JMP 1 355pxJeudi 21 novembre, porte de Versailles à quelques mètres de l'assemblée des Maires de France, Jean-Marie Petitclerc a reçu le prix  de l'éthique 2013 des mains du lauréat 2012, le grand chef cuisinier Thierry Marx. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

«Le prix de l'éthique est destiné à récompenser des femmes et des hommes qui, par leur action quotidienne, leurs prises de position, contribuent à la promotion des valeurs de tolérance, de respect des libertés fondamentales et des droits de l'homme, de solidarité et d'égalité, de non-discrimination.
Le jury est composé de fonctionnaires territoriaux, mais aussi de personnalités (journalistes, entrepreneurs, politiques...) qui collaborent régulièrement avec La Lettre du cadre territorial.» Telle est la définition de ce prix sur le site www.territorial.fr

 

Après Patrick Doutreligne (Fondation abbé Pierre), Florence Aubenas, Irène Franchon, et enfin Thierry Marx (à côté de Jean-marie sur la photo), le jury 2013 a donc choisi de remettre ce prix à Jean-Marie Petitclerc. Après l'introduction de la cérémonie par Emmanuel Cattiau (2è en partant de la droite), cadre de la municipalité de Magny, et par Nicolas Braemer (à droite sur la photo), rédacteur en chef de la lettre du cadre territorial, c'est Thierry Marx qui prend la parole : « C'est une grande émotion que de remettre ce prix, car quand j'ai commencé "Cuisine et mode d'emploi" je me suis beaucoup inspiré de votre savoir-faire. [...] Et si je n'aime pas les discours, c'est le cœur qui parle. »

 

L'approche globale dans l'éducation du jeune passe par le trio Famille-Ecole-Cité

Jean-Marie Petitclerc, dans son allocution, a souhaité d'abord rendre hommage à tous ceux avec qui il travaille, l'équipe du Valdocco. Il a redit l'approche globale dans l'éducation du jeune qui passe par le trio Famille - Ecole - Cité où la famille porte la tradition, où l'école apporte la dimension républicaine, et où enfin la cité donne la culture de l'entre pairs. « Dans chacun de ces lieux, le jeune croise des adultes référents, mais bien souvent au lieu de travailler ensemble, ces adultes s'ignorent ou se contredisent voire se discréditent les uns les autres. Alors que le premier droit du jeune est la cohérence. [...] L'idée du Valdocco est d'intervenir sur ces trois lieux. [...] le maître mot du Valdocco est la médiation pour assurer la cohérence entre adultes. » Jean-Marie a expliqué ensuite qu'une des sources de violence des jeunes est souvent le manque de cohérence.

 

Puis, il  est intervenu sur la notion de confiance : « Un député me disait un jour : " Le problème de notre société, ce sont les jeunes. " Quelle tristesse quand les jeunes, avenir d'une société, sont considérés comme le problème de celle-ci ! » Redisant l'importance de l'école, Jean-Marie  a interrogé son auditoire sur la capacité du système scolaire à valoriser les savoirs d'un jeune : « Un jeune qui, en 6è a cinq de moyenne, puis  a toujours cinq de moyenne en 4è... il a pourtant appris et progressé entre la 6è et la 4è, comment notre école valorise-t-elle ses acquis ? »

 

Enfin, Jean-Marie a conclu son discours par la nécessité de "déghettoïser" : « lorsqu'un jeune est à l'école avec les mêmes jeunes que ceux qu'ils croisent dans la rue, et quand les "professionnels" de l'animation l'emmènent avec ces mêmes jeunes en vacances, alors le jeune est condamné à vivre en ghetto [...] il faut repenser la politique de la ville pour sortir de la logique de quartier. »

 

Sébatien Robert, sdb
22 novembre 2013
 

 

Jean-Marie Petitclerc est salésien, polytechnicien, éducateur spécialisé, expert des questions d'éducation dans les zones sensibles, et écrivain ; il est né le 2 février 1953 à Thiberville (France).


Élevé dans une famille de médecins en Normandie, il intègre l'École polytechnique en 1971. Devenu prêtre salésien, il suit une formation d'éducateur spécialisé et fonde un club de prévention spécialisée à Chanteloup-les-Vignes. Il y sera notamment au moment des émeutes urbaines de 1991 et initie la « médiation sociale ».


Fondateur et directeur de l'association Le Valdocco à Argenteuil, directeur de l'Institut de Formation aux Métiers de la Ville à Argenteuil, il devient chargé de mission au Conseil général des Yvelines. En septembre 2004, il rejoint Tassin-la-Demi-Lune, à l'ouest de Lyon, où il monte une antenne du Valdocco et reprend un atelier d'insertion. Très impliqué dans le scoutisme, il est aumônier de groupes Scouts et Guides de France à Tassin-la-Demi-Lune et à Lyon. En février 2009, il lance "Laurenfance", le foyer pour jeunes en difficulté ouvert à Tassin la Demi-Lune.

 

Il est l'auteur de nombreux livres sur les jeunes. Le dernier : Quand nos ados boudent la foi, a été publié l'an dernier. Le précédent livre : Les 12 mots clés de la pédagogie de Don Bosco, est un livre indispensable pour celui ou celle qui veut comprendre l'originalité du "système éducatif" conçu et pratiqué par Don Bosco.

 

 

 

 JMP 2 355pxJMP 3 355pxJMP 4 355pxL'équipe du ValdoccoJMP 5 355pxAmis et membres de la famille salésienne sont là.

 


Mot du jour

synode des jeunes Don Bosco

Parole de jeunes : Anthony

 

 

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

6e Congrès de l’éducation salésienne
Ce qu'en disent les participants
Voir l'article

Défi citoyenneté :
lancement du label
Voir l'article

« Ils nous ont bluffés ! » Concours de
plaidoirie à l’Institut Lemonnier
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite

    • Question d'éducation : Etre gentil, pas facile à vivre ?

      Gentilesse Serdu 1 Apprendre la gentillesse à ses enfants, n’est-ce pas les envoyer comme des agneaux au milieu des loups ? La méchanceté est bien présente dans notre monde compétitif et dur où tous les coups semblent recommandables. Faut-il alors leur appendre le calcul, la recherche de son intérêt « bien compris » ? La réponse estnclaire : inutile d’en rajouter !

      Lire la suite

    • Quelle présence dans la cour virtuelle des réseaux sociaux ?

      cour viturelle et reseaux sociaux Les relations sociales se font sur la toile autant que sur le béton de la cour. Alors, allons sur les réseaux sociaux ! Mais jusqu’où ? Faut-il encourager la présence des adultes sur les réseaux ? Pourquoi faire ? Quelle présence assurer ? Est-ce une bonne - ou fausse - bonne idée ?

      Lire la suite

    • Jean-Marie Petitclerc : « Peser sur la politique de la ville »

      Animation de rue 2 Les Salésiens de Don Bosco viennent de fédérer toutes leurs oeuvres d'action sociale au sein du réseau DBAS. Don Bosco Action Sociale compte 60 établissements et est coordonné par Jean-Marie Petitclerc.  Ce spécialiste des questions d'éducation et des banlieues, fondateur du Valdocco, connait bien les différents rouages de la politique de la ville menée, en France, depuis dix ans. Sœur Joëlle Drouin l’a interrogé.

      Lire la suite