Pina-355Qui sont les Volontaires de Don Bosco ? Peu de gens le savent car elles vivent leur foi et leur mission dans la réserve et la discrétion. Don Bosco Aujourd'hui a rencontré Pina Bellocchi, italienne, conseillère pour la vie salésienne et en charge de la région France-Belgique, de l'Afrique et des pays francophones.

 

Don Bosco Aujourd'hui : Qui sont les Volontaires de Don Bosco ? Pourquoi cette discrètion ?

P. Bellocchi : Comme Jésus, nous choisissons de rester au milieu des gens, insérées dans nos familles, dans nos milieux professionnels, dans nos quartiers pour témoigner des valeurs de l'Evangile par une vie radicalement donnée. A travers les vœux de chasteté, pauvreté et obéissance, nous nous employons à être signe d'amour gratuit parmi les gens, à vivre en cohérence les valeurs humaines et chrétiennes de justice, d'honnêteté, de disponibilité, de charité jusqu'au sacrifice de nous-mêmes. Tout cela, dans l'esprit et le style de Don Bosco. Nous nous rendons disponibles aux jeunes et à toutes leurs problématiques, pour être des éducatrices qui accompagnent, discrètement et efficacement en même temps. Nous privilégions les plus pauvres et rejetés, choisissant les milieux plus difficiles, aux frontières.

 

« Nous voulons être comme le levain dans la pâte »

 

Nous vivons notre choix de consécration avec réserve et discrétion, selon le style des Instituts Séculiers, pour pouvoir être une présence "pauvre" au milieu des gens. Nous ne voulons pas que "le fait de parler de notre appartenance" nous distingue des autres et "nous mette l'étiquette d'un statut", mais nous désirons être "des modèles imitables de quiconque" et partager avec tous la vie de tous les jours sans aucun "filet de sauvetage". Comme Jésus, à Nazareth, n'a pas révélé qu'il était le Christ, nous voulons, par notre présence, et comme le levain dans la pâte, transformer peu à peu les réalités dans lesquelles nous sommes insérées, les rendre meilleures.

 

DBA : Quels sont les défis majeurs de votre institut ?

 P. B : Nous sommes environ mille trois cents sur tous les continents. Au cours de ces dernières années, l'Institut s'est fortement développé en Afrique et en Orient. Du 18 au 28 juillet 2013, les représentantes des différents pays du monde se sont réunies à Rome, pour réfléchir sur le thème de la formation permanente de l'Institut, pour élire la Responsable Majeure et son Conseil Central. Offrir une bonne formation à toutes les Volontaires est d'une importance fondamentale pour pouvoir répondre aux défis du monde actuel.

 

DBA : Quel est votre projet de vie dans la société et auprès de jeunes ?

 P. B : Nous voulons témoigner par nos vies, plus qu'avec des paroles, qu'il est possible de vivre bombardées de mille suggestions, mais de rester en même temps capables d'aimer chastement, de bien utiliser l'argent, sans attacher son cœur aux choses. Nous devons accompagner les jeunes, souvent désorientés et sans point de référence pour les aider à distinguer les "lumières factices" de la vraie Lumière, pour faire émerger l'énergie et les capacités qu'ils ignorent souvent posséder, pour faire germer l'espérance quand ils pensent l'avoir perdue, pour les secouer d'une apathie qui les paralyse si souvent.


Propos recueillis par Karine Gold Dag

27 février 2014

 

 Volontaires Pina Bellochi dans un orphelinat 355Pina Bellocchi, Volontaire de Don Bosco, dans un horphelinat en AfriqueVolontaire Olga 355Volontaire de Don Bosco, Olga est responsable de l'institut séculier des VDB au niveau mondial

 

 

 

 

Pour aller plus loin

Le site internet des soeurs : www.volontariedonbosco.org

Un peu d'histoire : à Turin, le 20 mai 1917, Luigina Carpanera, Maria Verzotti et Francesca Riccardi, des femmes profondément engagées, lancent une "révolution silencieuse". Elles cherchent à réaliser leur désir profond de vivre comme "Filles de Marie Auxiliatrice dans le monde", avec les conseils de Don Rinaldi Directeur de l'Oratoire FMA et l'encouragement de sr Felicina Fauda. En savoir plus sur les VDB.

 

 


Mot du jour

Lorsque Jean Bosco découvre la misère des jeunes, son premier objectif n’est pas de trouver une église ou de construire une école mais d’avoir un terrain pour jouer !

Aux éducateurs, il conseille : « Donnez ample liberté de sauter, de courir, de crier à cœur joie ». Et Marie-Dominique écrit aux sœurs de St-Cyr-sur-mer: « Dites bien aux filles que je veux qu’elles soient joyeuses, qu’elles sautent, qu’elles rient, qu’elles chantent… ! »

La cour de récréation est pour nos fondateurs, le cœur de tout acte éducatif, le centre de toutes les rencontres, de la détente, du petit mot de l’éducateur à l’oreille du jeune, du jeu collectif où chacun est vraiment lui-même, sans artifice, ni crainte ; où les aînés prennent en charge les plus petits et les timides ; où les adultes jouent avec les jeunes ; où l’on découvre ensemble les règles du vivre ensemble…

Tant et si bien qu’on dira : « Don Bosco parmi les jeunes, c’est Don Bosco dans la cour de récréation. »

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Étrenne 2018 du supérieur mondial des Salésiens
de Don Bosco : Cultivons l'art d'écouter et
d'accompagner (thème 2018 - © ANS)

Henri Marescaux témoigne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Sœur Pilar, Salésienne de Don Bosco témoigne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

Aurelie Monkam Noubissi
  • Société

    • Jean-Marie Petitclerc : « certains jeunes vivent mal Noël »

      rue de NoëlBientôt Noël, les rues et les maisons s’illuminent ! Il est temps de réfléchir à la fête, avec amis, famille, belle-famille… L’effervescence est au rendez-vous ! Pourtant, c’est l’une des périodes les plus difficiles pour les jeunes en institution. Voici le témoignage de Jean-Marie Petitclerc, qui durant 30 ans a dirigé des institutions sociales salésiennes.

      Lire la suite

    • Culture des jeunes : le rêve de devenir Youtubeurs

      YouTubeurs L’univers de Youtube est d’une grande richesse (musique, films…), mais les jeunes sont passionnés par ce que l’on appelle les youtubeurs. Vous connaissez ?

      Lire la suite

    • Les challenges sur internet sont-ils dangereux ?

      ice bucket challenge 001 Depuis de nombreux mois, les challenges ont pris une ampleur importante sur internet, sur les réseaux sociaux. On peut en trouver de tous types, du divertissant, à l’émouvant, en passant par le vulgaire ou le dangereux. Mais en quoi consiste un challenge ?

      Lire la suite

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite