Coooopérateurs 355Marie-Thé, Hélène, Anne-Marie et Marie-Claire, quatre salésiennes coopératrices de Marseille sont au service des mineurs en prison et de leur famille. Si vous vous demandez : que font au juste les coopérateurs de Don Bosco ? Ecoutez le témoignage de Marie-Claire Baronnet.

 

 

 

DBA : Dans quelle prison intervenez vous ?

La prison pour mineur est une prison pilote, ouverte depuis 7 ans, qui reçoit des jeunes garçons de 13  à 18 ans. Notre équipe accueille les familles en attente de parloir pour une soixantaine de garçons. Nous accompagnons les familles, les informons et jouons le rôle de sas de décompression et d'humanité en attendant la visite au parloir.

 

 « Nous aidons, par notre présence, à surmonter la détresse et le choc de l'incarcération de leur enfant. »

 

 

Nous sommes dix-huit bénévoles, au sein de l'équipe Saint Vincent, formées à l'écoute. Nous nous relayons, en binôme. Cet accueil des familles est un espace de discussion, d'échange, et de respect des personnes. Nous offrons une boisson fraîche ou chaude, des bonbons, des biscuits. Nous aidons à prendre les rendez-vous de parloirs grâce à la borne installée dans l'accueil. Ces familles, pour la plupart sont d'origines étrangères : Maghreb, Comores, Afrique. Nous écoutons, nous réconfortons, nous aidons, par notre présence, à surmonter la détresse et le choc de l'incarcération de leur enfant.

 

DBA : C'est un engagement difficile ?

Nous vivons aussi de bons moments de joie quand un jeune détenu retrouve la liberté et que sa maman vient nous le présenter, les discussions sont quelquefois amusantes, pleines d'anecdotes, car ces familles retrouvent avec nous, un peu de gaieté. Notre regard a changé au fil du temps, il est plus tolérant et plus compatissant.

 

Une fois par mois, nous prenons un temps de réflexion avec notre aumônier, pour relire nos émotions, nos gestes, nos paroles. Nous essayons de grandir ensemble au niveau humain et spirituel.

 

DBA : Pourquoi avoir choisi la prison ?

Pourquoi la prison ? Don Bosco visitait la prison de Turin où étaient enfermés de jeunes délinquants et St Vincent de Paul a été aumônier des galères... Voilà qui les rapprochent. Voilà aussi ce qui inspire notre démarche dans les prisons de mineur de Maseille.

 

Marie-Claire Baronnet

groupe des salésiens coopérateurs de Marseille

 3 juillet 2014

 

 

 

cooperateurs 5 355Nous aidons les familles à prendre les rendez-vous de parloirscooperateurs 4 355Grâce à la borne installée dans l'accueil famille.

 

 

 coopérateurs  3 355Nous accompagnons les familles, les informons cooperateurs 2 ok355et jouons le rôle de sas de décompression et d'humanité

 

 

 

 

 

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd'hui....

 

 

 


Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite

    • Question d'éducation : Etre gentil, pas facile à vivre ?

      Gentilesse Serdu 1 Apprendre la gentillesse à ses enfants, n’est-ce pas les envoyer comme des agneaux au milieu des loups ? La méchanceté est bien présente dans notre monde compétitif et dur où tous les coups semblent recommandables. Faut-il alors leur appendre le calcul, la recherche de son intérêt « bien compris » ? La réponse estnclaire : inutile d’en rajouter !

      Lire la suite

    • Quelle présence dans la cour virtuelle des réseaux sociaux ?

      cour viturelle et reseaux sociaux Les relations sociales se font sur la toile autant que sur le béton de la cour. Alors, allons sur les réseaux sociaux ! Mais jusqu’où ? Faut-il encourager la présence des adultes sur les réseaux ? Pourquoi faire ? Quelle présence assurer ? Est-ce une bonne - ou fausse - bonne idée ?

      Lire la suite