table ronde une355Ce lundi 15 avril 2013, au Théâtre de Neuilly, au cours de son Assemblée Générale, était célébré l'anniversaire des vingt ans de l'A.S.E.T.A. Association pour le Soutien des Etablissements Techniques en Afrique. Afin de fêter l'événement, un public nombreux avait été invité autour de Madame Nicole Prié, co-fondatrice de l'œuvre. Avec notamment, le Père Alain Beylot, directeur de la Fondation Don Bosco, Christine Giraud-Sauveur, adjointe au maire de Neuilly-sur-Seine mais aussi Job Inisan et Jean-Pierre Monnier, pères salésiens. Et beaucoup d'autres bénévoles et sympatisants.

 

 

 

 

 

 

 



Les finances

Le apport financier de l'association laissait apparaître une situation saine, mais en équilibre précaire sur une ligne crête située entre l'abîme des demandes d'aide toujours plus nombreuses et les ressources financières limitées aux dons et actions bénévoles de l'association. Nous avons ainsi appris que l'ASETA, au cours du dernier exercice, a pu adresser un don de 10.000 € d'aide à l'établissement scolaire de Kenitra au Maroc, de 280 € à celui d'Oyem au Gabon, pour ne citer que ceux-là. A ces dons, il nous a été rappelé qu'il a fallu ajouter les frais d'expédition, souvent importants, des colis envoyés aux divers établissements : 520 € pour Kenitra, 50 € pour l'Ile Maurice etc...


Les projets

Puis, nous ont été présentés les projets d'aide pour le nouvel exercice. Ceux-ci sont audacieux : pas moins de six projets correspondant à autant de demandes de soutien pressantes provenant d'établissements scolaires techniques situés principalement en Afrique, à Madagascar, à l'Ile Maurice...
Ont été notamment cités par Madame Nicole Prié :carte du monde355

  • Pointe Noire, au Congo, pour Notre-Dame de la Paix, une demande de catalogues "La Redoute" et tous magazines spécialisés en couture et haute couture ;
  • Kenitra, au Maroc, pour l'Ecole d'électricité de Jukspel, une demande de matériels et outillages divers ;
  • Sénégal, pour une congrégation de religieuses Spiritaines, des machines à coudre et autres matériels de couture ;
  • l'Ile Maurice, une demande réitérée de livres jusqu'à ce jour non trouvés ;
  • Bangui, Centrafrique, au Centre d'Amana, une demande d'aide difficile à satisfaire du fait du climat politique délétère;
  • Madagascar, pour l'Association "Grandir dignement" (qui cherche à aider les enfants mineurs incarcérés pour faits de délinquance), une demande d'aide pour favoriser l'apprentissage en maçonnerie, ce qui permettrait aux enfants concernés non seulement d'avoir une activité et d'apprendre un métier, mais aussi de pouvoir manger et s'asseoir dignement sur des tables et bancs en ciment, et non plus sur le sol !

 

L'ASETA fait désormais partie de la Fondation Don Bosco

Suivit une intervention du Père Alain Beylot nous rappelant que l'ASETA, bien que faisant désormais partie de la Fondation Don Bosco, n'en reste pas moins décisionnaire de ses choix d'initiatives, de logistique et d'aides, la Fondation Don Bosco n'étant là que pour soutenir administrativement l'ASETA. Le directeur de la Fondation n'a ensuite pas manqué de féliciter, remercier et encourager chaleureusement les bénévoles qui ont envoyé des colis ou participé de diverses manières à l'évolution et au fonctionnement de l'ASETA. Enfin, tout en rendant un hommage appuyé au regretté Pierre Prié, fondateur de l'admirable association, le Père Beylot nous a également sensibilisés sur son avenir fragile et, partant, de ses importants besoins en ressources, en investissement humain et en argent. Evoquant l'œuvre de saint Jean Bosco, il nous a rappelé que, déjà en son temps, la solidarité Nord-Sud avait préoccupé le saint prêtre italien, éducateur des jeunes. Lui-même, en effet, avait envoyé des missionnaires par le monde entier, alors que les besoins étaient énormes au sein de Turin, sa ville d'apostolat. Nous avons compris qu'il y avait là un appel sous-tendu à notre générosité !

 

 


L'adjointe au maire de Neuilly

personnalités 355 Mme Giraud Sauveur, Nicole Prié avec son frère et ses soeurs lors du pot amicalL'intervention remarquée de Madame Giraud-Sauveur, adjointe au maire de Neuilly, a dynamisé -s'il en était besoin- l'enthousiasme et la reconnaissance de l'auditoire. Quelques phrases, saisies au vol, de la déléguée à la vie associative en seront les meilleures rapporteuses :
-" Nicole Prié aurait pu tout lâcher après le décès de Pierre, mais c'est le contraire qui s'est produit, elle a supporté l'ASETA à la force du poignet et lui a permis de se développer dans les conditions que tous ici connaissent !"
-" La volonté d'une seule personne peut faire bouger les montagnes !"
-" Le développement extraordinaire de l'ASETA permet de croire en l'avenir de l'humanité..."
Et, terminant par une note optimiste, à défaut d'être réaliste :
" Pour les 40 ans de l'ASETA, nous serons tous là !"

 

 

 

 

L'histoire de l'ASETA

Pour clôturer l'Assemblée Générale, un diaporama "power-Point" commenté par le Père Jean-Pierre Monnier et Nicole Prié a décliné les origines et l'historique de l'association. La chronologie, année par année, des aides apportées aux établissements techniques, de plus en plus nombreux, "l'explosion" des demandes venant de partout, les joies, peines et déconvenues de l'ASETA, y ont été évoquées depuis 1993 jusqu'en 2012. Tout particulièrement le décès de Pierre Prié en 2001 qui, sans la combativité et le courage de Nicole, aurait pu sonner l'arrêt définitif de l'association.


Nicole Prié a ajouté quelques précisions, expliquant notamment qu'une nouvelle demande d'aide génère automatiquement un nouvel appel à des personnes bénévoles, personnes qu'il faut d'abord former, que ce travail ne se fait pas par la seule bonne volonté mais aussi par une certaine compétence et une persévérance assurée.
Nous avons été surpris par les photos montrant le domicile de Nicole, depuis la salle de séjour jusqu'à la cave, envahi par les montages électriques, les livres à réparer, les colis à préparer et envoyer, jusqu'à la cour de l'immeuble encombrée de divers matériels en partance pour l'Afrique ou d'autres continents. Plusieurs parmi l'auditoire ont considéré que la vie en cohabitation avec tous ces colis et matériels divers relevait à proprement parler, non plus seulement du dévouement, mais de l'héroïsme !


Mais quel résultat ! Jugez plutôt ! En vingt ans, 40 écoles ont été aidées de diverses manières et des milliers de colis ont été envoyés !
L'assemblée générale, à la fois sérieuse et joyeuse, s'est terminée par un partage d'apéritif dinatoire de haute qualité au cours duquel chacun a pu se féliciter d'avoir participé de près ou de loin aux activités de l'ASETA, une bienfaisante, une noble, une auguste association !
Puisse-t-elle évoluer sous le saint patronage de Jean Bosco et de Pierre Prié !

Jean-Pierre Monnier
16 mai 2013

 

affiches2 355Affiches montrant les réalisations de centres aidés par l'ASETAaffiches355Pierre Prié, fondateur de l'ASETA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

assisatnce 355 1Foyer de l'ancien théatre de Neuilly, l'assistance venue nombreuse à l'occasion des 20 ans de l'ASETAassistance 355 L'auditoire durant la réunion

 

jOB 355Père Job Inisan et père J-P Monnier, Patrick Guillot SalomonM Prière355Brigitte Bonneau, Nicole Prié, Nicole Beaurepaire 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Lourdes 2019

congres lourdes 2019 salesien don bosco

Toutes les informations sur le pèlerinage Lourdes 2019...

Mot du jour

52 paroles s2 e3

L’épreuve la plus difficile souvent citée est le harcèlement. Héloïse l’a particulièrement subi. « Tout le monde qui te regarde de haut en bas sur les réseaux sociaux, comme une pourriture, comme un déchet… Il faut respecter chaque personne au monde. » Et puis, il y a le racisme sous toutes ses formes.

Inès nous dit avoir reçu des paroles blessantes concernant ses origines. Elle s’interroge : « On se dit parfois qu’on n’est pas intégrée alors que si, peut-être que non. On ne sait pas très bien en fait. » Le métissage de Mélissa entraîne, pour elle aussi ,des réflexions sur les avantages et les inconvénient de sa situation qui la laisse sans voix. « Je ne sais pas que dire à part être outrée. »

Question : Face à ces paroles qui détruisent quelles paroles constructives sommes-nous capables d’opposer ?

Voir le 2 épisode de la saison 2 : Le poids des mots ?

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Actualités

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite