vides 1003Cet été à nouveau, le V.I.D.È.S. (ONG de la famille salésienne) propose une préparation au volontariat international. Les soeurs salésiennes de Don Bosco, responsables du Vidès, veulent transmettre aux jeunes les bases essentielles pour réussir leur volontariat. Entretien avec Marie-Bé Scherperel, responsable du Vidès en France.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DBA : Comment accompagnez-vous les jeunes dans leur désir de partir ?

Les jeunes arrivent très souvent avec un enthousiasme débordant ! C'est normal, ils sont à deux doigts de réaliser un rêve : rencontrer des personnes de cultures différentes, voir du pays, expérimenter une autre manière de vivre le quotidien, tester leurs résistances, donner du temps aux plus pauvres, etc. Au fur et à mesure de la formation, l'enthousiasme prend des couleurs du réalisme, les vraies questions se posent, les inquiétudes apparaissent. S'enrichir de la différence est un magnifique objectif mais, au quotidien, il demande beaucoup de décentrement voire d'abnégation.


Vides-161A travers l'écoute attentive et la parole échangée, l'expérience souhaitée devient aventure consentie ; l'attrait de la différence devient désir de mieux connaître l'autre dans sa réalité, son pays, sa culture, ses richesses et ses faiblesses ; le désir d'apporter ses connaissances devient souhait d'enrichissement mutuel sans préjugé, sans a-priori, sans autosatisfaction.


Le postulant apprend que les enfants et les adolescents dont il aura la charge ne sont pas des anges et que les adultes n'attendent pas le volontaire « comme le messie » ! Il découvrira que les difficultés dues à la langue et aux rites peuvent être difficiles à vivre...et qu'il lui faudra gérer la solitude et parfois les difficultés relationnelles. Il se demandera à nouveau : pourquoi je pars ? Et il apportera sa réponse personnelle.

 

 

 

DBA : Quelle est l'articulation entre les différentes propositions du VIDÈS : un camp de formation à Lille ou à Bruxelles et un volontariat à l'étranger ?

Vides-ONULe VIDES est présent à l'ONULe camp de juillet à Lille est orienté vers la préparation à un engagement de plusieurs mois et il est obligatoire pour qui veut partager la Mission salésienne. Il est très intense. A travers l'enseignement interactif, l'animation des enfants du Centre aéré, la participation aux tâches ménagères, les échanges informels avec les gens du quartier et les rencontres avec les anciens volontaires, les temps de prière et de réflexion sans oublier la détente, les jeunes découvrent les caractéristiques de l'esprit salésien et la manière de partager la mission éducative avec des sœurs et des frères dans une communauté religieuse. Notre équipe d'accueil se compose de 6 religieuses venant de communautés différentes mais nous formons pour eux une nouvelle communauté.

Vers la fin du séjour, celui qui signe son contrat est plus conscient des réalités engagées mais aussi plus heureux, car il a pris conscience que cette expérience humaine, et souvent spirituelle, allait le faire grandir en humanité et faire grandir les personnes rencontrées.

 

 

DBA : Comment cela se passe pour un jeune qui est prêt à partir ?

Le VIDES : Mode d'emploi

 

Camps de formation au volontariat Vidès

 

 

Les camps de formation au volontariat sont ouverts à tous ceux qui souhaitent préparer une expérience de volontariat à l'étranger ou s'occuper d'enfants et de jeunes qui en ont le plus besoin en Belgique ou en France (Lille).

 

3 semaines à l'étranger avec le Vidès
(18-35 ans)
Ce volontariat allie vie de groupe, animation d'enfants, découvertes culturelles et temps de prière.

 

Pour la Belgique : Sr Bénédicte Pitti

site : www.salesiennes-donbosco.be

 

Pour la France : Sr Marie-Bé Scherperel

site : www.vides-france.com

 

Le postulant indique dans quel continent il souhaiterait partir. Par la suite, lors d'un entretien, nous précisons ensemble certaines données. Suivant son profil et les demandes des communautés d'accueil, le jeune se verra proposer une mission. Tout au long du séjour de formation, le volontaire s'approprie sa mission. Il s'est préparé en amont, a épluché internet, a questionné ses interlocuteurs sur place. Maintenant, il est prêt à partir...il est prêt à «recevoir» sa mission. C'est ce qui se passe durant la célébration eucharistique du dernier dimanche du camp de formation.

 

 

DBA : Et le retour ! C'est un cap difficile pour beaucoup. Les jeunes le redoutent-ils ?

Quand l'expérience a été forte et suffisamment longue, le retour peut s'avérer difficile. Le volontaire veut raconter ce qu'il a vécu mais n'arrive pas à se faire comprendre de son entourage. Ce dernier peut alors se lasser et souffrir. Et puis, la vie a continué sans lui et les relations peuvent avoir changées. C'est pourquoi, dès le départ, nous suggérons au volontaire, de se choisir un référent plus âgé, avec lequel il pourra s'entretenir durant son séjour et surtout après. Nous lui octroyons également un parrain ou une marraine, ancien volontaire afin que, durant son volontariat, il puisse poser ses questions, exprimer ses peurs ou ses difficultés, recevoir des conseils. C'est plus facile de « se lâcher » avec un interlocuteur du même âge qu'avec une personne du VIDÈS ou de la communauté sur place !

Fin septembre, nous proposons gratuitement un WE de « retour » avec un ou une psychologue, qui n'appartient pas au VIDÈS, durant lequel les jeunes prennent le temps de se raconter.

 

 

DBA : Comment vous adaptez-vous en cas de difficulté sur le terrain ?

vides 1002Votre question évoque deux aspects : l'adaptation des jeunes et des communautés d'accueil durant le séjour des volontaires et notre propre manière d'évoluer au niveau de l'organisation.

Concernant les volontaires, je vais citer deux exemples :

  • Delphine a 22 ans et part pour s'occuper d'adolescentes à l'internat. Elle sait ce qu'est un internat, elle apprend qu'elle sera avec une autre sœur sur le terrain, donc tout va bien. A l'arrivée, elle se voit attribuer la responsabilité d'un foyer de jeunes filles « quasiment de la rue », dont certaines ont son âge et...la plupart du temps, elle est seule ! Elle se rend compte qu'elle ne peut pas faire face à cette responsabilité et en parle avec la responsable. Celle-ci comprend très bien et lui propose une autre activité éducative : d'enfants plus jeunes, qui va la passionner. Ici, l'adaptation est dans les deux sens : à la fois chez la religieuse qui l'accueille et à la fois chez la volontaire.

  • Second exemple : Pauline se rend à Madagascar pour enseigner car elle est professeur des écoles. Elle est également chargée de formation auprès des enseignantes de l'établissement. Elle prépare ses interventions avec soin et les propose à l'équipe malgache. Elle est toujours accueillie avec le sourire, les remerciements et un « oui franc et massif» lorsqu'elle demande si tout le monde a compris. Jusqu'au jour où elle s'aperçoit qu'en fait, personne n'a vraiment compris ce qu'elle disait. Les malgaches ne contrarient jamais, ce n'est pas dans leur culture ! Après une réelle déception, Pauline reprend tous ses cours d'une manière totalement différente après avoir demandé conseil. Et elle finit l'année en beauté !

Durant la formation, nous disons beaucoup de choses, les anciens racontent, discutent, conseillent. Cependant, tout cela reste intellectuel. C'est vraiment sur le terrain, au moment d'agir, que les mots prennent sens et que la capacité d'adaptation du jeune intervient. La formation vise à lui permettre de potentialiser ses capacités et d'aller chercher au fond de lui-même, la manière de se situer.

 

 

DBA : Concernant le VIDÈS, quelles difficultés rencontrez-vous ?

vides 1001Ce qui a bien fonctionné une année peut ne pas fonctionner l'année suivante, parce qu'une personne ressource a changé ou parce que la mission n'est plus tout à fait la même. Chaque année, nous avons à nous adapter aux personnalités des nouveaux volontaires ainsi qu'aux réalités des communautés religieuses. Celles-ci évoluent, leurs membres changent... nous ne pouvons jamais tabler sur une réalité précise. Ce n'est donc pas facile pour nous de « bien placer » les jeunes. Heureusement, la directrice internationale connaît très bien les maisons d'accueil et peut nous aider d'une manière très efficace et fraternelle.

Notre association française est gérée par un conseil d'administration comprenant des religieux, religieuses et 6 laïcs, anciens volontaires. Ensemble, nous organisons les temps de ressourcement spirituel salésien chaque année, ensemble nous élaborons les projets à venir du Vidès.

 

 

DBA : Quelle est votre ligne d'horizon ? Qu'est ce qui fait l'identité du Vidès ?

vides 1004La délégation française autour de Mère Yvonne, supérieure mondiale des SalésiennesLe VIDÈS est un volontariat de jeunes. Nous disons souvent «des jeunes pour d'autres jeunes». Notre particularité est d'accueillir le volontaire dans la communauté religieuse et de partager avec lui, la mission éducative. En tant que salésiennes et salésiens, religieux et religieuses consacrés pour l'éducation des jeunes, les volontaires sont à la fois nos partenaires et nos destinataires. Ils seront donc toujours accompagnés dans leurs démarches, avant, pendant et après leurs engagements car ils ne sont pas chez nous, uniquement pour rendre des services ou pour suppléer au manque de religieux, mais bien pour eux-mêmes, pour la richesse de leur présence, pour une véritable collaboration dans tous les domaines.

Pour parler de notre ligne d'horizon, je reprendrai ici les termes de notre dernier séminaire international de 2011 : « Travailler ensemble à bâtir la civilisation de l'amour »... Ce séminaire a été réalisé par les volontaires eux-mêmes avec les sœurs, dans 5 grandes régions du monde où nous nous trouvons : Amérique du nord et Australie – Asie – Afrique – Europe –Amérique latine.

 

 

DBA : Quel est l'avenir du Vidès ?

Les difficultés existent certes !

  • Beaucoup d'adolescents de 16/18 ans aimeraient s'engager dans une mission mais ils sont trop jeunes et la France a beaucoup d'impératifs de sécurité !
  • Bien des jeunes majeures souhaiteraient une mission durant l'été, mais, soit le pays qui aimerait accueillir est trop dangereux politiquement parlant, soit les activités cessent parce que les religieux ont aussi besoin de s'arrêter, de participer à une retraite spirituelle, de visiter leurs familles, de se reposer.
  • Nous aimerions rencontrer les volontaires plus souvent dans l'année, mais les distances sont importantes et les voyages onéreux.

Il faut donc que nous nous contentions du camp d'été et du temps-source, une fois par an...ce qui n'est déjà pas si mal, malgré tout !

Marie-Bé Sherperel, fma
9 mai 2013

 

 

 

Pour aller plus loin

Le site du VIDES France : http://www.vides-france.com/

Le film témoignage du volontariat d'Amélie (Chili) et d'Alexandre (Madagascar) à visionner sur le site de l'Atelier Multimédia des Salésiens de Don Bosco

 

 

 

 

 

 

 


Mot du jour

L’éducateur prend souvent une figure paternelle. Mais il est bon que les équipes éducatives soient mixtes. Hommes et femmes apportent à l’enfant et à l’adolescent, des modes de présence et d’accompagnement différents, une écoute et une disponibilité autres. La dimension maternelle, plus affective et intuitive, complète la dimension paternelle. D’ailleurs, quand on parle de Dieu en tant qu’éducateur de son peuple, on lui prête les deux approches : maternelle (aimant et pardonnant) et paternelle (légiférant et sanctionnant). 

Don Bosco avait compris cette exigence, en demandant à Marguerite, sa propre mère, de venir au Valdocco assurer une présence maternelle auprès des jeunes. Après le décès de cette maman, il accourt au Sanctuaire de la Consolata. S’adressant à Marie, celle qu’il nomme l’Auxiliatrice (Secours des Chrétiens), il la prie de devenir la mère de tous ses jeunes. Ces derniers, éloignés de leurs parents, ou orphelins, pouvaient trouver dans la dévotion à Marie une présence maternelle. 

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Pierre Favre, ancien chanteur des Garçons Bouchers
devenu bénévole au Secours Catholique
Voir l'article

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Paul
Voir l'article

« On va tout faire pour »
par les élèves de Lyon-Pressin
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • International

    • Label salésien : Rebattre les cartes de la nutrition

      lappel nutrition tchad 004 Depuis trente ans, l’association Appel Durance œuvre pour lutter contre la malnutrition des enfants au Tchad, en partenariat avec les villageois. Cette association utilise la méthodologie des « Nutricartes » qui obtient de très bons résultats. Don Bosco Aujourd’hui a voulu en savoir plus et a interviewé sa présidente, Anne Vincent.

      Lire la suite

    • Salvador - Terre des Jeunes : une association pour les jeunes de la rue

      terre des jeunes 000 En 2011, dans le cadre de ses études en sociologie sur les enfants des rues, Simon-Pierre Escudero part au Salvador pour un travail recherche. À ce moment là, plus aucune institution ne travaille directement auprès de ces enfants. Depuis, il a fondé une association et il travaille dans les “quartiers chauds” avec Victoria, salésienne coopératrice, salvadorienne.

      Lire la suite

    • Congo : Comment soutenir l’emploi ?

      rdc via don bosco 001 La République Démocratique du Congo est le premier pays partenaire de VIA Don Bosco. Aujourd’hui, les relations avec le Congo sont toujours privilégiées. L’ONG soutient l’emploi des jeunes qui sortent des écoles de formation professionnelle du réseau Don Bosco.Logo video80

      Lire la suite

    • En Croatie, cicatrices de la guerre et espoirs salésiens

      don bosco croatie 004 Les Salésiens sont en Croatie depuis 1914. Le pays a connu de grands bouleversements depuis le début du siècle avec la dictature de Tito puis la guerre d’indépendance. Le témoignage du père Goran Antunovic, 32 ans, Salésien à Rijeka, donne un aperçu de la situation actuelle des religieux et de l’Eglise du pays.

      Lire la suite

  • Société

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite

    • « Apprends-moi la nature » en camp ou en classe

      apprends moi la nature 002 Jouer avec la nature est un chemin vers une pédagogie positive et bienveillante. L’objectif principal est de favoriser des moments de partage entre adultes et jeunes enfants autour de la découverte de la nature. L’idée est de percevoir la nature comme médiateur de jeux, de relations, de découvertes entre l’enfant et ses pairs. Les exemples sont nombreux : camp avec les scouts, classe verte ou classe d’intégration, comme à Farnières.

      Lire la suite

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite