Jesus premier scout « Toujours prêt ! », cet appel de Baden Powell, le fondateur du scoutisme, résonne dans la tête de millions de jeunes à travers le monde. Sur les routes, au contact de la nature, et témoins de la fraternité entre les peuples, les scouts sont les héritiers en marche du Christ. Interview de Xavier de Verchère à propos de son livre « Jésus, le premier scout ».Logo video80

 

Pourquoi avez-vous écrit ce livre ?

Livre 

Jésus, le premier scout, Xavier de Verchère

Editions Le Cerf, Collection Spiritualité

En vente sur : editions-donbosco.fr

Depuis quelques années, des laïcs engagés et des aumôniers scouts pressentent l’enjeu de remettre le « spirituel » au cœur du scoutisme. Notre spiritualité n’est pas un beau message, un secteur ou une dimension transversale. Elle est une Personne. « Le Christ doit pouvoir rayonner au cœur de notre mouvement », comme le disait le Père Sevin, fondateur des Scouts de France. Jésus est pour nous « le scout », l’éclaireur de notre vie, le guide sur notre route, celui qui apporte la Paix. La vie de Jésus est une vraie source d’inspiration.

Nous savons que vous êtes prêtre salésien de Don Bosco. Quel est votre lien avec le monde scout ?

Jesus premier scout xdv Je suis maintenant aumônier du service international des Scouts et Guides de France, après avoir été aumônier national des Pionniers & Caravelles (14-17 ans). Le rassemblement You’re Up de 15 000 pionniers en 2015, a été déterminant dans ma compréhension de la vie scoute. Selon moi, l’aumônier doit être « scout dans l’âme » s’il veut donner une âme au scoutisme. Vivre dans la nature, jouer avec les jeunes, les aider à bâtir leurs projets, relire leur expérience, célébrer les bienfaits de Dieu, nourrit mon ministère. Prêtre, scout et salésien, c’est tout un !

Quels sont les liens entre le scoutisme et le charisme de Don Bosco ?

D’abord, le scoutisme est, comme pour Don Bosco, un mouvement d’éducation globale qui intègre la vie spirituelle. Deuxièmement, il veut accueillir tous les jeunes. Enfin, il veut les aider à devenir des « citoyens heureux, actifs, créatifs, artisans de paix. » Des mots qui résonnent fort pour les salésiens : Don Bosco voulait former d’honnêtes citoyens. Quand on regarde de près, d’autres points de convergence apparaissent : l’engagement par la promesse, la progression personnelle à partir de ses propres talents, la vie en équipe... Selon moi, Baden Powell et Don Bosco ont eu pratiquement la même intuition à cinquante ans d’écart. Aujourd’hui, comme hier, dans un monde en mutation, il est nécessaire de prôner un système où le jeune ne soit pas spectateur mais acteur de son processus éducatif et du monde dans lequel il vit.

 
 
 
 

Lourdes 2019

congres lourdes 2019 salesien don bosco

Toutes les informations sur le pèlerinage Lourdes 2019...

Mot du jour

52 paroles s2 e8

Le rire est le propre de l’homme. On pourrait parodier en disant qu’il est le propre des jeunes. En fait, pour eux, ce sont les petits riens, voire les bêtises, qui prêtent à rire. Et, bien sûr, la plus part du temps, ce sont des moments vécus en bande.

Par tempérament ou pour cacher sa timidité les jeunes aiment rire. Pour Hugo « Ça redonne de l’énergie, c’est comme du sucre. » Ils ne font pas allusion à de grands comiques que l’on peut entendre sur les médias mais, c’est bien dans des moments passés entre eux que se partagent d’abord les rires. Et, pour en souligner l’importance, Hugo de conclure. « Une semaine sans rigoler, je suis pas bien. »

Question : Veillons-nous à ce que le rire soit un moment important de partage dans nos familles ?

Voir le 8è épisode de la saison 2 : Qu’est-ce qui te fait rire ?

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite