Portrait-Guy-Dermond 355Certains l'appellent "Rabbi Guy", car l'hébreu nourrit son quotidien et fait partie de son personnage. Le Père Guy Dermond, salésien de Don Bosco, animateur au Centre Spirituel Don Bosco de Farnières, s'immerge dans la langue de l'Ancien Testament depuis des années et en a fait la pierre d'angle de sa vie spirituelle et de son enseignement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

NOUVEAUTE !
sur le site

 

Vous pouvez lire et "respirer" les textes de Guy Dermond dans la rubrique "Spiritualité" sur notre site. Tous les 15 jours de nouveaux textes sont publiés.

 

"Respiration" ce sont des textes pour faire une pause spirituelle dans sa journée, à lire seul ou à plusieurs.

 

DBA : Comment en es-tu arrivé à étudier l'hébreu ?

Guy Dermond : Quelque chose m'a toujours manqué dans la prière des psaumes, je n'étais pas super emballé par les textes, et dès avant la théologie, je trouvais que la connaissance de l'Ancien Testament restait très pauvre, les commentaires répétaient des généralités. Ne parlons pas des dogmes, dont les formules figées et abstraites ne sont d'aucun éclairage pour la vie concrète. Alors que je vivais dans la communauté de Bruxelles-Centre, des amis m'ont poussé à aller écouter les conférences de M. Abecassis. Durant trois ans, ses commentaires sur les liens entre le Nouveau et l'Ancien Testament m'ont beaucoup éclairé. J'ai décidé d'étudier la langue, et j'ai commencé avec les sœurs de Sion, dont sœur Hélène Fournier, une personne remarquable.

 

DBA : Quelles ont été tes découvertes ?

G.D : J'ai d'abord compris que rien ne valait de pouvoir partir du texte lui-même plutôt que de ses traductions et commentaires. La plupart des traductions des psaumes, par exemple, se font à partir du texte latin ou grec, et sont marquées par les sensibilités de ces deux cultures. Les choix des traducteurs sont tributaires des centres d'intérêt et des questions de cette époque. Repartir du texte permet d'être attentif à de nouvelles significations à partir des situations et des questions actuelles. Ainsi, la Bible restera toujours inépuisable, source de nouveauté, ouverte à la créativité.

 

« J'écris sous une poussée intérieure, dans un élan de prière »

 

J'ai commencé par retraduire les psaumes ou le Cantique, puis à réécrire ces textes, comme le suggère la tradition juive, en les actualisant. M'est venue ensuite l'idée d'écrire mes propres textes, des poèmes, à partir de mes rencontres, de la contemplation de la nature, d'expériences personnelles. J'écris sous une poussée intérieure, dans un élan de prière. Cette créativité est née peu à peu, après une bonne dizaine d'années d'étude. 

 

DBA : Ce travail permet-il de mieux rencontrer Dieu ?

G.D. : En effet, ce travail permet de travailler nos images de Dieu dans le sens d'une ouverture, d'une sortie d'une religion qui culpabilise ou infantilise. Des "notions" changent. Par exemple, le mot "sauver" devient : "ouvrir des espaces de liberté". Ce n'est pas la guérison miraculeuse qui est mise en vedette, mais le déclenchement d'une vie plus intense. Dans cette perspective, même dans la mort, il y a un espace de vie, on peut vivre un passage plus intense, plus authentique.

 

DBA : Les évangiles ne sont pas écrits en hébreu, mais en grec. Comment l'hébreu a-t-il une influence sur la lecture du Nouveau Testament ?

G.D : Les images foisonnent dans la Bible. Il faut se méfier du sens littéral et des images : la colombe intervient pour parler de fidélité, de connaissance lucide. Marcher sur les eaux comme le fait Jésus n'est plus un exploit qui dérange les lois de la physique : il faut comprendre que Jésus n'est pas englouti par ses angoisses, ses peurs, ses déceptions, ses révoltes, mais il maîtrise ses émotions, il domine le mal. Après cela, il marche vers son destin, qui se jouera à Jérusalem, avec énergie et détermination : le texte dit qu'il durcit son visage, et de fait, il aura à partir de ce moment davantage de phrases coupantes, d'affirmations absolues. Ce n'est plus le moment d'annoncer la paix, il parle alors de glaive et de catastrophe.

 

DBA : Comment le travail de l'hébreu est-il un atout pour la pastorale des familles et particulièrement pour ton travail avec les jeunes.

G.D : La nouveauté joue beaucoup, ils n'ont jamais entendu ce type d'explication et cela renouvelle leur intérêt. Evidemment ce n'est qu'un registre de mes enseignements, mais les habitués attendent ce moment, c'est aussi un peu un jeu... Par contre, l'anthropologie qui est sous-jacente au texte de la Genèse et à la Bible, et qui est symbolisée dans le chandelier à sept branches, est vraiment pour moi, et pour les participants, une base de réflexion sur soi, sur les autres et sur Dieu. Et le chandelier est un bon ancrage pour la mémoire. Je travaille les émotions à partir des deuxième et cinquième jours de la création. Lorsque j'explique l'importance et la valeur du nom, je fais une célébration où les trois lettres du mot "shem" sont dessinées avec des lumières ou avec des papiers de couleurs. Les jeunes sont curieux, et ils sont avides de trouver de nouvelles clés pour ouvrir de nouvelles portes.

 

Jean-François MEURS

19 décembre 2013

 

mariage dr355Guy prépare un mariage à Farnières avec le couple et les témoins

 

 

Pour aller plus loin

Découvrez les textes de spiritualité dans l'onglet "Spiritualité" cliquez sur "Spiritualité"

Tous les quinze jours de nouveaux textes sont publiés. Pour faire une pause spirituelle dans sa journée, à lire seul ou à plusieurs.

 


Lourdes 2019

congres lourdes 2019 salesien don bosco

Toutes les informations sur le pèlerinage Lourdes 2019...

Mot du jour

52 paroles s2 e3

L’épreuve la plus difficile souvent citée est le harcèlement. Héloïse l’a particulièrement subi. « Tout le monde qui te regarde de haut en bas sur les réseaux sociaux, comme une pourriture, comme un déchet… Il faut respecter chaque personne au monde. » Et puis, il y a le racisme sous toutes ses formes.

Inès nous dit avoir reçu des paroles blessantes concernant ses origines. Elle s’interroge : « On se dit parfois qu’on n’est pas intégrée alors que si, peut-être que non. On ne sait pas très bien en fait. » Le métissage de Mélissa entraîne, pour elle aussi ,des réflexions sur les avantages et les inconvénient de sa situation qui la laisse sans voix. « Je ne sais pas que dire à part être outrée. »

Question : Face à ces paroles qui détruisent quelles paroles constructives sommes-nous capables d’opposer ?

Voir le 2 épisode de la saison 2 : Le poids des mots ?

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Actualités

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite