bicentenaire don bosco debrief 3 003 Faire grandir les jeunes et mieux faire connaître Jean Bosco dans nos pays : tels étaient les deux premiers objectifs de ce bicentenaire. Il en existait un troisième : amener la famille salésienne à se ressouder encore, à progresser dans « l'esprit de famille » cher à Don Bosco.

 

C'est que le réseau Don Bosco, en France comme en Belgique compte de nombreuses « maisons » (établissements scolaires, paroisses, centres d'action sociale) très éloignées géographiquement les unes des autres. « La première vertu du bicentenaire a été de faire progresser notre travail en réseau » explique Régis Vandenbogaerde, délégué de la tutelle salésienne, qui connaît bien les nombreuses « maisons » salésiennes. Je demeure marqué par l'enthousiasme des équipes qui ont spontanément répondu à l'appel de la Province. Les jeunes pris dans ce mouvement ont dévoilé des talents insoupçonnables. Du petit de maternelle à l'étudiant, chacun, avec son âge, ses dons et motivations, a donné le meilleur de lui-même. C'était à chaque fois, une « renaissance ». Je reste ébahi, épaté, subjugué par leur audace créatrice » déclare Régis Vanderbogaerde.

 

La vie des « régions » renforcée

La marche des élèves des 3 écoles de l'OuestLa marche des élèves des 3 écoles de l'OuestLes maisons bâtissent des projets ensemble, par exemple dans la région Ouest. Sébastien Lerondel, directeur de Giel Don Bosco (dans l'Orne), confirme : « Avant le bicentenaire, Don Bosco était cantonné à Giel. C'était dans l'établissement que se vivaient les temps forts et la pédagogie salésienne. Passé les portes de Giel, rien. Le bicentenaire a changé cela. Il a permis de faire passer une étape importante pour la communauté éducative et les jeunes. Il a permis de faire vivre ensemble des moments forts. Il a ouvert les frontières de la maison. Nous ne sommes plus seuls, mais nous faisons partie d'une communauté qui nous dépasse.»

 

La mutualisation devient naturelle entre établissements scolaires salésiens

Feu d'artifice à La NavarreFeu d'artifice à La Navarre« Les maisons ont appris à se connaître, à se découvrir, à se rapprocher pour mener, ensemble, des projets pédagogiques ou spirituels. La mutualisation devient naturelle. » Régis Vandenbogaerde donne en exemple les petits collèges du réseau dont l'effectif global n'atteint pas deux cents élèves – Giel, Guines, Chatillon-sur-Marne, La Navarre – qui ont bâti un projet mobilisateur avec les jeunes. « Comme dans une famille, on se rend visite, on découvre une autre communauté éducative, une autre région. Les jeux et le mot du soir, si cher à Don Bosco, forment le canevas de ces rencontres. »

 

Dans la famille salésienne « on sent qu'il y a une dynamique »

700 amis de Don Bosco réunis à Lourdes700 amis de Don Bosco réunis à LourdesPrésident du réseau des anciens élèves, Benoit Deseure confirme : « Dans certaines manifestations nationales, les jeunes d'horizons différents ont, depuis plusieurs années, l'habitude de se rencontrer. Ils se font des amis à Lille, à Lyon, à Marseille, en Belgique. Mais nous les adultes, nous étions un peu plus frileux. Chaque branche vivait ses temps forts dans son coin. Là, ça a été beau de voir que tout le monde pouvait se mobiliser ». Un exemple ? Le Campobosco où parmi la centaine d'adultes venus bénévolement participer à l'organisation, il y avait des profs du réseau, mais aussi deux chefs d'établissement, des coopérateurs, des amis... « Ce qui a été marquant, c'est le pèlerinage à Lourdes où nous avons dépassé le cap des sept cents participants, fin octobre. On sent qu'il y a une dynamique », remarque Benoit.

 

Des initiatives locales et diocésaines

Dans le Nord, Régis Vandenbogaerde se souvient d'une manifestation : « Une statue de saint Jean Bosco a été créée par une enseignante du collège salésienne (Suzy Lieppe) et installée dans l'église de la paroisse. « Cette statue trône maintenant dans l'église proche du collège. Et surtout, la procession n'a pas manqué d'originalité : les jeunes ont dansé, mimé, chanté, exprimé toute leur foi. »

 

A Barlieu, dans le département du Cher, un petit groupe de Salésiens Coopérateurs a aussi saisi l'occasion du bicentenaire pour faire connaître Don Bosco dans le diocèse : « Nous avons organisé un rallye dans cinq villages du doyenné avec, à chaque arrêt dans un lieu, un apport touristique et le développement d'un aspect de la vie de Don Bosco. », explique Chantal Kieffer, coordinatrice nationale des Salésiens Coopérateurs et membre de ce groupe. Bilan : « Une visibilité encore accrue pour la population, la paroisse, nos prêtres et pour l'évêque ».

 

« On sent que la famille salésienne interpelle, séduit, attire, répond à un besoin dans sa façon de célébrer Dieu et d'œuvrer pour l'éducation des jeunes » déclare Benoit Deseure. Et d'ajouter : « J'espère que l'on continuera de travailler tous ensemble, religieux et laïcs, hommes et femmes, jeunes et vieux, mariés et célibataires, gens du Nord et du Sud, de l'Est et de l'Ouest, salariés du réseau et bénévoles des mouvements. »

 

 

Don Bosco Aujourd'hui
Abonnez-vous...
25 février 2016

 

 

A l'occasion du bicentenaire, le lycée La Salésienne (Saint-Etienne) renoue avec son histoire

 

bicentenaire don bosco debrief 3 006 A Saint-Etienne, l'histoire de la Salésienne, un lycée professionnel et technique, est particulière : l'établissement a été créé par les sœurs salésiennes en 1952. Il a été rattaché au diocèse en 1985 à la suite du départ des sœurs. « Et en 2009, nous avons signé une convention pour que l'établissement soit à nouveau associé aux salésiens. La communauté éducative souhaitait retrouver sa tutelle d'origine », explique Jean-François Connan, chef d'établissement et Salésien Coopérateur. « Le bicentenaire a permis à l'établissement de diffuser sa culture salésienne. Et la mise en place de signes visibles contribue à cette culture. Le bicentenaire, c'est une manière de creuser le chemin. » Fin janvier, lors d'un week-end, Jean-François a installé cinquante icônes dans toutes les salles de l'établissement : salles de cours, réfectoire, CDI... « Le vendredi, il n'y avait rien. Les murs étaient vierges. Le lundi, il y en avait partout ! Les professeurs étaient au courant, mais les élèves ont été très surpris. Ils se sont interrogés sur la signification de l'icône. Cela a entraîné des échanges avec les enseignants. Qui est Don Bosco ? Pourquoi est-il connu dans l'établissement ? Quelles sont les particularités de l'établissement ? » Et de conclure : « Oui vraiment, avec le bicentenaire, l'esprit, la culture salésienne s'en trouvent renforcés. »

 

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd'hui....

 

 


Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite

    • Question d'éducation : Etre gentil, pas facile à vivre ?

      Gentilesse Serdu 1 Apprendre la gentillesse à ses enfants, n’est-ce pas les envoyer comme des agneaux au milieu des loups ? La méchanceté est bien présente dans notre monde compétitif et dur où tous les coups semblent recommandables. Faut-il alors leur appendre le calcul, la recherche de son intérêt « bien compris » ? La réponse estnclaire : inutile d’en rajouter !

      Lire la suite

    • Quelle présence dans la cour virtuelle des réseaux sociaux ?

      cour viturelle et reseaux sociaux Les relations sociales se font sur la toile autant que sur le béton de la cour. Alors, allons sur les réseaux sociaux ! Mais jusqu’où ? Faut-il encourager la présence des adultes sur les réseaux ? Pourquoi faire ? Quelle présence assurer ? Est-ce une bonne - ou fausse - bonne idée ?

      Lire la suite