Comedie musicale 13 355La première de la comédie musicale la Don Bosco Academy va avoir leu le 27 octobre au Palais des Glaces. Grâce à la formation de haut niveau qui leur a été prodiguée en juillet les jeunes seront fin prêts. Don Bosco Aujourd'hui fait le point avec le réalisateur du spectacle Tristan de Groulard.

 

 

 

 

Don Bosco Aujourd'hui : Deux semaines de répétition en juillet à Nice. Comment cela s'est-il passé ?

Tristan de Groulard : Le chalenge a été relevé ! Les jeunes ont été impressionnants par leur envie, leur implication et leurs talents. Ils nous ont démontré chaque jour que nous avons bien fait de leur faire confiance. Pour la plupart, que ce soit d'enregistrer un album ou de répéter un spectacle musical encadré par des professionnels, c'était une première ; et pourtant chaque jour nos jeunes artistes ont répondu présent. Ils répétaient les chansons, les chorégraphies et les dialogues même le soir avant de se coucher ou bien le matin au réveil... Ces jeunes débordaient d'énergie et c'est grâce à eux que nous sommes « à l'heure » ! Le CD est sorti dans les temps et le spectacle pour le Palais des Glaces est presque abouti. (Réservation des places sur le site du Palais des Glaces). Tous m'ont bluffé... car pour tout le monde, la Don Bosco Academy est un nouveau spectacle, le défi n'était alors pas gagné d'avance. Lors de ces deux sessions artistiques nous avons vu vraiment naître une troupe et l'expression "aventure humaine" a pris tout son sens.

 

DBA : Des moments forts, de joie, voire difficiles au cours de ces quatre semaines ?

Comedie musicale 8 355Comedie musicale 4 355Comedie musicale 2 355

TdG : En parlant d'aventure humaine, cela implique forcément des moments forts, du partage, des émotions. Il y a eu beaucoup de joie bien sûr avec également certaines difficultés à surmonter. Encadrer une centaine de jeunes sur quatre semaines apporte son lot de surprise... Cette année, il a fallu faire preuve d'autant de pédagogie que de coaching artistique et c'était un peu nouveau pour nous. Cependant, c'était une belle richesse pour mon équipe et moi-même. Nous avons découvert qu'en se rapprochant de la pédagogie des salésiens et salésiennes de Don Bosco, nous avons pu transmettre de nouvelles valeurs aux jeunes et ç'a été payant ! Grâce à cette pédagogie du « par lui, pour lui, avec lui » nous avons réussi, je crois, à mieux appréhender les doutes, les conflits et les faiblesses que vivaient nos jeunes artistes parfois... Et cela confirme que si le jeune sent notre présence et notre confiance, il est alors prêt à se donner à fond !

 

Le soleil niçois et l'infrastructure du nouvel internat de la fondation Don Bosco Nice y a contribué fortement aussi. L'accueil de la communauté et de la Direction a été excellent et nous nous sommes sentis chez nous. Elément essentiel pour vivre une aventure humaine inoubliable !

 

DBA : Trois mois de pause avant de passer sur scène... comment les jeunes vont tout retenir ?

TdG : Trois mois : cela peut paraitre beaucoup mais nous avons filmé les répétitions et nous envoyons alors les vidéos à chaque jeune artiste pour qu'il puisse revoir et réviser le spectacle. Mais nous avons remarqué qu'un jeune, s'il est passionné, intègre et se souvient mieux des choses, même pour cette génération « zapping ». Et puis, nous nous retrouvons tous trois jours avant le show du Palais des Glaces le 27 octobre et là encore, les jeunes vont devoir s'impliquer et tout donner... On compte sur eux et on croit en eux !

 

DBA :  Un mot sur le décor, les costumes ?

TdG : Je tiens également à remercier les établissements de Jean Bosco Guines et la fondation Don Bosco de Marseille pour leur implication dans la fabrication des costumes et décors. L'équipe pédagogique de ces établissements a répondu rapidement présent pour « créer » avec nous. Là également, c'est un défi car les élèves et leurs professeurs n'ont que 2 mois pour tout construire entre la rentrée de septembre et le show de la fin octobre à Paris. Et je sais, par les échos reçus, que le défi va être relevé. D'ailleurs, j'espère bien que certains d'entre eux seront avec nous dans les coulisses pour vivre avec nous cette expérience et de voir leur travail mis en lumière... D'avance, toutes mes félicitations à eux.

 

  

Propos recueillis par Vincent Grodziski
 12 septembre 2014

 

 

Au chant avec Laure Balon

Pour arriver à ce résultat, les jeunes ont eu la chance de travailler sous la direction magistrale de Laure Balon. Danseuse étoile au début de sa carrière, celle-ci s’est ensuite formée au chant et au théâtre à Broadway/New-York. Elle a réussi par son expérience à allier rigueur et humanité dans son coaching.

 

A la danse avec Justine

Diplômée d'Etat en danse, Justine enseigne à l'AICOM de Paris (Académie Internationale de COMédie Musicale) le modern Jazz mais aussi la danse contemporaine et la danse classique. Tout comme Laure elle a plusieurs cordes à son arc puisqu’elle met ses talents de chanteuse et de danseuse au service de différentes émissions du petit écran.

 

 

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd'hui....

 

 

 

 


Mot du jour

Chaque éducateur a un certain degré de tolérance à la transgression. Il réagira plus ou moins vite selon sa conception de ce qu’est un acte grave. Entre la « tolérance zéro » qui ne pardonne rien et sanctionne tout, et le laxisme qui ne voit aucune limite, l’éducateur salésien aime établir avec les jeunes une sorte de contrat de confiance. C’est ensemble qu’ils établissent les règles et les sanctions éventuelles. Ainsi, les jeunes sont invités à la responsabilité. Il n’y a pas de sanction qui leur « tombe dessus » : s’ils n’ont pas respecté le contrat, ils savaient déjà ce qu’ils risquaient, puisqu’ils l’avaient décidé avec l’éducateur. Ce qui est un jeu, ce n’est plus le degré de tolérance de cet éducateur, mais c’est le respect du contrat dont les jeunes sont partenaires.

Chaque éducateur a un certain degré de tolérance à la transgression. Il réagira plus ou moins vite selon sa conception de ce qu’est un acte grave. Entre la « tolérance zéro » qui ne pardonne rien et sanctionne tout, et le laxisme qui ne voit aucune limite, l’éducateur salésien aime établir avec les jeunes une sorte de contrat de confiance. C’est ensemble qu’ils établissent les règles et les sanctions éventuelles. Ainsi, les jeunes sont invités à la responsabilité. Il n’y a pas de sanction qui leur « tombe dessus » : s’ils n’ont pas respecté le contrat, ils savaient déjà ce qu’ils risquaient, puisqu’ils l’avaient décidé avec l’éducateur. Ce qui est un jeu, ce n’est plus le degré de tolérance de cet éducateur, mais c’est le respect du contrat dont les jeunes sont partenaires.
j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Maman et femme de Philippe, handicapé, Martha
Kayser avait ému au " Week-end Don Bosco 2016 "
Voir l'article

« On va tout faire pour »
par les élèves de Lyon-Pressin
Voir l'article

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Margot et Margot
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

https://vimeo.com/221142294
  • Actualités

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite

    • Des films par les jeunes et pour les jeunes : une positive attitude

      FestiClip 2017 30 Le FestiClip 2018 aura lieu au Centre Jean Bosco de Lyon le samedi 2 juin 2018. N’hésitez pas à vous inscrire aujourd’hui ! Quelle est la particularité de ce Festival ? De permettre à des jeunes d'adresser un message à d'autres jeunes, et de traiter une problématique qui vraiment les concerne.

      Lire la suite

    • Pierre Favre, ex-Garçons Bouchers, se livre au week-end Don Bosco

      pierre favre don bosco Pierre Favre, ancien chanteur des Garçons Bouchers devenu depuis quinze ans bénévole au Secours Catholique dans le Var, c'est d'abord une gueule. Une carrure, une grande barbe grise et des tatouages. Mais c'est aussi une voix. Une voix douce, chaleureuse qui emmène son interlocuteur dans l'incroyable parcours de cet homme d'une grande profondeur spirituelle. Il était l'invité du " Week-end Don Bosco jeunes et familles 2016 ". Pour écouter de nouveaux témoins, renseignez-vous sur l'édition 2017 du " Week-end Don Bosco "Logo video80.

      Lire la suite

    • « Apprends-moi la nature » en camp ou en classe

      apprends moi la nature 002 Jouer avec la nature est un chemin vers une pédagogie positive et bienveillante. L’objectif principal est de favoriser des moments de partage entre adultes et jeunes enfants autour de la découverte de la nature. L’idée est de percevoir la nature comme médiateur de jeux, de relations, de découvertes entre l’enfant et ses pairs. Les exemples sont nombreux : camp avec les scouts, classe verte ou classe d’intégration, comme à Farnières.

      Lire la suite

    • Campobosco 2017, les jeunes aux commandes !

      campobosco 2017 001 Pour cette 13e édition du Campobosco (20 - 24 août 2017) à Ressins (à côté de Roanne), l'équipe d'organisation a choisi un thème audacieux : « Abba où t'es ? ». Le sujet a permis aux jeunes de s'exprimer sur leur foi et leurs doutes, sur leur questions et leurs convictions sur Dieu. Ce thème a tissé les temps de témoignage, de jeu, de veillée, d'échanges dans une ambiance de joie, de fraternité et d'enthousiasme.Logo video80

      Lire la suite

    • Au week-end Don Bosco, Martha Kayser témoigne de l’amour immense vécu avec Philippe, son mari handicapé.

      Martha Kayser Maman de cinq enfants, Martha Kayser avait ému les participants du " Week-end Don Bosco jeunes et familles 2016 " avec son magnifique témoignage d'amour et de famille, ancrée dans la foi, qu'elle a conté dans son livre "Toujours plus d'amour". Le mari de Martha, Philippe Kayser, décédé en 2010, formidable époux et papa, était en effet infirme moteur cérébral (IMC). Pour écouter de nouveaux témoins, renseignez-vous sur l'édition 2017 du " Week-end Don Bosco "Logo video80.

      Lire la suite

  • International

    • Label salésien : Rebattre les cartes de la nutrition

      lappel nutrition tchad 004 Depuis trente ans, l’association Appel Durance œuvre pour lutter contre la malnutrition des enfants au Tchad, en partenariat avec les villageois. Cette association utilise la méthodologie des « Nutricartes » qui obtient de très bons résultats. Don Bosco Aujourd’hui a voulu en savoir plus et a interviewé sa présidente, Anne Vincent.

      Lire la suite

    • Salvador - Terre des Jeunes : une association pour les jeunes de la rue

      terre des jeunes 000 En 2011, dans le cadre de ses études en sociologie sur les enfants des rues, Simon-Pierre Escudero part au Salvador pour un travail recherche. À ce moment là, plus aucune institution ne travaille directement auprès de ces enfants. Depuis, il a fondé une association et il travaille dans les “quartiers chauds” avec Victoria, salésienne coopératrice, salvadorienne.

      Lire la suite

    • Congo : Comment soutenir l’emploi ?

      rdc via don bosco 001 La République Démocratique du Congo est le premier pays partenaire de VIA Don Bosco. Aujourd’hui, les relations avec le Congo sont toujours privilégiées. L’ONG soutient l’emploi des jeunes qui sortent des écoles de formation professionnelle du réseau Don Bosco.Logo video80

      Lire la suite

    • En Croatie, cicatrices de la guerre et espoirs salésiens

      don bosco croatie 004 Les Salésiens sont en Croatie depuis 1914. Le pays a connu de grands bouleversements depuis le début du siècle avec la dictature de Tito puis la guerre d’indépendance. Le témoignage du père Goran Antunovic, 32 ans, Salésien à Rijeka, donne un aperçu de la situation actuelle des religieux et de l’Eglise du pays.

      Lire la suite

  • Société

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite

    • Amine : du Ghana à l’Allemagne et retour…

      Amine Après cinq années de voyage – où il a connu la peur et l’angoisse – Amine, 23 ans, originaire du Ghana, a réussi à gagner Stuttgart en Allemagne. Mais sa demande de régularisation n’a pu aboutir. Il y a quelques semaines, Amine a été reconduit au Ghana. Durant son passage en Europe, des salésiens de Don Bosco l’ont accueilli et accompagné. L’interview a été réalisé, alors qu’Amine se trouvait en Allemagne.

      Lire la suite

    • Les jeunes migrants deviennent acteurs avec Welcome Jeunes

      JRS Welcome Jeunes au Campobosco 001 L'idée phare du programme Welcome Jeunes est de permettre aux réfugiés de sortir du statut de bénéficiaire dans lesquels ils sont souvent placés et de devenir des acteurs. Interview de Lucile, responsable du programme, que nous avons rencontrée au Campobosco l’an dernier.

      Lire la suite