catherine blanchard le campobosco un lieu d apprentissage pratique 001 Catherine Blanchard, éducatrice de Vie Scolaire au Campus de Pouillé, à Angers, participe depuis trois ans au Campobosco à Ressins. Pourquoi revient-elle chaque année ? C’est « un lieu d’apprentissage pratique formidable », dit-elle.

 

Qu’est-ce que le Campobosco pour toi ?

Au départ, j’y suis allée seule, par pure curiosité, mais aussi poussée par un fort intérêt pour Don Bosco et pour voir comment les Salésiens pouvaient concevoir et organiser ce type de rencontre. Très vite, je me suis rendu compte que c’était à la fois un lieu de rencontre avec les jeunes du réseau mais aussi, avec les adultes engagés à divers degrés dans ce réseau. Au Campobosco, tout le monde est acteur. C’est un moment intense de vie ; c’est le réseau qui vit. Pour moi, c’est un lieu d’apprentissage pratique.

 

En quoi est-ce un lieu de formation ?

C’est plutôt une formation à l’esprit salésien. J’ai besoin de faire l’expérience concrète, vivante de cet esprit, de voir comment sont transposées des notions pédagogiques expliquées dans les livres sur la pédagogie de Don Bosco, comment cela se vit. C’est aussi trouver mon propre créneau d’action. Il ne s’agit pas pour moi de « faire comme », mais d’intégrer, d’approfondir l’esprit et de le rendre de plus en plus vivant en moi.

 

Peux-tu préciser en quoi cette relation est vivante et si particulière ?

En tant qu’éducatrice en internat, je suis toujours organisatrice de soirée, de jeu, de temps forts... Au Campobosco, adultes et jeunes jouent ensemble, que ce soit au tournoi sportif ou au grand jeu nocturne. J’ai redécouvert la joie du jeu, le fait d’être acteur au cœur du jeu. Cela change tout dans la relation à l’autre. Cela fait effondrer tous les murs artificiels qui instaurent une distance au cœur de la vie et qui permettent d’installer un noyau de pouvoir. Là, c’est vraiment un moment de vie partagé ensemble où la fraternité existe vraiment indépendamment de l’âge, du statut social des uns et des autres et des performances physiques. La faiblesse, le handicap ne sont plus perçu comme tels. C’est en cela qu’il y a un moment intense de vie fraternelle partagé.

 

Comment transposes-tu cela dans ton travail ?

Le point le plus important est que cela me donne confiance dans des positions et des postures éducatives, dans des choix que je dois faire au cœur de ma vie professionnelle, en internat. Je peux aussi transposer ce que j’ai vu, l’adapter à mon établissement scolaire, cela donne des idées pour de nouveaux projets.

 

En venant au Campobosco avec des jeunes de mon lycée, nous vivons des expériences fortes avec eux et nous revenons, à la rentrée, habités par un renouveau, une joie, et l’envie de le partager avec ceux qui n’ont pas eu la chance de pouvoir vivre le Campobosco. C’est une vraie dynamique !

 

Il me reste beaucoup à apprendre. J’aimerais notamment apprendre à concevoir des grands jeux, comme le Père Emmanuel Besnard le fait, à partir d’un film récent. Créer un imaginaire et un jeu à plus de 300 jeunes, en jouant ensemble, permet de vivre des expériences fondatrices.

 

Tout cela m’a donné l’occasion d’avoir un autre regard sur le jeu qui s’inscrit maintenant dans la perspective de Don Bosco en tant que dimension éducative et expérience vivante de la fraternité.

 

 Catherine CampoBosco

 

 

Propos recueillis par Hélène BOISSIERE MABILLE
 10 mars 2016

 

 

 

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd'hui....

 

 

 

 

 


Mot du jour

D'abord, il y a le vert
Qui repose les yeux
Puis surgit le bon air
Qui fait tourner la tête
Et qui sent bon la terre.
Parfois, il y a le cerf.
Vers le mois de septembre,
Avec un peu de chance,
On peut entendre son brame
S’il ne fait pas pluvieux.
En mars et en novembre,
Un concert de trompettes
Semble tomber du ciel.
En pleine migration,
Mesdames les grues claironnent
Pour avertir le monde
Du changement de saison.
Souvent, il y a la pluie
Qui mouille et qui pénètre
Jusqu’au bout de nos os.
Mais au mois de juillet,
Réchauffés de soleil,
Nous cueillerons, merveille,
Un panier de myrtilles.
Il y a le silence
Souligné par la brise
Ou le chant des oiseaux.
Enfin il y a l’arkose,
Grès feldspathique
Aux couleurs brunes et roses
Qui donne à la bâtisse
Un air magnifique.
Avec tant de beauté
Où l’âme se repose
Les gens disent de Farnières :
«quel petit paradis ! »

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre

Multimédia

The power of words Prix du Public au FestiClip 2017.
Film réalisé par l'Institut Lemonnier de Caen
Voir l'article

École de Vie Don Bosco
Interview de Fleur
Voir l'article

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview d'Angele
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • International

    • Salvador - Terre des Jeunes : une association pour les jeunes de la rue

      terre des jeunes 000 En 2011, dans le cadre de ses études en sociologie sur les enfants des rues, Simon-Pierre Escudero part au Salvador pour un travail recherche. À ce moment là, plus aucune institution ne travaille directement auprès de ces enfants. Depuis, il a fondé une association et il travaille dans les “quartiers chauds” avec Victoria, salésienne coopératrice, salvadorienne.

      Lire la suite

    • Congo : Comment soutenir l’emploi ?

      rdc via don bosco 001 La République Démocratique du Congo est le premier pays partenaire de VIA Don Bosco. Aujourd’hui, les relations avec le Congo sont toujours privilégiées. L’ONG soutient l’emploi des jeunes qui sortent des écoles de formation professionnelle du réseau Don Bosco.Logo video80

      Lire la suite

    • En Croatie, cicatrices de la guerre et espoirs salésiens

      don bosco croatie 004 Les Salésiens sont en Croatie depuis 1914. Le pays a connu de grands bouleversements depuis le début du siècle avec la dictature de Tito puis la guerre d’indépendance. Le témoignage du père Goran Antunovic, 32 ans, Salésien à Rijeka, donne un aperçu de la situation actuelle des religieux et de l’Eglise du pays.

      Lire la suite

    • Message de Noël de la part des Salésiens d’Alep : “Il y a toujours l’espérance”

      Alep Salesien Chrismas La ville est détruite, on ne voit que des décombres... Mais le message d’espérance du Dieu qui s’est fait homme résonne, cette année, avec un écho particulier à Alep. Les Salésiens, riches de leurs deux trésors – la foi et les jeunes - ont au cœur la force de dire, dans une vidéo, avec les jeunes : « Bonne Fête de Noël » et « il y a toujours l’espérance » ! En voyant ces images, le Recteur Majeur, le P. Ángel Fernández Artime, ému, relance son appel pour la paix.

      Lire la suite