pape football dr355Le pape François, salesianissimo ! Ça a évidemment été l'événement le plus marquant de ce début 2013 : un pape qui démissionne, un autre qui arrive de « l'autre bout de la terre »... On n'avait jamais vu ça. L'occasion pour DBA de revenir sur les liens entre le Vatican et les Salésiens, et entre ce pape argentin et les fils et filles de Jean Bosco.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean Bosco et les papes, voilà une histoire ancienne : « J'ai demandé à Mgr Cagliero de dire au Saint Père que les Salésiens ont pour objectif spécial de soutenir l'autorité du Pape, partout où ils se trouvent, partout où ils travaillent », dit un jour le Turinois. Les papes le lui rendirent bien : Pie IX l'exhorta à créer une congrégation et lui prodigua de nombreux conseils. Son successeur, Léon XIII, accepta de devenir le premier coopérateur salésien. Mais, Jean Bosco et le pape, c'est aussi une histoire de l'an 2013. Récit...

Acte 1. Le conclave

En ce 12 mars, alors que les cardinaux pénètrent dans la chapelle Sixtine, ils ne sont que dix-sept à être issus des rangs d'un ordre religieux, d'une congrégation. Dix-sept religieux parmi 115 cardinaux électeurs, voilà qui est peu. C'est pourtant l'un d'entre eux, un jésuite, qui, le lendemain, apparaîtra au balcon de la loggia... Reste que, parmi ces 17 religieux, ce ne sont pas les jésuites qui sont les plus nombreux... mais les Salésiens de Don Bosco (4 représentants), devant les franciscains (3), les jésuites et les dominicains (2 chacun). Qui sont ces quatre salésiens ? Il y a d'abord, si l'on respecte l'ordre alphabétique, Mgr Angelo Amato, 74 ans, un homme de la Curie, préfet de la Congrégation des Causes des Saints et qui fut auparavantsecrétaire de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi. Autrement dit, unproche de Benoît XVI.


Deuxième italien: Tarcisio Bertone, 78 ans. Ce Piémontais (comme Jean Bosco) est, lui aussi,unfidèle et untrèsproche de Benoît XVI. Ilest en effetsecrétaired'Etat du Saint-Siège, autrement dit "Premier ministre" du pape. A cetitre, il fait partie de ceuxqui ont dûs'expliquersur les dysfonctionnements de l'administrationromaine.

Troisième Salésien (et troisième Italien !), Mgr Raffaele Farina, 79 ans, est entré dans la congrégation à l'âge de 16 ans ! Il a longtemps été enseignant de théologie à l'Université Pontificale Salésienne (UPS) et est depuis 2007 archiviste et bibliothécaire du Vatican.

Enfin, quatrième cardinal électeur, un représentant de l'Amériquelatine : Mgr Oscar Rodriguez Maradiaga. L'archevêque de Tegucigalpa (Honduras) depuis... 1978 est le plus jeune des quatre cardinaux salésiens (il a 70 ans). A la tête de Caritas Internationalis (leSecourscatholique, en France) depuis 2007, c'est un homme qui compte dans l'Eglisecatholique, sur tous les continents. Unevoix écoutée.

Tous les quatre entrent dans la chapelle Sixtine en tant que cardinal. Et c'est comme cardinal qu'ils en ressortent, à la différence de Jorge Mario Bergoglio. Un jésuite qui choisit un prénom franciscain... et qui connait bien les salésiens.

Acte 2. Le pape François

Dans les jours qui suivent son élection, les liens entre le pape François et la famille salésienne sont en effet rendus publics. On découvre d'abord que le nouveau pape a été marqué par la figured'un salésien coadjuteur (un frère, non ordonné prêtre), Artémide Zatti. "En 1976, témoigne Jorge Mario Bergoglio, les jésuites d'Argentinen'avaient plus de vocation de frère coadjuteur et nous pensions que la situaton était irréversible."


Photo Fran 1erEn 1976, un évêque parle au père Bergoglio de M. Zatti. « Il me donna à lire sa biographie. Son profil quasi parfait de coadjuteur retint mon attention. A ce moment, je sentis que je devais demander à Dieu, par son intercession, de nous envoyer des vocations de coadjuteurs. Je fis des neuvaines... » Dans les années qui suivirent, dix-huit jeunes entrèrent au noviciat. « Les novices, les étudiants et les jeunes coadjuteurs ont fait plusieurs fois la neuvaine en l'honneur de M. Zatti, pour demander des vocations. Moi-même, je l'ai faite (...) Je répète que je suis convaincu de son intercession », raconte encore le pape argentin.

Un autre lien est découvert : « Le nouveau pape est un ancien élève salésien » écrit le 19 mars l'Agence Infos Salésiennes (ANS), depuis Rome. « En 1949, Jorge Mario Bergoglio fréquenta avec son frère le pensionnat salésien Wilfrid Baron de Ramos-Mejia. » On retrouve même trace d'un premier prix en conduite et en religion et évangile.

 

Dans la foulée, les Salésiennes de Don Bosco de Thaïlande annoncent que parmi celles-ci, se trouve une missionnaire argentine qui n'est autre que... la cousine du pape, sœur Ana Rosa Sivori. « La dernière fois que je l'ai vue, c'était l'année dernière, témoigne-t-elle. J'étais revenue à la maison pour visiter mes parents et je suis allée le rencontrer comme je le faisais toujours quand je revenais en Argentine. Nous avons bavardé un peu et puis il m'a donné des livres pour moi et pour les sœurs et, comme toujours, il m'a demandé des prières. Il m'a demandé de prier pour lui. Il me disait toujours: "Ana Rosa, prie pour moi, rappelle-toi de prier pour moi".

 

Quelques jours plus tard, le recteur majeur des Salésiens, le père Pascual Chavez, est reçu en audience au Vatican. "Nous avons rappelé quelques évènements qui marquent ses liens avec la spiritualité et l'oeuvre salésienne : quand à Aparecida, il demanda à ce que la béatification de Zeffirino Namuncurà n'eut pas lieu à Buenos Aires mais à Chimpay, motivant sa requête par l'explication : 'En Patagonie, les salésiens ont tout fait'; son passé d'élève du Pensionnat salésien de Ramos Mejía; sa dévotion à Marie Auxiliatrice, qu'il exprimait en se rendant à son Sanctuaire, à Almagro, le 24 de tous les mois pour célébrer l'Eucharistie; il a lui-même rappelé que le père Enrique Pozzoli, toujours un salésien, l'avait baptisé précisément dans ce Sanctuaire; et nous avons même parlé de son affiliation au Club de Football San Lorenzo (photo de Une), dont il conserve la première carte d'adhérent", raconte le père Chavez.

Acte 3. Les Salésiens du Vatican

En ce début d'été, quatre mois après l'élection du nouveau pape, qu'écrire aujourd'hui ? François a répondu par un enthousiasmant « Pourquoi pas ? » à l'invitation du père Chavez de venir célébrer les 200 ans de la naissance de saint Jean Bosco à Turin, le 24 mai 2015, à l'occasion de la fête de Marie Auxiliatrice. Son agenda lui permettra-t-il de le faire ? L'avenir le dira.

En attendant, la famille salésienne demeure présente dans l'entourage du pape, dans les services centraux de l'Eglise. Nous avons déjà évoqué les quatre cardinaux du conclave. Mais d'autres salésiens servent au Vatican.

 

Savez-vous, ainsi, que c'est un Salésien qui est directeur de la chapelle Sixtine ? Le père Massimo Palombella est un Turinois de 46 ans. S'il est docteur en théologie dogmatique, il est aussi diplômé en musique chorale et en composition. Avec le chœur inter-universitaire de Rome, il a à son actif de nombreux concerts en Italie et dans le monde.


Savez-vous que c'est un Salésien qui est secrétaire (autrement dit n°2) de la congrégation pour l'évangélisation des peuples ? « C'est une excellente nouvelle que d'avoir un homme de cette qualité à un tel niveau au Saint-Siège et qui comprend aussi bien la situation des catholiques de Chine » avait réagi à sa nomination un prêtre de Hong-Kong. Le Père Savio Hon Tai-Fai, 63 ans, est entré chez les Salésiens en 1975. Il parle le cantonais, le mandarin, l'anglais, le français. « Il jouit d'un grand respect au sein du clergé chinois et c'est un homme d'écoute ».


Savez-vous qu'une Fille de Marie-Auxiliatrice, sœur Lucia Fedrigotti, travaille au sein de la congrégation pour les instituts de vie consacrée ? Elle y est la représentante officiellede cette instance, auprès des conférences nationales des Supérieur(e)s Majeur(e)s. Un poste important.

 

Alors évidemment, depuis sa création, la société Saint-François de Sales, nom qu'a donné Jean Bosco à sa congrégation, n'a pas pour objet de remplir les bureaux du Vatican. Son charisme, celui des sœurs salésiennes également, comme de toute la famille salésienne est de servir d'abord les jeunes du monde entier, quelle que soit leur religion. Pour éduquer en évangélisant. Pour évangéliser en éduquant. Sûr que le nouveau pape ne peut que bénir une telle mission...

Reportage réalisé par Benoît DESEURE

1er aout 2013


 

 

 

CREMISAN : UNE MAISON SALESIENNE

ET UN DOSSIER PAPAL

 

pape crémisan dr355A Cremisan, salésiennes et salésiens sont depuis 1891 au service de la population par des œuvres sociales et des activités de formation.Que se passe-t-il à Crémisan ? Les autorités israéliennes ont décidé d'y construire le fameux «mur», visant à séparer Israël de la Cisjordanie. Seulement, ici, le « mur de l'apartheid », comme l'ont appelé les Palestiniens, doit séparer Bethléem, Beit Jala et les villages voisins de la vallée de Crémisan qui vont basculer du côté israélien de la clôture. Une vallée où se trouvent notamment des œuvres salésiennes.

 

Les salésiens du Moyen-Orient ont demandé à ce Tribunal que le mur de division ne coupe pas leur propriété : «Votre élection nous a apporté l'espérance que les choses changeraient. Nous avons encore espoir».

 

 

 

pape encadre 1a dr355Les nageurs niçois Yannick Agnel ou Camille Muffat, médaillés aux JO de Londres sont des ancien du collège Don Bosco de Woluwé-Saint-Lambert, Bruxelles.DU PAPE A MISS FRANCE,

DES ANCIENS ELEVES CELEBRES

 
En France et en Belgique, on compte beaucoup d' « anciens de Don Bosco » célèbres. Normal, pour un réseau congréganiste qui, de Pouillé à Nice, de Liège à Landser, accueille chaque année 35 000 jeunes.

Certains le sont par le sport, comme les nageurs niçois Yannick Agnel ou Camille Muffat, médaillés aux JO de Londres ou comme le coureur cycliste Axel Merckx, ancien du collège Don Bosco de Woluwé-Saint-Lambert, à Bruxelles.


D'autres le sont par la musique ou le chant, comme Nicole Grisoni, ancienne de Thonon, plus connue sous le pseudo de... Nicoletta. Ou Roger Allen Jouret, ancien de Woluwé lui aussi, et qui connut en 1978 un extraordinaire succès avec « Ça plane pour moi » : Plastic Bertrand.


Mais la célébrité, c'est aussi par exemple le titre de miss France 2013, remporté par une (très belle, évidemment) ancienne élève de Landser, Delphine Wespiser. Ou le duo comique belge Les Frères Taloche : Bruno et Vincent (leurs vrais prénoms) ont été scolarisés chez les salésiens à Don Bosco-Verviers et ont obtenu en 2005 le prestigieux prix Raymond-Devos.


On pourrait évidemment rallonger la liste pendant des pages, de Jacques Delors (Patronage Saint-Pierre, à Paris) à Mgr Jacques Gaillot (ESTIC Saint-Dizier), du ministre belge Didier Reynders (Don Bosco Liège) à Bruno Dumont (Grand Prix du jury à Cannes 1999, de Bailleul), de l'écrivain Alain Mabanckou (prix Renaudot 2006, ancien de Pointe-Noire) à Mgr Pierre Pican, l'évêque émérite de Bayeux-Lisieux (ancien de Giel). Mais la place manque. Alors, résumons : du pape à miss France, la liste est longue, et variée. Et celui que l'on préfère, c'est le premier de tous, passé de la célébrité à la postérité : saint Dominique Savio !

 

 

 

 

 

 

 


Mot du jour

logo calendrier de l avent 2017

Du 2 au 24 décembre,
Don Bosco Aujourd'hui vous propose de retrouver le mot
du jour dans
le calendrier de l'Avent 2017...

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Henri Marescaux témoigne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Aurelie Monkam Noubissi témoigne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Sœur Pilar, Salésienne de Don Bosco témoigne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

Aurelie Monkam Noubissi
  • Maisons Don Bosco

    • Des collégiens sur la route… des migrants !

      jeu migrants 02 Cet après-midi du jeudi 16 novembre 2017 les élèves de 4e du collège Bon-Accueil ont participé à une animation qui avait pour but de sensibiliser les jeunes aux problématiques des migrations internationales et d’en comprendre les enjeux. La sensibilisation s’est déroulée en trois temps : une introduction en classe sur les différents types de migrations et le partage de témoignages de mineurs non accompagnés, une mise en situation, sous forme de grand jeu puis une relecture du ressenti et des savoirs abordés à la suite de cette expérience.

      Lire la suite

    • Découvrez le nouveau site : www.oxyjeunes.net

      oxyjeune Animer un veillée spirituelle, préparer un temps d’animation, proposer un tournoi sportif… autant d’activités, pour enfants, jeunes et familles, disponibles sur le site www.oxyjeunes.net, à télécharger…. sans modération ! Le père Xavier Ernst et sœur Anne Orcel, délégués à la pastorale des jeunes, expliquent pourquoi ils ont voulu créer un nouveau site, dédié à la Pastorale.

      Lire la suite

    • « Réussir sa vie…, réussir dans la vie : les lycéens de Ressins ont la parole

      ressins reussir sa vie 01 Les élèves accompagnés par les animateurs en pastorale scolaire et les enseignants du lycée Etienne Gautier de Ressins ont débattu sur la question : « Réussir sa vie… Qu’est-ce que cela veut dire pour moi ? » Les réponses des jeunes futurs agriculteurs sont pleines de bon sens et de lucidité.

      Lire la suite

    • 20 jeunes en formation de « Secouristes pour la paix »

      secouristes de la paix 01 Une vingtaine de jeunes de secondes du réseau des établissements scolaires Don Bosco de France et de Belgique ont suivi la formation « Secouriste pour la paix ». Cette session a eu lieu du 22 au 27 octobre, à Nice. Animée par Myriam Maréchal accompagnée de formateurs de l’IFHIM* en collaboration avec le Valdocco Nice. L’objectif ? Apprendre à se découvrir pour avoir un meilleur engagement dans les projets.

      Lire la suite

    • Le Lycée Costa de Beauregard en visite à Turin

      chambery turin 01 Chaque année le lycée Costa de Beauregard organise un voyage à Turin pour permettre au personnel enseignant et administratif de découvrir Don Bosco. Le Père Paul Ripaud se fait le guide de ces voyages. Une aventure magnifique pour les jeunes lycéens.

      Lire la suite

    • Réussir dans la vie ou réussir sa vie ? Comment ne pas se contredire ?

      reussir dans la vie 003Parents et enseignants souhaitent la réussite de leurs enfants ou de leurs élèves, réussite aux examens bien sûr, mais aussi réussite sociale. Mais l'expression même « réussir dans la vie » est problématique pour les chrétiens. Le Père Paul Ripaud, salésien et membre de la communauté éducative du Lycée Etienne Gauthier de Ressins, pose le problème et évoque la position originale de Don Bosco.

      Lire la suite

  • Société

    • Les challenges sur internet sont-ils dangereux ?

      ice bucket challenge 001 Depuis de nombreux mois, les challenges ont pris une ampleur importante sur internet, sur les réseaux sociaux. On peut en trouver de tous types, du divertissant, à l’émouvant, en passant par le vulgaire ou le dangereux. Mais en quoi consiste un challenge ?

      Lire la suite

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite

    • « Apprends-moi la nature » en camp ou en classe

      apprends moi la nature 002 Jouer avec la nature est un chemin vers une pédagogie positive et bienveillante. L’objectif principal est de favoriser des moments de partage entre adultes et jeunes enfants autour de la découverte de la nature. L’idée est de percevoir la nature comme médiateur de jeux, de relations, de découvertes entre l’enfant et ses pairs. Les exemples sont nombreux : camp avec les scouts, classe verte ou classe d’intégration, comme à Farnières.

      Lire la suite

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite