Chantal Kieffer Cooperatrice355okChantal Kieffer est la nouvelle coordinatrice des salésiens coopérateurs. Elle a pris le relais d'Hélène Bushenrieder, décédée en décembre dernier. Elle est une jeune salésienne puisqu'elle a fait sa promesse en 2008 à Barlieu (Berry). « Je crois que j’étais salésienne sans le savoir car en tant que chef d’établissement j’ai toujours considéré qu’il fallait s’appuyer sur les forces des jeunes pour avancer. » 

 

 

 

Chantal Kieffer était professeur d'économie et gestion dans l'enseignement public, puis chef d'établissement, elle a exercé à Nantes, puis en région parisienne. Elle n'a découvert les salésiens que tardivement : « Quand je suis arrivée à Barlieu, j'ai fait de la catéchèse, j'ai rencontré Renée, responsable du groupe, qui m'a permis de faire la connaissance de personnes qui pensaient la pédagogie avec les mêmes idées que moi et faisaient des choses extraordinaires. » 

 

 

« Nous allons rapidement créer un groupe de Salésiens coopérateurs de 25-40 ans »

Pour Chantal Kieffer les impulsions à donner aux groupes des Salésiens Coopérateurs sont claires :

  • Créer un groupe de salésiens coopérateurs de 25-40 ans.
  • Rassembler les Salésiens coopérateurs isolés.  

 

« Dés la rentrée, nous allons créer un groupe jeune 25-40 ans. L'idée est d'organiser une première rencontre à Paris avec des personnes qui pourraient être intéressées. Nous ne voulons pas nous ingérer dans cette création, nous nous présentons comme partenaires. Ce qui me parait important, c'est un travail de réflexion et de groupe. » 

 

« La richesse de la famille salésienne est importante. Il faut la faire connaitre »

« Depuis un an j'ai pris conscience de ce qu'est la famille salésienne, j'ai l'impression de voir ce que nous pourrions faire pour nous faire connaitre.

 

Je fais partie d'un groupe où il n'y a pas de maisons salésiennes. Or, les coopérateurs doivent pouvoir exister sans qu'il y ait nécessairement une maison salésienne à proximité, une  paroisse ou une école. Etre Salésien Coopérateur, c'est une philosophie, un choix de vie. On peut très bien être salésiens dans notre vie, là où on est, dans la paroisse, dans la cité. C'est là que nous pouvons nous faire connaitre en priorité.

 

De nombreux coopérateurs ont participé aux préparatifs des événements liés au Bicentenaire dans leur paroisse, dans les écoles ou dans les villes qui ont accueilli la Don Bosco Academy. A Barlieu aussi, nous avons également fait un gros travail pour nous faire connaitre dans notre ville. Le Rallye Don Bosco que nous avons organisé le 16 mai avec les jeunes, adultes a permis de nous faire connaitre largement.  » 

 

C Bibe promesse Salesiens cooperateurs 355Catherine Bibé prononce sa promesse de coopératrice, le 27 juin aux HerbiersNeuf nouvelles promesses ont été prononcées au mois de juin

L'ambition de Chantal Kieffer correspond bien à la réalité. L'année du Bicentenaire a un effet sur la visibilité du charisme des Salésiens Coopérateurs. Tout récemment neuf nouvelles promesses ont été prononcées. Neuf ! Sept à Lyon et deux au Centre-Atlantique (Angers-Luçon-Poitiers). C'est le signe que les Salésiens coopérateurs attirent de plus en plus. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chantal Kieffer

Coordinatrice des Salésiens coopérateurs de France
Salésiens Coopérateurs
Propos recueillis par Hélène Boissière Mabille

2 juillet 2015

 

 

 

Quelle présence des salésiens coopérateurs en France ?

 

 

France Salesiens Cooperateurs

Plus d'information sur : le blog des Coopérateurs de France

 

 

 


Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite