catherine blanchard le campobosco un lieu d apprentissage pratique 001 Catherine Blanchard, éducatrice de Vie Scolaire au Campus de Pouillé, à Angers, participe depuis trois ans au Campobosco à Ressins. Pourquoi revient-elle chaque année ? C’est « un lieu d’apprentissage pratique formidable », dit-elle.

 

Qu’est-ce que le Campobosco pour toi ?

Au départ, j’y suis allée seule, par pure curiosité, mais aussi poussée par un fort intérêt pour Don Bosco et pour voir comment les Salésiens pouvaient concevoir et organiser ce type de rencontre. Très vite, je me suis rendu compte que c’était à la fois un lieu de rencontre avec les jeunes du réseau mais aussi, avec les adultes engagés à divers degrés dans ce réseau. Au Campobosco, tout le monde est acteur. C’est un moment intense de vie ; c’est le réseau qui vit. Pour moi, c’est un lieu d’apprentissage pratique.

 

En quoi est-ce un lieu de formation ?

C’est plutôt une formation à l’esprit salésien. J’ai besoin de faire l’expérience concrète, vivante de cet esprit, de voir comment sont transposées des notions pédagogiques expliquées dans les livres sur la pédagogie de Don Bosco, comment cela se vit. C’est aussi trouver mon propre créneau d’action. Il ne s’agit pas pour moi de « faire comme », mais d’intégrer, d’approfondir l’esprit et de le rendre de plus en plus vivant en moi.

 

Peux-tu préciser en quoi cette relation est vivante et si particulière ?

En tant qu’éducatrice en internat, je suis toujours organisatrice de soirée, de jeu, de temps forts... Au Campobosco, adultes et jeunes jouent ensemble, que ce soit au tournoi sportif ou au grand jeu nocturne. J’ai redécouvert la joie du jeu, le fait d’être acteur au cœur du jeu. Cela change tout dans la relation à l’autre. Cela fait effondrer tous les murs artificiels qui instaurent une distance au cœur de la vie et qui permettent d’installer un noyau de pouvoir. Là, c’est vraiment un moment de vie partagé ensemble où la fraternité existe vraiment indépendamment de l’âge, du statut social des uns et des autres et des performances physiques. La faiblesse, le handicap ne sont plus perçu comme tels. C’est en cela qu’il y a un moment intense de vie fraternelle partagé.

 

Comment transposes-tu cela dans ton travail ?

Le point le plus important est que cela me donne confiance dans des positions et des postures éducatives, dans des choix que je dois faire au cœur de ma vie professionnelle, en internat. Je peux aussi transposer ce que j’ai vu, l’adapter à mon établissement scolaire, cela donne des idées pour de nouveaux projets.

 

En venant au Campobosco avec des jeunes de mon lycée, nous vivons des expériences fortes avec eux et nous revenons, à la rentrée, habités par un renouveau, une joie, et l’envie de le partager avec ceux qui n’ont pas eu la chance de pouvoir vivre le Campobosco. C’est une vraie dynamique !

 

Il me reste beaucoup à apprendre. J’aimerais notamment apprendre à concevoir des grands jeux, comme le Père Emmanuel Besnard le fait, à partir d’un film récent. Créer un imaginaire et un jeu à plus de 300 jeunes, en jouant ensemble, permet de vivre des expériences fondatrices.

 

Tout cela m’a donné l’occasion d’avoir un autre regard sur le jeu qui s’inscrit maintenant dans la perspective de Don Bosco en tant que dimension éducative et expérience vivante de la fraternité.

 

 Catherine CampoBosco

 

 

Propos recueillis par Hélène BOISSIERE MABILLE
 10 mars 2016

 

 

 

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd'hui....

 

 

 

 

 


Mot du jour

synode des jeunes Don Bosco

Parole de jeunes : Marie

 

 

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

6e Congrès de l’éducation salésienne
Ce qu'en disent les participants
Voir l'article

Défi citoyenneté :
lancement du label
Voir l'article

« Ils nous ont bluffés ! » Concours de
plaidoirie à l’Institut Lemonnier
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Maisons Don Bosco

    • Les adultes dans le Défi Citoyenneté : quelle est leur place ?

      Defit citoyente adultes 03 Quel doit être l’accompagnement des adultes dans les projets des jeunes ? Aujourd'hui, grâce aux rencontres entre établissements dans les régions et grâce aux relectures, les chefs d'établissement, les éducateurs comprennent mieux leur rôle dans les projets des jeunes. Même si les projets sont menés par les jeunes, l’accompagnement des adultes est un ressort central de la réussite des projets Défi Citoyenneté.

      Lire la suite

    • « Il était une fois l’abbé Vauloup… » l’histoire de l’établissement Giel Don Bosco mis en scène

      Giel theatre 2018 04 Pierre Chopin, salésien de Don Bosco à Giel Don Bosco, a créé une pièce de théâtre sur la naissance et l’évolution de l’établissement en cinq scènes. Intitulée « Il était une fois l’abbé Vauloup », le fondateur de l’Orphelinat de Giel, cette pièce a été jouée dimanche 16 septembre par des élèves de 4e dans l’amphithéâtre du lycée. Plus de 400 spectateurs enchantés ont assisté – et même participé - à la représentation. Interview du père Pierre Chopin.

      Lire la suite

    • De nouveaux établissements entrent dans le réseau Don Bosco

      Don Bosco Nouveau Etablissements 00 Le réseau Don Bosco compte 55 établissements en France, 6 en Belgique Sud, un au Maroc et un en Tunisie. Il y a également les établissements et réseaux associés ou invités. Certains établissements ont récemment rejoint le réseau Don Bosco ou sont en demande d’y entrer. Qui sont ces établissements qui entrent dans le réseau ?

      Lire la suite

    • Yahia Adane : « Le travail social n’est pas quantifiable »

      Yahia AEPCR Social 00 Qu’est ce qui donne du sens au travail social dans les quartiers ? Yahia Adane, directeur de l’association d’éducation populaire de Paris 20è et du réseau Don Bosco Action Sociale, témoigne de son approche du travail social. Fin aout, il rassemble tous les éducateurs de la structure et durant une journée il leur propose de réfléchir ensemble à cette question du sens du travail social.

      Lire la suite

    • Livre d’or de l’année scolaire au lycée Don Bosco à Marseille : « Don Bosco m’a redonné foi en mon avenir »

      don bosco marseille livre d or 01 L’année scolaire 2017-2018 s’achève et avec elle s’annonce le départ de nombreux jeunes et adultes. Ils ont laissé des empreintes visibles et invisibles au lycée Don Bosco de Marseille. Ils ont laissé des mots dans « un livre d’or » qui s’appelle : « Sans vous je ne peux rien faire ». Chaque année, les élèves volontaires transcrivent leurs sentiments vis-à-vis de l’établissement qu’ils quittent. Voici une des perles de ce cahier par le témoignage de Marie, accompagné de photos représentant des temps fort de l’année. Comme une maison, le lycée Don Bosco de Marseille éduque les jeunes… toujours et partout.

      Lire la suite

    • Camp d’été chez les Roms grace à ESPERE

      espere Lille don bosco 01 En 2010, Danièle Sciacaluga, Salésienne Coopératrice, visite les familles roms d’un camp de Lille. Pour faire face aux besoins éducatifs, en 2014, elle crée avec un prêtre salésien une association E.S.P.E.R.E. (Espoir Salésiens Pour les Enfants Roms d’Europe) pour promouvoir l’éducation des enfants en s’inspirant de la pédagogie de Don Bosco. Cet été 2018, l’aventure se poursuit. Ce fut le 5è camp. Une vraie collaboration se réalise l’été grâce au réseau DBAS.

      Lire la suite