GUY 2. 355Guy Schyns est une ancien élève d'une école salésienne. Appelé au diaconat permanent, il témoigne : « C'est le 6 octobre 2013 à Liège, en Belgique, que par l'imposition des mains de notre évêque Monseigneur Jean-Pierre Delville et le don de l'Esprit Saint, j'ai été ordonné diacre au service de l'Eglise de Dieu. 53 ans, époux de Danielle Roosen, je suis le papa de deux enfants, Guillaume et Astrid et travaille au sein de la société INFRABEL à Bruxelles. Nous résidons à Dison. Danielle et moi sommes membres de la Famille Salésienne, en qualité d'A.D.B. (anciens élèves), et y sommes engagés depuis de nombreuses années.

 

 

 

 

 

 

 

 

« Le diaconat permanent, un appel qui a muri en moi depuis plusieurs années et qui s'est concrétisé voici plus de quatre ans. Faisant suite à un pré cheminement, j'ai suivi trois années de formation au Centre Diocésain de Formation à Liège où mon épouse a partagé avec moi tout ce cursus formatif. Ma vie est un juste équilibre entre ma vie professionnelle, ma vie familiale et de loisirs et mon ministère diaconal. Mon épouse s'associe pleinement à l'exercice de mon ministère, travailleuse dans l'ombre, elle est présente à mes côtés et me soutient.

 

GUY 1 355Faire route avec eux

« Faire route, rejoindre l'autre dans son vécu, l'écouter avec attention, parcourir avec lui le chemin, le soutenir, le porter, le réconforter, l'aimer, le faire grandir, lui rendre espoir, le relever, lui rendre confiance. Ma mission s'intègre pleinement dans l'application de cet extrait de l'Evangile selon Saint Luc : « Or, comme ils parlaient et discutaient ensemble, Jésus lui-même les rejoignit et fit route avec eux » (Lc 24, 15). Permettre une résurrection à une vie nouvelle et, dans la foi et l'espérance, en une vie en Dieu faite de liberté et d'amour, où chacun y trouve sa place, dans le respect des différences. Telle est ma mission en qualité de diacre, ministre ordonné, présence visible du Christ au sein des communautés où je suis envoyé, et au sein de tous mes milieux de vie.

 

 

 

 

Véhiculer les valeurs de la relation

« Il est pour moi essentiel de rejoindre l'autre dans son vécu. Je pense ici à la rencontre entre Don Bosco et l'orphelin Barthélémy Garelli, dans la chapelle Pinardi. Il est important de trouver le canal de communication qui permettra de véhiculer les valeurs essentielles de notre relation, celle qui donnent vie et font grandir, dans le respect des différences et en toute liberté. C'est ainsi que je perçois le diacre permanent : homme du seuil qui vit au cœur de sa communauté, la soutient, prie pour et avec elle.

 

 

Ma mission pastorale dans les communautés de Welkenraedt

« C'est au cœur du doyenné du Plateau, dans l'unité pastorale de Welkenraedt que notre évêque m'envoie sur les pas de Don Bosco, ayant pour mission la pastorale de la famille, poursuivant aussi mon bénévolat au centre spirituel salésien Fernand Orban de Xivry à Farnières.

Ordonné depuis peu, je suis au tout début de ma mission diaconale. Durant ces 3 mois, je poursuis la découverte des communautés qui composent l'unité pastorale de Welkenraedt dans laquelle je suis envoyé. Cette découverte se fait dans le prolongement de ce que j'ai vécu en 3ème année de formation diaconale, en stage au sein de cette unité pastorale.

C'est dans le cadre de la pastorale familiale que j'ai intégré les équipes de préparation aux baptêmes. J'ai eu ainsi l'occasion de baptiser à ce jour 9 enfants. Je me prépare également à intégrer, avec mon épouse Danielle, les équipes de préparation au mariage chrétien.

Il est pour moi essentiel de vivre et de prier avec les membres des différentes communautés. C'est ainsi que je concélèbre tous les week-ends plusieurs célébrations eucharistiques dans différents lieux de l'unité pastorale.

J'ai intégré également les équipes d'accompagnement aux funérailles. Rejoindre ceux qui souffrent et partager avec eux leurs souffrances fait partie aussi de la mission diaconale.

 

 

 

GUY 3 355Un engagement salésien à Verviers et à Farnières

« Mon évêque, me reconduit en qualité de diacre, dans tous mes engagements salésiens. C'est ainsi que je poursuis ma participation au sein du Pouvoir Organisateur* du Centre Scolaire Don Bosco de Verviers, comme Délégué du Père Provincial.

Mon épouse et moi poursuivons également nos engagements en qualité de bénévoles au Centre Spirituel de Farnières. C'est là que nous faisons partie de l'équipe organisatrice des week-ends intitulés « Il était une FOI... en famille ».

 

Je poursuis le chemin, dans la discrétion et l'humilité, uni à tous dans l'universalité de la prière. Je rends grâce au Seigneur pour cet appel qu'il m'a adressé et, confiant dans sa bonté, je m'y abandonne, lui demandant qu'il achève en moi ce qu'il a commencé. »

 

Guy Schyns
A.D.B. Belgique-Sud
Diacre permanent

* Le "Pouvoir Organisateur" est l'équivalent en France de la "Tutelle" pour les écoles catholiques 

 

 

 

 

 


Mot du jour

52 paroles s1 e3

Étonnant, on imaginait les repas de famille barbants pour les jeunes, eh bien non ! Ceux-ci sont plébiscités et appréciés comme un important moment de convivialité, un temps d’échange où rire et complicité sont un trait d’union.

La famille est un lieu de partage « où on peut se dire les choses, parler de tout. Madyson emploie le mot « complice», Anthony les termes « solidaire et fusionnel » pour l’évoquer.

Mais, au-delà des parents, la fratrie n’est pas oubliée ni les grands-parents. Autant de relations d’amour partagées et de tendresse. Bref, globalement, la famille a la cote.

Question : le monde adulte n’aurait-il pas tendance à négliger ou gommer ces temps de partage et de convivialité au profit d’échanges virtuels via les portables ou les tablettes ?

Voir le 3è épisode : Qu’aimes-tu dans ta famille ?

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite