Pina-355Qui sont les Volontaires de Don Bosco ? Peu de gens le savent car elles vivent leur foi et leur mission dans la réserve et la discrétion. Don Bosco Aujourd'hui a rencontré Pina Bellocchi, italienne, conseillère pour la vie salésienne et en charge de la région France-Belgique, de l'Afrique et des pays francophones.

 

Don Bosco Aujourd'hui : Qui sont les Volontaires de Don Bosco ? Pourquoi cette discrètion ?

P. Bellocchi : Comme Jésus, nous choisissons de rester au milieu des gens, insérées dans nos familles, dans nos milieux professionnels, dans nos quartiers pour témoigner des valeurs de l'Evangile par une vie radicalement donnée. A travers les vœux de chasteté, pauvreté et obéissance, nous nous employons à être signe d'amour gratuit parmi les gens, à vivre en cohérence les valeurs humaines et chrétiennes de justice, d'honnêteté, de disponibilité, de charité jusqu'au sacrifice de nous-mêmes. Tout cela, dans l'esprit et le style de Don Bosco. Nous nous rendons disponibles aux jeunes et à toutes leurs problématiques, pour être des éducatrices qui accompagnent, discrètement et efficacement en même temps. Nous privilégions les plus pauvres et rejetés, choisissant les milieux plus difficiles, aux frontières.

 

« Nous voulons être comme le levain dans la pâte »

 

Nous vivons notre choix de consécration avec réserve et discrétion, selon le style des Instituts Séculiers, pour pouvoir être une présence "pauvre" au milieu des gens. Nous ne voulons pas que "le fait de parler de notre appartenance" nous distingue des autres et "nous mette l'étiquette d'un statut", mais nous désirons être "des modèles imitables de quiconque" et partager avec tous la vie de tous les jours sans aucun "filet de sauvetage". Comme Jésus, à Nazareth, n'a pas révélé qu'il était le Christ, nous voulons, par notre présence, et comme le levain dans la pâte, transformer peu à peu les réalités dans lesquelles nous sommes insérées, les rendre meilleures.

 

DBA : Quels sont les défis majeurs de votre institut ?

 P. B : Nous sommes environ mille trois cents sur tous les continents. Au cours de ces dernières années, l'Institut s'est fortement développé en Afrique et en Orient. Du 18 au 28 juillet 2013, les représentantes des différents pays du monde se sont réunies à Rome, pour réfléchir sur le thème de la formation permanente de l'Institut, pour élire la Responsable Majeure et son Conseil Central. Offrir une bonne formation à toutes les Volontaires est d'une importance fondamentale pour pouvoir répondre aux défis du monde actuel.

 

DBA : Quel est votre projet de vie dans la société et auprès de jeunes ?

 P. B : Nous voulons témoigner par nos vies, plus qu'avec des paroles, qu'il est possible de vivre bombardées de mille suggestions, mais de rester en même temps capables d'aimer chastement, de bien utiliser l'argent, sans attacher son cœur aux choses. Nous devons accompagner les jeunes, souvent désorientés et sans point de référence pour les aider à distinguer les "lumières factices" de la vraie Lumière, pour faire émerger l'énergie et les capacités qu'ils ignorent souvent posséder, pour faire germer l'espérance quand ils pensent l'avoir perdue, pour les secouer d'une apathie qui les paralyse si souvent.


Propos recueillis par Karine Gold Dag

27 février 2014

 

 Volontaires Pina Bellochi dans un orphelinat 355Pina Bellocchi, Volontaire de Don Bosco, dans un horphelinat en AfriqueVolontaire Olga 355Volontaire de Don Bosco, Olga est responsable de l'institut séculier des VDB au niveau mondial

 

 

 

 

Pour aller plus loin

Le site internet des soeurs : www.volontariedonbosco.org

Un peu d'histoire : à Turin, le 20 mai 1917, Luigina Carpanera, Maria Verzotti et Francesca Riccardi, des femmes profondément engagées, lancent une "révolution silencieuse". Elles cherchent à réaliser leur désir profond de vivre comme "Filles de Marie Auxiliatrice dans le monde", avec les conseils de Don Rinaldi Directeur de l'Oratoire FMA et l'encouragement de sr Felicina Fauda. En savoir plus sur les VDB.

 

 


Mot du jour

D'abord, il y a le vert
Qui repose les yeux
Puis surgit le bon air
Qui fait tourner la tête
Et qui sent bon la terre.
Parfois, il y a le cerf.
Vers le mois de septembre,
Avec un peu de chance,
On peut entendre son brame
S’il ne fait pas pluvieux.
En mars et en novembre,
Un concert de trompettes
Semble tomber du ciel.
En pleine migration,
Mesdames les grues claironnent
Pour avertir le monde
Du changement de saison.
Souvent, il y a la pluie
Qui mouille et qui pénètre
Jusqu’au bout de nos os.
Mais au mois de juillet,
Réchauffés de soleil,
Nous cueillerons, merveille,
Un panier de myrtilles.
Il y a le silence
Souligné par la brise
Ou le chant des oiseaux.
Enfin il y a l’arkose,
Grès feldspathique
Aux couleurs brunes et roses
Qui donne à la bâtisse
Un air magnifique.
Avec tant de beauté
Où l’âme se repose
Les gens disent de Farnières :
«quel petit paradis ! »

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre

Multimédia

The power of words Prix du Public au FestiClip 2017.
Film réalisé par l'Institut Lemonnier de Caen
Voir l'article

École de Vie Don Bosco
Interview de Fleur
Voir l'article

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview d'Angele
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • International

    • Salvador - Terre des Jeunes : une association pour les jeunes de la rue

      terre des jeunes 000 En 2011, dans le cadre de ses études en sociologie sur les enfants des rues, Simon-Pierre Escudero part au Salvador pour un travail recherche. À ce moment là, plus aucune institution ne travaille directement auprès de ces enfants. Depuis, il a fondé une association et il travaille dans les “quartiers chauds” avec Victoria, salésienne coopératrice, salvadorienne.

      Lire la suite

    • Congo : Comment soutenir l’emploi ?

      rdc via don bosco 001 La République Démocratique du Congo est le premier pays partenaire de VIA Don Bosco. Aujourd’hui, les relations avec le Congo sont toujours privilégiées. L’ONG soutient l’emploi des jeunes qui sortent des écoles de formation professionnelle du réseau Don Bosco.Logo video80

      Lire la suite

    • En Croatie, cicatrices de la guerre et espoirs salésiens

      don bosco croatie 004 Les Salésiens sont en Croatie depuis 1914. Le pays a connu de grands bouleversements depuis le début du siècle avec la dictature de Tito puis la guerre d’indépendance. Le témoignage du père Goran Antunovic, 32 ans, Salésien à Rijeka, donne un aperçu de la situation actuelle des religieux et de l’Eglise du pays.

      Lire la suite

    • Message de Noël de la part des Salésiens d’Alep : “Il y a toujours l’espérance”

      Alep Salesien Chrismas La ville est détruite, on ne voit que des décombres... Mais le message d’espérance du Dieu qui s’est fait homme résonne, cette année, avec un écho particulier à Alep. Les Salésiens, riches de leurs deux trésors – la foi et les jeunes - ont au cœur la force de dire, dans une vidéo, avec les jeunes : « Bonne Fête de Noël » et « il y a toujours l’espérance » ! En voyant ces images, le Recteur Majeur, le P. Ángel Fernández Artime, ému, relance son appel pour la paix.

      Lire la suite