JMP 1 355pxJeudi 21 novembre, porte de Versailles à quelques mètres de l'assemblée des Maires de France, Jean-Marie Petitclerc a reçu le prix  de l'éthique 2013 des mains du lauréat 2012, le grand chef cuisinier Thierry Marx. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

«Le prix de l'éthique est destiné à récompenser des femmes et des hommes qui, par leur action quotidienne, leurs prises de position, contribuent à la promotion des valeurs de tolérance, de respect des libertés fondamentales et des droits de l'homme, de solidarité et d'égalité, de non-discrimination.
Le jury est composé de fonctionnaires territoriaux, mais aussi de personnalités (journalistes, entrepreneurs, politiques...) qui collaborent régulièrement avec La Lettre du cadre territorial.» Telle est la définition de ce prix sur le site www.territorial.fr

 

Après Patrick Doutreligne (Fondation abbé Pierre), Florence Aubenas, Irène Franchon, et enfin Thierry Marx (à côté de Jean-marie sur la photo), le jury 2013 a donc choisi de remettre ce prix à Jean-Marie Petitclerc. Après l'introduction de la cérémonie par Emmanuel Cattiau (2è en partant de la droite), cadre de la municipalité de Magny, et par Nicolas Braemer (à droite sur la photo), rédacteur en chef de la lettre du cadre territorial, c'est Thierry Marx qui prend la parole : « C'est une grande émotion que de remettre ce prix, car quand j'ai commencé "Cuisine et mode d'emploi" je me suis beaucoup inspiré de votre savoir-faire. [...] Et si je n'aime pas les discours, c'est le cœur qui parle. »

 

L'approche globale dans l'éducation du jeune passe par le trio Famille-Ecole-Cité

Jean-Marie Petitclerc, dans son allocution, a souhaité d'abord rendre hommage à tous ceux avec qui il travaille, l'équipe du Valdocco. Il a redit l'approche globale dans l'éducation du jeune qui passe par le trio Famille - Ecole - Cité où la famille porte la tradition, où l'école apporte la dimension républicaine, et où enfin la cité donne la culture de l'entre pairs. « Dans chacun de ces lieux, le jeune croise des adultes référents, mais bien souvent au lieu de travailler ensemble, ces adultes s'ignorent ou se contredisent voire se discréditent les uns les autres. Alors que le premier droit du jeune est la cohérence. [...] L'idée du Valdocco est d'intervenir sur ces trois lieux. [...] le maître mot du Valdocco est la médiation pour assurer la cohérence entre adultes. » Jean-Marie a expliqué ensuite qu'une des sources de violence des jeunes est souvent le manque de cohérence.

 

Puis, il  est intervenu sur la notion de confiance : « Un député me disait un jour : " Le problème de notre société, ce sont les jeunes. " Quelle tristesse quand les jeunes, avenir d'une société, sont considérés comme le problème de celle-ci ! » Redisant l'importance de l'école, Jean-Marie  a interrogé son auditoire sur la capacité du système scolaire à valoriser les savoirs d'un jeune : « Un jeune qui, en 6è a cinq de moyenne, puis  a toujours cinq de moyenne en 4è... il a pourtant appris et progressé entre la 6è et la 4è, comment notre école valorise-t-elle ses acquis ? »

 

Enfin, Jean-Marie a conclu son discours par la nécessité de "déghettoïser" : « lorsqu'un jeune est à l'école avec les mêmes jeunes que ceux qu'ils croisent dans la rue, et quand les "professionnels" de l'animation l'emmènent avec ces mêmes jeunes en vacances, alors le jeune est condamné à vivre en ghetto [...] il faut repenser la politique de la ville pour sortir de la logique de quartier. »

 

Sébatien Robert, sdb
22 novembre 2013
 

 

Jean-Marie Petitclerc est salésien, polytechnicien, éducateur spécialisé, expert des questions d'éducation dans les zones sensibles, et écrivain ; il est né le 2 février 1953 à Thiberville (France).


Élevé dans une famille de médecins en Normandie, il intègre l'École polytechnique en 1971. Devenu prêtre salésien, il suit une formation d'éducateur spécialisé et fonde un club de prévention spécialisée à Chanteloup-les-Vignes. Il y sera notamment au moment des émeutes urbaines de 1991 et initie la « médiation sociale ».


Fondateur et directeur de l'association Le Valdocco à Argenteuil, directeur de l'Institut de Formation aux Métiers de la Ville à Argenteuil, il devient chargé de mission au Conseil général des Yvelines. En septembre 2004, il rejoint Tassin-la-Demi-Lune, à l'ouest de Lyon, où il monte une antenne du Valdocco et reprend un atelier d'insertion. Très impliqué dans le scoutisme, il est aumônier de groupes Scouts et Guides de France à Tassin-la-Demi-Lune et à Lyon. En février 2009, il lance "Laurenfance", le foyer pour jeunes en difficulté ouvert à Tassin la Demi-Lune.

 

Il est l'auteur de nombreux livres sur les jeunes. Le dernier : Quand nos ados boudent la foi, a été publié l'an dernier. Le précédent livre : Les 12 mots clés de la pédagogie de Don Bosco, est un livre indispensable pour celui ou celle qui veut comprendre l'originalité du "système éducatif" conçu et pratiqué par Don Bosco.

 

 

 

 JMP 2 355pxJMP 3 355pxJMP 4 355pxL'équipe du ValdoccoJMP 5 355pxAmis et membres de la famille salésienne sont là.

 


Mot du jour

« Pour ne pas se faire bouffer, il faut savoir garder une distance. » Langage de dompteur utilisé parfois par les enseignants ou les éducateurs. Toute la question est de savoir quelle est la juste distance. Trop loin, on peut paraître distant, inaccessible, difficilement abordable. Trop proche, on peut paraître jouer au copain ou au démagogue. Pour l’éducateur salésien, la présence sait se faire assez proche. Il ne faut pas craindre d’aller là où sont les jeunes, quitte à parfois « se faire jeter ». Il faut connaître ce qu’ils aiment et se plaire en leur compagnie. Il n’y a pas de « juste distance » définie une fois pour toutes. Le discernement de l’éducateur saura évaluer différemment, en fonction de la situation de chaque jeune. Une proximité amicale pourra être appréciée et bénéfique pour l’un, alors qu’elle sera vécue par un autre comme une agression, en référence à une mauvaise expérience affective. L’art de l’éducateur comprend aussi celui de savoir trouver sa place par rapport à un jeune.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Pierre Favre, ancien chanteur des Garçons Bouchers
devenu bénévole au Secours Catholique
Voir l'article

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Paul
Voir l'article

« On va tout faire pour »
par les élèves de Lyon-Pressin
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • International

    • Label salésien : Rebattre les cartes de la nutrition

      lappel nutrition tchad 004 Depuis trente ans, l’association Appel Durance œuvre pour lutter contre la malnutrition des enfants au Tchad, en partenariat avec les villageois. Cette association utilise la méthodologie des « Nutricartes » qui obtient de très bons résultats. Don Bosco Aujourd’hui a voulu en savoir plus et a interviewé sa présidente, Anne Vincent.

      Lire la suite

    • Salvador - Terre des Jeunes : une association pour les jeunes de la rue

      terre des jeunes 000 En 2011, dans le cadre de ses études en sociologie sur les enfants des rues, Simon-Pierre Escudero part au Salvador pour un travail recherche. À ce moment là, plus aucune institution ne travaille directement auprès de ces enfants. Depuis, il a fondé une association et il travaille dans les “quartiers chauds” avec Victoria, salésienne coopératrice, salvadorienne.

      Lire la suite

    • Congo : Comment soutenir l’emploi ?

      rdc via don bosco 001 La République Démocratique du Congo est le premier pays partenaire de VIA Don Bosco. Aujourd’hui, les relations avec le Congo sont toujours privilégiées. L’ONG soutient l’emploi des jeunes qui sortent des écoles de formation professionnelle du réseau Don Bosco.Logo video80

      Lire la suite

    • En Croatie, cicatrices de la guerre et espoirs salésiens

      don bosco croatie 004 Les Salésiens sont en Croatie depuis 1914. Le pays a connu de grands bouleversements depuis le début du siècle avec la dictature de Tito puis la guerre d’indépendance. Le témoignage du père Goran Antunovic, 32 ans, Salésien à Rijeka, donne un aperçu de la situation actuelle des religieux et de l’Eglise du pays.

      Lire la suite

  • Société

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite

    • « Apprends-moi la nature » en camp ou en classe

      apprends moi la nature 002 Jouer avec la nature est un chemin vers une pédagogie positive et bienveillante. L’objectif principal est de favoriser des moments de partage entre adultes et jeunes enfants autour de la découverte de la nature. L’idée est de percevoir la nature comme médiateur de jeux, de relations, de découvertes entre l’enfant et ses pairs. Les exemples sont nombreux : camp avec les scouts, classe verte ou classe d’intégration, comme à Farnières.

      Lire la suite

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite