Dominique Godinot 2-De nombreux religieux et religieuses vivent leur vocation dans des lieux insolites. Comment vivent-ils leur vocation religieuse ? Don Bosco Aujourd'hui leur a posé la question. Deuxième partie de notre reportage.

 

 

 

Thierry Magnin, prêtre, chercheur au CNRS et recteur de la faculté de Lyon

 

THierry Magnin355« La foi et la raison pour contempler la vérité »

 

« Vous savez, vous n'êtes pas obligés de tout savoir sur le boson de Higgs pour avoir une belle vie », rigole Thierry Magnin. A 60 ans, ce prêtre du diocèse de Saint-Etienne aime plaisanter quand il parle de ses deux passions : les sciences exactes (et plus exactement la physique) et l'Evangile. Marqué dans sa jeunesse par la figure de Newton (un grand scientifique, un grand humaniste et un grand chrétien), le jeune Thierry a suivi un parcours scolaire « classique » : maths sup, maths spé, école d'ingénieur. « J'ai obtenu un doctorat d'Etat en physique. Je sentais que Dieu m'appelait, mais je résistais ». Le voilà chercheur au CNRS (directeur notamment d'un département « Métallurgie physique et interfaces ») durant plusieurs années... avant de faire le grand saut : « Mon évêque m'a dit : il faut que tu fasses aussi bien en théologie qu'en sciences ! J'ai donc obtenu un deuxième doctorat, en théologie cette fois ». Curé de paroisse, prêtre en équipe de soins palliatifs, mais aussi membre du comité national du CNRS, le père Thierry Magnin se définit à la fois comme chercheur scientifique et chercheur de Dieu : « La foi et la raison sont les deux ailes pour contempler la vérité. Pas la saisir, la contempler ». Passionnant à écouter lorsqu'il évoque le Big Bang, la Genèse et les êtres de relation et d'amour que nous sommes, le Père Thierry Magnin partage désormais son savoir avec les étudiants lyonnais : « Le mystère, ce n'est pas ce que l'on ne comprend pas ; c'est ce que l'on n'aura jamais fini de comprendre », souligne le recteur de l'Université catholique de Lyon. Avant de citer Galilée : « La science nous montre comment marche le ciel, mais pas comment on va au ciel... »

 

 

Daniel Federspiel, salésien prêtre et clown

Daniel Federspiel 355 ok« Le clown est une figure de l'Evangile »

 

Depuis un an désormais, les Salésiens de Don Bosco ont un provincial (un supérieur, pourrait-on écrire) pour la France et la Belgique-Sud qui est aussi... clown. Entré dans la congrégation à l'âge de 21 ans, le père Daniel Federspiel, 54 ans désormais, avait pourtant tout brûlé en entrant au noviciat : « Je pensais qu'on ne pouvait pas être religieux et clown. Et un jour, je suis tombé par hasard sur un livre où il était écrit : les illusionnistes ont un saint patron qui s'appelle saint Jean Bosco. J'en parle au maître des novices qui me dit : C'est dommage d'avoir tout brûlé, tu aurais pu continuer. J'ai alors recommencé à être clown mais en tant que religieux, souvent pour les grands rassemblements. » Et le jour de son ordination sacerdotale, à Lyon, le cardinal Decourtray lance dans son homélie : « Je t'envoie comme clown parmi les prêtres et comme prêtre parmi les clowns. »
Initié par Guido Giacomelli, le Père Daniel, alias le clown Papi, a appris à regarder le monde comme un clown : « Le clown est une figure de l'Evangile. Etre clown, c'est une manière d'absorber ce qui est dans le monde, de l'assimiler et de le transformer en joie. Il y a là quelque chose du Christ, quelque chose un peu comme porter la souffrance des autres pour la transformer peu à peu en résurrection, en joie. » Aussi, dans son emploi du temps chargé de provincial, Daniel-Papi continue d'intervenir dans des écoles : « J'ai inventé un spectacle que je joue seul dans la classe d'un établissement scolaire. Je ne sais ni lire ni écrire et je demande à être scolarisé. Le directeur va dans la classe et demande : « Peut-on accueillir ce clown ? » Sous-entendu : peut-on accueillir quelqu'un qui est différent ? »

 

 

Dominique Godino, religieuse salésienne... et instit'

Dominique Godinot 355« La joie profonde d'un enfant qui progresse et s'épanouit »

 

Voilà un métier qui, aux plus anciens, ne paraîtra certainement pas très original pour une religieuse : enseignante, institutrice. Durant toute une partie du vingtième siècle, des milliers de religieuses s'y sont consacrées. Seulement, ces dernières années, elles sont plus rares. A Guînes, dans le Pas-de-Calais, sœur Dominique, 57 ans, apparaît-elle donc comme une « extra-terrestre » ? Bien sûr que non, au contraire. « J'accompagne des élèves de 5 à 12 ans, en difficultés scolaires en classe d'adaptation, à l'établissement scolaire Jean Bosco » explique-t-elle. Dominique est enseignante depuis 34 ans. Elle fut enseignante avant de choisir la vie religieuse : « Dès ma première année d'enseignement, le Seigneur m'a conduite dans une école salésienne, à Jeanne-d'Arc à Thonon-les-Bains. Au milieu des cris, des chants, de la joie, de la vie, du sourire des enfants, j'ai rencontré aussi une communauté fraternelle de sœurs toutes données à la mission, au service des jeunes. J'ai alors répondu 'oui' à l'appel du Seigneur à le suivre et j'ai ainsi cheminé avec lui, du Sud au Nord de la France, dans plusieurs de nos écoles et communautés. » Enseignante comme les autres et en même temps, pas tout à fait comme les autres, sœur Dominique souligne que ce qui la nourrit, c'est « la joie profonde d'un enfant qui progresse et s'épanouit ». « L'écoute des parents, souvent démunis, qui nous font confiance, me marque aussi beaucoup. Comme pouvoir partager avec tous, des temps forts, mots du matin, célébrations, rassemblements salésiens qui ouvrent les enfants à la foi, mettent leurs dons en valeur, les associant à la beauté et aux préparatifs de la fête. » Il y a quelques temps, un enfant qui se prépare à partir au collège lui a d'ailleurs écrit : « Cela fait des années que je te parle, rigole avec toi. Dire que l'année prochaine, je ne te verrai plus. Tu vas me manquer. Merci pour tous les chants de fête. Je les ai en tête avec plein de bonheur dans le cœur. »

 

Jean-Marc Galau, prêtre et facteur dans la banlieue de Lyon

Galau 3 355« C'est l'Eglise qui vient à eux »

 

« Le jour des Rameaux, j'officie comme prêtre et une dame dit tout haut : c'est notre facteur ! » Il s'en amuse : « On peut me voir tous les jours dans trois tenues différentes : en facteur le matin, comme tout le monde au supermarché et le soir en aube à la célébration ». Quelle que soit la manière dont il est habillé, cela ne change pas l'homme qu'il est : un baptisé à qui on a confié la charge d'être prêtre. « Je ne suis pas avec mes collègues de la poste pour faire du prosélytisme. Ils savent que je suis prêtre, mais je leur dis : « Je ne suis pas meilleur que vous. Je suis là pour vivre avec vous ». Je reçois parfois des confidences. Pour eux, c'est l'Eglise qui vient à eux, différente de celle qu'on voit dans les médias.
Jean-Marc Galau a une grande admiration pour les personnes qu'on ne remarque pas : les femmes de ménage qui nettoient les cages d'escalier des immeubles par exemple. « Elles ont de sacrées vies ! Ma prière du matin et du soir, l'Eucharistie, sont remplies de ces visages. Tous ceux qui ne croient pas, qui sont d'autres religions et que nous croisons font partie de notre histoire de croyants. Ils nous nourrissent de leurs vies, de leurs paroles. On reçoit d'eux la Bonne Nouvelle. Et comme dans l'Evangile, ce n'est pas toujours là où on l'attend que la Bonne Nouvelle est donnée. La Syrophénicienne, le centurion romain à la croix en sont des exemples. Les gens nous mettent en route, croyants ou pas, ils nous font devenir ce que l'on est en vérité. »

 

 

Mais aussi...

favart3 355Arnaud Favart, l'église, le stade et le bus...
Vicaire général depuis 2012 de la Mission de France (des prêtres et des diacres qui partagent l'existence quotidienne des hommes et des femmes au travail, dans les associations, dans les quartiers...), le Père Arnaud Favart fut auparavant conducteur d'engins de chantier pendant douze ans, puis, dans un secteur rural de la Creuse, il fut à la fois curé de paroisse... et chauffeur de bus à mi-temps. Il fut aussi entraîneur de foot pour les jeunes de Boussac : « Mercredi matin, c'est caté. Mercredi après-midi, c'est foot ! », soulignait-il alors. Il rédige également des chroniques pour La Croix et Pèlerin.

 

Elie Geffray, un mandat de maire pour le curé
Il était le seul prêtre... maire d'une commune de France. Le Père Elie Geffray, 74 ans, fut premier adjoint de 2001 à 2008, puis maire de 2008 aux municipales de mars dernier, dans sa commune natale, Eréac, dans les Côtes d'Armor. Un village de 700 habitants. Le prêtre et édile a mis en avant son âge avancé pour justifier son choix de ne pas se représenter : « Ma règle, c'est qu'après 70 ans, on achève les mandats en cours, on ne les renouvelle pas ».

 

Dominique Trimoulet, prêtre et aide-soignant
Lui aussi est prêtre de la Mission de France : ordonné en 1992, Dominique Trimoulet travailla d'abord comme aide-soignant dans les quartiers Nord de Marseille durant une dizaine d'années. Depuis 2005, il est dans le diocèse de Troyes. Délégué diocésain à la pastorale de la santé, il est aussi aide-soignant en service de soins à domicile. « Au séminaire, j'ai découvert qu'être missionnaire, cela passait par la présence aux hommes blessés, souffrants. J'ai donc demandé à enraciner mon ministère dans le silence du chevet des malades ».

 

Cécile Renouart, religieuse assomptionniste et... prof à l'Essec
Diplômée de l'une des plus prestigieuses écoles de commerce française, Cécile Renouart y est aussi, désormais, enseignante. Cette religieuse assomptionniste de 45 ans y dirige le programme CODEV « Entreprises et Développement », dont l'objectif est d'étudier dans quelle mesure et selon quels critères les entreprises peuvent contribuer au développement durable des zones où elles mènent des opérations, en particulier des zones de grande pauvreté et/ou de fragilité sociale. Un programme qui a intéressé de grandes entreprises (Total, Michelin, Danone, Unilever...). Elle a publié récemment l'ouvrage « Vingt propositions pour réformer le capitalisme ».

 

 

Dossier réalisé par

Sr Joëlle Drouin, Karine Gold-Dalg, P. Vincent Grodziski et Benoit Deseure

15 aout 2014

 

 

 

 

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd'hui....

Prêtres et religieux au coeur du monde, première partie, avec : le père Cazin, Jean-Marie Petitclerc, Claire Castaing...


Mot du jour

« Que veux-tu que je fasses pour toi ? »

Dieu à l’écoute de mon désir profond, mon désir de vivre malgré les circonstances de la réalité complexe.

Il est proche de ceux qui l'invoquent, De tous ceux qui l'invoquent en vérité.

Il répond au désir de ceux qui le craignent ; Il écoute leur cri : il les sauve (Ps 145)

Le psaume le dit avec enthousiasme : dès que nous exprimons la moindre envie de vivre, au moment où notre volonté de vivant bourgeonne à nouveau, Dieu veut lui aussi y répondre, même si cela prend du temps dans notre existence humaine. Il ne rate jamais une occasion de satisfaire notre demande de vie, surtout quand c’est devenu pour nous une affaire de vie ou de mort.

Et si nous n’en voulons plus, parce que nous n’en pouvons plus …

Alors demandons-Lui de renaître à son désir à Lui.

Les yeux sur toi, tous, ils espèrent : Tu leur donnes la nourriture au temps voulu ;

Tu ouvres ta main : Tu rassasies pour tout vivant, le plaisir, la volonté.

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Patrick Loyer, Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

6e Congrès de l’éducation salésienne
Ce qu'en disent les participants
Voir l'article

Défi citoyenneté :
lancement du label
Voir l'article

« Ils nous ont bluffés ! » Concours de
plaidoirie à l’Institut Lemonnier
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Maisons Don Bosco

    • « Va à la pompe ! » L’éducation selon Don Bosco

      education don bosco 03 Lorsque des éducateurs se plaignaient auprès de Don Bosco de ne pas être écoutés par les jeunes et de ne pas savoir comment les prendre, Don Bosco disait : « Va à la pompe ». Il y avait, dans la cour du Valdocco, une fontaine autour de laquelle il y avait toujours un attroupement de jeunes qui se bousculaient pour boire ou pour ramollir la pagnote trop dure du petit déjeuner. C’est là que l’éducateur, en se mêlant à la file, pouvait entendre les conversations, connaître les centres d’intérêt des garçons, leurs préoccupations du moment. L’éducateur était ainsi en prise directe sur leur culture et pouvait sentir l’atmosphère générale. Don Bosco suggérait aussi à l’éducateur d’être moins dur, moins rigide, de « ramollir » son quotidien.

      Lire la suite

    • Le Festiclip est cette année un festival européen sensible au monde des laissés pour compte

      fasticlip 2018 04 La treizième édition du FestiClip, festival de vidéoclips réalisé par et pour des jeunes de 15 à 20 ans, s’est déroulé au Centre Jean Bosco le 2 juin. Participaient cette année, outre bien sûr la Belgique et la France, l’Espagne, le Portugal et l’Allemagne. Les films étonnent par leur qualité et leur thématique. Aujourd’hui, c’est la manière de traiter les laissés pour compte qui interroge les jeunes. Logo video80

      Lire la suite

    • Festifoot 2018 : la coupe du monde version salésienne

      festifoot 2018 caen 07 La coupe du monde de foot en version salésienne ? Comment ça, vous ne connaissez pas ? Festifoot ! Mais si, c’est ce rassemblement de 60 jeunes venus de toute la France pour partager un week-end exceptionnel, plein de partage, de fair-play, et de sport ! Avec la participation de huit équipes, soit 55 jeunes de 15 ans environ, le Festifoot du mois de juin n’a jamais connu un tel succès.

      Lire la suite

    • Quatre jours de formation approfondie pour les élèves les plus engagés

      formation eleves engages 01 Voyage à Biville : c’est une initiative des quatre établissements scolaires de l'Ouest au début des vacances de Pâques.  Une quarantaine d'élèves des établissements de l'Ouest. Elèves en difficulté ou non. Il s'agit de quelques jeunes parmi les plus engagés dans la vie de l'établissement. Le projet est une formation approfondie pour les élèves les plus engagés à l’image de ce que faisait Don Bosco.

      Lire la suite

    • Les premières Assises de Don Bosco Action Sociale

      don bosco action sociale assises 01 Les 24 et 25 mai 2018, le réseau Don Bosco Action Sociale a organisé ses premières assises à l’Institut Don Bosco de Gradignan (Gironde). Celles-ci ont regroupé plus de 100 dirigeants des 65 établissements et services d’action sociale du réseau : présidents, administrateurs, directeurs, cadres de direction. Ces participants ont pu ainsi prendre conscience de la force et du dynamisme de ce réseau.Logo video80

      Lire la suite

    • « Foi et Science » s’invitent à l’institut Lemonnier à Caen

      lemonnier mai 2018 02 Les jeunes de 2ndes de l’Institut Lemonnier à Caen ont couronné leur année pastorale autour du thème : Science et foi. Autour d’une table ronde, étaient réunis des témoins de la foi des religions monothéistes présentes dans l’agglomération.

      Lire la suite

  • Famille Salésienne

    • Don Bosco et les rois de Piémont - Savoie

      don bosco et les rois 01 Don Bosco respectait et aimait ses souverains, tout en donnant son avis lors de certaines réformes qui s’en prenaient à la religion et au Pape. Deux rois ont été bienveillants à son égard et soutiens de ses œuvres : Charles-Albert et Victor-Emmanuel II. Qui était ces rois ?

      Lire la suite

    • Le nouveau Don Bosco Aujourd’hui : un dossier sur Don Bosco Action Sociale

      dba 995 couv Cette année ont eu lieu les premières assises du réseau Don Bosco Action Sociale. Un rendez-vous important où les cadres des associations qui constituent ce réseau ont pu exprimer leurs attentes et définir des pistes d’actions à venir. Pourquoi se fédérer ? Quels sont les enjeux ? Les acteurs de l’action sociale du réseau témoignent.

      Lire la suite

    • Monseigneur Luigi Fransoni et Don Bosco - Défenseurs de l’Eglise et du Pape

      Illustration 1862 gravure Mgr Luigi Fransoni archeveque de Turin Dès les débuts de l’Oratoire, Luigi Fransoni comprit l’importance de la mission de Don Bosco et il se fit le défenseur de l’œuvre de Don Bosco. Il la soutint de son autorité et de ses aides généreuses avec une affection paternelle.

      Lire la suite

    • Venue du P. Angel Artime, 10è successeur de Don Bosco, en février 2019 en France et Belgique-Sud

      SAVE THE DATE* !!! Le 10è successeur de Don Bosco, le Père Angel Artime, rendra visite à notre province salésienne France-Belgique Sud en février 2019. Il sera en région PACA le 21 février, à Lyon le 22 février, à Paris le 23 février et à Bruxelles le 24 février. Quelle joie de l'accueillir parmi nous ! Cela n'arrive pas tous les ans !!! Faisons de cette occasion une fête. Profitons de sa venue pour nous rassembler avec les jeunes en famille salésienne et en réseau Don Bosco. Certes, la date prévue n'est pas sans doute pas idéale, mais nous dépendons de son calendrier bien chargé... Soyons créatifs pour rendre chaque journée inoubliable et refléter fidèlement l'actualité du charisme de notre fondateur bien vivant en France et en Belgique Sud. (* Réservez la date !)

    • Couleurs Salésiennes : réunis par région autour de Don Bosco

      couleurs salesiennes 2018 04 C’est à Liège, en région lyonnaise - au château du Passage - (1er mai), Paris (22 mai) et Lille (30 mai), qu’ont eu lieu les journées régionales des Couleurs Salésiennes. L’objectif est de renforcer l’esprit de famille entre les différentes branches de la Famille salésienne et d’ouvrir les horizons. Une belle occasion d’inviter les proches, les parents d’élèves… Le pari a été réussi ! Découvrez les témoignages de participants.

      Lire la suite

    • Serdu ! Dessine-moi Don Bosco !

      Serge Duhayon Serge Duhayon est dessinateur de Presse. Il a collaboré à des revues spécialisées et signé des milliers de dessins pour des tas de bulletins d’associations locales. Ses sujets préférés ? Les jeunes. Depuis trente ans, Serdu prend le crayon pour les pages pédagogiques de Don Bosco Aujourd’hui. Qui se cache derrière ce crayon ?

      Lire la suite

  • Société

    • Valoriser l’éducation informelle… Comment ? Ou comment éduquer « l’air de rien »

      education informelle 01 Les interventions éducatives des adultes sont formalisées dans des programmes, mais il restera toujours des espaces et des moments qui donnent du jeu pour la spontanéité. On parle alors de pédagogie informelle ou non-formelle. Dans les écoles salésiennes on parle de pédagogie « du patio » ou « de la cour de récré ». Don Bosco y était très sensible. Qu’est ce qui caractérise cette pédagogie non formelle ? Comment y être attentif ?

      Lire la suite

    • Culture Jeunes. Happy Time ! Des rencontres vécues différemment

      culture jeunes rencontres 02 Voyage scolaire, sortie de classe, cours de récréation, self, tous ces lieux où les jeunes sont… et où la rencontre avec un adulte peut se faire. Mais quelle rencontre ? Rencontre institutionnelle ou spontanée ? Comment percevez-vous la présence de l’adulte ? Votre sentiment relève du domaine de l’indifférence ou du rejet ? Autant de questions auxquelles quatre jeunes journalistes collégiens à Notre Dame des Minimes ont bien voulu répondre. Voici quelques tranches de vie.

      Lire la suite

    • Une sélection de films pour l’été

      film ete 2018 Alors que nous commençons les vacances d’été, Don Bosco Aujourd’hui vous propose une sélection de films à voir après la plage, en famille. Voici quelques coups de cœur de la rédaction, proposés par Florent Leruste, salésien de Don Bosco.

      Lire la suite

    • Carnet d’exil, le voyage de Khairollah

      Khairollah Karl Joseph 1 Émus par le témoignage de Khairollah, jeune réfugié Afghan de 15 ans, une classe de Bac Pro en Aquaculture de l’ISETA de Poisy (établissement d'Annecy associé au réseau Don Bosco) a décidé de faire de son récit un livre. Leur but ? Toucher le lecteur avec cette histoire qu’ils ont partagée avec émotion.

      Lire la suite