Ordination Lyon John Paul Bosco 000 « J'ai quitté mon pays, j'ai quitté ma famille, mais je suis très heureux parmi vous, vous m'avez bien accueilli ». C'est ainsi que s'exprimait John Paul Swaminathan, au soir de son ordination diaconale. C'était le lundi 2 février, en l'église Saint Thomas, à Vaulx-en-Velin, près de Lyon.

 

 

La cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, présidait la célébration, entouré du Père Daniel Federspiel, Provincial des Salésiens de France-Belgique-Sud, du Père Polak Frantisek, curé de la paroisse et du Père Bernard Ringenbach, directeur de la communauté salésienne. Nombreux, très nombreux, étaient les religieux et les religieuses de différentes congrégations, car on célébrait aussi la journée mondiale de la vie consacrée. Les Dominicains célébraient les 800 ans de la naissance de St Dominique, les Carmélites les 500 ans de la naissance de Ste Thérèse d'Avila, et les Salésiens les 200 ans de la naissance de Don Bosco.

 

La vie consacrée, un extraordinaire cadeau

 

Le cardinal, dans son homélie, profita de cette belle occasion, pour faire l'éloge de la vie religieuse dans une église pleine à craquer. « La vie consacrée, disait-il, est un extraordinaire cadeau dans la vie de l'Eglise. Ce qui est saisissant c'est que ce sont des jeunes qui ont tout quitté, études, travail, famille... pour entrer dans un carmel, une congrégation, ou pour partir évangéliser à l'autre bout du monde. Là il y a un choc qui se produit, quelque chose complètement en dehors de l'ordinaire. La vie consacrée, c'est à peu près la même présence que les miracles dans l'Evangile. Quand Jésus dit : 'Le Royaume de Dieu s'est approché jusqu'à vous' ! Ce cadeau de la vie religieuse, c'est quelque chose qui doit réveiller en chacune, en chacun de nous cette double grâce du baptême et de la confirmation ».

 

Ordination Lyon John Paul Bosco 002 Ordination Lyon John Paul Bosco 001

 

« Je le veux ».

Telle est la réponse que fit John-Paul, le futur ordonné, à deux reprises aux questions posées par l'évêque au sujet du célibat et de l'obéissance. En répondant : « je le veux » le futur diacre, par cet engagement, révèle à tous les fidèles que le don qu'il fait de lui-même a une portée éternelle et qu'il est signe du Royaume. Le diacre s'engage à servir au travers de la liturgie de la Parole et de la Charité.

 

Ordination Lyon John Paul Bosco 003 Un geste émouvant ponctue ensuite la célébration. Il s'agit de la prostration pendant le chant de la litanie des saints. En signe d'humilité devant la grandeur du Christ et de son oeuvre l'ordinand s'allonge, face contre terre. Arrive le geste le plus important, un geste qui existe depuis les débuts de l'Eglise. En silence, l'évêque impose les mains sur la tête de l'ordinand. Par là, il transmet le don de l'Esprit. Puis le nouveau diacre reçoit l'étole et l'évangéliaire. « Recevez l'Evangile du Christ que vous avez la mission d'annoncer. Soyez attentifs à croire à la Parole que vous lirez, à enseigner ce que vous avez cru, à vivre ce que vous avez enseigné ». Tous les diacres présents échangent ensuite un baiser de paix avec le nouvel ordonné pour manifester cette fraternité sacramentelle qui les unit. Puis , toute l'assemblée s'unit autour du cardinal et des concélébrants pour la prière eucharistique dans une commune union, illustration concrète et vivante des objectifs donnés par le pape François pour l'année de la vie consacrée : soyez joyeux, réveillez le monde, soyez experts en communion et allez aux périphéries.

 

C'est de l'Inde du sud que John-Paul, jeune salésien, est venu pour être « missionnaire » en France. La diversité des nations et des cultures de la paroisse de Vaulx-en-Velin lui a fait bon accueil, à lui et à la communauté salésienne arrivée sur place il y a un an seulement. Les paroissiens l'ont fait savoir au travers de leurs applaudissements à l'issue de l'échange à la fois fraternel et plein d'humour entre le cardinal et John-Paul à la fin de la cérémonie. La fête se poursuivit encore tard dans la soirée par un buffet convivial très bien préparé par les paroissiens et les amis, tout heureux de voir les Salésiens venus animer leur paroisse St Thomas depuis peu. Ils attendent maintenant l'ordination sacerdotale de John-Paul.

 

En 1952, le Père Guézou, salésien français, se rendait en mission en Inde. 60 ans après, en 2012, John-Paul, jeune salésien indien, arrive en mission en France ! Une même passion pour suivre le Christ à la suite de Don Bosco, au service des jeunes !

 

Père Job INISAN
26 février 2015

 


Lourdes 2019

congres lourdes 2019 salesien don bosco

Toutes les informations sur le pèlerinage Lourdes 2019...

Mot du jour

52 paroles s1 e11

On pourrait reformuler ainsi la question : « Qui détestes-tu le plus ? » On a le plaisir de constater que beaucoup rejettent « détester » comme trop fort ou loin de leurs sentiments. Quand ce verbe s’applique, c’est à ceux qui ont souffert de la maltraitance ou de la trahison d’un de leur proche.

Nos interviewés n’aiment pas les racistes, les homophobes, ceux qui manquent d’ouverture d’esprit, les radins, les moqueurs mais surtout les prétentieux et les gens trop sûr d’eux. La liste n‘est pas exhaustive. Pourtant certains essaient de comprendre cette inimitié. Pour Maxime « Quelqu’un, il a forcément quelque chose de bon et du coup, si on cherche bien, on ne peut pas détester quelqu’un. »

Question : Avons-nous le souci d’aller au-delà de nos détestations ?

Voir le 11è épisode : Qu’est-ce que tu détestes le plus ?

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite