fete nouvelle province ND des Nations 302Le 5 août a eu lieu officiellement l'union des deux provinces des soeurs salésiennes de Don Bosco. Geneviève Pelsser a été nommée provinciale, Marie-Agnès Chetcuti, sa vicaire. A cette occasion, Mère Yvonne Reungoat a fêté ses 50 ans de vie religieuse,  d'autres soeurs leur jubilé, et Anne a prononcé ses voeux. Notre Dame des Nations, entre nouveauté ou continuité ? Bénédicte Pitti, qui a accompagné cette union pendant plus d'une année livre ses impressions.

 

Don Bosco Aujourd'hui : Comment la réunion des deux provinces a-t-elle été préparée ? 

Bénédicte Pitti : Dans le cadre de la « Réflexion Europe » menée par l'Institut, nous nous sommes demandées : unir nos forces ne nous aiderait-il pas à revitaliser le charisme salésien dans notre région d'Europe ? Dès décembre 2010, les conseillères des deux provinces ont commencé à partager en profondeur sur leur vocation salésienne et, petit à petit, sur une union éventuelle des provinces. On a pris le temps et on s'est fait aider dans le discernement afin de bien préparer ce passage et d'impliquer toutes les sœurs.

 

DBA : Avez-vous des anecdotes ?

Bénédicte Pitti : Les sœurs ont en général très bien accueilli le projet de l'union. Depuis tant d'années, beaucoup vivaient déjà des choses ensemble au niveau de la formation, du Vidès, de la pastorale... Mais j'entends encore un dialogue entre deux sœurs aînées : « Tu dois être disponible. Si on t'envoie à la maison de repos de Paris, tu devras y aller, ma chère ! » L'autre lui répondit : « J'en viendrais bien à souhaiter une petite maladie de l'esprit pour ne pas me rendre compte que je ne mourrai pas en Belgique ! »

 

« On a pris le tempsde bien préparer ce passage
et d'impliquer toutes les sœurs »

 

DBA : Quels bénéfices attendez-vous pour la Province ?

Bénédicte Pitti : Une vie qui circule encore plus que maintenant ! La province est pleine de vitalité, mais de plus nombreux changements de sœurs entre la France, la Belgique et la Tunisie et plus de rencontres et d'échanges avec et entre nos collaborateurs de ces trois pays ne pourront qu'apporter du sang neuf, de nouvelles manières de penser et de faire, encore plus de vie. Elargir l'espace de notre tente, élargir nos horizons, comme nous y invite notre Chapitre général, ne peut être que bénéfique.

 

DBA : Pourquoi ce nom : Notre-Dame des Nations ?

Bénédicte Pitti : Les salésiennes qui composent la nouvelle province sont Françaises et Belges certes, mais plusieurs viennent aussi de Suisse, Italie, Espagne, Pologne, Congo RDC et Congo Brazzaville, Mozambique, Vietnam, Inde, Liban, etc. Quant aux jeunes qui vivent dans nos maisons et avec qui nous travaillons, ils viennent, eux aussi, des quatre coins du monde ! Etre sous la protection de Notre-Dame des Nations a beaucoup de sens pour nous.

 

Bénédicte Pitti
Salésienne de Don Bosco

13 août 2015

 

 

 

 

nouveau conseil 1 355Le conseil de la Province Notre Dame des Nations Mère Yvonne Reungoat

 Message introductif

 

 

Aujourd'hui nous sommes en fête et les motifs de notre joie sont nombreux : en cette année du bicentenaire de la naissance de Don Bosco, nous célébrons les 143 ans de vie de notre Institut et une vie toute nouvelle est en train de naître en son sein. Au cours de cette célébration eucharistique, le symbole de l'eau, qui est source de vie, nous accompagnera. Cette Eucharistie est le moment le plus important car la cause de notre foi est Jésus qui est le cœur, l'amour de notre vie. C'est lui qui guide chacun de nos pas. L'Eucharistie est l'action de grâce par excellence.

 

 


Nous accueillons avec joie la naissance de la nouvelle Province : Notre-Dame des Nations. Une nouvelle maison où chacune de nous, mais aussi tant de laïcs, d'enfants et de jeunes, de familles pourront vivre dans la paix, la sérénité, la joie de se sentir aimés. Une nouvelle maison que toutes et tous ensemble nous construirons tous les jours ; elle sera donc un chantier toujours ouvert sans portes, ni fenêtres parce que l'amour n'a pas de frontière. Une nouvelle maison où il y aura toujours quelqu'un pour donner de l'eau à celui ou celle qui entrera. Une nouvelle maison qui sera Cana où Marie, Notre-Dame des nations, sera la maîtresse de maison et la mère qui donne sécurité et pousse à sortir avec courage et audace à la périphérie pour aller à l'encontre de ceux et celles qui ont plus besoin de nous.

 

fête nouvelle province ND des Nations 279Sr Thérèse, Sr Amélie, Sr SandrineDans cette maison, aujourd'hui nous célébrons déjà une naissance. Anne deviendra, par sa profession religieuse, une pierre vivante et l'eau qu'elle apporte vient enrichir toute la famille. Sr Thérèse, Sr Amélie, Sr Sandrine renouvelleront leur profession et plusieurs d'entre nous célèbreront leur jubilé de 50, 60, 65, 70 ans de vie religieuse.

 

« Toutes les générations me diront bienheureuse » chante Marie dans le Magnificat. Aujourd'hui nous aussi nous chantons les merveilles que l'amour du Seigneur réalise dans notre vie. L'amour rend toutes choses nouvelles. Nous nous sentons unies avec l'Institut qui, dans tout le monde, célèbre aujourd'hui dans la joie et souvent avec les jeunes, le bonheur d'une vie toute donnée dans une alliance d'amour toujours nouvelle.

 

 

 

fête nouvelle province ND des Nations 323Soeur Anne et Mère Yvonne ReungoatDon Bosco et Marie-Dominique comptent sur nous pour que nous mettions les couleurs au charisme salésien de France, en Belgique-Sud, en Tunisie et dans le monde à travers les migrants que nous rencontrons dans notre mission. Dans cette Eucharistie, nous remercions le Seigneur et nous accueillons son amour dans le don de sa vie pour nous.

 

 

Mère Yvonne Reungoat
Supérieur mondiale des salésiennes de Don Bosco


Lourdes 2019

congres lourdes 2019 salesien don bosco

Toutes les informations sur le pèlerinage Lourdes 2019...

Mot du jour

52 paroles s1 e11

On pourrait reformuler ainsi la question : « Qui détestes-tu le plus ? » On a le plaisir de constater que beaucoup rejettent « détester » comme trop fort ou loin de leurs sentiments. Quand ce verbe s’applique, c’est à ceux qui ont souffert de la maltraitance ou de la trahison d’un de leur proche.

Nos interviewés n’aiment pas les racistes, les homophobes, ceux qui manquent d’ouverture d’esprit, les radins, les moqueurs mais surtout les prétentieux et les gens trop sûr d’eux. La liste n‘est pas exhaustive. Pourtant certains essaient de comprendre cette inimitié. Pour Maxime « Quelqu’un, il a forcément quelque chose de bon et du coup, si on cherche bien, on ne peut pas détester quelqu’un. »

Question : Avons-nous le souci d’aller au-delà de nos détestations ?

Voir le 11è épisode : Qu’est-ce que tu détestes le plus ?

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite