Helne-David-355Hélène et David Muller, fondateurs de l'association Grandir Dignement qui œuvre auprès des enfants incarcérés à Madagascar, ont reçu du ministre délégué aux Affaires européennes et de la présidente de la CNCDH, le prix des droits de l'homme de la République française, le jeudi 12 décembre. Hélène et David sont proches de l'ONG salésienne de volontariat : le VIDÈS. Ils accueillent régulièrement des volontaires dans leur œuvre.

 

C'est l'ambassade de France à Madagascar qui a proposé à Hélène et à David de déposer leur candidature. Pour David, « C'est une fierté pour l'équipe. Et ce prix nous permettra d'être reconnu dans notre mission ». Hélène a hésité à déposer cette candidature, « trouvant cela un peu prétentieux » comme démarche. Mais en la réalisant, elle a pris conscience que cela dépassait maintenant le projet éducatif pour devenir un projet pour les droits humains. L'association Grandir Dignement accueille 250 jeunes de 7 à 18 ans en quatre établissements : deux maisons carcérales et deux centre de rééducation. Hélène, ancienne volontaire du VIDÈS, met en valeur la globalité de leur projet en précisant avec sourire : « C'est un peu salésien ! »

« Vous êtes des exemples pour l'ensemble d'entre nous ! »

la-remise-du-prix-par-le-ministre355M. Repentin remet le prix à Hélène« Ce prix est le vôtre et ne fait en définitive que rendre un légitime hommage à votre courage et à votre abnégation. » a exprimé le ministre Thierry Repentin. Dans son discours, il a rappelé aussi l'engagement de la nation française dans la recherche des droits de l'homme en France comme dans le reste du monde. Il a conclu ainsi : « Ces situations qui font la Une ces derniers jours nous rappellent, [...], que la protection des droits de tous est encore loin, très loin d'être une réalité. Et ce sont grâce à des actions et à des engagements tels que les vôtres, que nous pouvons chaque jour avoir l'impression de voir progresser les droits et la liberté. Merci pour ce que vous faites. Et vous savez pouvoir compter sur le plein engagement de la République française à vos côtés ! Je terminerai par un second hommage à Nelson Mandela qui disait, le jour de son investiture, qu'« en faisant scintiller notre lumière, nous permettons aux autres d'en faire autant »... Alors merci pour ces lumières que vous faites scintiller dans le monde... vous êtes des exemples pour l'ensemble d'entre nous ! »

les-laureats355Les lauréats des 5 associations primésLe jury souligne l'approche globale du projet

Le jury a discerné, parmi les 48 candidats, les cinq lauréats. Mme Christine Lazerges, président de la CNCDH a même dit à propos de Grandir Dignement : « Le jury du prix des droits de l'homme a été frappé par l'approche globale de ce projet qui intervient sur de nombreux points pour faciliter la vie des jeunes en détention, de la santé à l'éducation en passant par les loisirs [...].

 

En outre, le dynamisme et l'enthousiasme des fondateurs est impressionnant. [...] Le projet proposé par l'association aura certainement des retombées positive dans une région où il y a un phénomène spécifique de marginalisation extrême des jeunes en conflits avec la loi. »

discours-helene355Hélène a pris la parole pour présenter son associationUne reconnaissance pour aller plus loin

Hélène a expliqué dans son discours que les deux convictions qui ont motivé leur action se trouvent dans le nom de leur association : Grandir et Dignement. « Il est donc plus que nécessaire de permettre aux enfants, et tout particulièrement les enfants les plus fragiles, de devenir des citoyens engagés ayant pleinement leur place dans la société.[...] Quelque soient les actes commis, quelques soient les origines des enfants..., les droits de l'enfant, tout comme les droits de l'homme, ne se méritent pas , ils ne sont pas soumis à condition, ils ne sont pas négociables, ils sont la base d'une société viable et équilibrée ».

Avec la dotation de 14000€ qu'apporte ce prix, Hélène et David espèrent ainsi mettre en place des mesures alternatives à la prison pour ces mineurs.

Sébastien Robert, sdb
le 12 décembre 2013.

 

Le prix des droits de l'homme de la République Française.

Ce prix est décerné chaque année depuis 1988 par la Commission nationale consultative des droits de l'homme (CNCDH).

En 25 ans, plus de 170 associations, actrices de la défense des droits de l'homme dans leur pays, ont été distinguées. Il a vocation à distinguer des actions de terrain et des projets portant sur la protection et la promotion effectives des Droits de l'homme, dans l'esprit de la Déclaration universelle des droits de l'homme, et de la Conférence mondiale sur les droits de l'homme, sans distinction de nationalité ou de frontière.


Les quatre autres lauréat étaient :

  • l'« Indigenous Social Justice Association » qui en Australie accompagne les familles aborigènes don un membre est décédé en détention.
  • Une ONG Russe qui défend les femmes persécutées pour violation de la tradition dans le Caucase du Nord.
  • Une association tchadienne pour la non-violence qui accompagne les familles déplacées de Dobémé
  • l'ONG « Sabah Association for child care and development » qui protège le droit des enfants en détention à Kartoum

 

Pour aller plus loin


Mot du jour

A Rome, les Salésiens de Don Bosco ont en charge les Catacombes Saint Calixte. On peut y voir une copie, en marbre, du chef d’œuvre du sculpteur italien Stefano Maderno : le martyr de Ste Cécile. Au début du 3e siècle, la jeune Cécile, mariée à Valérien, fut, à la suite de celui-ci, condamnée à mort et décapitée, pour avoir refusé d’adorer les dieux romains. Comment cette jeune femme est-elle devenue la patronne des musiciens ? La légende autour de sa vie raconte que « pendant qu’on la martyrisait, Cécile chantait à Dieu dans son cœur ». Qu’importe qu’elle ait chanté ou non, depuis le XVe siècle, nombre de peintres ont représenté la sainte avec un instrument, très souvent un orgue portatif ; et plusieurs musiciens, comme Gounod (messe solennelle de Ste Cécile) ou Chausson (Légende de Ste Cécile), l’ont honorée de leurs compositions. De nos jours encore, nombreuses sont les Harmonies qui portent son nom et font leur fête en l’honneur de la sainte.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Le train de la mémoire retour d'Auschwitz
Antoine, aumônerie d'Amboise.
Voir l'article

Sœur Pilar, Salésienne de Don Bosco témoingne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Maud Fontenoy, marraine du 30è anniversaire de
l'association Diamond
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Les challenges sur internet sont-ils dangereux ?

      ice bucket challenge 001 Depuis de nombreux mois, les challenges ont pris une ampleur importante sur internet, sur les réseaux sociaux. On peut en trouver de tous types, du divertissant, à l’émouvant, en passant par le vulgaire ou le dangereux. Mais en quoi consiste un challenge ?

      Lire la suite

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite

    • « Apprends-moi la nature » en camp ou en classe

      apprends moi la nature 002 Jouer avec la nature est un chemin vers une pédagogie positive et bienveillante. L’objectif principal est de favoriser des moments de partage entre adultes et jeunes enfants autour de la découverte de la nature. L’idée est de percevoir la nature comme médiateur de jeux, de relations, de découvertes entre l’enfant et ses pairs. Les exemples sont nombreux : camp avec les scouts, classe verte ou classe d’intégration, comme à Farnières.

      Lire la suite

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite