volontaire vides fCette année encore, les salésiens d'Italie, en collaboration avec le Volontariat international pour le Développement (VIS), proposent aux jeunes et aux adultes une expérience de formation dans les pays pauvres. Prêts au départ 241 jeunes, 37 accompagnateurs: 32 salésiens et Filles de Marie Auxiliatrice, 2 couples d'époux et une animatrice.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les jeunes, âgés de 18 à 35 ans, se sont préparés par une formation spécifique suivies ces derniers mois dans les Provinces salésiennes d'Italie. L'expérience, dont l'une des conditions de base c'est d'être vécue en groupe, se concrétise aujourd'hui dans des certaines nations de l'Europe de l'est, de l'Afrique ou de l'Amérique du sud.

 

Malgré la différence de lieux et de projets dans lesquels les jeunes se trouveront à agir, leur journée type comprendra: prière, activité d'animation avec les jeunes et les enfants, rencontres avec les protagonistes de la vie sociale locale (enseignants, journalistes, religieux, opérateurs sanitaires, agriculteurs, artisans etc.), célébration de l'Eucharistie.

 

Ce n'est pas un voyage touristique !

 

La motivation profonde qui pousse les participants, c'est la volonté de vivre une expérience de service et de confrontation qui conduira à un examen sérieux de l'orientation de leur vie. La vie des pauvres, leur dignité mise en lumière par le manque de superstructures, et parfois par le manque de ce qui est nécessaire, leur capacité de recommencer à lutter chaque jour, produisent un jugement silencieux mais efficace sur la qualité de nos choix et de nos projets, sur ce que nous jugeons indispensable et sur l'envergure de notre spiritualité. La conséquence naturelle est une vérification du cadre de valeurs auxquelles nous inspirer pour nos décisions et l'acquisition d'une nouvelle mentalité pour devenir des opérateurs de paix et de développement capables de choix concrets cohérents avec ce que nous avons connu.

 

L'expérience, qui généralement dure un mois, offre la possibilité d'approfondir la connaissance d'autres cultures et des causes de la pauvreté et du sous-développement qui affligent certains peuples. Une expérience qui aidera les jeunes, quand ils seront rentrés chez eux, à être des citoyens plus conscients, capables de devenir des agents de changement social et politique et à se prodiguer pour des possibles choix personnels de volontariat international.

 

ANS

18 juillet 2013

 

Pour aller plus loin

Pour comprendre comment le Vidès prépare les jeunes à partir, découvrir les objectifs du Vidès : lire l'interview de MB. Scherperel
Lire aussi les témoignages passionnants de volontaires Vidès : Adeline à Cotonou, Félicité au Gabon, Bertille à Cotonou...

Rendez-vous sur le site du Vidès France
 

 


Lourdes 2019

congres lourdes 2019 salesien don bosco

Toutes les informations sur le pèlerinage Lourdes 2019...

Mot du jour

52 paroles s1 e7

À entendre nos jeunes interviewés, la famille est au cœur de tous les apprentissages. Parfois contradictoires. Apprendre « à faire confiance aux gens », « à ne faire confiance qu’à soi-même. », « à toujours me méfier », « à ne jamais dépendre de quelqu’un.

Au-delà de ces divergences, il y a un socle commun de valeurs. Les parents, ce sont eux qui apprennent la vie résume simplement Tiphaine. L’apprentissage du respect revient souvent associé à celui des valeurs. «Mes parents m’ont tout appris… Ils ont fait ce que je suis, la femme que je suis » souligne Anaïs. « Ils m’ont appris à être heureux, à être quelqu’un de bien » (Nicolas).

Question : L’apprentissage semble aller de soi au sein de la famille mais prenons-nous assez le temps de réfléchir à ce compagnonnage primordial ?

Voir le 7è épisode : Qu’as-tu appris de tes parents ?

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite