Engagement de 14 jeunes salésiens de Don BoscoFlorent et Emmanuel ont prononcé le 8 septembre leurs premiers vœux religieux. Ils ont ainsi terminé leur noviciat à Pinerlo, près de Turin. Lors de la messe au Colle Don Bosco, présidée par le père Francesco Cereda, vicaire du Recteur Majeur, 14 autres jeunes salésiens d'Europe se sont également engagés dans la congrégation. Découvrez le témoignage de Florent Leruste.

 

Florent : « Je suis entré en pré-noviciat suite à l'appel du Seigneur ressenti en Israël, sur les bords du lac de Tibériade, en août 2011.

 

Florent LerusteFlorent a reçu la médaille de Don Bosco, signe de sa profession« Après un bac littéraire à Bordeaux, j'ai fait une maîtrise d'histoire et je suis devenu enseignant d'histoire-géographie dans le privé à Bordeaux. En parallèle de mes études et de ma vie professionnelle, je me suis investi auprès des jeunes en aumônerie de paroisse ou dans les établissements scolaires où j'enseignais, ou avec le MEJ [ndlr : Mouvement Eucharistique des Jeunes], à travers la pastorale, la préparation aux sacrements et l'animation, puis la direction de camps d'été, dans le Sud de la France, en Corse et à l'étranger. Ces années furent une formation et une école de vie, de foi très forte avec ses joies et ses difficultés, mais, ô combien enrichissantes. J'en garde d'excellents souvenirs.

 

« Et j'ai continué, aussi durant ces années, à faire une maîtrise en sciences de l'éducation et un master d'histoire en recherche sur la Shoah. Là-aussi ce fut passionnant et j'ai pu continuer à me former et à m'enrichir intellectuellement et humainement.

 

« Le 8 septembre 2015, j'ai prononcé mes premiers vœux de religieux pour entrer dans la congrégation des Salésiens de Don Bosco. Dans mon parcours de cheminement, j'ai découvert que le Seigneur avait placé, depuis mon enfance, des petits signes, des petits cailloux, comme des repères, de la vie de Don Bosco, de sa pédagogie et de sa spiritualité. Je n'y avais pas forcément fait attention. Mais aujourd'hui, tout cela a du sens pour moi et je me sens pleinement et en toute liberté à répondre "oui" au Seigneur pour marcher à sa suite et à la suite de Don Bosco.

 

 

« Deux choses que je retiens et qui me pousse à aller toujours plus en avant au service de Dieu et des jeunes :

  • la première, c'est la rencontre de Don Bosco avec Barthélémy Garelli, le 8 décembre 1841, dans la sacristie de l'église Saint François d'Assise à Turin. C'est La rencontre entre ce jeune prêtre et ce jeune orphelin, illettré, abandonné, qui donnera naissance à l'œuvre de Don Bosco. J'aime cette approche qu'a eu Don Bosco en allant chercher au fond de Barthélémy son talent, même si petit soit-il. Et là, Barthélémy a sourit et le chemin a pu se faire ensemble. Cela me pousse a toujours chercher an fond de chaque jeune, son talent, parfois caché et l'amener à avancer.
  • la deuxième, c'est l'image du petit Jean en équilibre sur son fil. Il me rappelle que notre engagement à la vie religieuse est un chemin d'équilibre, dans tous les domaines, jamais facile à la suite du Christ. Mais c'est un équilibre qui fait vivre, qui rend heureux. Et ce fil, si tenu soit-il, est un lien fort entre les jeunes et le Père qui nous envoie, qui m'envoie auprès d'eux. Une belle image que celle de l'équilibriste". »

 

La délégation française avec leur famille, leurs amis et les religieuxLa délégation française avec leur famille, leurs amis, les religieuxFlorent au milieu des jeunes des Minimes (Lyon)Florent au milieu des jeunes des Minimes (Lyon)

 

Le père Cereda, et à gauche le père Daniel Federspiel, provincialLe père Cereda, et à gauche le père Daniel Federspiel, provincialLa basilique du "Colle Don Bosco", sur les terres natales de St Jean Bosco, était pleine. Dix italiens, deux slovaques et deux allemands étaient aux côtés d'Emmanuel et Florent. Avant l'homélie, le père Cereda, vicaire du supérieur mondial des salésiens, leur a demandé s'ils étaient près à s'engager à la suite du Christ. Leur réponse franche et forte en italien "Sì, lo voglio" ["Oui, je le veux"] ont précédé leur engagement par une profession publique commune à tous les confrères salésiens de Don Bosco. Ils ont reçu en signe de leur engagement les constitutions (règles) de la société regligieuse et un médaille de Don Bosco qu'ils porterons jusqu'à l'obtention de la croix salésienne reçue aux voeux définitifs.

 

Emmanuel reçoit les Constitutions salésiennesEmmanuel reçoit les Constitutions salésiennesFlorent prononce sa profession d'engagementFlorent prononce sa profession d'engagement 

 

Le maître des novices dépose la phrase du moisLe maître des novices dépose la phrase du mois "Toute la vie pour Toi"Les ex-novices avaient choisis pour leur année de discernement et de préparation un passage de l'évangile de Jésus-Christ selon St Jean : les premiers disciples où Jésus leur dit notamment : "venez et vous verrez". Ils avaient également dessiné une peinture sur lequel chaque mois le Maestro [Maître des novices] déposait une phrase symbolisant le mois passé. La dernière parole "Tutta la vita per Te" [Toute la vie pour Toi] fut un moment fort après que les ex-novices aient chanté d'un seul chœur un chant composé également pour leur année de noviciat. Ce temps solennel fut précédé par un autre rîte marquant les mois passés ensemble lorsque le maître des novices a allumé à la douzième et dernière bougie aux laudes du 8 septembre.

Le maître allume la 12è et dernière bougie...Le maître allume la 12è et dernière bougie...

 

 

 

Lionel (en jaune) commence ce même jour son noviciatLionel (en jaune) commence ce même jour son noviciatEnfin, lors de la célébration, quatorze jeunes ont commencé leur noviciat. Si tout va bien, l'un d'entre eux, Lionel, prononcera dans un an, dans les mêmes conditions, ses premiers vœux pour la province de France Belgique-Sud.

 

 Propos recueillis par H. Boissière,
Photos et reportage par S. Robert,
le 10 septembre 2015.

 

 


Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite