de nous poser pour prendre le temps de réfléchir. Nous ne pouvons pas nous contenter de reproduire, tel quel, ce que nous ont transmis nos aînés. Il faut tenir compte des exigences des parents, des courants de pensée, de la complexité de notre monde. Notre but est d'observer les jeunes d'aujourd'hui pour faire évoluer la pédagogie du mouvement.

 


Mot du jour

J'aime quand ma petite fille me dit : « tu es contente, Mamita ? » Elle me regarde avec un sourire en coin qui attend ma reconnaissance et il y a tant d'espoir dans ce sourire. Quel bonheur simple de la serrer contre moi et de lui dire : « Oui, je suis contente de toi, de ce que tu es,... mon cœur est comblé ! »

Le sentiment de contentement est source de vraie joie. Etre content de ma journée écoulée, de mon travail, de mes rencontres, de ma vie,... cela donne un sentiment de satisfaction, d'être bien avec les autres, d'être bien avec le monde.

On peut toujours trouver un manque, un point sombre dans nos vies. S'entraîner à regarder ce qui est plutôt que ce qui n'est pas, à percevoir le petit rayon de lumière dans le ciel menaçant, ... cela peut vraiment tout changer.

La source de la joie, le bonheur c'est d'avoir un cœur qui se contente de ce qu’il a.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Lucie
Voir l'article

Campobosco 2017
le diaporama
Voir l'article

« On va tout faire pour »
par les élèves de Lyon-Pressin
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

https://vimeo.com/221142294
  • International

    • Label salésien : Rebattre les cartes de la nutrition

      lappel nutrition tchad 004 Depuis trente ans, l’association Appel Durance œuvre pour lutter contre la malnutrition des enfants au Tchad, en partenariat avec les villageois. Cette association utilise la méthodologie des « Nutricartes » qui obtient de très bons résultats. Don Bosco Aujourd’hui a voulu en savoir plus et a interviewé sa présidente, Anne Vincent.

      Lire la suite

    • Salvador - Terre des Jeunes : une association pour les jeunes de la rue

      terre des jeunes 000 En 2011, dans le cadre de ses études en sociologie sur les enfants des rues, Simon-Pierre Escudero part au Salvador pour un travail recherche. À ce moment là, plus aucune institution ne travaille directement auprès de ces enfants. Depuis, il a fondé une association et il travaille dans les “quartiers chauds” avec Victoria, salésienne coopératrice, salvadorienne.

      Lire la suite

    • Congo : Comment soutenir l’emploi ?

      rdc via don bosco 001 La République Démocratique du Congo est le premier pays partenaire de VIA Don Bosco. Aujourd’hui, les relations avec le Congo sont toujours privilégiées. L’ONG soutient l’emploi des jeunes qui sortent des écoles de formation professionnelle du réseau Don Bosco.Logo video80

      Lire la suite

    • En Croatie, cicatrices de la guerre et espoirs salésiens

      don bosco croatie 004 Les Salésiens sont en Croatie depuis 1914. Le pays a connu de grands bouleversements depuis le début du siècle avec la dictature de Tito puis la guerre d’indépendance. Le témoignage du père Goran Antunovic, 32 ans, Salésien à Rijeka, donne un aperçu de la situation actuelle des religieux et de l’Eglise du pays.

      Lire la suite

  • Société

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite

    • Amine : du Ghana à l’Allemagne et retour…

      Amine Après cinq années de voyage – où il a connu la peur et l’angoisse – Amine, 23 ans, originaire du Ghana, a réussi à gagner Stuttgart en Allemagne. Mais sa demande de régularisation n’a pu aboutir. Il y a quelques semaines, Amine a été reconduit au Ghana. Durant son passage en Europe, des salésiens de Don Bosco l’ont accueilli et accompagné. L’interview a été réalisé, alors qu’Amine se trouvait en Allemagne.

      Lire la suite

    • Les jeunes migrants deviennent acteurs avec Welcome Jeunes

      JRS Welcome Jeunes au Campobosco 001 L'idée phare du programme Welcome Jeunes est de permettre aux réfugiés de sortir du statut de bénéficiaire dans lesquels ils sont souvent placés et de devenir des acteurs. Interview de Lucile, responsable du programme, que nous avons rencontrée au Campobosco l’an dernier.

      Lire la suite