Fernandez Artime rmLe Chapitre Général des salésiens a élu comme nouveau Recteur Majeur et 10è Successeur de Don Bosco le Père Ángel Fernández Artime, jusqu'ici Provincial d'Argentine Sud. L'élection est advenue mardi 25 mars 2014 à 10h20, dès le premier tour de scrutin. De longs et chaleureux applaudissements ont accueilli la proclamation officielle. Qui est le Père Angel Fernandez Artime ?

 

 

 

election-recteur-majeur 1002Le père Angel Fernandez Artime, supérieur mondial des salésiensLe P. Ángel Fernández Artime, 53 ans, est né le 21 août 1960 à Gozón-Luanco, dans les Asturies (Espagne). Il a émis sa première profession religieuse le 3 septembre 1978, sa profession perpétuelle le 17 juin 1984 à Saint-Jacques de Compostelle et a été ordonné prêtre à León, le 4 juillet 1987.

Originaire de la Province de León, il a été délégué à la pastorale des jeunes, directeur de l'école d'Ourense, membre du conseil provincial et vicaire provincial ; de 2000 à 2006, il a été provincial. Il a fait partie de la commission technique qui a préparé le chapitre général 26. En 2009, il a été nommé provincial d'Argentine-sud, charge qu'il occupait jusqu'à maintenant.

De par ses fonctions de provincial, le père Ángel a également eu l'occasion de connaître personnellement l'archevêque de Buenos Aires, et de collaborer avec le cardinal Jorge Mario Bergoglio, devenu aujourd'hui le Pape François.

Le Père Ángel Fernández Artime est par ailleurs licencié en Théologie Pastorale, en Philosophie et en Pédagogie.

 

Ecouter pour servir

Le lendemain de son élection, le Recteur Majeur a présidé l’eucharistie et, dans l’homélie (vidéo), il s’est appuyé sur les paroles du Deutéronome : « Maintenant, Israël, écoute (…) Ainsi vous vivrez, et vous entrerez en possession du pays que vous donne le Seigneur, le Dieu de vos pères… »

Le Recteur Majeur fait siennes ces paroles : « Je sens que le Seigneur me dit encore une fois : " Maintenant, mon fils, écoute…" Il me demande de me mettre à l’écoute, attentif à chacun de vous, à toute la famille salésienne, aux cris des jeunes. Il me demande de me mettre à l’écoute avec mes frères, avec vous et jamais sans vous. (…) Don Bosco fut un homme d’écoute : il a su interpréter les besoins des jeunes les plus défavorisés. »

 

« Sa grâce nous suffit »

Lors du mot du soir (vidéo), le nouveau Recteur Majeur a dit que les paroles « programmatiques » pouvaient attendre ; pour l'heure, il faut laisser parler le cœur et les sentiments pour exprimer avant tout confiance et gratitude.

« Aujourd'hui plus que jamais, j'ai compris beaucoup de réponses vocationnelles contenues dans la Bible, où les appelés sentent que le Seigneur leur demande ce qui dépasse leurs forces. Mais, à la fin, s'accomplit cette réalité de foi : ma grâce te suffit ; sa grâce nous suffit. »

 

Le Chapitre continue à élire...

Depuis l'élection du Recteur Majeur, le chapitre a continué à appeler des salésiens à la gouvernance de la congrégation. Ainsi, le père Francesco Chereda a été élu Vicaire du Recteur Majeur. Le chapitre a aussi commencé à constituer le conseil en appelant le père Ivo Coelho pour la formation, et le père Guillermo Basañes pour les missions, et en confirmant le père Fabio Attard à la pastorale de jeunes, le père Filiberto González à la communication, et le salésien coadjuteur Jean-Paul Muller comme économe général de la congrégation. Suivront les élections des conseillers régionaux.

ANS. Agence d'Information Salésienne

27 mars 2014

 

Daniel Federspiel témoigne de Rome

 

 

Contacté par DBA le mercredi 26, lendemain de l'élection du nouveau Recteur Majeur des salésiens, le père Daniel Ferderspiel, provincial de France Belgique-Sud, revient sur cette élection :

 

le recteur majeur et papiLe père Angel et le père Daniel Ferderspiel alias Papi« Je connaissait le père Ángel depuis le Chapitre Général 25 (2002). Ces derniers jours, il a été avec moi dans la commission juridique du chapitre. Nous sommes heureux de cette élection. Le père Olivier Robin, qui est avec moi à Rome, me redisait l'ambiance particulière de cette élection. Nous ne sommes pas dans une élection politique. Il n'y a pas un homme qui présente son programme ; il n'y a pas de courant politique. Même s'il y a un discernement avec des votes sondages, il n'y a pas de campagne.

 

Ce qui surprend toujours c'est la sérénité qui règne pendant l'élection et l'acceptation ipso facto du nouveau Recteur Majeur. Les capitulaires ne l'accueillent pas comme quelqu'un qui aurait les compétences mais nous ressentons un véritable signe de la présence de l'Esprit Saint. Nous vivons ici, et c'est très clair une attitude de discernement ! Sans compter que les sondages n'étaient pas univoques ; l'unanimité du vote a été une vraie surprise.

 

« Dans le discernement que nous vivions depuis plusieurs jours, et avec en tête le thème « Témoin de la radicalité évangélique », nous avions défini quelques caractéristiques du supérieur général et nous souhaitions, notamment qu'il ait une bonne connaissance du terrain. Qui mieux qu'un provincial pour cela. De plus, la congrégation est bien vivante en Amérique du Sud. Avant l'élection, nous sortions d'un temps (15 jours) de regard sur la congrégation : tous les capitulaires ont entendu ces remontées de toutes les provinces du monde. Dans les commissions, nous nous sommes imprégnés de la congrégation, de ce qu'elle a de plus fort, comme de plus faible ou de plus tragique. Le thème nous invitait à chercher une nouvelle impulsion à la congrégation, nous cherchions les défis à relever ; très vite le nom du nouveau Recteur Majeur est sorti ! Le père Ángel a été provincial en Espagne puis en Argentine. Il connaît le terrain où les salésiens vivent ! C'est un confrère qui se caractérise pas la simplicité de sa personne un peu comme la figure du pape François. Ce Pape a souvent été cité au Chapitre comme un signal donné pour tout baptisé sur sa manière d'être chrétien.

 

« Mais Angel a dit quelque chose de très clair dans son premier mot du soir et sa première homélie : « n'attendez pas de moi un programme » ! Car il ne s'attendait pas à être élu, mais il va travailler avec l'équipe que nous allons lui donner [ndlr : les capitulaires après l'élection du supérieur mondial élisent le vicaire et ses conseillers]. Il n'a pas d'idées préconçues. La radicalité, demandée par le thème ne renvoie pas à des mots mais à des attitudes que chaque confrère aura à choisir ! Il est clair que le chapitre n'est pas un lieu pour produire de beaux textes, mais un lieu où 207 confrères se laissent travailler par l'Esprit Saint pour renouveler la congrégation. C'est un cadeau pour la congrégation quand on accueille toutes ces expériences du monde entier. Plusieurs cardinaux ont signalé le caractère exceptionnel de notre congrégation comme l'expression du charisme dans toutes ses diversités culturelles, au niveau mondial, pour enrichir les sociétés et l'Eglise.

« Ici à Rome, j'en profite pour rencontrer d'autres provinciaux avec lesquels nous sommes en collaboration notamment ceux avec qui se vit des échanges de confrères actuels ou futurs ! »

Propos recueillis par Sébastien Robert,
Le 26 mars 2014

 

Pour aller plus loin

 


Mot du jour

En ces jours de rentrée, je rêve que les jeunes soient différents de l’année passée : « ah s’ils pouvaient courir pour rejoindre les cours,... pour rejoindre mon cours !!! » … Et je ne me lasse pas de leur exprimer : « arrêter de traîner les pieds ! » … J’oublie que le jeune rêve aussi que je sois différent de l’année passée : « ah si les adultes pouvaient prendre le temps de traverser la cour ». Très attaché à l’importance pour l’adulte de s’approcher des jeunes, de participer à leurs conversations, de s’intéresser à leurs passions, d’écouter leurs interrogations, Don Bosco lui-même a pleuré amèrement en constatant que ses éducateurs avaient tout simplement zappé cette posture éducative essentielle. Oser un bonjour. Tendre une main. Lâcher un sourire. Accueillir une question. Proposer un dialogue. Prendre le temps de traverser la cour de récré, ce lieu qui n’a pour seule frontière que le Ciel … et le cœur du jeune… Tout à l’heure, quand mon collègue m’invitera à me réfugier derrière un café dans la salle des profs, je lui répondrai simplement : « j’peux pas, j’ai cour ! ».

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

6e Congrès de l’éducation salésienne
Ce qu'en disent les participants
Voir l'article

Défi citoyenneté :
lancement du label
Voir l'article

« Ils nous ont bluffés ! » Concours de
plaidoirie à l’Institut Lemonnier
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Maisons Don Bosco

    • Camp d’été chez les Roms grace à ESPERE

      espere Lille don bosco 01 En 2010, Danièle Sciacaluga, Salésienne Coopératrice, visite les familles roms d’un camp de Lille. Pour faire face aux besoins éducatifs, en 2014, elle crée avec un prêtre salésien une association E.S.P.E.R.E. (Espoir Salésiens Pour les Enfants Roms d’Europe) pour promouvoir l’éducation des enfants en s’inspirant de la pédagogie de Don Bosco. Cet été 2018, l’aventure se poursuit. Ce fut le 5è camp. Une vraie collaboration se réalise l’été grâce au réseau DBAS.

      Lire la suite

    • « Va à la pompe ! » L’éducation selon Don Bosco

      education don bosco 03 Lorsque des éducateurs se plaignaient auprès de Don Bosco de ne pas être écoutés par les jeunes et de ne pas savoir comment les prendre, Don Bosco disait : « Va à la pompe ». Il y avait, dans la cour du Valdocco, une fontaine autour de laquelle il y avait toujours un attroupement de jeunes qui se bousculaient pour boire ou pour ramollir la pagnote trop dure du petit déjeuner. C’est là que l’éducateur, en se mêlant à la file, pouvait entendre les conversations, connaître les centres d’intérêt des garçons, leurs préoccupations du moment. L’éducateur était ainsi en prise directe sur leur culture et pouvait sentir l’atmosphère générale. Don Bosco suggérait aussi à l’éducateur d’être moins dur, moins rigide, de « ramollir » son quotidien.

      Lire la suite

    • Le Festiclip est cette année un festival européen sensible au monde des laissés pour compte

      fasticlip 2018 04 La treizième édition du FestiClip, festival de vidéoclips réalisé par et pour des jeunes de 15 à 20 ans, s’est déroulé au Centre Jean Bosco le 2 juin. Participaient cette année, outre bien sûr la Belgique et la France, l’Espagne, le Portugal et l’Allemagne. Les films étonnent par leur qualité et leur thématique. Aujourd’hui, c’est la manière de traiter les laissés pour compte qui interroge les jeunes. Logo video80

      Lire la suite

    • Festifoot 2018 : la coupe du monde version salésienne

      festifoot 2018 caen 07 La coupe du monde de foot en version salésienne ? Comment ça, vous ne connaissez pas ? Festifoot ! Mais si, c’est ce rassemblement de 60 jeunes venus de toute la France pour partager un week-end exceptionnel, plein de partage, de fair-play, et de sport ! Avec la participation de huit équipes, soit 55 jeunes de 15 ans environ, le Festifoot du mois de juin n’a jamais connu un tel succès.

      Lire la suite

    • Quatre jours de formation approfondie pour les élèves les plus engagés

      formation eleves engages 01 Voyage à Biville : c’est une initiative des quatre établissements scolaires de l'Ouest au début des vacances de Pâques.  Une quarantaine d'élèves des établissements de l'Ouest. Elèves en difficulté ou non. Il s'agit de quelques jeunes parmi les plus engagés dans la vie de l'établissement. Le projet est une formation approfondie pour les élèves les plus engagés à l’image de ce que faisait Don Bosco.

      Lire la suite

    • Les premières Assises de Don Bosco Action Sociale

      don bosco action sociale assises 01 Les 24 et 25 mai 2018, le réseau Don Bosco Action Sociale a organisé ses premières assises à l’Institut Don Bosco de Gradignan (Gironde). Celles-ci ont regroupé plus de 100 dirigeants des 65 établissements et services d’action sociale du réseau : présidents, administrateurs, directeurs, cadres de direction. Ces participants ont pu ainsi prendre conscience de la force et du dynamisme de ce réseau.Logo video80

      Lire la suite