Campobosco 2015 0004Blandine, Claire, Clément, Ophélie, Camille... ont participé au Campobosco 2015. Ces quatre jours ont marqué la rentrée de ces jeunes et modifient le regard qu'ils portent sur eux -mêmes. Pour eux, comme pour les 400 participants à Ressins du 20 au 24 août, ce fut une expérience forte. Le thème : « Il croit en toi » a été l'occasion de poser les questions essentielles : comment je crois ? En quoi je crois ? Qu'est ce que laisse croître en moi ? Ils témoignent.

 

> Voir le diaporama

 

Blandine, quels sont les mots clés marquants du Campobosco ?

Rencontre, convivialité et joie ! Ces trois mots qualifient parfaitement le Campobosco d'après moi. D'abord, tout est fait pour faire des rencontres ! A chaque activité, nous sommes mélangés avec de nouveaux jeunes. Ce qui nous permet d'avoir des amis d'un peu partout en France et en Belgique ! Ensuite, la convivialité et la joie nous accompagnent tout au long de ces quatre jours !

 

 Campobosco 2015 0020Campobosco 2015 0013

 

« Le Campo permet de nous ressourcer avant la rentrée »

 

Le Campobosco a changé quelque chose en toi  ?

Le Campo m'a permis de faire le point sur pas mal de choses comme : ma foi, mon avenir après le Bac de l'année prochaine... Selon moi, ceci n'est possible que dans un cadre comme le Campobosco. Le Campo est une parenthèse au cours de l'année qui nous permet, à nous jeunes, de nous ressourcer avant la rentrée ! Je dirais que le Campo m'a apaisée et la veillée spirituelle y est certainement pour beaucoup !

  

Un épisode fort qui t'a marquée lors du Campo? 

Les voeux définitifs de frère Benjamin ! C'était la première fois que j'assistais à des voeux définitifs et je ne savais pas du tout comment ça se passait. J'ai été très touchée par la force de cette engagement et par la joie que dégageait Benjamin à cet instant précis.

Blandine,  Aumonerie Saint Jean Bosco, Paris XXème

 

Campobosco 2015 0060Campobosco 2015 0059

 

 

« Tout ce que nous vivions, c'était dans l'esprit de Don Bosco »

 

Léna : Tout ce que nous vivions, c'était dans l'esprit de Don Bosco : la tolérance, le respect, l'écoute, l'entraide, la réflexion, le jeu et la prière, le fameux « RAP ». J'y ai rencontré des personnes inoubliables. J'ai eu des discussions plus enrichissantes que partout ailleurs, les témoignages étaient captivants. En discutant avec certaines personnes, j'ai retrouvé l'esprit de Don Bosco tel que je le vis dans mon lycée, le campus de Pouillé. Ces discussions m'ont beaucoup apporté et m'ont prouvé que mon projet avait du sens, chose qui me manquait. Le Campo m'a beaucoup apporté au niveau de mes choix personnels. 

 

Léna, Terminale, Campus de Pouillé, Angers

 

Campobosco 2015 0038Campobosco 2015 0044

 

 

« La magie du campo, c'est qu'il nous invite
à nous comporter autrement. »

 

Claire, le Campobosco, comment l'as tu vécu ?

Le Campo nous révèle les infinies possibilités que nous recelons. Je croyais être cela, mais je me rends compte que je suis et que je peut être tout autre chose. La magie du campo, c'est qu'il nous met dans des situations inédites qui nous invitent à nous comporter autrement.

 

Quelle expérience t'a le plus marquée ?

J'ai aimé qu'on nous demande de nous comporter avec fairplay lors du tournoi sportif. C'était amusant de faire une sorte de concours pour voir quelle équipe serait la plus prévenante envers l'autre. Ce n'était pas vraiment désinteressé puisque l'on gagnait des points, mais finalement cela devenait plus une occasion de rire et d'établir un lien de connivence avec l'équipe adverse. De cette expérience, je retiendrai le respect, y compris en situation de compétition.

 

Le Campobosco a changé quelque chose en toi ?

La confiance en moi. Lors de l'atelier Happy Song, non seulement les animatrices, Eléonore et Cécile, m'ont appris à respirer de manière à bien faire sortir la voix, mais on m'a aussi appris à oser chanter à tue-tête devant tout le monde. La bonne ambiance qui régnait entre nous m'a  beaucoup aidée. Je me suis rendue compte que cette confiance, je pouvais la reproduire dans d'autres groupes. 

 

Claire, Terminale, Paris

 

 

Campobosco 2015 0023Campobosco 2015 0005 

 

 

« Au Campo on ne peut pas repartir sans avoir d'amis »

 

Clément : Quand on arrive on ne connait presque personne mais quand on repart on se connait presque tous. On est toujours dans la bonne humeur et dans la joie, car on s'éclate tout le temps. Au campo, on se sent bien, uni à un groupe pour s'amuser et prier. C'est cool d'être avec d'autres jeunes dans le même esprit. J'ai ressenti l'envie de continuer dans ma vie l'esprit du respect et du partage.

 

Clément, Aumonerie Saint Jean Bosco, Paris XXème

 

« J'ai senti une réelle complicité et un vrai bonheur
à chanter ensemble »

 

Ophélie, quel était le contenu de l'atelier que tu animais : Happy Song ? 

Nous avons travaillé la voix, le chant polyphonique et les percussions corporelles. Notre corps est un instrument de musique assez extraordinaire ! C'était très amusant et vivant. Beaucoup de rire et de musique ! J'ai pris beaucoup de plaisir à animer cet atelier Happy song avec Cécile. Les jeunes étaient motivés et curieux de tout.

 

Comment t'es tu sentie ? 

J'ai senti une réelle complicité et un vrai bonheur à chanter ensemble. Notre groupe se retrouvait en dehors de l'atelier pour continuer à partager et à chanter. Les jeunes transmettaient ce qu'ils avaient appris aux autres.

 

D'ou vient la chanson que vous avez chanté lors de la veillée finale : Shosholoza ?

Shosholoza est une chanson traditionnelle d'Afrique. Je l'ai découverte dans le film Invictus. Il y a 4 voix distinctes dans cette chanson mais son dynamisme et sa musicalité nous fait sentir Un. Les jeunes ont cherché à connaître la signification des paroles et ils ont eux mêmes créé une petite chorégraphie dessus!

 

Ophélie, éducatrice spécialisée en formation, paroisse Ste Marie de Vianney, Argenteuil

 

 

Campobosco 2015 0048Campobosco 2015 0050

 

« Au Campobosco, nous avons vraiment passé un séjour fantastique »

 

Camille, comment as tu vécu la Don Boso Academy au Campobosco ?

Au Campobosco, nous avons vraiment passé un séjour fantastique. Ce qui été génial c'était de partager du bonheur des activités intéressantes, sportives et spirituelles, des rencontres, de l'enthousiasme, du dynamisme. Avec Clarisse, on remercie vraiment du fond du cœur Daniella et Tristan de nous avoir intégré au projet de la Don Bosco Academy. C'est vraiment une chance qu'ils nous ont donné et montre bien pour moi la confiance qu'ils ont en nous. Les échanges au sein du groupe, l'ambiance m'ont convaincu de vouloir le refaire. Je veux une vie qui bouge et qui face bouger les autres pour que chacun donne le meilleur de lui-même dans un monde à construire.

 

Camille Bagnol, Lycée Sévigné, Marseille

 

Campobosco 2015 0070Campobosco 2015 0017

 

 

 

 

 

 Propos recueillis par Hélène Boissière-Mabille
10 septembre 2015

 

Diaporama du Campobosco 2015

 

 

 

Film réalisé dans l'atelier multimédia du Campobosco 2015

 

 

 

 

A lire aussi sur .don-bosco.net...


Mot du jour

L’engagement humanitaire est un souci pour l’homme qui conduit à en prendre soin partout où il souffre. C’est une conscience récente qui amène certains à donner de leur temps pour rendre service dans des situations d’urgence ou durables de faim, de maladie, de guerre. Don Bosco déjà avait su engager ses jeunes dans la lutte contre le choléra lorsque ce fléau avait touché la ville de Turin en juillet 1854. Disposés à vivre cette solidarité, une cinquantaine de jeunes acceptent d’aller porter secours aux malades dans les maisons et les hôpitaux. Aujourd’hui, le volontariat international permet à tous les jeunes qui le souhaitent de vivre cette solidarité. Toute éducation, pour être complète, doit ouvrir à cette dimension du service. La générosité existe, à condition de savoir l’encourager et la solliciter.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Pierre Favre, ancien chanteur des Garçons Bouchers
devenu bénévole au Secours Catholique
Voir l'article

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Paul
Voir l'article

« On va tout faire pour »
par les élèves de Lyon-Pressin
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • International

    • Label salésien : Rebattre les cartes de la nutrition

      lappel nutrition tchad 004 Depuis trente ans, l’association Appel Durance œuvre pour lutter contre la malnutrition des enfants au Tchad, en partenariat avec les villageois. Cette association utilise la méthodologie des « Nutricartes » qui obtient de très bons résultats. Don Bosco Aujourd’hui a voulu en savoir plus et a interviewé sa présidente, Anne Vincent.

      Lire la suite

    • Salvador - Terre des Jeunes : une association pour les jeunes de la rue

      terre des jeunes 000 En 2011, dans le cadre de ses études en sociologie sur les enfants des rues, Simon-Pierre Escudero part au Salvador pour un travail recherche. À ce moment là, plus aucune institution ne travaille directement auprès de ces enfants. Depuis, il a fondé une association et il travaille dans les “quartiers chauds” avec Victoria, salésienne coopératrice, salvadorienne.

      Lire la suite

    • Congo : Comment soutenir l’emploi ?

      rdc via don bosco 001 La République Démocratique du Congo est le premier pays partenaire de VIA Don Bosco. Aujourd’hui, les relations avec le Congo sont toujours privilégiées. L’ONG soutient l’emploi des jeunes qui sortent des écoles de formation professionnelle du réseau Don Bosco.Logo video80

      Lire la suite

    • En Croatie, cicatrices de la guerre et espoirs salésiens

      don bosco croatie 004 Les Salésiens sont en Croatie depuis 1914. Le pays a connu de grands bouleversements depuis le début du siècle avec la dictature de Tito puis la guerre d’indépendance. Le témoignage du père Goran Antunovic, 32 ans, Salésien à Rijeka, donne un aperçu de la situation actuelle des religieux et de l’Eglise du pays.

      Lire la suite

  • Société

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite

    • « Apprends-moi la nature » en camp ou en classe

      apprends moi la nature 002 Jouer avec la nature est un chemin vers une pédagogie positive et bienveillante. L’objectif principal est de favoriser des moments de partage entre adultes et jeunes enfants autour de la découverte de la nature. L’idée est de percevoir la nature comme médiateur de jeux, de relations, de découvertes entre l’enfant et ses pairs. Les exemples sont nombreux : camp avec les scouts, classe verte ou classe d’intégration, comme à Farnières.

      Lire la suite

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite