Pape Don Bosco 3Le Pape François est venu à Turin, à la Basilique Marie Auxiliatrice, le 21 juin 2015 célébrer le Bicentenaire avec les Salésiens de Don Bosco et les Filles de Marie Auxiliatrice. De nombreux fidèles étaient présents. Florent, jeune novice, a eu la joie de vivre cette journée. Ce n'était vraiment pas un dimanche ordinaire. Témoignage de Florent Leruste.

 

 

« Quand le maître des novices nous a annoncé la nouvelle de la venue du Pape François à Turin, je n'imaginais pas à quel point ce dimanche ne serait vraiment pas ordinaire.
Arrivé à Valdocco, un peu de moins de deux heures avant la venue du Pape, je constate qu'il y a déjà une foule impressionnante. A l'extérieur, sur la place Marie Auxiliatrice, devant l'entrée de la basilique, des milliers de jeunes attendent eux aussi le Pape. De l'intérieur de la basilique, on entend les cris, les chants, la joie venant de la place.
Dans cette joyeuse ambiance, on essaie de trouver une place. Pas évident, il y a du monde et les consignes de sécurité étant ce qu'elles sont, on ne peut pas aller où on veut. Les salésiens à droite, les sœurs FMA à gauche !

 

« Alza il volume »

Pendant que nous patientons tous sagement à l'intérieur ; à l'extérieur, un spectacle est donné sur la place sur le thème de l'Oratoire et de Don Bosco. C'est l'occasion, pour nous à l'intérieur, de pouvoir gouté à la joie des chants, tels que « Alza il volume » (Monte le son). Le message est clair : on monte le son ! Les jeunes chantent, les jeunes dansent et à l'intérieur, religieux et religieuses en profitent pleinement. Un bonheur !
A quelques instants de l'arrivée du Pape, les jeunes entament un waki-waki que les jeunes du CampoBosco auraient dansé avec grande joie. Un waki-waki à plusieurs milliers ! Impressionnant !

Enfin, les portes de la basilique s'ouvrent pour laisser entrer le Pape François accompagné du Recteur Majeur, Don Angel Fernandez Artimé, de l'archevêque de Turin, Mgr Cesare Nosilia et du Provincial du Piémont, Don Enrico Stasi.

 

Une belle communion de vie

C'est dans une grande joie que le Pape salue les diverses personnes présentes, en s'arrêtant un long moment auprès des novices. Quelle joie de pouvoir saluer chacun à notre tour le Pape. Quelle joie en cette année du bicentenaire de la naissance de Don Bosco et en cette année de la vie consacrée que de pouvoir rencontrer le Pape. Avant de gagner l'autel, le Pape s'arrête un instant devant l'urne de Don Bosco et se recueille en silence, et l'assemblée avec lui. Une belle communion de vie.

Le Recteur Majeur, au nom de tous les salésiens et de toutes les salésiennes, accueille le Pape François. Et, accompagné de Don Enrico Stasi, un cadre du bicentenaire et une statue de Don Bosco sont remis en cadeau au Pape. Peut alors commencer le discours du Pape.

 

Le pape et Don Bosco355Le pape François avec les soeurs et Mère Yvonne ReungoatPape Don Bosco 7Le pape avec le Recteur Majeur Artime

Le Pape se livre à un discours libre, chaleureux, rempli d'anecdotes, sur ses liens avec les salésiens

Et quel discours ! D'emblée, il annonce la couleur : le discours formel qu'il avait préparé et que toutes les salles de presse ont reçu... et bien non, il ne veut pas le lire. Il le transmet au Recteur Majeur et se livre à un discours libre, chaleureux, rempli d'anecdotes, sur ses liens avec les salésiens, sur l'importance de la figure de Don Bosco dans sa vie. Le message est d'autant plus fort, qu'il parle directement à nos cœurs, dans un style simple, plein d'humour. Vraiment, durant les 45 minutes qu'ont durées son discours, on a senti une grande joie, une grande complicité entre le Pape François et les salésiens, avec le Recteur Majeur qu'il connaît bien ou avec Mère Yvonne avec laquelle il rigole un bon moment. Rires et applaudissements de l'assemblée alternent avec de longs moments de silence, une profonde écoute.

 

« Eduquer en conduisant, en élevant les jeunes à la joie »

Le Pape a insisté, en s'appuyant sur sa propre vie, sa propre expérience à la paroisse salésienne de sa ville en Argentine, son année de collège chez les salésiens.., sur l'importance du sport. Le sport est pour les salésiens le premier contact avec le jeune de la rue. Et à partir de là, on peut tisser une relation et éduquer. Le Pape a ensuite longuement parlé de l'éducation : une spécialité salésienne. Eduquer en conduisant, en élevant à la joie les jeunes. Les jeunes à l'époque de Don Bosco sont les mêmes qu'aujourd'hui. On continue à éduquer, dans le contexte de la crise, en ayant confiance comme Don Bosco a eu confiance et en accueillant tous les jeunes vers qui nous sommes envoyés.

 

Et la joie de cette éducation, elle puise à la source : le Christ. C'est en lui que nous puisons notre confiance, notre joie. Et le Pape d'insister sur les trois amours de Don Bosco : l'eucharistie, Marie et le Pape. Il insiste sur l'importance, pour les salésiens, d'inviter le jeune à connaître Marie, de goûter à la joie de l'eucharistie, dominicale, mais aussi dans les temps d'adoration. C'est important pour les jeunes, c'est votre charisme, continue d'insister le Pape François.

 

« Le salésien est concret. Il voit les problèmes, il y pense et il les prend en main »

Et, le Pape conclue son discours en insistant sur deux autres points : le charisme salésien est d'une grande actualité et il nous encourage à aller de l'avant : « Regardez les routes, regardez les jeunes et vous osez prendre des risques. Vous n'avez pas peur, comme lui (Don Bosco) l'a fait ». Et le Pape de remercier, au nom de l'Eglise, les salésiens, pour ce qu'ils font pour les jeunes et pour l'Eglise. Et le Pape termine par ses mots : « Le salésien est concret. Il voit les problèmes, il y pense et il les prend en main ».

 

Et c'est sur ces paroles pleines de joie, envoyant les salésiens vers les jeunes d'aujourd'hui, que le Pape François sort de la basilique pour saluer tous les jeunes présents. A Turin avec François ou vraiment pas un dimanche ordinaire ! »

 

 

Florent Leruste
Novice salésien, depuis Turin
2 juillet 2015

 

 

 

 

Pape Don Bosco 4Pape Don Bosco 2

 


Mot du jour

Lorsque l’on a échoué dix fois, lorsque l’on s’est trompé dix fois, lorsque l’on a été trahi dix fois, lorsque les événements ont contrarié dix fois nos projets…
Faisons une pause, réfléchissons.
Ne blâmons ni les autres, ni les circonstances, mais nous-mêmes.
Si l’univers paraît se liguer contre nous, ce n’est pas lui qui doit changer, mais nous !
Ce n’est pas la montagne dont on veut atteindre le sommet qui doit bouger, c’est nous !
Car si nous ne tirons pas la leçon de nos échecs, ils se reproduiront encore et encore…
Mais face à ce que l’on ne peut peut-être pas changer et contre lequel on ne peut rien, inutile de s’acharner. La raison invite à accepter l’inéluctable.
Ainsi parfois le renoncement n’est-il pas défaite, mais sagesse.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Étrenne 2018 du supérieur mondial des Salésiens
de Don Bosco : Cultivons l'art d'écouter et
d'accompagner (thème 2018 - © ANS)

Henri Marescaux témoigne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Sœur Pilar, Salésienne de Don Bosco témoigne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

Aurelie Monkam Noubissi