Francois Content 355François Content, âgé de soixante-quatre ans et diplômé d'HEC, a été directeur général d'Apprentis d'Auteuil de 1997 à juillet 2015. Il a passé vingt ans à la tête des Apprentis d'Auteuil, organisme qui accueille 23 000 jeunes en difficulté scolaire, sociale ou familiale dans deux cents établissements.  et propose quatre-vingt formations. Entre Don Bosco et l'abbé Louis Roussel, fondateur des Apprentis, il y a des intuitions communes. Quels sont les points communs entre ces deux hommes ? 

 

 

 

« Comment parler de Don Bosco ? D'emblée, me viennent à l'esprit les parallèles étonnants entre lui et l'abbé Louis Roussel, le fondateur des Apprentis d'Auteuil. Dix années seulement les séparent. Don Bosco est né en 1815, Louis Roussel en 1825. Tous deux viennent d'un milieu modeste. Les parents de Jean Bosco sont de pauvres paysans piémontais. Le père de l'abbé Roussel était un modeste tisserand sarthois qui meurt en 1835, alors que Louis n'a que 10 ans. La fratrie est recueillie par deux oncles, fondateurs d'une congrégation et d'une communauté religieuse, tournées vers l'école et l'éducation des plus pauvres.

 

Don Bosco et l'abbé Louis Roussel

Jeunes hommes, Jean Bosco, comme Louis Roussel, sont bouleversés par la misère des enfants. Leur première action vise tout d'abord l'instruction religieuse. Louis Roussel fonde ainsi l'Œuvre de la première communion. Puis, très vite, tous deux élargissent leur champ d'action, réfléchissent et mettent en place la formation professionnelle et intellectuelle des jeunes dont ils ont la charge. Ils misent sur l'apprentissage d'un métier, seule façon de rendre autonomes ces enfants, sur l'imprimerie, sur l'édition.

 

Le saviez-vous, Louis Roussel était appelé le « Don Bosco » français !

À l'éducation professionnelle, Don Bosco allie une ferme exigence et une grande bienveillance. Il redonne à chacun sa dignité. À l'époque du développement industriel, du travail des enfants, il les considère comme des personnes à part entière. Ce ne sont plus des chenapans, des sans-voix. Chacun doit se sentir reconnu et aimé. C'est tout à fait révolutionnaire ! Il sait être proche des enfants, leur offrir des moments de distraction et de détente. Il n'est pas patron des prestidigitateurs pour rien. C'est enfin un pédagogue, qui a su formaliser sa pensée et son action.

 

Des intuitions communes chez ces deux hommes

Le saviez-vous, Louis Roussel était appelé le « Don Bosco » français ! Il rencontre le pape Pie IX en 1876 qui le surnomme ainsi et l'encourage à rencontrer Jean Bosco. Louis Roussel cherche à cette époque à assurer la pérennité de son œuvre. Avec l'accord de l'archevêché de Paris, des contacts sont pris avec les Salésiens, des négociations sont engagées. Finalement, le rapprochement ne se fera pas, mais que d'intuitions communes chez ces deux hommes dont les œuvres dédiées à l'enfance en difficulté ont traversé les années ! »

 

 

 

Don Bosco Aujourd'hui
Abonnez-vous...

30 juillet 2015

 

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd'hui....

En cette année du bicentenaire de la naissance de Jean Bosco, DBA est allé à la rencontre de personnalités, leur demandant ce que représente pour eux le saint de Turin, ce qu’ils aiment en lui, ce qu’ils en retiennent et si, pour eux, son message est encore actuel.

 


Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite

    • Question d'éducation : Etre gentil, pas facile à vivre ?

      Gentilesse Serdu 1 Apprendre la gentillesse à ses enfants, n’est-ce pas les envoyer comme des agneaux au milieu des loups ? La méchanceté est bien présente dans notre monde compétitif et dur où tous les coups semblent recommandables. Faut-il alors leur appendre le calcul, la recherche de son intérêt « bien compris » ? La réponse estnclaire : inutile d’en rajouter !

      Lire la suite

    • Quelle présence dans la cour virtuelle des réseaux sociaux ?

      cour viturelle et reseaux sociaux Les relations sociales se font sur la toile autant que sur le béton de la cour. Alors, allons sur les réseaux sociaux ! Mais jusqu’où ? Faut-il encourager la présence des adultes sur les réseaux ? Pourquoi faire ? Quelle présence assurer ? Est-ce une bonne - ou fausse - bonne idée ?

      Lire la suite