Tesec 2 180x180A l'occasion du prochain week-end national qui aura lieu les 13-14 avril au Mans, l'association Travail Social et Engagement Chrétien (TSEC) fêtera ses dix ans de début des 1ères rencontres et cinq ans d'existence.

 

 

 

 

 Qu'est ce qui fait l'originalité de TSEC ? Comment travaillent ces professionnels de l'éducation spécialisée ?

 

 

 

 

 

A l'origine de TSEC : un questionnement partagé sur la foi et l'éducation spécialisée

L'origine de ce réseau se situe en 2001 lorsque plusieurs éducateurs spécialisés œuvrant dans le réseau salésien se sont interrogés sur la possibilité d'être un bon professionnel tout en vivant sa foi au contact des jeunes. Un week-end de réflexion autour de Jean-Marie Petitclerc a été organisé afin de répondre à cette question. Mais, plus que des réponses, ils sont repartis avec des nouvelles questions à approfondir.
Par ailleurs, ils se sont aperçus que leurs préoccupations étaient partagées par d'autres travailleurs sociaux chrétiens. C'est la raison pour laquelle les rencontres du réseau se sont rapidement développées en dépassant les frontières du réseau salésien. Aujourd'hui, TSEC a fait se rencontrer plus d'une centaine de professionnels de l'éducation spécialisée, venant des quatre coins de France, et de l'Eglise.

Le TSEC est un lieu pour se retrouver, se former, échanger, se ressourcer

TSEC est apprécié comme lieu de rencontres avec d'autres œuvrant au nom des mêmes convictions. L'ambiance fraternelle et conviviale des week-ends permet de prendre un bon bol d'air. Des temps de réflexion et d'échanges sont proposés autour d'un thème commun aux champs de l'action éducative et de la spiritualité, comme par exemple, l'affection, ou les vulnérabilités de l'éducateur. Parfois, c'est à partir d'une figure du christianisme social, comme Jean Bosco ou Madeleine Delbrel.
Enfin, des temps spirituels rythment les journées. Contempler le Christ dans sa manière de rencontrer les hommes, confier dans la prière les personnes accompagnées, célébrer le quotidien éducatif de chacun, autant de propositions spirituelles qui permettent à chacun de se ressourcer.

Un pont entre l'Eglise et le travail social

TEMOIGNAGES


« Cette idée de relier la dimension de travail et de foi est précieuse. J'ai longtemps cherché quelque chose sans rien trouver. Pour moi, c'est une dimension qui est liée, mais que je vivais seule. On se rend compte qu'il y a énormément de matière à creuser et que l'on peut aller loin.»

Marie-Thé, assistante sociale.

 


«Le WE a permis de visiter les métiers des autres dans les partages, dans les regards. On ressent une fécondité assez forte, la joie de se retrouver.»

Vincent, éducateur en internat

 

Aujourd'hui, les rencontres TSEC veulent permettre à ses participants de bâtir une articulation entre leurs pratiques professionnelles et leur vie chrétienne.
Se situant ainsi dans les champs de l'éthique et de la spiritualité de l'éducation, TSEC voudrait devenir un pont reliant Eglise et travail social. Si le climat entre ces deux lieux n'est pas toujours facile depuis les années 70, TSEC fait le pari que de nouvelles relations sont possibles, et surtout, tente d'apporter sa pierre à cette construction.

 

                                                                     

Vincent Grodziski,

7 mars 2013

 

 

 

 

 

 

 

Tsec plage355Tesec 1

 

Pour aller plus loin

Contact informations - inscriptions :
Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Site :www.tsec.asso.fr

 

 

 


Lourdes 2019

congres lourdes 2019 salesien don bosco

Toutes les informations sur le pèlerinage Lourdes 2019...

Mot du jour

52 paroles s2 e4

À la question : « Ce que je ne pourrais pas pardonner ? » la réponse fait quasiment l’unanimité : « la trahison ! ». Que ce soit en amitié ou en amour, c’est ce qui est pour les jeunes le plus difficilement pardonnable. « Quand tu me trahis, tu me plantes un couteau dans le dos. » nous dit Michelle

Maëva exprime bien que derrière cette immense déception de la trahison il y a la perte d’une importante valeur : la confiance. « Il n’y a pas de relation sans confiance. Une fois qu’elle est trahie, elle est très difficile à redonner. » Don Bosco a mis la confiance au cœur de son système éducatif. C’est dire son importance et la nécessité de la préserver dans la relation avec les jeunes.

Question : Les jeunes semblent nous dire que l’impardonnable est définitif. Cela pose pour nous la question de l’éducation au pardon et de sa dimension chrétienne. Voir le premier témoignage du film « Human » de Yann Arthus-Bertrand.

Voir le 4è épisode de la saison 2 : L’impardonnable ?

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Actualités

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite