catherine blanchard le campobosco un lieu d apprentissage pratique 001 Catherine Blanchard, éducatrice de Vie Scolaire au Campus de Pouillé, à Angers, participe depuis trois ans au Campobosco à Ressins. Pourquoi revient-elle chaque année ? C’est « un lieu d’apprentissage pratique formidable », dit-elle.

 

Qu’est-ce que le Campobosco pour toi ?

Au départ, j’y suis allée seule, par pure curiosité, mais aussi poussée par un fort intérêt pour Don Bosco et pour voir comment les Salésiens pouvaient concevoir et organiser ce type de rencontre. Très vite, je me suis rendu compte que c’était à la fois un lieu de rencontre avec les jeunes du réseau mais aussi, avec les adultes engagés à divers degrés dans ce réseau. Au Campobosco, tout le monde est acteur. C’est un moment intense de vie ; c’est le réseau qui vit. Pour moi, c’est un lieu d’apprentissage pratique.

 

En quoi est-ce un lieu de formation ?

C’est plutôt une formation à l’esprit salésien. J’ai besoin de faire l’expérience concrète, vivante de cet esprit, de voir comment sont transposées des notions pédagogiques expliquées dans les livres sur la pédagogie de Don Bosco, comment cela se vit. C’est aussi trouver mon propre créneau d’action. Il ne s’agit pas pour moi de « faire comme », mais d’intégrer, d’approfondir l’esprit et de le rendre de plus en plus vivant en moi.

 

Peux-tu préciser en quoi cette relation est vivante et si particulière ?

En tant qu’éducatrice en internat, je suis toujours organisatrice de soirée, de jeu, de temps forts... Au Campobosco, adultes et jeunes jouent ensemble, que ce soit au tournoi sportif ou au grand jeu nocturne. J’ai redécouvert la joie du jeu, le fait d’être acteur au cœur du jeu. Cela change tout dans la relation à l’autre. Cela fait effondrer tous les murs artificiels qui instaurent une distance au cœur de la vie et qui permettent d’installer un noyau de pouvoir. Là, c’est vraiment un moment de vie partagé ensemble où la fraternité existe vraiment indépendamment de l’âge, du statut social des uns et des autres et des performances physiques. La faiblesse, le handicap ne sont plus perçu comme tels. C’est en cela qu’il y a un moment intense de vie fraternelle partagé.

 

Comment transposes-tu cela dans ton travail ?

Le point le plus important est que cela me donne confiance dans des positions et des postures éducatives, dans des choix que je dois faire au cœur de ma vie professionnelle, en internat. Je peux aussi transposer ce que j’ai vu, l’adapter à mon établissement scolaire, cela donne des idées pour de nouveaux projets.

 

En venant au Campobosco avec des jeunes de mon lycée, nous vivons des expériences fortes avec eux et nous revenons, à la rentrée, habités par un renouveau, une joie, et l’envie de le partager avec ceux qui n’ont pas eu la chance de pouvoir vivre le Campobosco. C’est une vraie dynamique !

 

Il me reste beaucoup à apprendre. J’aimerais notamment apprendre à concevoir des grands jeux, comme le Père Emmanuel Besnard le fait, à partir d’un film récent. Créer un imaginaire et un jeu à plus de 300 jeunes, en jouant ensemble, permet de vivre des expériences fondatrices.

 

Tout cela m’a donné l’occasion d’avoir un autre regard sur le jeu qui s’inscrit maintenant dans la perspective de Don Bosco en tant que dimension éducative et expérience vivante de la fraternité.

 

 Catherine CampoBosco

 

 

Propos recueillis par Hélène BOISSIERE MABILLE
 10 mars 2016

 

 

 

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd'hui....

 

 

 

 

 


Mot du jour

Lorsque Jean Bosco découvre la misère des jeunes, son premier objectif n’est pas de trouver une église ou de construire une école mais d’avoir un terrain pour jouer !

Aux éducateurs, il conseille : « Donnez ample liberté de sauter, de courir, de crier à cœur joie ». Et Marie-Dominique écrit aux sœurs de St-Cyr-sur-mer: « Dites bien aux filles que je veux qu’elles soient joyeuses, qu’elles sautent, qu’elles rient, qu’elles chantent… ! »

La cour de récréation est pour nos fondateurs, le cœur de tout acte éducatif, le centre de toutes les rencontres, de la détente, du petit mot de l’éducateur à l’oreille du jeune, du jeu collectif où chacun est vraiment lui-même, sans artifice, ni crainte ; où les aînés prennent en charge les plus petits et les timides ; où les adultes jouent avec les jeunes ; où l’on découvre ensemble les règles du vivre ensemble…

Tant et si bien qu’on dira : « Don Bosco parmi les jeunes, c’est Don Bosco dans la cour de récréation. »

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Étrenne 2018 du supérieur mondial des Salésiens
de Don Bosco : Cultivons l'art d'écouter et
d'accompagner (thème 2018 - © ANS)

Henri Marescaux témoigne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Sœur Pilar, Salésienne de Don Bosco témoigne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

Aurelie Monkam Noubissi
  • Société

    • Jean-Marie Petitclerc : « certains jeunes vivent mal Noël »

      rue de NoëlBientôt Noël, les rues et les maisons s’illuminent ! Il est temps de réfléchir à la fête, avec amis, famille, belle-famille… L’effervescence est au rendez-vous ! Pourtant, c’est l’une des périodes les plus difficiles pour les jeunes en institution. Voici le témoignage de Jean-Marie Petitclerc, qui durant 30 ans a dirigé des institutions sociales salésiennes.

      Lire la suite

    • Culture des jeunes : le rêve de devenir Youtubeurs

      YouTubeurs L’univers de Youtube est d’une grande richesse (musique, films…), mais les jeunes sont passionnés par ce que l’on appelle les youtubeurs. Vous connaissez ?

      Lire la suite

    • Les challenges sur internet sont-ils dangereux ?

      ice bucket challenge 001 Depuis de nombreux mois, les challenges ont pris une ampleur importante sur internet, sur les réseaux sociaux. On peut en trouver de tous types, du divertissant, à l’émouvant, en passant par le vulgaire ou le dangereux. Mais en quoi consiste un challenge ?

      Lire la suite

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite