bicentenaire debrief jeunes 001 C'est fini ! L'année 2015 a été marquée par le bicentenaire de la naissance de Jean Bosco : des fêtes, des spectacles, des colloques, des conférences, des inaugurations et même un géant (à Tournai) ont rythmé l'année. Quel bilan tirer ? Qu'a-t-elle changé chez les jeunes ? Allez, on « debrieffe » !

 

Si le terme « bicentenaire » peut faire craindre des commémorations engoncées, des souvenirs ressassés, des banquets chloroformés, celui de la naissance de Jean Bosco ne l'a pas été. Les jeunes ont été au cœur.

 

Vous les jeunes, ça vous a fait grandir ?

Campobosco à Ressins, Intercampo dans quatre villes de France, Don Bosco Academy, pélé à Turin, les occasions de se réunir et de faire la fête ont été nombreuses. « Ce bicentenaire a été un concentré d'évènements », témoigne Anne-Florence, Lyonnaise présidente du Mouvement salésien des jeunes (MSJ). « Depuis que je connais Don Bosco, le Bicentenaire a été le point culminant. Cela m'a permis de mieux connaître comment le vivre, mettre en œuvre son esprit, sa pédagogie, sa foi. De voir quel résultat cela a aujourd'hui : le charisme de Don Bosco a des années et c'est toujours présent, ce que Don Bosco a fait il y a deux cents ans, c'est encore là aujourd'hui : on en est témoin. Mais ce n'est pas facile de dire aujourd'hui tout ce qu'on retire de tous ces événements : il faudra nous le demander dans quelques mois ! »

 

Camille Bagnol : « Grâce à cette expérience, j'ai pu grandir en confiance »

bicentenaire debrief jeunes CampoboscoAvec le Campobosco à Ressins, les jeunes se ressourcent et apprennent à se connaitre. A Ressins, fin août, quatre cents jeunes se sont réunis pour un camp mêlant Réflexion, Activités et Prière, le fameux « RAP » salésien. « Le Campobosco ? Nous avons vraiment passé un séjour fantastique, raconte Camille, lycéenne de Marseille. Ce qui a été génial, c'était de partager du bonheur, des activités intéressantes, sportives et spirituelles, des rencontres, de l'enthousiasme, du dynamisme. » « Permettre à des jeunes de se retrouver à 400, de vivre des moments forts, de tisser de nouveaux liens amicaux, je pense que c'est ce que désirait Don Bosco en créant la congrégation salésienne et ce fut un pari réussi au Campo », ajoute Eloïse Puga, l'amie de Camille. « Au début du Campo, quand Jean-Marie Petitclerc, (salésien, directeur du Campobosco) et les volontaires nous ont présenté les activités, ils nous ont annoncé que certains d'entre nous se découvriraient des talents ou les amélioreraient. Je me disais que cela devait être génial de se découvrir un talent mais je ne pensais pas à moi... Et puis je me suis découverte un talent pour le chant et, à la fin de la veillée finale, je me suis remémoré ces paroles que j'avais un peu laissées de côté et je me suis dit : « Ça m'est arrivé ! ». Grâce à cette expérience, j'ai pu grandir en ayant confiance en moi. »

 

« Ce bicentenaire a permis de renforcer l'identité de notre réseau MSJ autour de Don Bosco, par l'identification à Don Bosco, en le remettant à sa place de fondateur de l'esprit salésien. Et c'est l'esprit qui nous fait appartenir à ce réseau. », complète le Belge Pierre, membre du MSJ, le Mouvement salésien des jeunes.

 

En tout cas, résument Anne-Florence, Bénédicte et Aubérie, c'est « une année qui nous a rempli de joie ! C'est beau de voir l'engagement de nouveaux jeunes. » Pour Bénédicte, cette année a d'ailleurs très concrètement été celle de son engagement dans la famille salésienne : « J'étais étudiante à Bruxelles, logée au foyer de Ganshoren chez les sœurs salésiennes. On a été invités à aller à Louvain-la-Neuve lors du passage des reliques de Don Bosco, en novembre 2012. Depuis il s'est passé bien des choses, et me voici membre du conseil d'administration du MSJ, après avoir dansé le waki-waki à minuit le 16 août à Turin ! »

 

La Don Bosco Academy : l'aventure la plus « spectaculaire »

Evidemment, de toutes les aventures festives et éducatives vécues en 2015, la plus « spectaculaire » a sans nul doute été celle de la « Don Bosco Academy ». Ce spectacle, écrit et mis en scène par Tristan de Groulard, a été joué par plus de quatre cents jeunes, aux quatre coins de la France et de la Belgique.

 

Exemple à Chambéry où le spectacle a été joué fin 2014 : « Ce fut un moment fort, pour les jeunes comme pour les adultes. Un moment de grâce, de pause, où tout ne semble finalement pas si compliqué. Un moment où les accompagnateurs ont la joie de voir que la pédagogie salésienne, qui veut que l'on fasse confiance aux jeunes et à Dieu, a un sens et une vraie portée », témoigne Hortense Destremau. « Un moment où des jeunes, tous ensemble, s'entraident pour réaliser une belle œuvre. Un moment où les jeunes prennent conscience qu'ils ont de la valeur, pour eux-mêmes, pour les autres, et qu'ils sont aimés de Dieu. Un moment qui permet au jeune de prendre confiance en lui. Un moment où il se surpasse pour mieux avancer dans sa vie familiale, scolaire... »

 

bicentenaire debrief jeunes 006 5000 jeunes du MSJ International se rassemblent à Turin pour fêter le dernier jour du bicentenaireMettre en avant l'attachement profond de Don Bosco à la cause des jeunes

L'idée : non pas « réécrire sur scène » la biographie de Don Bosco, mais bien mettre en lumière sa démarche, sa pédagogie et son attachement profond à la cause des jeunes, à travers un scénario très actuel, prenant pour décor l'univers de l'adolescence du XXIe siècle. Mais pour Tristan comme pour les Salésiens, commanditaires du spectacle, l'objectif est aussi de mettre en valeur les « talents » des jeunes ».

 

Florence Leverve, professeur au Bocage, l'établissement salésien de Chambéry, se souvient : « Lucas, par exemple, nous a montré une belle présence sur scène, et une attention aux autres et une délicatesse qui m'ont touchée, que j'ai trouvées en harmonie avec le personnage qu'il incarnait sur scène. » Pour Florence, le spectacle a porté du fruit, bien au-delà de la scène sur laquelle il a été joué : « A la fin de notre semaine de stage à La Feclaz pour préparer la comédie musicale, nous devions faire le ménage du chalet que nous avions occupé. Quand il a fallu un volontaire pour m'aider à nettoyer les toilettes... c'est Lucas qui s'est proposé très spontanément. J'ai été touchée par l'esprit de service qu'il a montré dans cette aventure. »

 

Pour Hortense, à Chambéry, la Don Bosco Academy a porté au-delà des seuls participants : « Cela a permis aux jeunes de voir que le corps enseignant et l'établissement leur faisaient suffisamment confiance pour croire en eux. »

 

« Ma fille en ressort enrichie, davantage tournée vers les autres et disponible »

« Pas d'éducation sans confiance, pas de confiance sans affection » : forcément, deux siècles plus tard, cette phrase de Jean Bosco semble résonner. A travers les propositions faites aux jeunes durant l'année 2015, la famille salésienne franco-belge souhaitait les faire grandir, les faire mûrir. Laetitia Bagnol, une maman d'élève de Marseille, l'a bien ressenti : « Ma fille Camille a vécu beaucoup d'événements pour ce Bicentenaire. Elle est allée à Turin en pèlerinage, a participé à l'organisation d'un concours photo au collège, a fait le Campobosco... et elle en ressort enrichie, davantage tournée vers les autres et disponible. Elle a beaucoup mûri et toutes ces expériences lui ont apporté une joie de vivre. Je pense également que sa foi en Dieu s'est renforcée et qu'elle est prête pour accompagner les premières communions comme elle veut le faire cette année. »

 

« Vivre ces évènements et toute cette année du Bicentenaire, ça m'a fait grandir en maturité »

Thibault Pras, lycéen aux Minimes (Lyon), en témoigne aussi : « Vivre ces évènements et toute cette année du Bicentenaire, ça m'a fait grandir en maturité : comme « ambassadeur », je représentais les Minimes lors du voyage à Turin et cela a été important pour moi. J'ai été plus impliqué cette année dans l'animation, j'ai pris des responsabilités. La rencontre avec Jefferson au Campobosco m'a aussi fait changer : j'ai découvert ce qu'il vivait et il m'a appris beaucoup de choses : il faut croire en soi et on peut toujours être aidé par quelqu'un. »

 

« Ce sont des rencontres qui peuvent nous aider à avancer dans la vie. »

bicentenaire debrief jeunes 004 Diana, Juan et Jefferson témoignent de ce qu’ils ont vécu au sein de la République des enfants à BogotaJefferson, ce garçon de 21 ans et deux autres Colombiens, Juan et Diana, sont venus en France en août-septembre pour témoigner de ce qu'ils avaient vécu au sein de la République des Enfants, une œuvre salésienne de Bogota destinée aux enfants des rues, et souvent présentée comme un modèle d'héritage de Don Bosco. « Jefferson et ce défi citoyenneté, c'est très très fort pour aujourd'hui », souligne Anne-Florence, du MSJ.

 

« Avant, j'écoutais les histoires des immigrés de loin mais après avoir entendu ce qui se passe en Colombie, la pauvreté, les jeunes qui vivent dans la rue, j'ai vu qu'il y avait des choses en rapport avec les réfugiés qui arrivent en Europe et maintenant je m'intéresse un peu plus à cette actualité. », explique Agathe Poncet, élève en 2nde aux Minimes, à Lyon. « Ce sont des rencontres qui peuvent nous aider à avancer dans la vie. C'est une découverte, une ouverture sur d'autres cultures, proches ou lointaines d'ailleurs : on ne vit pas de la même manière à Marseille, Bruxelles ou à Bogota », complète une autre Agathe, Millet, elle aussi lycéenne lyonnaise.

 

« C'est important pour moi, cette joie salésienne »

Pour beaucoup, l'année fut fondatrice. « Je me rends compte à quel point c'est important pour moi, cette joie salésienne », témoigne Aubérie, Alsacienne membre du conseil du MSJ. « Elle me permet d'avoir un équilibre dans ma vie. Je vois la joie sur le visage des autres. Je me rends compte à quel point cela me fait beaucoup de bien. » « Hier, je manquais de confiance en moi, j'avais des doutes, maintenant, je me lâche davantage, témoigne pour sa part, la Marseillaise Héloïse. Je me fais confiance, et demain, j'espère que d'autres expériences, comme celles-ci, me permettront d'acquérir encore plus d'assurance. »

 

bicentenaire debrief jeunes 005 A Marseille, l’un des fruits du bicentenaire s’appelle la « DB Team »« Quand je regarde cette année bien chargée, j'ai vrament trouvé la personne que je suis »

« Quand je regarde cette année bien chargée, je me dis que j'ai vraiment trouvé la personne que je suis », ajoute Camille Bagnol, lycéenne à Sévigné (Marseille). « J'aime les projets, aider, partir à l'aventure vers les autres, dans de nouveaux endroits, bousculer mes habitudes, changer. » D'ailleurs, à Marseille, l'un des fruits du Bicentenaire s'appelle la « DB Team ». « C'est un groupe réunissant les élèves et professeurs présents au pélé de Turin pour mettre en place des projets afin de dynamiser notre établissement et donner aux jeunes des responsabilités », explique Camille. Un concours photo ouvert aux classes de 5e sur le thème de « Don Bosco et la joie » a été créé. « Ce sont les classes de 4e qui ont voté afin d'élire la photo la plus représentative du sujet. S'en est suivie une remise des prix lors de la fête de Don Bosco dans le lycée. Ces projets, nous désirons les poursuivre cette année car ils nous ont permis de prendre des responsabilités au sein de l'établissement ».

 

 

Don Bosco Aujourd'hui
article de la revue n°985 : abonnez-vous...
14 janvier 2016

 

 

 

 

 

 


Mot du jour

La musique c’est ma vie, c’est mon opium, c’est mon lien privilégié avec Dieu et avec les autres. J’adore chanter et partager des moments musicaux. Je peux être touchée à n’importe quel moment et à chaque fois que cela me conduit vers Dieu. Je peux avoir de l’émotion en interprétant moi-même ou juste en écoutant. Pas plus tard que mardi dernier, j’ai été émue aux larmes en écoutant l’hymne des JMJ 2002 à Toronto ! Je me suis immédiatement sentie en communion avec Dieu, avec tous les jeunes et puis avec le monde entier.

ÉcouterLumière du monde

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Patrick Loyer, Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

6e Congrès de l’éducation salésienne
Ce qu'en disent les participants
Voir l'article

Défi citoyenneté :
lancement du label
Voir l'article

« Ils nous ont bluffés ! » Concours de
plaidoirie à l’Institut Lemonnier
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • International

    • Move with Africa : une école de Bruxelles en immersion au Bénin

      bruxelles benin via don bosco 01 Comment pouvons-nous faire des vrais citoyens de nos jeunes ? C'est une question sur laquelle beaucoup d'enseignants débattent. Jérôme Merckx, a travaillé pendant un an avec ses élèves –avec le soutien de Via Don Bosco - à une culture citoyenne ouverte et internationale. Ils sont actuellement au Bénin.

      Lire la suite

    • Les Salésiens de Don Bosco dans un pays en mutation : le Vietnam

      vietnam ecole db dong thuan 07 Depuis ces dernières années, une dizaine de missionnaires salésiens, hommes et femmes, arrivent du Vietnam en France. Grâce aux échanges entre pays, nous connaissons de mieux en mieux ce pays en pleine évolution. Les salésiens et salésiennes de Don Bosco y sont présents, au nombre de 600. Leur travail prend de multiples formes. Toujours auprès des jeunes.Logo video80

      Lire la suite

    • Radio Don Bosco Madagascar : Évangéliser jusqu'aux extrémités de l'île !

      radio don bosco madagascar 04 La province des salésiens a mis en œuvre la phrase de Don Bosco « Faire des jeunes de bons chrétiens et d'honnêtes citoyens » d'une façon originale pour la congrégation : le Radio Don Bosco. Depuis 1996, cette radio permet de diffuser des émissions éducatives et catéchétiques. Elle est nationalement connue sur l'île !

      Lire la suite

    • Mexique : une frontière, une blessure…

      mexique don bosco 05 La frontière entre les Etats-Unis et le Mexique est une blessure ouverte entre deux mondes si proches géographiquement et en même temps si différents culturellement. Et pourtant elle forme une nouvelle région avec sa culture de passage. C’est là que les présences salésiennes se multiplient.

      Lire la suite

  • Société

    • Philo pour enfants : enseigner la morale, mais pas comme un cours de grammaire

      philo pour enfants 02 Enseigner le jugement moral par la philo ! C’est le pari de certains animateurs qui interviennent dans les écoles ou les centres socio culturel… Les ateliers philo destinés aux plus jeunes se développent un peu partout en France et en Belgique. Les approches et les méthodes sont nombreuses. Il s’agit de se familiariser avec les idées, de faire de l’éducation morale et civique par l’apprentissage du questionnement.

      Lire la suite

    • Question d’éducation : « En famille, on n’arrive pas à se parler ! »

      education parler en famille 02 Si le développement de l’esprit critique est au centre de la mission éducative de l’école, il est aussi, évidemment, central… dans nos propres familles. Comment se déroulent les échanges ? Comment donner du poids à la parole de l’enfant ? Et ouvrir leur horizon ? Les parents s’expriment sur les règles qu’ils adoptent.

      Lire la suite

    • Jean-Marie Petitclerc : « Ils continuent d'être appelés »

      Livre jmp appele « Il est deux manières, et peut-être deux manières seulement, de vivre sa vie. Soit je la considère comme une succession de hasards et de nécessités. Soit je la considère sous l’angle de la réponse à une vocation. » Ces quelques lignes sont le centre du livre de Jean-Marie Petitclerc : Ils continuent d'être appelés. Il propose un voyage sur le thème de la vocation... pour tous ceux qui veulent réussir leur vie et en même temps répondre à cet appel sur cette terre.

      Lire la suite

    • Le langage des jeunes change… vous comprenez quelque-chose ?

      Le langage des jeunes et ados le dico pour les parents Vous comprenez quelque chose ? Le langage des jeunes évolue et change constamment ; tout est une affaire de mode, de tendance. Si je vous parle de « tchatcheur », vous reconnaîtrez, pour la plupart, la signification : une personne qui parle beaucoup. Mais, nous pouvons les interpréter de différentes manières. Besoin d’un dictionnaire ?

      Lire la suite