Christ Brésil 355Le Brésil est à l'honneur : il accueille les Journées Mondiales de la Jeunesse (JMJ) et bientôt la coupe du monde de football. Aujourd'hui des millions de jeunes convergent vers Rio. Viviani Catroli, chercheure brésilienne, vivant actuellement en France, nous présente ce pays aux mille couleurs et aux mille contrastes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DBA : Qui sont les jeunes brésiliens ?
Viviani Catroli : Le Brésil est composé de 34 millions de jeunes de 15 à 24 ans ; 2 millions sont au chômage avec 70 % d'entre eux qui n'ont aucune formation professionnelle. Malgré tout, les jeunes brésiliens ne se laissent pas abattre. Ils croient en un avenir meilleur et n'ont pas peur des adversités même si le changement de la société est très difficile et que le système inégalitaire les écrase jour après jour. Ils sont très attachés à leur famille et très respectueux de la transmission du savoir à l'école mais aussi avec les parents et grands-parents.

 

DBA : Quelles sont les forces et les talents de la jeunesse brésilienne ?
VC : Comme tous les jeunes, ils ont de l'énergie. Les jeunes défavorisés, à la campagne, dans les lieux reculés, les bidonvilles, restent très actifs et imaginatifs. Ils sont bien informés des nombreux projets prévus pour leur émancipation par les autorités et associations locales et par le gouvernement. Il existe de nombreux cours du soir, des programmes de sensibilisation ou des projets pour devenir entrepreneur par exemple. Au Brésil, 25% des entrepreneurs ont moins de 24 ans. L'économie solidaire est très bien structurée et très active. Vous pouvez aller au fin fond de l'Amazonie, loin de tout, dans des quartiers très pauvres, il y aura toujours des jeunes sensibilisés aux problèmes auxquels le pays est confronté et qui agissent pour l'améliorer.

 

DBA : La question du métissage reste-t-elle d'actualité ?Bresil viviani dr 355 Viviani Catroli est psychologue clinicienne, docteur en psychologie social. Ses travaux portent sur les questions liées à l'adolescence, la violence, la ségrégation et la vulnérabilité sociale et à l'immigration. Elle a travaillé, comme chercheuse et clinicienne, dans des écoles des quartiers défavorisés à São Paulo et Rio.
VC : Le livre de Gilberto Freire, anthropologue, « Maitres et esclaves » décrit très bien le métissage de la société brésilienne. L'auteur considère que la formation brésilienne a été « un processus d'équilibrage entre des antagonismes. Antagonismes de civilisations et d'économies. La civilisation européenne et indigène. L'européenne et l'africaine. L'africaine et l'indigène. L'économie agricole et la pastorale. L'économie des champs et celle des mines. La catholique et l'hérétique. Le jésuite et le grand propriétaire. [...] Le bachelier et l'analphabète. Mais les dominant tous, plus général et plus profond encore : l'antagonisme du seigneur et de l'esclave. ». Malheureusement, tout cet univers d'une « complexité inégale » fait encore partie de la réalité brésilienne d'aujourd'hui.

 

DBA : Quelle est la place réelle de la foi ?
VC : L'Amérique Latine est presque « naturellement » chrétienne. Il existe, toutefois, un métissage religieux, un syncrétisme, apporté par le croisement des cultures indigènes, européennes et africaines. Et cela est très important : une société métisse doit avoir une religiosité métissée afin de ne pas contribuer à l'exclusion de certaines communautés. Nous avons l'habitude de dire que Dieu est brésilien. Apres l'arrivée du nouveau Pape, la phrase a changé et nous disons maintenant que si les Argentins ont le Pape, nous avons Dieu !

 

DBA : Que peuvent apporter des évènements mondiaux comme les JMJ ou la coupe du monde de football en 2014 ?
VC : Cette question est très délicate. La ville de Rio et ses habitants souffrent énormément de la spéculation immobilière et de la privatisation des espaces publics. Depuis quelques années, le coût de la vie à Rio a triplé. Les habitants des bidonvilles sont déplacés pour que les favelas se transforment en espaces touristiques ou deviennent de grands projets immobiliers. Le Maracaña, le temple du foot et du peuple, a été privatisé ! La ville n'a toujours pas de service de transport collectif de qualité. La corruption a toujours été très forte au Brésil et maintenant, comme il y a davantage d'argent, elle est devenue épidémique.

 

Avec les JMJ, nous avons face à nous, l'un des grands défis auquel est confrontée l'Eglise Catholique. L'Eglise brésilienne s'est toujours engagée de façon très importante dans la société au niveau social et a toujours été proche des pauvres. Malheureusement, elle s'est un peu éloignée de cette mission pour se concentrer sur la dimension spirituelle. Dans le même temps, les églises évangéliques protestantes ont investi l'espace. Ces églises contrôlent aujourd'hui les grands moyens de communication comme la télé mais aussi la sphère politique. Des pasteurs siègent au parlement brésilien. Cette situation préoccupe énormément car ces églises propagent des idées plutôt intégristes et ségrégationnistes qui peuvent faire reculer la société brésilienne. La nomination du Pape François va dans le bon sens. Avec une église catholique engagée pour le progrès social et la démocratie, le Brésil peut redevenir ce pays où la foi incarne un message d'espoir pour tous. Comme disait Frei Betto, moine dominicain brésilien, théologien de la libération, écrivain, militant politique, dans les années 70 : "Qui s'éloigne du peuple ne peut plus écouter Dieu".

Propos recueillis par Karine GOLD-DALG

18 juillet 2013

 


Bresil danse 355Le Brésil est composé de 34 millions de jeunes de 15 à 24 ans, soit près de 20% de la population.Bresil foot 355Foot Le Brésil accueillera en 2014 le Mondial. Cela ne va pas sans conséquence sur le coût de la vie.


Pour aller plus loin

Une délégation du Mouvement Salésien des Jeunes (MSJ) est à Rio pour les JMJ. Un article à lire. Prêts à partir pour les JMJ à Rio !

 


Mot du jour

L’éducateur prend souvent une figure paternelle. Mais il est bon que les équipes éducatives soient mixtes. Hommes et femmes apportent à l’enfant et à l’adolescent, des modes de présence et d’accompagnement différents, une écoute et une disponibilité autres. La dimension maternelle, plus affective et intuitive, complète la dimension paternelle. D’ailleurs, quand on parle de Dieu en tant qu’éducateur de son peuple, on lui prête les deux approches : maternelle (aimant et pardonnant) et paternelle (légiférant et sanctionnant). 

Don Bosco avait compris cette exigence, en demandant à Marguerite, sa propre mère, de venir au Valdocco assurer une présence maternelle auprès des jeunes. Après le décès de cette maman, il accourt au Sanctuaire de la Consolata. S’adressant à Marie, celle qu’il nomme l’Auxiliatrice (Secours des Chrétiens), il la prie de devenir la mère de tous ses jeunes. Ces derniers, éloignés de leurs parents, ou orphelins, pouvaient trouver dans la dévotion à Marie une présence maternelle. 

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Pierre Favre, ancien chanteur des Garçons Bouchers
devenu bénévole au Secours Catholique
Voir l'article

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Paul
Voir l'article

« On va tout faire pour »
par les élèves de Lyon-Pressin
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • International

    • Label salésien : Rebattre les cartes de la nutrition

      lappel nutrition tchad 004 Depuis trente ans, l’association Appel Durance œuvre pour lutter contre la malnutrition des enfants au Tchad, en partenariat avec les villageois. Cette association utilise la méthodologie des « Nutricartes » qui obtient de très bons résultats. Don Bosco Aujourd’hui a voulu en savoir plus et a interviewé sa présidente, Anne Vincent.

      Lire la suite

    • Salvador - Terre des Jeunes : une association pour les jeunes de la rue

      terre des jeunes 000 En 2011, dans le cadre de ses études en sociologie sur les enfants des rues, Simon-Pierre Escudero part au Salvador pour un travail recherche. À ce moment là, plus aucune institution ne travaille directement auprès de ces enfants. Depuis, il a fondé une association et il travaille dans les “quartiers chauds” avec Victoria, salésienne coopératrice, salvadorienne.

      Lire la suite

    • Congo : Comment soutenir l’emploi ?

      rdc via don bosco 001 La République Démocratique du Congo est le premier pays partenaire de VIA Don Bosco. Aujourd’hui, les relations avec le Congo sont toujours privilégiées. L’ONG soutient l’emploi des jeunes qui sortent des écoles de formation professionnelle du réseau Don Bosco.Logo video80

      Lire la suite

    • En Croatie, cicatrices de la guerre et espoirs salésiens

      don bosco croatie 004 Les Salésiens sont en Croatie depuis 1914. Le pays a connu de grands bouleversements depuis le début du siècle avec la dictature de Tito puis la guerre d’indépendance. Le témoignage du père Goran Antunovic, 32 ans, Salésien à Rijeka, donne un aperçu de la situation actuelle des religieux et de l’Eglise du pays.

      Lire la suite

  • Société

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite

    • « Apprends-moi la nature » en camp ou en classe

      apprends moi la nature 002 Jouer avec la nature est un chemin vers une pédagogie positive et bienveillante. L’objectif principal est de favoriser des moments de partage entre adultes et jeunes enfants autour de la découverte de la nature. L’idée est de percevoir la nature comme médiateur de jeux, de relations, de découvertes entre l’enfant et ses pairs. Les exemples sont nombreux : camp avec les scouts, classe verte ou classe d’intégration, comme à Farnières.

      Lire la suite

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite