Vides Madagascar 355 2Depuis plusieurs années, le V.I.D.È.S reçoit de nombreuses demandes de volontariat d'été car certains étudiants souhaitent vivre des vacances riches de rencontres et de découvertes. C'est pourquoi le V.I.D.È.S a lancé cette année le projet Madagascar, en collaboration avec l'association « Grandir Dignement », fondée par David et Hélène Muller, eux-mêmes anciens du V.I.D.È.S. 

 

 

Les treize volontaires du V.I.D.È.S ont travaillé dans le centre de rééducation des jeunes placés par la protection sociale de l'enfance, et dans la maison d'arrêt pour mineurs de Tananarive, prenant le relais des animateurs en vacances. Virginie Mérel, salésienne de Don Bosco et organisatrice du voyage, témoigne de cette mission qui a transformé les jeunes qu'elle accompagnait.

 

 

 « J'ai compris que ces jeunes malgré les délits qu'ils ont pu commettre
ont un cœur énorme. »

 

« Madagascar est un pays en pente descendante : la crise, la pauvreté mettent à la rue énormément d'enfants. Ils vivent, ainsi que  des familles entières, au-mileu de montagnes d'ordures. Elles essayent d'en retirer ce qui pourrait leur être utile pour le revendre sur le marché pour trois sous : bouteilles en plastique vides, boîtes de conserve... Cette grande pauvreté a beaucoup interpellé les treize jeunes volontaires V.I.D.È.S.

 

Vides Madagascar 355 4 Virginie Mérel avec les jeunes du VIDES au milieu des prisonniersVides Madagascar 355 3Danses salésiennes avec les mineurs incarcérés.VIDES Madagascar 355Equipe d'animation en temps de préparation.

Nous avons été saisi par le monde des prisons.

« On est très loin du respect des droits de l'enfant, même si l'association Grandir Dignement œuvre déjà pour réhabiliter les lieux, permettre aux jeunes d'avoir un repas par jour et faire de l'éducation. Les jeunes incarcérés doivent être enfermés dans les dortoirs de 18 h à 6 h. Les lits sont de grandes planches où tous s'alignent côte à côte sur un grand matelas qui couvre toute la surface du « lit ». 

 

Le charisme salésien est né dans les prisons.

« La vocation de Don Bosco est née dans ce cadre là, en visitant les prisons de Turin. Les jeunes ont été interpellés par l'actualité du charisme salésien et du système préventif dans la prison de Tananarive. Le soir à 17 h, tous les jeunes sont appelés à se mettre au garde à vous, font un salut militaire, un signe de croix et on les envoie derrière les barreaux. Nous étions là et c'était terrible de voir les petites mains qui se tendaient vers nous à travers les barreaux.

 

Nous avons été surpris par la joie de ces jeunes.

« Tout leur plaisait. Ils attendaient notre arrivée avec impatience. En dehors de nous, il n'y avait aucune distraction, ni animation. En temps normal, il y a des formations telles que de la vannerie, des cours professionnels, le travail du cuir, la fabrication de savon mises en place par  Grandir Dignement. Mais ces formations étaient suspendues pendant les vacances et nous prenions le relais. Grandir Dignement s'arrange pour que chaque jeune ait au moins un repas par jour pendant notre séjour, ils ne savaient pas comment ils allaient faire pour continuer car le Programme Alimentaire d'Aide s'était arrêté. Certains ont la chance d'avoir une famille qui leur apporte de la nourriture en prison mais les autres.... Pour nous avec un euro, on ne fait pas grand-chose mais il faut savoir que là-bas, avec un euro on peut offrir 2 ou 3 repas à un gamin

 

Penser l'animation avec les éducateurs malgaches

« Les préparations des animations pour les jeunes étaient très riches : on s'est parlé, écouté, on s'est laissé déplacer par une autre façon de raisonner et de penser l'animation. Nous avions peu de moyens. Nous avons organisé un pôle « jeux de société », un autre avec des jeux sportifs (olympiades...), un autre avec des petits jeux d'animation et un autre avec du travail manuel : scoubidous, bracelets en plastique et brésiliens, mandala. Et chaque fin de semaine, il y avait un « temps fort » sous forme de kermesse, de grand spectacle, de tournoi. Le V.I.D.È.S a offert des lots et à la fin on a offert 200 polaires et le goûter aux jeunes.

 

Les jeunes ont touché du doigt l'universalité de la famille salésienne.

« Les églises sont pleines et beaucoup de jeunes y sont très actifs. Les célébrations sont joyeuses et dynamiques. Les Malgaches sont assez réservés, discrets mais très accueillants et courageux. C'est un peuple très digne et qui reste digne malgré la pauvreté dans laquelle il vit. Ils se battent pour survivre, ont un très grand sens de l'effort. Ils n'hésitent pas à faire 15 km à pied pour une messe. Les jeunes volontaires ont aussi fait une belle découverte de la famille salésienne là-bas. Ils ont été sensibles à l'accueil reçu chez les sœurs salésiennes auxquelles ils ont rendu visite : joie, chants... Ils ont touché du doigt l'universalité de la famille salésienne. »

 

Témoignage de Soeur Virginie Mérel

Propos recueillis par Joëlle Drouin, 

soeurs salésiennes de Don Bosco

12 septembre 2014

 

PROJET MADA 2014-TEMOIGNAGES

 

« Cette expérience, même si elle n'a duré qu'un mois, a bousculé mon quotidien. Je ressors grandis de cette expérience. Je suis plus tolérante qu'avant, j'ai compris que ces jeunes malgré les délits ou les crimes qu'ils ont pu commettre ont un cœur énorme et qu'il y a beaucoup de bon en eux. Il ne faut pas simplement s'arrêter à ce qu'ils ont fait, il faut apprendre à les connaître, à les comprendre. »

Laure Malige

 

« Cette expérience de volontariat a été, pour moi, une belle et enrichissante aventure de service, de vie de groupe et de foi. Je garde en mémoire, bien évidemment, énormément de choses de ce temps fort mais je vais essayer de le synthétiser en trois mots : Donner, Grandir et Recevoir.

  • Partir pour donner ...
  • Partir... en partant loin, j'ai pu me "quitter", me confronter à moi-même et ainsi, redécouvrir et grandir dans ma foi.
  • Partir et recevoir ... car c'est en donnant que l'on reçoit ! Dans une expérience de volontariat, on reçoit beaucoup plus généralement que l'on donne  ! »

Anne-Florence Perras

 Découvrez d'autres témoignages dans la lettre du V.I.D.È.S

 

 

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd'hui....

 

Pour aller plus loin

L'association Grandir dignement : www.grandirdignement.org

Le VIDES : http://www.vides-france.com

La lettre du VIDES : découvrir d'autres témoignages des volontaires partis aux quatre coins du monde


Mot du jour

L’engagement humanitaire est un souci pour l’homme qui conduit à en prendre soin partout où il souffre. C’est une conscience récente qui amène certains à donner de leur temps pour rendre service dans des situations d’urgence ou durables de faim, de maladie, de guerre. Don Bosco déjà avait su engager ses jeunes dans la lutte contre le choléra lorsque ce fléau avait touché la ville de Turin en juillet 1854. Disposés à vivre cette solidarité, une cinquantaine de jeunes acceptent d’aller porter secours aux malades dans les maisons et les hôpitaux. Aujourd’hui, le volontariat international permet à tous les jeunes qui le souhaitent de vivre cette solidarité. Toute éducation, pour être complète, doit ouvrir à cette dimension du service. La générosité existe, à condition de savoir l’encourager et la solliciter.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Maman et femme de Philippe, handicapé, Martha
Kayser avait ému au " Week-end Don Bosco 2016 "
Voir l'article

« On va tout faire pour »
par les élèves de Lyon-Pressin
Voir l'article

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Margot et Margot
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

https://vimeo.com/221142294
  • Actualités

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite

    • Des films par les jeunes et pour les jeunes : une positive attitude

      FestiClip 2017 30 Le FestiClip 2018 aura lieu au Centre Jean Bosco de Lyon le samedi 2 juin 2018. N’hésitez pas à vous inscrire aujourd’hui ! Quelle est la particularité de ce Festival ? De permettre à des jeunes d'adresser un message à d'autres jeunes, et de traiter une problématique qui vraiment les concerne.

      Lire la suite

    • Pierre Favre, ex-Garçons Bouchers, se livre au week-end Don Bosco

      pierre favre don bosco Pierre Favre, ancien chanteur des Garçons Bouchers devenu depuis quinze ans bénévole au Secours Catholique dans le Var, c'est d'abord une gueule. Une carrure, une grande barbe grise et des tatouages. Mais c'est aussi une voix. Une voix douce, chaleureuse qui emmène son interlocuteur dans l'incroyable parcours de cet homme d'une grande profondeur spirituelle. Il était l'invité du " Week-end Don Bosco jeunes et familles 2016 ". Pour écouter de nouveaux témoins, renseignez-vous sur l'édition 2017 du " Week-end Don Bosco "Logo video80.

      Lire la suite

    • « Apprends-moi la nature » en camp ou en classe

      apprends moi la nature 002 Jouer avec la nature est un chemin vers une pédagogie positive et bienveillante. L’objectif principal est de favoriser des moments de partage entre adultes et jeunes enfants autour de la découverte de la nature. L’idée est de percevoir la nature comme médiateur de jeux, de relations, de découvertes entre l’enfant et ses pairs. Les exemples sont nombreux : camp avec les scouts, classe verte ou classe d’intégration, comme à Farnières.

      Lire la suite

    • Campobosco 2017, les jeunes aux commandes !

      campobosco 2017 001 Pour cette 13e édition du Campobosco (20 - 24 août 2017) à Ressins (à côté de Roanne), l'équipe d'organisation a choisi un thème audacieux : « Abba où t'es ? ». Le sujet a permis aux jeunes de s'exprimer sur leur foi et leurs doutes, sur leur questions et leurs convictions sur Dieu. Ce thème a tissé les temps de témoignage, de jeu, de veillée, d'échanges dans une ambiance de joie, de fraternité et d'enthousiasme.Logo video80

      Lire la suite

    • Au week-end Don Bosco, Martha Kayser témoigne de l’amour immense vécu avec Philippe, son mari handicapé.

      Martha Kayser Maman de cinq enfants, Martha Kayser avait ému les participants du " Week-end Don Bosco jeunes et familles 2016 " avec son magnifique témoignage d'amour et de famille, ancrée dans la foi, qu'elle a conté dans son livre "Toujours plus d'amour". Le mari de Martha, Philippe Kayser, décédé en 2010, formidable époux et papa, était en effet infirme moteur cérébral (IMC). Pour écouter de nouveaux témoins, renseignez-vous sur l'édition 2017 du " Week-end Don Bosco "Logo video80.

      Lire la suite

  • International

    • Label salésien : Rebattre les cartes de la nutrition

      lappel nutrition tchad 004 Depuis trente ans, l’association Appel Durance œuvre pour lutter contre la malnutrition des enfants au Tchad, en partenariat avec les villageois. Cette association utilise la méthodologie des « Nutricartes » qui obtient de très bons résultats. Don Bosco Aujourd’hui a voulu en savoir plus et a interviewé sa présidente, Anne Vincent.

      Lire la suite

    • Salvador - Terre des Jeunes : une association pour les jeunes de la rue

      terre des jeunes 000 En 2011, dans le cadre de ses études en sociologie sur les enfants des rues, Simon-Pierre Escudero part au Salvador pour un travail recherche. À ce moment là, plus aucune institution ne travaille directement auprès de ces enfants. Depuis, il a fondé une association et il travaille dans les “quartiers chauds” avec Victoria, salésienne coopératrice, salvadorienne.

      Lire la suite

    • Congo : Comment soutenir l’emploi ?

      rdc via don bosco 001 La République Démocratique du Congo est le premier pays partenaire de VIA Don Bosco. Aujourd’hui, les relations avec le Congo sont toujours privilégiées. L’ONG soutient l’emploi des jeunes qui sortent des écoles de formation professionnelle du réseau Don Bosco.Logo video80

      Lire la suite

    • En Croatie, cicatrices de la guerre et espoirs salésiens

      don bosco croatie 004 Les Salésiens sont en Croatie depuis 1914. Le pays a connu de grands bouleversements depuis le début du siècle avec la dictature de Tito puis la guerre d’indépendance. Le témoignage du père Goran Antunovic, 32 ans, Salésien à Rijeka, donne un aperçu de la situation actuelle des religieux et de l’Eglise du pays.

      Lire la suite

  • Société

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite

    • Amine : du Ghana à l’Allemagne et retour…

      Amine Après cinq années de voyage – où il a connu la peur et l’angoisse – Amine, 23 ans, originaire du Ghana, a réussi à gagner Stuttgart en Allemagne. Mais sa demande de régularisation n’a pu aboutir. Il y a quelques semaines, Amine a été reconduit au Ghana. Durant son passage en Europe, des salésiens de Don Bosco l’ont accueilli et accompagné. L’interview a été réalisé, alors qu’Amine se trouvait en Allemagne.

      Lire la suite

    • Les jeunes migrants deviennent acteurs avec Welcome Jeunes

      JRS Welcome Jeunes au Campobosco 001 L'idée phare du programme Welcome Jeunes est de permettre aux réfugiés de sortir du statut de bénéficiaire dans lesquels ils sont souvent placés et de devenir des acteurs. Interview de Lucile, responsable du programme, que nous avons rencontrée au Campobosco l’an dernier.

      Lire la suite